Compte Rendu Atelier Expérimental – Interdisciplinarité et Usages de l’Energie

Compte-Rendu de séance

Atelier Expérimental IMUalpha – Second Cycle

Interdisciplinarité et usages de l’énergie

Retours critiques sur quelques modes de régulation des pratiques de consommation énergétique dans le secteur résidentiel

29 Avril 2015 – 14h-17h

ENS – Salle F113 – Site Descartes

15 Parvis René Descartes – Lyon

Séance proposée par :

ARIK Elvan, Urbanisme, Environnement-Ville-Société (UMR EVS 5600)

GRANIER Benoit, Science Politique, Institut d’Asie Orientale (UMR IAO 5062)

LEPRETRE Nicolas, Science Politique, Institut d’Asie Orientale (UMR IAO 5062)

NAVEROS MESA Ibán, Science de l’Ingénieur, Centre d’Energétique et de Thermique de Lyon (UMR CETHIL 5008)

Descriptif des enjeux et problèmes

Le développement un peu partout dans le monde, d’une nouvelle génération de bâtiments de haute performance énergétique (HQE, NZEB…) laissait présager que les réponses aux enjeux de l’efficacité énergétique se trouvaient unilatéralement dans des solutions technologiques. Force est pourtant de constater que l’amélioration technique de la performance énergétique de ces bâtiments butte devant la réalité des usages domestiques de l’énergie. La performance du bâtiment reste donc théorique. Face à ce décalage, on constate la mise en place de stratégie de régulation politique et technique à visée « éducative » et « informative » en vue d’adapter les usages aux technologies existantes. Ces décisions sont souvent à l’origine de conflits/tensions entre entreprises, politiciens et les habitants et potentiellement éléments déclencheurs de mobilisations. Comment expliquer ces rationalités politiques et techniques qui ne semblent pas toujours en adéquation avec l’intérêt général des habitants ? Est-il possible de les dépasser pour envisager une amélioration in situ de l’efficacité énergétique des bâtiments ?

Cet atelier propose ainsi une réflexion interdisciplinaire (géographie, science politique, ingénierie thermique) pour envisager les pratiques de consommation énergétique domestiques dans toute la complexité des agencements sociaux, politiques et techniques qui détermine cette notion. Deux questions guideront les débats :

– De quelle manière les habitants et leurs pratiques sont-ils appréhendés par la variété d’acteurs impliqués dans la production et la gestion du bâti (acteurs publics et privés, ingénieurs techniciens, politiques d’accompagnement…) ? En quoi ces représentations conditionnent-elles (ou sont conditionnées par) la mobilisation de certains types de savoirs, et donc la réalisation de certains choix au détriment d’autres ?

– Dans un contexte de cloisonnement relatif des approches conceptuelles et des régimes d’action, dans quelle mesure une perspective interdisciplinaire est-elle susceptible de mettre en évidence certains écueils et de proposer des modes de penser et de faire mieux intégrés ?

Deux cas d’étude seront abordés : le premier est situé en Turquie et concerne une ville-nouvelle à Istanbul présentée comme innovante en termes d’efficacité énergétique ; le second cas est le programme national de logements « intelligents » au Japon mis en place au sein de « Smart Communities ». Si les dimensions socioculturelles propres à ces aires géographiques seront soulignées, nous tenterons avant tout de mettre en avant des éléments qui peuvent être comparables au cas français (bâtiment à énergie positive « Hikari » à Lyon Confluence).

Dans le cas turc, une double focale d’analyse du rapport énergie/bâtiment sera présentée: approche quantitative (issue d’un protocole d’ingénierie thermique) et qualitative (enquêtes sociologiques et mise en perspective culturelle, géographique et politique de la consommation thermique des habitants d’Istanbul).

L’exemple japonais sera dans la continuité de ces questionnements à travers deux dimensions liées à la science politique. D’une part, il conviendra d’interroger les représentations des pratiques domestiques des habitants partagées par les acteurs publics et privés porteurs du projet. L’analyse des dispositifs mis en œuvre, des savoirs mobilisés et des discours de ces acteurs permettra de mettre en valeur une conception singulière riche d’enseignements. D’autre part, les stratégies des entreprises seront replacées dans un contexte plus global de compétitivité sur les normes internationales, ce qui permet d’expliquer certains choix technologiques.

Contact de la personne référent pour la séance : benoit.granier@ens-lyon.fr

1. Introduction de l’Atelier

L’Atelier a débuté par une introduction des problèmes centraux autour desquelles les différentes présentations allaient s’engager.

Dans un premier temps Nicolas LEPRETRE Nicolas a rappelé que la question de l’usage de l’énergie repose sur les problématiques de consommation d’énergie. Dans cette perspective, la consommation énergétique du bâti est un objet d’attention tout particulier, puisqu’il représente 40% de la consommation totale. Cette question est devenue un élément central de la politique de l’UE (notamment à la suite des directives 2010-31).

Trois axes centraux ont été identifiés pour diminuer cette consommation : la consommation du bâtiments lui-même, ceux des objets électriques, et enfin le levier sur lequel l’Atelier se concentrera, le changement des usages.

Avant de préconiser des changements, il faut cependant connaître ce que l’on cherche à faire changer. Pour ce faire, un protocole,  »IPMVP  » a été mis en place. Il consiste à comparer le niveau de consommation énergétique d’un bâtiment avec nouvelles technologies par rapport à un bâtiment dit  »classique ». On calcule donc l’efficacité énergétique par rapport à cet écart entre ces deux données, et de la sorte, il devient possible de vérifier les gains d’énergie et d’évaluer les performances.

Elvan Arik a, alors poursuivi cette présentation initiale, en insistant sur la nécessité de prendre en compte de l’usager pour calculer la consommation d’énergie. Reprenant les conclusions issues de la thèse de Vincent Renaud sur la fabrication et les usages des éco-quartiers en France, il existe une différence importante entre les techniques prévues et les usages sociaux, et le développement durable n’a pas changé le rapport aux usagers : on garde toujours une logique verticale dans les conseils des aménageurs. Cette situation conduit à une perte d’efficacité : dans le décalage entre savoir-faire préconisés par les constructeurs et savoir-vivre des usagers.

La question des spécialistes de l’énergie est donc la suivante : comment adapter les usages aux fonctionnements des nouveaux objets techniques ?

Cette réflexion repose sur représentation bucolique de l’individu, hygiéniste et moralisante des usagers. En ce sens, un parallèle peut être fait entre l’homme moderne du Corbusier et l’homme durable.

Le Débat dans l’ingénierie technique est bien illustrée par les préoccupations de l’agence Internationale de l’Energie (Annexe 66), qui a lancé un programme de recherche en 2013 « Définition et simulation du comportement des occupants dans les bâtiments », à partir du constat que l’écart entre les réductions de consommation attendues et les réductions effectives étaient colossale de 60%.

Le problème est donc celui d’une mauvaise conception de ce qu’est une action de consommation. Cette mauvaise conception peut se retrouver sur l’analyse de l’usage comme homo economicus rationnel. Le  »Paradoxe de l’énergie  »  représente bien cette situation : alors qu’il plus rentable d’investir dans les équipements, les comportements des usages ne suivent pas ces choix rationnels. Qui plus, des mauvais usages conduisent parfois même à une augmentation de la consommation. Enfin, un autre registre de problème, très important dans le cadre de l’énergie, est celui de l’effet rebond : les économies faites par la réduction d’énergie d’un appareil conduisent à d’autre dépenses énergétiques avec d’autres appareils, ou par l’acquisition de plus d’appareils, la consommation global augmentant de facto.

Pour éviter une seule prise en compte des arguments seulement rationnels, des approches psychologiques ont proposé de mettre à jour à un certain nombre de variables en comparant notamment plusieurs foyers. Ces approches avec système de points, ont un grand succès aux USA et en GB. Les théories des pratiques sociales (parmi les plus connues : celles d’Elisabeth Shove) se développent de plus en plus : chaque pratique sociale est relative à un moment donné, à un ensemble culturel, une société donnée… Une grande partie des comportements sont routiniers donc potentiellement prévisibles et anticipables.

Cette approche a été critiquée à son tour par des sociologues : l’individu n’est pas le bon niveau pour penser les pratiques de consommation. Il est nécessaire pour faire évoluer les comportements de jouer sur tous les éléments qui déterminent son comportement: son imaginaire, les objets matériels qui constituent son environnement, les pratiques sociales collectives, etc. De la sorte, il devient possible de connaître, et peut-être d’anticiper les conséquences de l’introduction des nouvelles technologie (le cas typique étant celui de l’introductio du micro-onde : au début, un gain énergétique était espéré, mais évolution des usages : augmentation le nombre de repas/jour pour un même foyer, développement plats surgelés qui augmente la consommation de l’énergie, etc.

A la suite de cette introduction, les différentes présentations se sont déroulées. Vous trouverez le document de présentation en cliquant sur le lien bleu.

NAVEROS MESA Ibán – Science de l’Ingénieur, Centre d’Energétique et de Thermique de Lyon (UMR CETHIL 5008)

Efficacité énergétique intrinsèque des bâtiments.

Présentation – Iban NAVEROS MESA

Résumé :

Au travers d’une présentation de la méthodologie mobilisée dans sa thèse, Iban Naveros a montré la complexité du calcul de la consommation énergétique d’un bâtiment. S’il est possible de définir la performance énergétique d’un bâtiment, en prenant un certain nombre de variables en compte (on parlera de performance énergétique intrinsèque), le calcul de la consommation énergétique ne peut se faire qu’en prenant en compte l’impact des usages, pour tenter d’avoir une mesure objective.

ARIK Elvan – Environnement-Ville-Société (UMR EVS 5600)

La collectivisation des pratiques thermiques en Turquie – Efficacité ou vulnérabilité énergétique?

Présentation – Elvan ALRIKr

Résumé :

Elvan Arik travaille sur les problématiques de l’énergie à partir de l’étude de la création de la nouvelle ville de Kayasehir en Turquie. Son constat est de voir que les politiques énergétiques, loin d’atteindre ses objectifs de diminution de consommation en passant d’un habitat informel à des bâtiments collectifs, créent plutôt de nouvelles vulnérabilités énergétiques (c’est-à-dire, un faible pouvoir d’emprise sur sa consommation énergétique, et l’importance du poids de la consommation). Soulignant les conflits entre les préconisation des constructeurs (température minimale dans chaque appartement de 15°, imposition d’une norme de confort, etc..), il s’interroge sur la possibilité de prendre en compte les variables qualitatives pour étudier les cas de consommation.

GRANIER Benoit, Science Politique, Institut d’Asie Orientale (UMR IAO 5062)

LEPRETRE Nicolas, Science Politique, Institut d’Asie Orientale (UMR IAO 5062)

Modifier les comportements individuels ou reconfigurer les pratiques sociales?

Présentation- Granier & Lepretre

Dans le contexte du Japon et de la maîtrise de l’énergie à partir des années 1970, Benoit Granier et Nicolas Leprêtre étudie les projets de collaboration entre entreprise et collectivités pour faire émerge des smart communities, dont l’objectif principal, en plus de celui de diminuer les importations d’énergie, et d’éviter les pics de consommation qui mettent à mal le réseau électrique.

Pour réaliser ces objectifs, l’effort a été portée sur le rôle des foyers (possession de tablettes permettant de connaître en temps réel sa consommation, constituant un interface afin de mettre en place une logique de demande-réponses avec les gestionnaires du réseau etc).

Là encore, la difficile anticipation par rapport aux usages posent problème (choix du public pour les expérimentations, impact des incentives et des  »points » gagnés, lassitude technique, utilisation de chauffage au gaz ou au fuel pendant les périodes de pointe, etc.). Les succès énergétiques de ces politiques énergétiques (baisse de 10-15% de la consommation pendant les pics) ne semblent donc pas ni pérennes, ni généralisables à toutes les populations.

Discussions

Contrairement à l’usage (imprévisible dans les comportements énergétiques autant que dans le déroulement d’un Atelier Expérimental), les discussions ont commencé avant la reprise générale par les discutants.

Voici un résumé des problématiques principales. Nous avons également produit un compte-rendu plus détaillé des différents échanges.

Compte-Rendu des échanges – AE – 29 avril

Problématiques centrales :

* Les gains de la réduction de la consommation ne sont pas sur la facture énergétique des particuliers, mais plutôt au niveau de la gestion des réseaux (les fameux pics de consommation sont très problématiques).

Pour agir sur ces pics, il est nécessaire d’interagir avec les populations. Comment faire pour les inciter?

* Inciter les populations, cela veut dire pouvoir envisager et anticiper leurs comportements. Nous avons vu combien il était difficile de faire changer de comportements. Quels sont les variables sur lesquels travailler ?

* Le porte-monnaie ? Il existe des comportements irrationnels sur un plan économique ?

* La centralisation ? L’exemple de la Turquie en montre la contre-productivité.

* L’aspect ludique ? On assiste à une certaine lassitude technique.

* L’analyse des comportements : biais psychologique, environnement imaginaire, etc….

* Une fois identifiées : comment agir sur les éléments périphériques qui déterminent les comportements ?

* L’accompagnement des populations : quelles sont les technologies que l’on doit mettre en place ? Comment se donner une marge de manœuvre ?

Problématiques diverses :

  • Quelle est la consommation de la prise d’information ?

  • Peut-on parvenir à responsabiliser les usagers sur leur consommation ?

  • Quels sont les acteurs légitimes pour ce faire ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *