Retour sur les séances passées des séminaires critiques sur la smart city

2016 a été l’année de lancement des séminaires critiques sur la smart city, organisés par le smart city group. Avant de découvrir prochainement le programme de 2017, voici un résumé de nos activités passées : un « séminaire 0 » tourné vers l’échange entre les membres du réseau, et deux séminaires ouverts à un public plus large pour réfléchir sur l’intelligence de l’urbain et sur l’utopie et l’imaginaire.

Séance 0 du séminaire de recherche SMART

ENS de Lyon – lundi 23 novembre 2015 de 9h à 12h

Il s’agit de notre séminaire de lancement. Chaque participant, également membre du réseau jeunes chercheurs, a fait une présentation de 15 minutes sur sa perception de la « smart » city et des recherches qu’il mène autour de cet objet. Ce séminaire informel a été suivi des interventions de deux entreprises privées (ENGIE et IPI), puis d’une synthèse critique des présentations de la matinée par Arnaud SIMON, maître de conférence en économie à Paris Dauphine.

Programme de la journée

9h10-9h20 : présentation de la matinée – Raphaël Languillon-Aussel

9h20- 10h50 : présentations individuelles des travaux de recherche

  • 9h20-9h35 : « Etudier la ville intelligente par l’intermédiaire des data. Sociologie politique des données urbaines » par Antoine Courmont – doctorant CIFRE en science politique, au Grand Lyon et au centre d’études européennes de Sciences Po Paris
  • 9h35-9h50 : « La smart city comme instrument de gouvernementalisation des conduites : le cas des Smart Communities japonaises » par Benoit Garnier – doctorant en science politique à l’Université de Lyon, ATER à Sciences Po Lyon
  • 9h50-10h05 : Florence Jacquinod – Maître de conférence en géographie à l’EIVP
  • 10h05-10h20 : « Smart, capitalisme et aménagements urbains. Petite mise en perspective historique et changements d’échelles dans les logiques d’accumulation urbaine du capital » par Raphaël Languillon-Aussel – chercheur en post-doctorat en géographie à Chuo University (Tokyo)
  • 10h20-10h35 : « Quelles politiques publiques pour la mise en place des villes intelligentes ? L’exemple du Japon » par Nicolas Leprêtre – doctorant en science politique à l’ENS de Lyon
  • 10h35-10h50 : « Modèle d’Intelligence et Connaissance Collective : les projections de connaissance de la ville intelligente » par Romain Sauzet – doctorant en philosophie à Lyon 3

11h-11h45 : les orientations du groupe

  • 11h-11h20 : ENGIE et le CRIGEN par Jean Danielou – attentes, missions et externalisation de tâches pour un groupe de recherche indépendant
  • 11h20-11h35 : Initiatives Projets Industriels par David Bartet – de la structure académique à la structure privée, les différents statuts juridiques de l’entreprise
  • 11h35-11h45 : Arnaud Simon, MdC HDR à Paris Dauphine – Synthèse du grand témoin de la mâtinée: quelques pistes de réflexion et propositions économiques

 

Séance 1 : « Smart » et intelligence de l’urbain

Université Lumière Lyon 2 – salle de l’IRG (campus de Bron), Jeudi 17 mars 2016

Présentation générale de la séance :

S’agissant de la première séance du séminaire, l’objectif principal est de défricher la terminologie et l’épistémologie du « smart » et de « l’intelligence » par une double approche sémantique et historique. Il s’agit d’interroger les termes dans leur dimension polyphonique, afin d’en déterminer le sens en fonction des usages et des acteurs dans différents contextes et différentes périodes.

Deux axes sont ici mis en avant. Le premier se propose de retracer une épistémologie de l’expression « smart city » à travers l’analyse d’autres usages de l’adjectif « smart » aux Etats-Unis et en France. La discussion qui s’en suivra aura pour objectif d’élargir les réflexions et les analyses à d’autres espaces et à d’autres expressions ayant recours aux champs lexicaux du « smart » et de « l’intelligence », tout en revenant sur les deux présentations afin d’en apporter un regard critique et constructif. Le second axe se propose de creuser ce que l’on entend lorsque l’on fait porter un qualificatif anthropomorphique (celui de l’intelligence) à un espace. Il s’agira également de réfléchir à la pertinence même de recourir aux termes de « ville » ou de « city », lexique d’un autre temps qui peut paraître antinomique voire oxymorique avec la dimension innovante que l’on trouve dans l’image du « smart ».

Organisateur : Raphaël Languillon-Aussel

Programme de la journée

Présentation du groupe de recherche « SMART » et du séminaire

Thème 1.1 : Epistémologie du « smart »

Discutant : Emmanuel EVENO, professeur de géographie, Université Toulouse Jean Jaurès

Jean DANIELOU – chercheur en sociologie au CRIGEN, ENGIE – « Une histoire pour la ville intelligente »

Raphaël LANGUILLON-AUSSEL – chercheur postdoctoral en géographie à l’Université de Chuo (Tokyo, Japon) – « Du numérique au smart, le grand basculement »

Thème 1.2 : « Smart » et villes : de quelles intelligences parle-t-on ?

 Jacques LEVY – professeur de géographie à l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne – « C’est la ville qui est intelligente »

Romain SAUZET – Chercheur doctorant en philosophie à Lyon 3 – « La connaissance dans la ville intelligente »

Clio Hôte – Présentation du projet de recherches doctorales

Résumé des présentations :

  1. Jean DANIELOU – « Une histoire pour la ville intelligente »

Dans le cadre de cette intervention, je proposerai une histoire de la constitution de l’expression « ville intelligente/smart city », à l’aune des différents acteurs l’ayant mobilisé dans leurs discours (acteurs publics (institutionnels, collectivités) et privés (entreprises)). L’objectif sera de faire état des différents moments de concrétisation de cette notion, et des controverses suscitées.

  1. Raphaël LANGUILLON-AUSSEL – « Du numérique au smart, le grand basculement »

Ville numérique, ville intelligente, ville cyborg, « smart city », le vocable de l’urbain informatisé connaît une prolifération croissante au tournant des années 2010. Pourtant, la « smart city » n’est pas qu’un espace urbain dans lequel les technologies du numérique se seraient disséminées. Il s’agit surtout d’un terrain d’expérimentations pour de nouvelles coalitions de croissance. Cette intervention propose une explicitation terminologique de la « smart city » et de ses divers avatars.

  1. Jacques LEVY – « C’est la ville qui est intelligente »

« Smart city » est un slogan utilisé par des firmes de technologie, surtout informatique, pour démontrer que grâce à leurs services, la ville deviendrait intelligente ou astucieuse, notamment au regard des enjeux écologiques. Cela se révèle doublement contestable. D’abord, c’est l’urbanité elle-même qui rend la ville « intelligente » et en fait la composante spatiale du développement durable. Et, en conséquence, les technologies utiles doivent être celles qui permettent d’augmenter l’urbanité et non de lui ajouter quelque chose d’extérieur. Le « concept » de smart city opère en fait la rencontre discrète entre ceux qui ne comprennent pas ce qu’est une ville et ceux qui la rejettent.

  1. Romain SAUZET – « La connaissance dans la ville intelligente»

Dans cette présentation, nous souhaitons présenter deux problèmes conjoints :

– Est-ce que la possibilité des villes intelligentes repose sur la connaissance, ou seulement sur l’information?

– Quelles sont les risques et conséquences de cette mise en information des villes en matière d’action et de gestion?

Ainsi identifiée à partir de la question philosophique traditionnelle du statut de la connaissance, nous pourrons travailler l’idée problématique du « solutionnisme technologique », avec tous les espoirs et les craintes qu’il suscite.

Séance 2 : Utopies et imaginaires de la ville intelligente

Lundi 23 mai 2016, 14h-17h, 18 rue Chevreul, salle 205

Présentation du Second Séminaire – Smart City Group

Le retour aux projections théoriques globales, c’est-à-dire aux utopies, est une spécificité forte des villes intelligentes. De nombreux éléments s’y mêlent : des espoirs de fonctionnements technologiques optima, la crainte de domination et d’homogénéisation tant des personnes que des lieux, une possibilité d’interaction et de collaboration accrue, le développement de villes  »vibrantes », etc.

Au regard des réalisations actuelles de villes intelligentes, ces différentes projections sont toutes démesurées. A partir de quelques éléments réels, de l’utilisation ponctuelle d’un smart phone, jusqu’aux créations d’espaces urbains ex nihilo, les villes intelligentes apparaissent avant tout comme des imaginaires. Ainsi, les matériaux premiers des villes intelligentes sont des composants imaginaires, dont l’explicitation est souvent éclipsée par la volonté de ramener au réel.

L’objectif de cette séance est de permettre un chemin inverse. En retrouvant seulement les projections imaginaires qui anticipent, inventent et accompagnent les villes intelligentes, débarrassées des exigences de réalité, nous espérons pouvoir présenter la dimension proprement utopique, qu’elle soit pessimiste ou optimise, qui permettent aux villes intelligences qui ne sont pas encore, de structurer l’intelligence des mondes urbains.

Organisateurs :

Raphaël Languillon-Aussel,  chercheur post-doctoral en géographie à l’Université de Chuo (Tokyo, Japon)

Romain Sauzet, doctorant en philosophie à l’Université Jean Moulin Lyon 3

Intervenants :

 

  • Fr. Ménard (DGALMN/STRUCT/PUCA) « La smart city et les régimes de présence du futur dans le projet urbain »
  • L. Barbisan (Paris Sorbonne) « Ernst Bloch et Walter Benjamin. L’espace urbain, entre utopie et idéologie »
  • H. Dicks (Lyon 3 – IRPhil) « Smart et ville biomimétique »

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *