Le vécu de l’urbain – Compte-rendu de l’Atelier expérimental

Dans le cadre du quatrième Atelier Expérimental organisé par la  coopérative de recherche IMUalpha, le thème proposé fut de celui du Vécu de l’Urbain.

Ce compte rendu a été réalisé par Romain Sauzet.

PLAN du compte rendu :


Les présentations

Vous trouverez davantage d’éléments sur  les différentes présentations en cliquant sur le titre de chacune d’entre elles.

Après une ouverture générale de l’après-midi et une présentation ses objectifs par Romain Sauzet, Aksel Kozan amorça l’Atelier Expérimental par une communication intitulée :  « La ville entre « fabrique du corps » et « illumination profane », en proposant, à partir des travaux de Georg Simmel et de Walter Benjamin, une étude historique de la manière dont les corps vivent l’urbain à partir de la fin du XIXème siècle. Pour ce faire, il a évoqué la ville comme le lieu de la synchronisation et de la rationalisation des usages corporels (notamment via la généralisation d’un temps homogénéisé), et celui de l’expérience du choc et des stimuli. Face à cette intensité qui soumet en saturant les corps dans l’espace urbain, l’humain peut cependant travailler ce vécu, via différentes réactions, minoritaires, mais possibles : « l’illumination profane » de Benjamin, afin de retrouver de l’étrangeté dans l’urbain, que ce soit par la flânerie ou de manière plus active, par la psycho-géographie (Debord).

Après cette présentation historique, Anna-Caterina Dalmasso proposa d’étudier dans un angle philosophique l’évolution de notre perception de l’espace et le temps, notamment dans la manière dont les dispositifs techniques s’imposent à notre sensibilité. Pour ce faire, elle a analysé la perception de l’espace urbain à partir des services de géo-localisation, de l’anticipation de l’espace qu’ils permettent, ainsi que d’une sorte de  »flânerie » numérique. Quant à la question du temps, elle s’appuie sur les écrit de Richard Grousin, afin de montrer comment la recherche d’immédiateté dans les média (la course-poursuite retransmise par télévision  »en temps réel ») fait place après le 11 Septembre 2001 à un tentative d’anticiper le futur, de prévenir et préparer le public à la catastrophe, donc de rendre ce futur acceptable et de le faire devenir une sorte de déjà-vu.

Enfin, au travers d’une présentation intitulée « Pistes artistiques pour un urbanisme du vécu« , Pascal Ferren eut pour objectif de justifier et de proposer de nouvelles manières de faire de l’urbanisme. Que faire de la critique globale des fonctions et de l’efficacité de l’urbain ? Comme laisser une place à un quelque chose comme le vécu de l’urbain? Pour ce faire, il devient nécessaire d’envisager les manières dont les villes sont senties, imaginées, etc., afin de crédibiliser des approches non scientifiques qui pourraient prendre en compte et travailler sur ces affections. A partir d’une définition de l’art comme technique de direction des sens d’autrui, il a présenté différents projets qui proposent des démarches originales pour tenter de dépasser l’irréductible subjectivité de l’expérience, et la faire devenir un objet d’attention.

A la suite de ces trois présentations, Florent Chevreau, Aménageur au sein de l’EPA de Saint Étienne, a remis en perspective les différentes idées évoquées précédemment, afin de montrer en quoi pouvaient-elles entrer en résonance avec les exigences concrètes des plans de réaménagement, notamment dans le contexte de Saint Étienne. Pour ce faire, il a présenté ce qu’est l’EPA, et les différents modèles qui en régisse le développement (la ville choc, la ville diffuse, les villes comme friches, etc.) ainsi que les risques associés (congestion, le manque d’appropriation de la part des habitants, le risque de pastiche, etc.). Il a insisté sur la situation contemporaine de l’urbain : les villes ne sont plus à créer, alors que l’urbain est un donné, il est déjà-là. Il y a une réalité, qu’il faut pouvoir enrichir.


Synthèse de la Discussion

  • L’atelier s’est déroulé autour d’une polarité centrale, opposant deux affirmations contradictoires et insatisfaisantes :

    • Le vécu de l’urbain a toujours quelque chose de caricatural lorsque l’on tente de le penser de manière indépendante, comme un concept dont on pourrait donner une définition arrêtée.1 S’il est possible d’indiquer certaines tendances de la sensibilité humaine en contexte urbain, notamment au travers de l’analyse des corps (ils sont considérés comme des volumes, à ce titre leurs mouvements deviennent les objets de rationalisation et de synchronisation, etc.), il devient difficile d’objectiver des sentiments ou des affects liés à des situations locales et spécifiques.

    • A l’inverse, la focalisation sur ce que le vécu à de subjectif et de spécifique ne risque-t-il pas de produire quelque chose comme la ville individuelle, une ville utilitaire et agréable seulement pour soi, en niant la composante collective qui est la condition de cette ville?

    • Pour travailler cette opposition, l’un des thèmes évoqué à plusieurs reprises fut la possibilité de créer non pas une définition finie du vécu de l’urbain, mais plutôt quelque chose comme une exigence d’attention.
  • Au-delà de ces pôles problématiques, les discussions se sont pourtant confrontées à une définition protéiforme de ce vécu de l’urbain. En voici les lignes directrices :

    • Traiter du vécu de l’urbain, cela revient à vouloir intervenir dessus, c’est-à-dire à reconnaître qu’en l’état il n’est pas satisfaisant.
      • L’urgence du vécu de l’urbain : l’intérêt de cette notion provient de la situation actuelle de l’urbain. Les urbanistes ne créent plus de toute pièce de nouvelles villes, ils ne sont peut-être même plus au stade de la rénovation : leur travail consiste à sauver les villes, à faire que leurs habitants ne veulent plus les quitter. Si la disponibilité de nombreuses fonctions modernes demeurent l’apanage des villes, celles-ci n’apparaissent plus comme des conditions suffisantes pour retenir les habitants en leur sein. C’est pourquoi les notions comme celles de qualité de vie et de vécu de l’urbain prennent une telle place aujourd’hui dans les études urbaines, par nécessité, avec les effets caricaturaux suscités par cette urgence.
    • Quels sont les vécus à mobiliser pour les améliorer au sein de la ville ?
      • Faciliter la vie en ville ? Rendre la ville plus agréable ? Par exemple, en augmentant les accès et les aménités dans les différents quartiers ?

      • En permettant une perception de la ville moins agressive ?

      • En démultipliant les possibilités d’échange ?

    • Le caractère changeant de ce vécu, même à titre individuel :
      • Les vécus d’un même lieu sont différents non seulement en fonction des activités individuelles, mais qui plus est, pour chaque individu, en fonction de ses propres temporalités ! Vouloir être à l’heure et vouloir flâner sont deux comportements possibles pour une même personne dans un même lieu mais dans deux temps différents…

    • La notion de vécu de l’urbain commun :
      • Ce qui semble être le seul moyen pour revenir à l’échelle de ceux qui habitent la ville, non à titre d’une addition d’individus indépendants , mais à la mesure des espaces qui sont habités.
      • A ce titre, la question de la réappropriation des lieux par les nouvelles technologies fut au cœur de plusieurs controverses : est-ce que ces nouvelles technologies, si elles permettent des situations techniques d’échange et de participations collectives, sont capables réellement d’entrer en interaction avec le vécu de l’urbain ? Ces outils ne traitent que de dimensions limitées de ce vécu (principalement la vision). Il leur manque une sorte de présence totale au monde, condition pourtant de ce vécu. Pour autant, en tant que prise possible sur ce vécu, elles doivent être considérées, peut-être avec moins d’auto-satisfaction et davantage comme complément des attentions possibles sur ce vécu.

  • Si l’on ne parvient pas à une définition satisfaisante, est-il au moins possible de définir des moyens de saisir ces différents vécus ? Nous avons évoqué les différentes tentatives de se saisir des ambiances d’un quartier, d’un lieu, etc. par l’intermédiaire d’urbanisme participatif, artistique, d’éducation populaire, etc. Quels qu’en soient les moyens, la condition essentielle pour permettre cette saisie locale reste la possibilité de se donner du temps (par exemple, les projets de Bruits du Frigo tentent de s’installer plusieurs mois sur un même lieu pour essayer d’en comprendre la spécificité avant de proposer des projets).
  • Est-ce que l’art serait un moyen légitime pour saisir ce vécu ? Il semble que les techniques artistiques sont capables de jouer précisément sur cette sensibilité qui compose le vécu de l’urbain, c’est-à-dire qu’elles peuvent tenter tant de le percevoir ou de le susciter, à tout le moins de le pointer du doigt et de montrer son importance.

    • Cependant, est-ce que l’art ne devient-il pas à son tour une forme d’expertise du vécu de l’urbain? Ne risque-t-il pas de s’inscrire dans cette logique horizontale qui semble peu adaptée à ce vécu ? Par exemple, lorsqu’il emploie la modalité de l’événement et du choc, caractères typiques de l’intensité des situations urbaines, ou en se focalisant seulement sur certaines populations?

  • Ainsi, la difficulté réside dans cette double exigence : faire de la ville revient toujours à produire des interventions dans le temps, c’est-à-dire des interventions qui supportent certains objectifs, une planification, qui nécessitent des financements,etc., bref, qui imposent une mise en ordre. Pourtant, il apparaît déterminant d’initier les projets urbains qui tentent de prendre en compte le vécu de l’urbain non pas de cette mise en ordre, mais de ce que les villes ont – singulièrement – en elles, de spécifique.


Conclusion et développement

  • Le vécu de l’urbain apparaît à une époque où il pose problème : la ville perd petit à petit son statut de lieu de vie désiré, et les contraintes sensibles qui accompagnent la nécessité de profiter des fonctions de la ville (travail, loisir, existence, etc.) n’apparaissent plus comme  »valant le coût ». (En témoigne l’augmentation de la vie péri-urbaine et la perte d’habitant pour les centre-villes).
  • Définition critique du vécu de l’urbain : quitter l’échelle de la planification, afin de choisir l’échelle de ceux qui habitent la ville.
  • Impossible de définir ce que serait un vécu de l’urbain, comme une catégorie objective. Les solutions possibles ne pourraient avoir qu’une portée seulement locale.

  • Difficulté supplémentaire : la dynamique urbaine fait qu’on ne cherche pas à se saisir d’un vécu comme d’un donné. A chaque fois, le vécu est bien plutôt perçu comme un mouvement, une dynamique qui se développe. La ville ne doit pas se proposer comme une sorte de miroir de ce qu’on parviendrait à objectiver comme un bon vécu, mais plutôt comme un lieu où ces bons vécus pourraient s’inventer. Autrement dit, la difficulté réside dans les moyens de faire passer ce vécu d’une détermination passive à une reconnaissance active.
  • Pour ce faire, la question du commun est essentiel, pour éviter de développer cette ville individuelle, qui ne pourra jamais produire par addition d’égoïsmes qu’une ville qui ne conviendrait à personne. Aussi, pour prendre soin de ce vécu de l’urbain, il faut tout d’abord se donner le temps de le prendre en compte, d’y faire attention, afin de chercher localement à lui donner de l’espace où se développer, où l’imprévisible pourrait avoir lieu.


1. Pour plus de détails sur cette dimension caricaturale, se reporter aux CR des précédents Ateliers, notamment autour de ‘la Qualité Urbaine’ et du ‘Marketing Territorial’


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *