L’expérience sensible : atelier pratique à Confluence

Extraits de textes produits et photos de l’atelier pratique organisé le 26 juin 2015, mené par Frédéric Barbe, géographe.

DSC09788

LES DIX MINUTES DE BONHEUR EN PLUS

(extraits des phrases rédigées par les participants)

9 h 19

Une petite mamie avec un sac karling passe comme un automate devant le musée.

Le bruit de la circulation est continu.

Les croisements s’échappent ;  et recommencent.

Mélange de bruits entre voitures accélérant d’un feu à un autre et flux continu mais perpendiculaire de l’autoroute.

Le Rhône coule, la vie s’écoule, la ville passe…le parc d’attractions n’est pas encore ouvert.

9 h 20

Un cycliste à vélo s’est arrêté pour prendre une photo de la passerelle.

Le calme de l’eau s’oppose à la vitesse des véhicules.

Le bruit attirera toujours plus le regard.

Les transports en commun doivent être très bruyants car on ne se rend même pas compte de tout ce bruit quand on sort du tram.

Beaucoup de bruit(s) pour rien !

9 h 21

Je sens des vibrations dans mon arrière-train, mais c’est pas le tram, c’est le vibreur de mon téléphone.

Où se trouvent les usagers, sur cette place vide, face au musée ?

Les plaques révèlent la sécheresse de l’ombre.

Les camions, voitures et motos sont faciles à distinguer les yeux fermés.

« La ville durable peut-elle produire des ruines ? » Exposition de réouverture du Musée des Confluences après travaux – Février à Juin 2017.

9 h 22

Dans mon dos, le bruit incessant de reprises, d’accélérations de voitures.

La ville est faite des mouvements permanents.

Tout ça glisse, beaucoup trop, facilement.

Tiens, un tram !

Arrêt Musée des Confluences, destination  Feyssine… hauts lieux lyonnais de…

9 h 23

Deux couples de touristes, polos de couleur, petits sacs à dos, lunettes de soleil.

Un environnement contrasté : entre statisme et mouvement.

Les lignes de bétons sont faites pour être photographiées.

Un tram arrive et tout paraît calme : aurait-il un effet neutralisant ?

L’enrôlement commence dès le plus jeune âge

9 h 24

Au loin, on voit la pointe du crayon. Il paraît qu’il va être détruit.

Nous sommes face à un édifice monumental, mais froid.

Ici, le parcours des gens se dessine bien.

Un groupe d’enfants passe dans ce paysage béton-voiture : mais oui, c’est vrai, il peut y avoir des êtres humains ici !

La cerise sur le ghetto…. des gagnants

9 h 25

Une dame blonde d’un certain âge se demande ce qui se passe autour d’elle.

La présence des bateaux le long des berges m’évoquent le calme et le repos.

Comme s’il fallait les compter.

Impossible de s’abstraire des circulations et de leurs bruits, sensation d’agitation, ambiance fatigante.

L’appauvrissement de l’expérience : prêt à vivre en sachet lyophilisé.

9 h 26

Un coup de klaxon invisible, l’odeur des gaz d’échappement, les piaillements d’une centaine d’écoliers, une mobylette qui agonise.

Je peux me sentir oppressée face à un espace trop minéral.

Le safari béton a ceci de complet qu’il n’y a pas besoin d’attirer les bêtes.

On entend un oiseau, près du musée : un enregistrement ? Alors c’est ça, la nature en ville ?

Entrez mesdames et messieurs. Entrez ! Il n’y a rien à voir.

9 h 27

Des grues  dans l’axe de la voie de tram.

Les oiseaux qui chantent sont invisibles à l’œil.

Une camisole fluide.

Dos à la route je sais qu’il y a une plaque d’égout.

La prostitution a quitté Perrache… pour prendre ses quartiers à Confluence

9 h 28

Encore d’autres gosses, ils entrent dans le musée.

Je suis prise entre nature et urbain.

Il fallait chercher.

 

PROMENADE A DEUX (un guide, un les yeux fermés)

DSC09744

DSC09746

DSCN0722

Vue par un guide :

–         le périphérique, que l’on entend aussi bien les yeux ouverts que fermés devient un bruit de fond, quelque chose de familier une fois que l’on est privé de la vue.

–         Sentir l’eau (odeurs  + « présence »)

–         Tentative de désorientation au début de la balade :  le site ne s’y prêtait surtoute la durée du trajet mais les premiers mètres, cela fut efficace.

–         Aventure illustrant le principe qu’un coup de pied, l’extension d’un bras représentent les bases de la conscience de l’espace> tentative de « prendre la mesure » de son environnement en autant de proche/lointain à l’épreuve du corps.

–         Les odeurs (fleurs, plantes) prennent une autre teneur une fois que l’on est aveugle : elles traduisent une humeur passagère mais forte.

–         Au bruit, le passage sous le pont permet de s’orienter à nouveau et par conséquent de ne plus être perdu : c’est comme si avant, arrière, droite, gauche, réapparaissaient. L’espace se réorganise, certes de manière imprécise mais se réorganise tout de même.

–         Recherche perpétuelle (par le discours tenu à son partenaire) des points de repères identifiés avant de « passer en mode aveugle ». = se rassurer ?

DSC09751

DSC09750

DSCN0733

DSC09755

UNE COULEUR

Le vert dégradé d’Euronews sur la façade du bâtiment en béton à demi explosé de l’autre côté de la rue : il varie selon la distance et la luminosité ; à courte distance, il est presque invisible.

Le vert dégradé d’Euronews est un mirage.

DSC09733

Tout au long du parcours, percevoir le rouge. Il est là, par touches. Une voiture, le t-shirt d’un passant, un panneau de signalisation, les phares de voitures, les barrières du chantier, la grue, les gaines qui entourent les lampadaires, les plots bétonnés, les points rouges des sorties de secours de la sucrière, la signalétique de Lyon, la rubalise, les chaussures de Seb, mon stylo.

DSC09754

Se fixer une couleur  »rare » (le orange) ; obliger le regard à scruter ; ne rien trouver ; puis, par coïncidence, la carlingue d’une péniche se confond avec le T-shirt de ce que je crois être une coureuse : l’orange se manifesta simplement, sans que je n’eus besoin de le trouver.

Vanne pompier, groupe électrogène, deux voitures au loin, une barre verticale, les tuiles des maisons, le tee-shirt d’un coureur, une sortie d’eau pour pompiers, la rubalise, un casque de chantier, un échafaudage, la laisse d’un chien, le drapeau bleu-blanc-rouge, les grilles des travaux, les poignées du guidon d’un vélo, les lacets d’une chaussure, la pince à crottes de chien, la bouée de sauvetage accrochée au bateau, les fleurs dans l’escalier, le tapis rouge de l’entrée. Le rouge. Le rouge pour montrer, signaler, rendre visible, le rouge de l’urgence, de l’attention, du danger. Le rouge esthétique, qu’on a voulu placer là ou là par goût, par volonté.

DSC09725

Blanc. Blanc du bus, blanc sale plus vraiment blanc, blanc du rouge sur le chantier. Blanc, blanc… en fait le noir de mes pieds. L’enrobé chaud frotte sous mes pieds, c’est douloureux, et salissant. Les îlots de pavés sont salvateurs : des îlots de paix.

DSCN0742

DSC09737

DSC09720

Le gris : omniprésent avec des teintes variées créant des sensations : froid, discrétion, « cosy », urbain, machinisme, anonymat. C’est la couleur qui permet de voir les matériaux présents sur le site. C’est la couleur de la structure de tout cela, le squelette de tout.

DSC09730

DSC09731

DSCN0751

PRENDRE DE LA HAUTEUR

DSC09757

DSC09759

DSC09762

DSCN0772

DSCN0769

DSCN0778

DSCN0779

DSCN0783

 

RÉCIT INDIVIDUEL : LA FRICHE ULTIME

19 février 2014. Cardinal, le groupe Cardinal obtient le droit de me démolir. Ça fait longtemps que je n’existe plus aux yeux des autres de toute façon. Pourtant, j’vous jure qu’on était bien. Y’avait Frédéric Duranbert et puis Philippe aussi. Ils s’étaient auto-nommés « les frères2com ». La boîte aux lettres a bien voulu garder encore leurs traces. Ils passaient des journées entières derrières l’écran bleu de leur ordinateur. C’était des bon gars. Et puis, y’avait aussi l’AMF, l’Atelier Mécanique fluviale. Eux, on pouvait les joindre au 06.78.92.96.80. Y’avait de la vie. On venait, on partait. On m’habitait. Ça vivait. Tu m’étonnes, 1900 mètres carrés au planche, 11,45 mètres de hauteur. Y’avait de la place. Et puis BAM, tout s’écroule. Moi je ne m’écroule pas mais tout s’écroule autour de moi. Tout le monde me quitte, me déserte. Alors je reste là, vide, seule, dressée au milieu du quartier. Je vois encore passer le train, j’entends encore rouler les voitures. Petit à petit, les grues sont arrivées, le bruit des moteurs de camions, le son rythmé du marteau piqueur. Un immense Monsieur gris s’est dressé derrière moi, fier comme un pape. Il ne m’a jamais encore salué : INCROYABLE ! Et puis, quelques semaines, quelques mois ont passés et une charmante demoiselle s’est montée juste en face de mon nez. Elle a la peau verte, étrange. Certains disent qu’elle est belle. Sa peau est pourtant maculée de formes et de trous aléatoires. Elle ne parle pas elle non plus. Mais qu’est ce qu’ils ont tous à ne pas me dire bonjour ?

Un jour elle a écrit son nom et l’a accroché sur son front. EURONEWS qu’elle s’appelle. Elle est plus grande que moi. Elle me domine. Avec le soleil, la couleur de sa peau déteint sur la mienne. On ne regarde plus qu’elle. Et puis l’autre là, qui se dresse tel un conquérant derrière moi…Alors, oui, maintenant c’est ça, les gens passent et ne me regardent même plus dans les yeux. On m’a même désosser, on m’a ôter mes lunettes. Les verres sont encore à mes pieds. On m’a arraché les boyaux, violemment. Les fils sortent de ma peau. Les tuyaux glissent sur mes pieds, entre le verre et la poussière. On m’a brûlé, les traces noirs sur mes yeux ne partiront pas de si tôt.

On ne me regarde plus et pourtant je vis encore. Mais pas comme avant, pas la journée, mais le soir. Le soir, la nuit on vient m’habiter. J’peux te dire que ça me change ! Ils viennent en chuchotant et s’installent. Ils ont raméné des couvertures, une à carreaux et trois jaunes salies par la poussière. Ils boivent des bières, ils ont laissés les cannettes vides par terre les cons ! Ils ont essayé de m’agencer un peu, une palette sert de bibliothèque : Tribune du Progrès « Grand Travaux entre Lyon et Saint-Étienne ».

Je t’avoue, on ne m’a jamais autant décoré, de toutes les couleurs : LE ZOB – PÉTROCHIMIE CRIMINELS – ASHER – MARIUS – SUFOK – SCK – TED4 – LIOBAREK – REVAS et j’en passe. Aussi, depuis qu’on m’a laissé tranquille, les plantes sont revenues me rendre visite. Ça faisait longtemps. Monsieur coquelicots, pissenlits, ronces, et même Madame Paquerette ! C’est désert, aride, sec mais la nature reprend enfin ses droits. Ah, j’suis bien, un peu chamboulée mais j’suis tranquille.

Et puis BAM,  27 juillet 2014, le sacré Cardinal qui en remet une couche. La sentence tombe : HABITAT COLLECTIF. Non mais, habitat collectif ? Sans même me concerter, me demander ce que j’en pense ! Je ne sais pas…on aurait pû me transformer, me faire pousser les cheveux, m’habiller autrement mais non, on me démolit pour me reconstruire en ha-bi-tat col-lec-tif.

En tout cas, ce cher Cardinal a jugé bon de me faire grandir : 19,80 mètres de hauteur et 3682 mètres carrés au plancher. Je double de volume et m’allonge de plusieurs mètres.

Alors, Mademoiselle à la peau verte va-t-elle enfin me regarder ?

 

RECIT INDIVIDUEL : LE TRÔNE

Le trône est assis là, sous un pont de chemin de fer, au bord d’une rue peu fréquentée et juste devant deux imposants chantiers.

C’est un endroit où l’humain est mécanique.

Il n’y passe pas, pas en ce moment. Mais il y est hyper présent, sous formes de traces visuelles mais surtout auditives et odorantes.

On y sent le métal qui chauffe, la poussière qui vole et emplit le nez, et puis de vagues flagrances d’urine, de tabac – chaud ou froid selon les moments – de bière qui chauffe au soleil, de gaz d’échappement.

On y écoute un orchestre complet de ce que la société industrielle a produit de meilleur. Une disqueuse assure la mélodie, sorte de caisse claire circulaire et ultrarapide. Un groupe électrogène s’y rajoute telle une grosse caisse, un son tout aussi régulier mais plus sourd et plus lent. Les voitures passent régulièrement, toujours à contretemps. Parfois l’écho de quelques voix se fait entendre. Il est quasiment impossible de leur associer du sens. C’est un peu plus fort quand c’est hurlé au téléphone. Tous les quarts d’heure environ on assiste à un solo de train, bref mais intense : une grosse ligne de basse puissante qui fait trembler les murs.

On est sous un pont, ce qui provoque un écoulement d’air pas désagréable par temps chaud et mêle les sens, le vent s’accompagne d’odeurs changeantes. Le passage des voitures soulève son lot de poussière, ça emplit le nez. Passe parfois un vélo hors d’âge dont  la chaîne grince un peu.

Soudain, la disqueuse s’éteint. Apparaissent des sons qui étaient jusqu’à présent masqués. En l’occurrence la présence non loin d’adolescents enthousiastes qui estiment qu’il est profitable à tous d’écouter de la musique de variété sucrée diffusée par les enceintes nasillardes d’un téléphone portable.

En fait, c’est la pause des ouvriers du chantier. Plus de son d’outils. A proximité du trône, arrivent des humains en chair et en os, enfin. Les clopes s’allument. Immédiatement suivies par les moteurs qui outre leur aspect sonore réchauffent physiquement l’atmosphère quelques minutes avant de partir.

Le soleil a bougé et le trône est désormais au soleil. De fibre synthétique et d’acier il sera bientôt brûlant. Il doit assurer la sienne tout seul de toute façon puisqu’il n’a manifestement plus rien à attendre des humains en termes de chaleur. Ceux qui s’approchent au mieux le dédaignent, au pire ne le remarquent même pas. D’ailleurs je ne l’avais pas vu avant de le chercher.

C’est dommage, il est remarquable. On devine à le regarder les splendeurs passées même si les roulettes ont quitté leur logement depuis des lustres, le repose-pied ne repose plus rien et le dossier a souffert. On devine que tout cela a dû apporter du confort aux fessiers de ses anciens propriétaires. Et puis, voilà il a terminé là au milieu des déchets de chantier, on ne sait pas trop pourquoi. Bientôt ce sera la benne, avec les gravats, puis l’enfouissement. Mais pour l’instant le trône profite du spectacle qui se livre à lui. A la fois monotone et changeant – un spectacle qui  pue, qui pique les yeux et les poumons, qui agresse les oreilles – mais un spectacle moins aseptisé que les attractions qui se déroulent de l’autre côté de la rive où badaus, clients et animateurs de kermesse s’activent. Et ça, le trône, il aime bien.

DSC09718

RECIT INDIVIDUEL : LA PATINOIRE

« Cet endroit a sans doute été une usine….une gare…de toute façon, depuis que je suis sur ces foutus rails, je n’ai vu que cela : des ruines d’usines, d’entrepôts, des cheminées couchées. »

Parler à haute voix était la seule parade que j’avais trouvé à la folie qui ne demandait pas plus pour me gagner…totalement. Cela fait longtemps…des mois…peut-être même une année que je marche dans ce no man’s land permanent. Je…je ne sais pas d’où je viens…pourquoi je suis là…quand sommes-nous…pourquoi n’y-a-t-il personne,  à l’exception d’animaux peu farouches lorsqu’ils me croisent.

« Bon Dieu ! Je ne suis tout de même pas le dernier homme sur terre ? »

L’atmosphère tranchait radicalement ici, surtout avec le précédent lieu où je m’étais arrêté, le temps de soulager un peu mes pieds gonflés. Une sorte de vestige, un amoncellement d’acier et de poussière blanche, sorte de squelette d’une espèce éteinte s’obstinait à demeurer comme pour dire : « Regardez, j’étais quelque chose d’important avant, un emblème, un seigneur en ces lieux ! ». Ici, s’il était bien question de passé, celui-ci paraissait moins témoigner de quelque chose qui fut mais semblait avait un statut de monstration permanente, d’exposition d’un certain savoir-faire. On décelait des restes de peinture, de pièces en plastiques colorés. Toutefois, après pas, l’impression changea et ce foisonnement envisagé fit place à une image de monotonie et de vulgarité.

« Ah oui… c’est pas Angkor, tout de même ! ».

Non ce n’avait vraiment rien de l’expression de la puissance d’une civilisation…bien au contraire… mon « savoir-faire » semblait, en réalité, être consacré entièrement à la contrefaçon, l’imitation, la simulation. Dans un des bouquins que je trainais avec moi, il est mentionné qu’existe quelque chose que l’on appelle « génie du lieu ». Cet endroit en avait bien un. Le doute n’était pas permis. La preuve…il me met mal à l’aise, renfloue en moi des paysages du passé comme si ces amas de béton et d’acier connaissaient le moindre de mes remords, la plus sournoise de mes peurs… Avais-je vécu ici ? Etais-je déjà venu ici ?

« Oui…une atmosphère similaire…ce soleil écrasant…cet air lourd…cette plaine à l’horizon…cette colline là, sur la gauche… et ces deux…fleuves … et plus loin…il y avait une femme… si seulement… »

Non !  Ce n’était pas une gare, ni une usine…trop démonstratif…Mais alors quoi : un parc d’attractions ? Un studio de cinéma ?  Une maquette grandeur réelle d’un projet fou qui, heureusement n’avait pas du voir le jour. Et toujours cette sensation de mal-être, de ne pas tout saisir, tout maîtriser. Et toujours ce sentiment que ce lieu sait tout de moi, mes démons, mes fantômes…qu’il connaît cela et qu’il me l’expose… A un moment j’ai quitté la voie ferrée et me suis dirigé à droite, vers un autre bâtiment, plus discret en apparence, plus humble mais presque intacte. Monolithique, il était partiellement recouvert d’une variété de lierre ou de quelque chose comme ça. Je me sentais bien à côté de lui. En posant ma main sur un mur, une énergie me traversa et une image me vint à l’esprit : un bâtiment circulaire, lui aussi monolithique, lui aussi couvert de lierre qui lui donnait une seconde peau… un lieu où l’on jouait de la musique… et il y avait toujours cette femme… mais son visage m’échappe… comme à chaque fois où elle revient me hanter. Une fois à l’intérieur, je me rendis compte qu’à défaut de musique, on pratiquait des sports ici…des sports de glace… c’était une patinoire.

« C’est un bon endroit pour dormir ici, non ? » demandais-je à moi-même. « Pas encore, il est un peu tôt pour dormir…non ? Tu crois que je ne vois pas où tu veux en venir ? Allez, reprends la route », me répondis-je. « Pour où ? Pour quoi ? Pourquoi ? »

Un escalier branlant m’amena sur le toit et de là haut, s’offrit à moi un paysage urbain colonisé par la nature. Je vis une tour cylindrique au loin. Une tour coiffée d’une sorte de pyramide, de pointe. Il fallait que j’aille voir, que je cède à cet appel de me rendre dans les parages de cette tour comme si toutes les réponses à mes questions étaient là-bas. Comme si une fois arrivé, j’allais enfin être libéré… mais libéré de quoi… et après, qu’allait-il se passer…

 

RECIT INDIVIDUEL : ALLER-RETOUR EN TRAM

DSC09772

La foule sort, entrée calme, bribes de discussion. Pointe au soleil, les lieux s’enchaînent. Tas de gravats, musée, passerelle. Enchaînement avec le deuxième tram, le contourner, retour rapide. Attente de 4 minutes pour le prochain à Montrochet. Bruits de travaux et de trafic, l’arrêt se remplit petit à petit. Des personnes debout, assises, indifférentes, en attente. Le tram arrive, je vois surgir ses yeux qui brillent. Les gens dansent, des pieds partout. Les gens déjà dedans ont du entendre la musique de nos titres de transport validés. Bruit long, de fond, continu du tram qui roule. Il accélère, petites saccades. La lumière entre, coupée par les arbres au bout du cour Charlemagne. Il freine, on avance et recule tous, sec. Il faut traverser la dalle, comme un check-point, mais voici déjà le musée. Les portes de gauche s’ouvrent, se referment en un claquement et nous sommes déjà repartis. On penche, on accélère, comme un élan de liberté au-dessus du fleuve. Il freine, tourne, voilà l’autre monde. Arrivée lente et plus douce. L’autre tram, retour, est là mais je le laisse partir. Il fille. Bruit de pièces dans le distributeur de tickets, un homme parle, il a un accent. Bruit du clapet où il récupère ses tickets.

DSC09766

Assise à l’arrêt, en face de moi du vert, séduisant, et pourtant un bruit de camion sur les plaques au sol, puis un autre. A gauche le flux toujours de véhicules vers le Sud. Gerland, autre quartier d’activités. On attend. Des pompiers au loin. Des pieds qui trainent, deux jeunes, elles rient, parlent en anglais. Des espadrilles. Tic tic, tic tic, tic tic, une femme avance aidée par des béquilles, déloge les jeunes pour s’asseoir à l’ombre. Des voix, trois femmes, « quand même ! ». Une voix d’homme au téléphone. « Le nombre d’élèves c’est 1200… » Les femmes : « Pareil, pareil… fallait aider à çi, à ça, ils n’ont donné aucun amour… » « Moi je l’ai dit à la mère de Romain… » Le tram arrive, on monte. Les conversations s’entrecroisent. « Merci beaucoup, au revoir » dit l’homme. « C’est générationnel » poursuivent les femmes. Je m’assoie, une femme au téléphone se met à côté de moi : « Oui, c’est ça, 1945, droit de vote et sécurité sociale ». Déjà le musée. « Bonjour messieurs dames », derrière moi des contrôleurs. Mes voisins discutent. Ma voisine finit sa conversation, avec son fils ? Elle attend les résultats du bac avec impatience. Les voix des contrôleurs. Voilà l’arrêt Hôtel de Région, les gens se lèvent avant la voix du tram. Je sors, vers l’arrêt opposé une femme s’écrit au téléphone : « oui, elle en prend encore deux autres, elle a fait modifier son agrément. »

DSC09767

DSC09768

DSC09770

DSC09773

DSC09774

DSC09777

DSC09782

DSC09784

DSC09786

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *