Compte-rendu atelier expérimental : Villes attractive, villes compétitive

Dans le cadre du troisième Atelier Expérimental organisé par la coopérative de recherche IMU alpha, le thème proposé fut de celui de l’attractivité et de la compétitivités de villes.

Ce compte rendu a été réalisé par Romain Sauzet, Claire Revol et Fabien Mazenod.

Conférence de Patrizia Ingallina (Professeur – Université de Lille) : Attractivité, consommation, marketing territorial :

 

Patrizia Ingallina est professeur en urbanisme à Paris IV, spécialiste du projet urbain. Elle travaille sur l’attractivité des territoires en contexte de métropolisation. Ses domaines de recherches actuels sont au croisement de l’économie, de la géographie et de l’urbanisme, et se préoccupent de la territorialisation de l’économie de la connaissance.

Son propos introduit la distinction entre compétitivité et attractivité et porte sur la fabrication et la valorisation de l’attractivité urbaine, ses composantes et ses valeurs. Le projet urbain, défini comme un objet contractuel complexe établit une démarche de construction de la ville. Il amène à s’interroger sur les acteurs urbains et leurs stratégies. Celles-ci ne sont plus uniquement fondées sur la promotion de produits matériels, mais aussi sur la diffusion d’une idéologie de la connaissance incluant le patrimoine comme élément de différenciation métropolitaine.


Atelier Expérimental – Villes compétitives: discours, enjeux, idéologie

 

Après une introduction de la demi-journée par Pierre Ageron, l’après-midi de présentations et d’échanges a débuté.

(vous pouvez accéder au support de présentation des intervenants en cliquant sur le titre des interventions).

  • Sarah Russeil (Ingénieur des Travaux Publics de l’État – TRIANGLE) : Lyon et les réseaux de villes

 

Synthèse de la Discussion :

 

L’intérêt des Ateliers Expérimentaux réside principalement dans les longues discussions que nous pouvons avoir à la suite des présentations. Nous nous sommes donc efforcés de restituer le plus fidèlement possible les interventions des différents participants.

A la suite des différentes interventions, Fabrice Bardet procéda à une discussion spécifique de chacune des présentations, permettant une première mise en perspective afin de favoriser la discussion.

Sur l’intervention de Patrizia Ingallina, il a insisté sur l’intérêt de l’appareillage conceptuel développé, permettant de disposer de conceptions déterritorialisées et favorisant de la sorte l’analyse de différentes situations. Pour autant, cet appareillage souffre de deux défauts : comment expliquer notamment l’inadéquation  »mécanique » qu’il peut y avoir entre l’augmentation de l’attractivité et de la compétitivité d’un côté, et le développement des territoires de l’autre. Par ailleurs, comment expliquer cette corrélation entre compétitivité et attractivité ? Ce problème conceptuel, qui gomme les spécificités contextuelles, ne traite que de manière abstraite d’attraction de  »flux » dans des espaces de consommation sans préciser de quoi on parle (individus, flux économique de consommation, d’investissement, etc.).

Quant à l’intervention de Sébastien Gardon, les remarques ont porté sur la manière dont au cours des années 1980 la création de nouvelles structures urbaines (Aderly, institutions européennes (échec), euronews, interpol…) a été la résultante d’une préoccupation des élites locales pour promouvoir la compétitivité. Qui a fait le chaînage entre les acteurs économiques et politiques? Y a-t-il une sorte de plan d’ensemble de la part des élus? Est-ce que la littérature spécialisée en matière de marketing territorial est mobilisée de manière explicite par les acteurs de la ville dans ces projets? La réponse de Sébastien Gardon fut la suivante : ces outils vont promouvoir l’attractivité des territoires (Aderly). Les élites urbaines vont s’approprier les enjeux de l’internationalisation depuis les années 1990, mais ceux-ci existent déjà historiquement. A Lyon s’est imposée depuis la fin du 19ème siècle l’image du maire homme d’affaire (Edouard Herriot n’étant pas celui qui a contribué le plus à cette internationalisation).

Les remarques sur l’intervention de Sarah Russeil ont porté sur le lien entre l’attractivité et la compétitivité : qui sont ceux qui mettent en œuvre les réseaux de ville ? Comment mesurer les effets en termes d’attractivité et de compétitivité de cette appartenance ? La réponse qui fut donnée a insisté sur le caractère complexe de ce genre de situation : l’attractivité est toujours une conjonction de dynamiques diverses, sans qu’il soit possible de savoir à qui on attribue quoi. Pour autant, les réseaux permettent une émulation. Chacun des acteurs se l’approprie. Cela dépend de qui les constitue.

La question de l’implication des habitants fut également soulevée, sans pour autant qu’il fut possible d’en identifier les effets directs. L’exemple de Québec est intéressant sur ce point : à partir d’une communication autour du patrimoine, il y a eu un effort de légitimer une sorte de faux patrimoine, notamment dans un lien fort avec la jeunesse.

D’autre part, quels sont les risques d’être entraîné par des réseaux, notamment les risques d’homogénéité et de standardisation ? Est-ce que ce constat d’homogénéisation n’est il pas lié à effet d’entraînement ? Toute la problématique contradictoire entre une volonté d’intégration et la nécessité de singularité a-t-elle été soulevée dans le choix de participer à des réseaux ? Ce risque existe, mais la volonté d’appartenance à un réseau est de disposer des moyens de pouvoir se parler. Il est donc nécessaire de mettre en place du commun. Pour Lyon, la question du patrimoine mondial est propice : si la singularité du lieu est niée dans les catégories mobilisées pour en parler, il n’en demeure pas moins que les projets locaux sont étroitement dépendant des conditions urbanistiques et topographiques locales. [NDRL : ces problématiques ont été précédemment discutées lors de l’Atelier Expérimental :  »La qualité urbaine en débat »].

Enfin, la discussion autour de l’intervention de Pierre Ageron a posé le problème du parallèle possible entre la recherche d’attractivité des villes et la dynamique de développement interne aux grandes firmes. Il y a un problème dans cette dynamique, au regard des villes qui veulent des solutions  »clés aux mains », alors même qu’elles cherchent à profiter de leur singularité.

D’un coté les villes affichent leur volonté d’être compétitives et le discours sur la compétition des territoires est prédominant (la place de l’événementiel, du branding, notamment dans les logos d’aéroport, etc.). Une des dimensions du problème de l’attractivité est également une volonté de disposer des moyens de se comparer afin de s’améliorer.

L’idée des espaces de pouvoirs a également été développée : dans les projets d’intermodalité de transport des voyageurs, les firmes ont tendances à prendre le pouvoir (Siemens, Alstom, etc.), en proposant de véritables conglomérats par projets.


Conclusions et Poursuites :

 

La fin de l’Atelier fut animée autour d’une réflexion sur la place critique de la recherche au regard du sujet de l’atelier. La recherche d’attractivité et de compétitivité par les villes, dans sa modalité standardisée d’application d’une logique entrepreneuriale, alors même que ces villes revendiquent une singularité, a été considérée au cours de cet atelier négativement. Pourtant, ce genre d’outil apparaît pour de nombreuses villes en proie à des difficultés économiques comme une solution pour réanimer leur tissu économique et l’activité de sa population, le chômage demeurant une préoccupation principale. L’accueil de nouvelles entreprises, susceptibles d’apporter ces fameux  »flux » financiers, est pour plusieurs villes une condition sine qua non pour pouvoir mener à bien non seulement des projets urbains, mais tout simplement assurer le rôle des municipalités (éducation, santé, etc.). Aussi, la recherche d’attractivité, selon les standards actuels, est vécue par les villes comme une nécessité pour favoriser l’activité économique.

Cependant les critiques mises en œuvre par les chercheurs visent à établir de manière précise et chiffrée les effets d’une politique d’attractivité qui a un coût, afin de mieux mesurer le résultat réel de projets sur l’activité économique (peut-on multiplier à l’infini les effets dits  »Bilbao » ? Le prétexte d’attractivité n’est il pas utilisé pour développer des projets d’image très coûteux et dont l’utilité n’est pas évidente?)

La conclusion de l’Atelier fut donc que la recherche ne devait pas faire porter son effort seulement sur la déconstruction de la logique d’attractivité, mais peut-être davantage interroger de nouvelles modalités, originales à chaque ville, de développer une attractivité qui lui soit propre, et avec de réels objectifs en termes d’économie locale.


Crédit image : Jean-François Gornet, Paris La Défense


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *