Compte Rendu – Visibilité et Reconnaissance de la Ressource, des Techniques, et des Métiers de l’Eau

 

Atelier-Expérimental-23-10-2013

(cliquer sur l’image pour l’agrandir).

 

Dans le cadre du premier Atelier Expérimental organisé par la coopérative de recherche IMUalpha, le thème proposé fut de celui de la visibilité et reconnaissance de la ressource, des techniques, et des métiers de l’eau.

Après une introduction de la demi-journée par Claire Revol (IRPhil), co-organisatrice des Ateliers Expérimentaux, et le rappel des objectifs de cette modalité originale de recherche, la journée a débuté.

Ce compte rendu a été réalisé par Romain Sauzet et Claire Revol

 

 

Présentations

 

 I. La première présentation proposée, par Sébastien Ah Leung, a eu pour objet de montrer la pertinence du concept de visibilité à travers une approche technique de l’urbain.

Voici une synthèse des différents problèmes soulevés à la suite de cette première présentation :

1. Comment le concept de visibilité permet-il d’articuler la notion d’objet de nature et la microsociologie des pratiques, à partir de l’exemple du parc Kaplan (Lyon) ?

  • Le concept de visibilité permet de décrire la manière dont les personnes se croisent dans un même lieu, c’est-à-dire de préciser ce qu’on peut désigner en langage technique comme la coordination des publics différents, et en cela, l’ajustement réciproque de leurs actes. A ce titre, la visibilité concerne à la fois le rapport entre les publics eux-mêmes, mais également entre le rapport entre une personne et l’espace public.
  • Le champ de visibilité est ce qui se perçoit d’un coup d’œil et ce qui induit l’ajustement des pratiques.
  • Il permet d’articuler un objet de nature et l’observation des pratiques par des techniques empruntées à la microsociologie. En effet, l’exemple présenté, le parc Kaplan, est un objet de nature qui fonctionne comme un parc classique, associant des usages ludiques (jeux pour enfants, lieux de promenade, etc.) et des fonctions techniques (gestion des eaux de pluie). Pour autant, les douves qui bordent le parc, dont la vocation première est celle de collecte des eaux de pluie, peuvent être soit considérées par les différents publics comme une aménité (certaines personnes y déjeunent  l’été, les enfants en font leur terrain de jeu, etc.), soit il est considéré comme une bordure moins visible, car il y a des haies et des barrières qui constituent des obstacles pour y accéder, et donc un espace pour les déjections canines (surtout en hiver). Les personnes n’ajustent pas leur pratiques de la même manière car elles n’ont pas la même visibilité de l’espace. 

2. Par ailleurs, ce statut d’objet naturel n’est pas sans poser un certaine nombres de problèmes :

  • La question de la place accordée à la nature dans un espace urbain est récurrente, notamment dans la manière dont on va pouvoir qualifier la part naturelle de cet objet. Est-ce que cette dimension naturelle est seulement l’identification et l’utilisation d’une fonction particulière d’un élément considéré comme vivant (par opposition aux matériaux inertes, comme le fer, le béton, la pierre, et dans une certaine mesure l’eau elle-même) ? Quelle place laisse-t-on à cette part vivante, qu’on peut qualifier de la sorte notamment par sa propension à évoluer, se transformer, disparaître, etc.?

  • On voit bien ici la difficulté qu’il y a à préserver un élément naturel utile au sein d’un dispositif technique et lui laisser une véritable place. Déterminer ce qu’ici  »véritable » veut dire est ce qui pose problème.

 

II. La seconde présentation, développé par Cécile Nou (doctorante à l’IRPhil, dans le cadre de la chaire industrielle de l’université Lyon 3 :  »Rationalités, Usages et Imaginaire de l’Eau ») porta sur le défaut de reconnaissance et et l’invisibilité des métiers de l’eau

Le problème posé est celui de savoir en quoi les différentes techniques de traitement de l’eau ont progressivement éloigné les praticiens de l’eau de la ressource sur laquelle porte leur travaille. Il s’agit également d’analyser les propriétés propres à la ressource  »eau » qui se transmettent aux métiers de l’eau eux-mêmes : l’eau des nappes souterraines cachées, comme les canalisations, les égouts, etc.

La discussion qui s’ensuivit de cette deuxième présentation s’est concentrée autour de ces différents points :

1. Elisabeth Sibeud (Responsable du service études de la direction de l’eau – Grand Lyon) a souligné le fait que l’on retrouve des problèmes similaires dans les métiers portant sur d’autres ressources, l’électricité ou les déchets.

  • Ce sont des métiers qui appartiennent à des systèmes centralisés dont les techniciens sont valorisés pour leur aptitude technique.

  • Aujourd’hui, à l’inverse, le mouvement d’ensemble de l’utilisation des ressources, soutenu par la logique du développement durable, mais aussi par le principe de responsabilisation des consommateurs, consiste à individualiser le rapport aux différentes ressources. On insiste aujourd’hui sur des initiatives citoyennes pour le retraitement de sa propre eau, ou la production individuelle de l’électricité.

  • Les techniciens qui y sont largement défavorables : les systèmes centralisés ont peur de systèmes techniques qu’ils maîtriseraient plus tout, ils se sentent en danger,notamment par l’inutilité de leurs pratiques, ou ont peur des nouveaux problèmes générés par l’incompétence des usagers.

  • Cependant l’appropriation des ces techniques de gestion de ressource n’ont pas besoin de beaucoup de technologie (quelques plantes, etc.) et donc pas de nombreuses compétences. Qui plus est, cela pourrait participer à la visibilité des métiers de l’eau, car le contact technique à la ressource eau serait un moyen pour les citoyens de se la réapproprier, et donc d’accroître sa visible. Peut-être a-t-on trop valorisé les agents par la technique plutôt que par leur service rendu à la communauté. Avec un système décentralisé, ils seraient plus valorisé pour leur service, rendue visible à tous.

2. Une autre piste a été développée au cours de l’échange pour accroitre l’idée de visibilité les problèmes de la recherche: donner aux travailleurs leur parole d’usager.  En mettant au coeur de leur métier leur relation individuelle à l’égard de l’eau, plutôt que seulement celle de technicien, ils pourraient plus facilement chercher à remettre en question leur pratique.

3. Aujourd’hui, avoir de l’eau au robinet chez soi, c’est normal et banal : les agents de l’eau sont visibles uniquement lorsqu’il y a un problème (plus d’eau ou trop d’eau…). C’est en dehors de ces conditions normales, que le travail se voit.

4. La discussion a également souligné le problème du service publique et de la continuité territoriale : la logique de centralisation de la gestion de la ressource eau a été dirigée notamment par la principe de l’égalité d’accès à la ressource. Une des difficultés de la décentralisation du réseau sera de préserver cette égalité d’accès.

 

III. La présentation de Henry Dicks, post-doctorant IRPhil dans le cadre de la chaire industrielle de l’université Lyon3 :  »Rationalités, Usages et Imaginaire de l’Eau », s’est intitulée  »L’avenir de l’eau urbaine : vers un 5ème paradigme ».

L’objectif de son intervention a consisté à proposer un nouveau cadre d’analyse permettant de mieux concevoir le rapport de l’homme à son environnement, notamment par la création de systèmes décentralisés (des living machines), qui pourraient permettre aux gens de prendre conscience des ressources en eau et leur permettre de les protéger.

 

L’intervention de Henry Dicks a directement lancé les débats de la seconde partie de la séance.

 

Discussions

 

L’objet de l’atelier est d’amener une discussion : nous présentons ici les différents problèmes et questionnements soulevés autour desquelles la discussion s’est animée.

1. Les réactions de Elisabeth Sibeud ont initié la discussion autour des critiques portées à l’encontre des systèmes centralisés de traitement et de gestion des ressources.

  • L’utilisation de systèmes décentralisés est consommatrice de temps. Certes, il faut faire évoluer les techniques, mais les systèmes centralisés ont contribué à donner du temps aux gens par la division du travail. A l’inverse, les systèmes décentralisés demandent un investissement et une compétences qui n’est pas forcément présente. La nécessité de cet investissement semble pour autant répondre aux problèmes d’environnement en proposant de fournir des réponses.

  • Une des manières contemporaines de responsabiliser les consommateurs consiste à attiser leur égoïsme financier pour changer de mentalités. Le risque d’intéresser financièrement les gens à la gestion de leur consommation demeure une menace pour l’ équité du service. Le risque d’accroître les inégalités est important : la possibilité d’investir dans des panneaux solaires, que ce soit par capacité financière ou par un avantage de localisation géographique, et de revendre de l’électricité va à l’encontre des principes défendues par les systèmes centralisés, défendant une notion de service public et un accès égal aux ressources.

2. Ces différents questionnements relatif au principe d’égalité permettent d’interroger la pertinence de la notion de smart city, opposé dans la littérature à la logique de centralisation.

  • Elle désigne une situation urbaine où toujours plus de technologies sont utilisées pour médiatiser le rapport aux ressources (compteurs en temps réel de la consommation d’eau, d’électricité, etc.).  Elles impliquent un risque négatif de culpabilisation, pouvant à terme aboutir à un rejet complet de l’écologie par les différents publics (notamment parmi les plus pauvres).

  • Est-ce qu’une plus grande visibilité de la ressource (à travers des outils technologiques) entraîne-t-elle nécessairement une responsabilisation des usagers ?

3. Dans les différents projets abordés au cours de la discussion, le principe commun est celui d’une réappropriation de l’eau, pouvant passer par plusieurs types de dispositifs urbains.

  • Depuis plusieurs années, on rouvre la place de l’eau dans la ville (les quais et les berges du Rhône, projet de réouverture de ruisseaux qui étaient couverts pendant les années 1960s, etc). Ce type de projets se heurte à la fragmentation des métiers de la ville. Dans le cas de réaménagement du ruisseau des « vosges », le souci de préserver des espaces à l’eau apparente doit être central, au risque de trouver facilement d’autres utilités à l’espace utilisé (pistes cyclables, etc). Plus généralement, les aménagements liés à l’eau ne sont pas respectés car ils ne sont pas bâtis  »en dure ». Par exemple, un revêtement sera considéré comme plus technique que l’utilisation de galets pour une même surface. On retrouve là-encore le souci technique chez les praticiens, qui passe non seulement par des dispositifs, mais également par une certaine considération esthétique et imaginaire de ceux-ci.

4. Le questionnement du concept objet de nature a été récurrent au cours de la discussion. Est-ce que ce terme est bien choisi pour parler des différents dispositifs qui ont été évoqués?

  •  La définition d’un objet de nature

    La question demeure donc : peut-on formaliser un concept s’il est indéterminé ? Comment envisager son utilisation dans des méthodes de gestion et d’action qui demeurent définies par ce rapport du sujet à l’objet ?

    • Le concept d’objet de nature semble être un bon moyen de dépasser le clivage habituel entre le naturel et l’artificiel : en associant la capacité formelle de la science à des potentiels d’éléments naturels, il devient possible, au moins sur le plan conceptuel, d’envisager un rapport étroit entre l’homme et son environnement. Pour autant, un des problèmes d’un tel concept, déjà esquissé plus haut, est celui d’associer à la fois une principe déterminé, la fonction normale de l’objet (c’est-à-dire son attente) et la potentialité propre aux éléments naturels.

    • C’est dans cet esprit qu’Henry Dicks a souligné l’importance de changer non seulement de concept descriptif pour mieux envisager les ressources environnementales, mais bel et bien de changer d’attitude épistémologique. Il ne faut pas comprendre l’objet de nature dans la distinction traditionnelle, héritée de la naissance de la science moderne, sujet/objet, car il faut garder la possibilité d’émergence, de création, la participation des deux termes à une relation qui inclue nécessairement ces derniers. L’objet est qualifié par un champ de visibilité active. Il ne faut pas en-cloisonner le monde mais toujours en donner une esquisse ouverte, plus générale.

    • Cécile Nou a également souligné le fait que l’objet participe toujours à l’action par des médiations symboliques, des schèmes, dont l’impact ne peut se réduire à une simple opposition.

  • Sur la question du rapport entre la technique et la nature dans objet de nature : La réflexion s’est poursuivit autour du rapport entre nature et mondes urbains.

    • Une analyse philosophique du concept de nature a été rappelé. La nature est une phusis, c’est-à-dire ce qui se produit par soi-même, sans intervention de l’homme. Cette distinction entre nature et technique remonte à Aristote, où la technê est considérée comme n’ayant pas son principe dynamique en elle-même,  et nécessite l’intervention continuelle de l’homme.

    • Cette analyse permet de mieux préciser le problème de la conception moderne de la nature : une nature totalement domestiquée et contrôlée (dans le cas d’un parc) où l’on ne considère plus que c’est de la nature, ou bien une nature sans intervention de l’homme, protégée et sacralisée. Comment alors continuer à parler de cette nature sacralisée et étrangère à toute activité humaine, alors qu’elle n’existe plus ou peu?

    • Dans le cas des objet de nature, on parle d’objet car il sont les objets d’une technique, fabriqués par l’homme : il y a une médiation entre un sujet et un objet. Il faut cependant prendre le terme objet de nature dans son ensemble, et là on change l’habitude de la pensée technique (intervention sur un objet statique) car il faut penser un objet qui évolue en dynamique, les possibilités d’interaction évoluent, on laisse une place à une certaine indétermination. Les objets naturels évoluent et changent constamment. En évoquant cela, on peut imaginer des systèmes plus complexes à l’avenir.
  • Cela soulève deux questions non encore résolues :

    • Comment gérer les risquesface à cette notion d »indéterminé? Dans le cas de projets urbains, la responsabilité des collectivités est engagée. La responsabilité des agents fait qu’ils veulent une technique qui maîtrise l’ensemble des phénomènes. La notion de responsabilité à travailler si on veut développer ces systèmes.

    • On ne construit plus pour l’éternité différentes structures : il y a un besoin d’adaptation régulier. De la sorte, il semble important d’accepter le temporaire dans les techniques. La distinction développée par Hannah Arendt entre travail et œuvre est éclairante sur ce point : la dynamique de production contemporaine ne tend plus vers une œuvre intemporelle, mais vers le continuum d’un travail permanent. Cette seconde alternative permet alors d’intégrer l’idée d’objet technique en changement constant.

5. Les travailleurs de l’eau

  • Proximité avec les usagers : Comment les techniciens pourraient être en rapport avec les publics et devenir des pédagogues de la technique de gestion des ressources? Aujourd’hui les techniciens sont à la recherche de règlements à seulement appliquer.

  • Ambiguïté chez les travailleurs de l’eau : les services techniques ont l’habitude de demander la concertation de public et mais qu’il y a une demande de co-construction, ils se raidissent. Une des raisons avancées est que la maîtrise technique et les compétences qu’elle implique sont constitutives de l’identité des techniciens. Laisser du pouvoir aux usages revient donc à remettre en cause leurs compétences.

  • Analyse des métiers à faire : s’ils ont un rôle technique, leur rôle social demeure particulièrement absent, notamment par le fait que l’organisation technique les a coupés des publics. Personne ne fait attention à eux, on leur empêche d’avoir un rôle social en leur donnant les moyen que d’un simple rôle technique.

6. Difficulté et appel à de nouvelles recherches sur les modalités de mise en œuvre pratiques des points abordés

  • Au terme de la discussion, on disposer aisément d’un bon diagnostic des problèmes récurrents. Pour autant dans la pratique, il est difficile de retraduire ces problèmes dans le langage des techniciens. Plus difficile encore est le fait de trouver des moyens pour arriver à sauter le pas : cela signifie qu’on a pas encore trouvé les bonnes pistes de changement. Il faut sans doute analyser les organisations et leur fonctionnement de manière plus fine.

 

 

Récapitulatif des différents points abordés 

  • Bien que le thème de l’Atelier soit l’eau, nous avons été confronté systématiquement des questionnements plus larges qui rejoignent les problèmes posés par la gestion des ressources environnementales dans leur globalité.

 

  1. Le problème de la centralisation et de la responsabilité de la consommation (des ressources, mais également utilisation des espaces publics , etc.)

  2. Le problème des objets techniques :

    1. L’opposition formel/indétermination

    2. Le rapport des hommes à de tels objets : la seule manière d’intégrer réellement la part naturelle de ces objets est d’envisager leur fonctionnement ainsi que leurs concepteurs comme une partie intégrante de cette nature.

  3. Le problème de la mise en œuvre pratique des réflexions apportées par les scientifiques

 

 

Poursuites possibles

 

  1. L’anticipation des objets techniques

  2. Les spécificités de la ressource eau

 

 

 

 

 


2 réflexions au sujet de « Compte Rendu – Visibilité et Reconnaissance de la Ressource, des Techniques, et des Métiers de l’Eau »

  1. votre micro ou mini recherche sociologique mini car concernant le secteur de l’eau et micro car pointant les multitudes interactions dans l’urbain, si j’ai bien saisi cela, ainsi je vous demande de m’informer sur l’ensemble des sociologues spécialisés en approche des phénomènes micro-sociologiques dont ses débuts , en fait je fait une enquête sur les boulversements techniques et méthodologiques qui ont survenu dans le champs d’investigation de la sociologie depuis 1980. je souhaite aussi savoir que des universitaires qui ont étudié de la sociologie pure comme moi , pas même ceux qui sont partis d’une formation de psychologue des communications ou d’autres sciences neurosciences ou sciences cognitives ou des techniques de communications ou arpentant les techniques des communications telles que vulgarisées aujourd’hui, merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *