Atelier expérimental – Réinvestissement des Marges – 19/06/2017

Réinvestissement des marges

 


Présentation :

Concept à la croisée des sciences humaines, la marge nous apparaît d’abord dans le flou de sa définition : elle n’est en effet ni la périphérie ni la banlieue, ni l’arrière-pays ni la friche, tout en renvoyant pourtant à chacune de ces notions. Tout au plus peut-on dire, dans une première approximation, que la marge engage l’existence d’un système (spatial, moral, politique, économique) par rapport auquel elle diffère, rapprochant ainsi différents espaces à la fois au cœur et à l’extérieur de la ville. Comme le note Brigitte Prost (« Marge et dynamique territoriale », Géocarrefour, vol.79/2, 2004), la marge nous invite ainsi à une « géographie du négatif » dans laquelle l’analyse du système territorial passe moins par l’analyse de ses normes que par la prise en considération des « dysfonctionnements » que la marge trahit.

Il serait pourtant réducteur de considérer la marge comme une pure négativité indicatrice d’une faille à résoudre. Si la marge rompt, en effet, avec le système auquel elle se rapporte, cette rupture (brutale ou progressive) est aussi – peut-être –, le point de départ d’une remise en cause et d’une nouvelle dynamique qui donne à cette dernière un rôle moteur

Évoquer ainsi l’idée d’un « réinvestissement des marges » suppose de prendre en considération ce potentiel de création-décréation. Réinvestir, en effet, ne consiste pas seulement à « reconquérir » le terrain perdu ou à « requalifier » ce qui a été « disqualifié » – il est vrai que cela peut aussi l’être, assurément –, mais à investir autrement.


Intervenants :

  • Oriane Piquer-Louis, doctorante en sciences de l’information et de la communication (Elico/Université Lyon 2)
    « Réseaux et espace public : centralités et marges de la ville au prisme des infrastructures »
  • Nicolas Murena, doctorant en littérature (CERCC/ENS de Lyon)
    « De l’espace géographique et théâtral à l’espace symbolique : la marge comme « arche » et « jardin clos » dans Quai ouest de Koltès »
  • Ludovic Lepeltier, doctorant en géographie (UMR 7324 CITERES/Université François-Rabelais, Tours)
    « La « marge urbaine », une construction politique ? Sortir de la réification par l’exemple : le faubourg de Józsefváros à Budapest »
Discutante : Charline Sowa, architecte, docteure en architecture (MHAevt/Université Grenoble Alpes)

Informations pratiques :

Date/horaires : 19 juin 2017, 14h-17h
Lieu : salle 203 – Université Jean Moulin Lyon 3 – 18 rue Chevreul, 69007 Lyon

Contact organisation : imualpha@gmail.com


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *