Interdisciplinarité et Usages de l’énergie dans le secteur résidentiel – 29 Avril 2015

Interdisciplinarité et usages de l'énergie dans le secteur résidentiel

 Atelier Expérimental IMUalpha – Second Cycle

Interdisciplinarité et usages de l’énergie

Retours critiques sur quelques modes de régulation des pratiques de consommation énergétique dans le secteur résidentiel

29 Avril 2015 – 14h-17h

ENS – Salle F113 – Site Descartes

15 Parvis René Descartes – Lyon

Séance proposée par :

ARIK Elvan, Urbanisme, Environnement-Ville-Société (UMR EVS 5600)

GRANIER Benoit, Science Politique, Institut d’Asie Orientale (UMR IAO 5062)

LEPRETRE Nicolas, Science Politique, Institut d’Asie Orientale (UMR IAO 5062)

NAVEROS MESA Ibán, Science de l’Ingénieur, Centre d’Energétique et de Thermique de Lyon (UMR CETHIL 5008)

Descriptif des enjeux et problèmes

Le développement un peu partout dans le monde, d’une nouvelle génération de bâtiments de haute performance énergétique (HQE, NZEB…) laissait présager que les réponses aux enjeux de l’efficacité énergétique se trouvaient unilatéralement dans des solutions technologiques. Force est pourtant de constater que l’amélioration technique de la performance énergétique de ces bâtiments butte devant la réalité des usages domestiques de l’énergie. La performance du bâtiment reste donc théorique. Face à ce décalage, on constate la mise en place de stratégie de régulation politique et technique à visée « éducative » et « informative » en vue d’adapter les usages aux technologies existantes. Ces décisions sont souvent à l’origine de conflits/tensions entre entreprises, politiciens et les habitants et potentiellement éléments déclencheurs de mobilisations. Comment expliquer ces rationalités politiques et techniques qui ne semblent pas toujours en adéquation avec l’intérêt général des habitants ? Est-il possible de les dépasser pour envisager une amélioration in situ de l’efficacité énergétique des bâtiments ?

Cet atelier propose ainsi une réflexion interdisciplinaire (géographie, science politique, ingénierie thermique) pour envisager les pratiques de consommation énergétique domestiques dans toute la complexité des agencements sociaux, politiques et techniques qui détermine cette notion. Deux questions guideront les débats :

  1. De quelle manière les habitants et leurs pratiques sont-ils appréhendés par la variété d’acteurs impliqués dans la production et la gestion du bâti (acteurs publics et privés, ingénieurs techniciens, politiques d’accompagnement…) ? En quoi ces représentations conditionnent-elles (ou sont conditionnées par) la mobilisation de certains types de savoirs, et donc la réalisation de certains choix au détriment d’autres ?
  1. Dans un contexte de cloisonnement relatif des approches conceptuelles et des régimes d’action, dans quelle mesure une perspective interdisciplinaire est-elle susceptible de mettre en évidence certains écueils et de proposer des modes de penser et de faire mieux intégrés ?

Deux cas d’étude seront abordés : le premier est situé en Turquie et concerne une ville-nouvelle à Istanbul présentée comme innovante en termes d’efficacité énergétique ; le second cas est le programme national de logements « intelligents » au Japon mis en place au sein de « Smart Communities ». Si les dimensions socioculturelles propres à ces aires géographiques seront soulignées, nous tenterons avant tout de mettre en avant des éléments qui peuvent être comparables au cas français (bâtiment à énergie positive « Hikari » à Lyon Confluence).

Dans le cas turc, une double focale d’analyse du rapport énergie/bâtiment sera présentée: approche quantitative (issue d’un protocole d’ingénierie thermique) et qualitative (enquêtes sociologiques et mise en perspective culturelle, géographique et politique de la consommation thermique des habitants d’Istanbul).

L’exemple japonais sera dans la continuité de ces questionnements à travers deux dimensions liées à la science politique. D’une part, il conviendra d’interroger les représentations des pratiques domestiques des habitants partagées par les acteurs publics et privés porteurs du projet. L’analyse des dispositifs mis en œuvre, des savoirs mobilisés et des discours de ces acteurs permettra de mettre en valeur une conception singulière riche d’enseignements. D’autre part, les stratégies des entreprises seront replacées dans un contexte plus global de compétitivité sur les normes internationales, ce qui permet d’expliquer certains choix technologiques.

Contact de la personne référent pour la séance : benoit.granier@ens-lyon.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *