22 mai 2014 – « Lyon-Part Dieu : acteurs de marché et politiques urbaines » Journée d’études

Journée d’études IMUalpha

Lyon-Part Dieu :

Acteurs de marché et politiques urbaines

 22 mai 2014 (16h30 – 19h00)

ENS Lyon (site Buisson, salle de réunion n°1)

  • Introduction par R. Frétigny et D. Galimberti , Triangle UMR 5206 – Université de Lyon
  • Intervention de Charlotte Halpern, FNSP, CEE-Sciences Po, « Les acteurs de marché font-ils la ville ? »
  • Contrepoint : Aurélie Delage, EVS UMR 5600 – Université de Lyon, « Des acteurs en quête du marché : l’exemple de St-Etienne Châteaucreux »
  • Intervention de Bernard Badon, Mission Part-Dieu, Grand Lyon, « Le projet Part-Dieu au prisme de ses acteurs »


 

Qui fait la ville ? La géographie radicale anglo-saxonne, dans le sillage des travaux de D. Harvey[1] semble avoir trouvé la réponse : le marché. L’urbain est alors caractérisé par sa valeur marchande, dont les logiques s’imposent aux habitants et au politique. A l’inverse, la recherche urbaine française a développé des approches plus nuancées, insistant sur l’importance des régulations socio-politiques, mais parfois au risque d’une sous-estimation des logiques de marché. Les travaux de Charlotte Halpern et Julie Pollard invitent à dépasser cette dichotomie. Les deux chercheuses ont développé une approche axée sur les acteurs de marché[2], visant à analyser les transformations des modes de régulation de l’urbain à travers une analyse fine des situations de marché et des acteurs (publics, privés, parapublics, quasi-privés) y participant. Elles proposent de dépasser une vision réifiée des acteurs, fondée sur la distinction public/privé, pour mieux se concentrer sur les processus d’hybridation (des modes d’actions, de registres discursifs) et d’interactions en œuvre dans des situations de marché de la fabrique urbaine.

A cet égard, le quartier de Lyon-Part Dieu apparaît comme un terrain très fertile pour mettre cette approche théorique à l’épreuve. Pôle multimodal et deuxième quartier d’affaires de France après La Défense, la Part Dieu est au cœur de plusieurs situations de marchés (foncier, immobilier, de transport, de la compétition interurbaine). Pour autant, ces usages marchands de la Part-Dieu ne sont pas exclusifs d’une très forte intervention publique. Son aménagement dans les années 1970 a été mené par une société d’économie mixte contrôlée par la ville de Lyon, plus récemment les associations d’usagers et des organisations para-publiques (SNCF, RFF) sont partie-prenantes du projet. Par ailleurs la restructuration du quartier apparaît aujourd’hui comme un projet phare de la stratégie de construction métropolitaine. A cet égard, le projet stéphanois autour du quartier de la gare de Chateaucreux est symptomatique de l’importance de ce type d’espace pour le développement urbain[3].

Dans la perspective tracée par Charlotte Halpern et Julie Pollard, le séminaire invite à explorer les phénomènes d’hybridation entre modes de régulation politiques et économiques dans le quartier Part Dieu. Au final, il s’agit d’engager une réflexion renouvelée sur les mécanismes (classiques ?) soutenant les politiques s’inscrivant dans un paradigme de compétition et  d’attractivité urbaine, leurs limites et leurs contextes de manifestation[4].

 Contact :

deborah.galimberti[at]sciencespo-lyon.fr                             raphael.fretigny[at]hotmail.fr


[1] Harvey, David. Social Justice and the City. Baltimore: Johns Hopkins University Press, 1973.

[2] Charlotte Halpern, Julie Pollard « Les acteurs de marché font-ils la ville ?« , EspacesTemps.net, Traverses, 17.06.2013.

[4] Greig Charnock, Thomas F. Purcell and Ramon Ribera-Fumaz “Cities of rents: The limits to the Barcelona model of Urban competitiveness”, International Journal of Urban and Regional Research, Vol. 38, n. 1, pp. 198-217, Janvier 2014.


Crédit image de une : Florian Fèvre de Transports Urbains Français, Lyon TCL Alstom Citadis n°0863 T1 à Gare Part-Dieu Vivier Merle


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *