Atelier expérimental : Images et imaginaires des villes du futur

Images et imaginaires des villes du futur : penser la place du système productif

 

Le troisième atelier expérimental IMUalpha de l’année 2016 était consacré aux images et imaginaires des villes futures :

Affiche AEX_20_avril_2016

Présentation :

Séance organisée par Clémentine Périnaud et Damien Petermann

Intervenants :

  • Noémie Boeglin, doctorante en Histoire (EVS/UJM Saint-Étienne/ ENSASE)
  • Sylvaine Lobry, doctorante en Science politique (Triangle/IEP de Lyon)
  • Henry Dicks, post-doctorant en Philosophie (IRPHIL/Université de Lyon/IMU-VIBIOM)

Discutants : 

  • Kader Mokaddem, professeur de Philosophie et Esthétique, École d’art et design de Saint-Étienne
  • JeanClaude Paillasson, professeur de Graphisme, École d’art et design de Saint-Étienne

Compte-rendu :

Ce compte-rendu a été rédigé par Clémentine Périnaud et Damien Petermann.

Télécharger le compte-rendu au format PDF :   CR AEX 20.04.2016

PLAN :


Résumés des présentations [↵]

• Présentation 1 : Robida et la fée électricité, imaginer le Paris futur, par Noémie Boeglin

Journaliste, caricaturiste, romancier, reporter de guerre, auteur de guides de voyages, créateur du Vieux Paris à l’exposition universelle de 1900, directeur de journal, Albert Robida (1848-1926) a produit quelques 60 000 dessins. Deux romans dont il est l’auteur et l’illustrateur publiés dans ce contexte apparaissent très représentatifs de sa production : Le Vingtième siècle (1883) et La Vie électrique (1892). Ils permettent de lire quelques aspects du Paris d’anticipation imaginé par Albert Robida à la fin du XIXe siècle, où l’électricité occupe une place prépondérante.

Ces romans abordent tous les deux la vie quotidienne de familles au milieu des années 1950, dans un Paris largement agrandi et comprenant plus de 42 arrondissements. Le Paris imaginé par Robida n’est absolument pas mis en contrepoint avec le Paris contemporain, même si l’on peut lire des allusions fugaces au passé d’une ville industrielle et industrieuse, souillée par les poussières du charbon. Le Palais des Tuileries, reconverti en Musée de l’industrie témoigne de ce passé lointain. Le Paris de Robida est immense, sillonné de toutes parts par des câbles électriques, téléphoniques, ou des tubes mettant en relation constante les populations à l’échelle du monde et dont la vitesse permet pratiquement d’abolir les distances. Le ciel est si grouillant de véhicules aériens de toutes sortes qu’il est un lieu de danger permanent et d’accidents fréquents. Les réseaux permettent d’alimenter en électricité toutes les inventions présentes dans la vie quotidienne. Si les nombreux modes de transports imaginés par l’auteur sont loin d’être en usage aujourd’hui, d’autres inventions vont effectivement connaître un usage quotidien dans la seconde moitié du XXe siècle : le téléphone par exemple est l’invention de Robida la plus représentée et sous toutes ses formes, jusqu’au transport de l’image des interlocuteurs.

Passant en revue les multiples inventions décrites (téléphonoscope, phonogramme, ascenseur, conception in-vitro, horloge parlante, radio…), Noémie Boéglin décrit la peinture d’un progrès touchant tous les domaines, de l’urbanisme aux différents moyens de communication, en passant par la cuisine. Nouvelles techniques de construction aérienne, nouvelle conception d’appartements sans cuisines mais reliés à des compagnies d’alimentation, organisation des immeubles pour répondre à une circulation aérienne, c’est l’ensemble de l’architecture et de l’urbanisme du Paris futur qui se trouve modifié. La nature apparaît absente de ce nouveau Paris, reléguée à l’extérieur des villes. La technologie omniprésente n’est pas sans danger : Robida décrit dans ses romans l’accident électrique qu’est la « tournade » (une tornade d’électricité se propageant le long des lignes et à grande distance) mais aussi l’affaiblissement des hommes : l’usage omniprésent de l’électricité conduit les personnages à ne plus se servir de leurs muscles, modifiant leur aspect physique, les rendant vulnérables.

Le Paris de Robida est un futur possible imaginé au cours des dernières années d’un siècle foisonnant, où l’électricité s’impose peu à peu comme indispensable. Si l’auteur anticipe des inventions dont la plupart sont aujourd’hui largement diffusées, d’autres constituent des rêves encore fréquemment diffusés dans la fiction. Ce Paris du futur, idéal selon certains éléments, est aussi nettement teinté de pessimisme, dans la plupart des aspects quotidiens.

 

● Présentation 2 : Vers la ville hyperindustrielle ? L’exemple de la métropole lyonnaise, par Sylvaine Lobry [↵]

L’industrie est un terme qui paraît familier. Les activités industrielles se caractérisent traditionnellement par un ancrage territorial fort et géographiquement visible autour de grands sites. Historiquement, l’industrie est une notion qui renvoie à l’acte productif : elle met l’accent sur la dimension matérielle de la matière et physique, sur les liens avec les lieux de production et le territoire. La définition de l’industrie repose également traditionnellement sur l’identification de grands secteurs industriels, notamment par l’approche statistique des activités industrielles, une approche en décalage avec la réalité actuelle. Un ensemble de facteurs a fait évoluer la définition des activités industrielles : augmentation de l’investissement immatériel, du recours à l’intérim ou au temps partiel, recul du syndicalisme, éclatement de la géographie des sites, mouvement croissant de délocalisations. Aujourd’hui, les formes, les lieux, les acteurs et les manifestations de l’industrie sont plus variés et diffus qu’auparavant.

Inscrites dans un champ redéfini, les politiques industrielles sont aujourd’hui fortement présentes dans les agendas politiques, autour de l’idée d’une transition du secteur industriel vers le modèle de l’usine connectée. Elles se concrétisent dans le plan Industrie 4.0 en Allemagne ou les 34 plans pour la nouvelle France Industrielle en France : ces politiques formalisent le concept d’usine du futur, associé à un changement de paradigme. Jusqu’aux années 1970, le modèle tayloro-fordiste domine l’organisation des unités de productions. La création du microprocesseur permet une évolution du processus de travail : la machine-outil et l’ordinateur se rencontrent dans la robotisation. De la production de masse, la production devient personnalisée tout en devant soutenir des coûts équivalents. Cela suppose la mise en œuvre de nouveaux modes de productions et de nouvelles usines.

Usine du futur, cyber-usine, usine digitale, integrated industry, innovative factory, smart industry… ces termes recouvrent une réalité très proche. Mais si de nombreuses définitions sont disponibles, il est encore difficile d’en cerner les contours. Les contenus donnés au concept d’usine du futur s’accordent cependant sur le besoin de nouveaux procédés respectueux de l’environnement, peu consommateurs en énergie et en matière, avec en leur cœur l’interface homme-machine. Ainsi l’usine du futur aborde quatre thématiques : la modification de la place de l’homme dans l’usine – la mise en place d’une usine cyclique – le modèle de l’usine biomimétique – l’intégration du consommateur à la fonction de production via les réseaux sociaux, selon l’idée du passage d’une production de masse à une personnalisation de masse. Ces thématiques dessinent une usine du futur numérique et flexible, créative, écologique, modulable, instantanée. Elle dessine aussi surtout une usine urbaine ou périurbaine, intégrée à son environnement paysager et institutionnel.

Suivant ces principes, la Vallée de la Chimie a été décrite comme un laboratoire de l’usine du futur dans l’agglomération lyonnaise, notamment dans le cadre du projet directeur du Grand Lyon pour 2030. Après une description des acteurs, objectifs et discours associés à ce territoire industriel, Sylvaine Lobry présente le concept de ville hyperindustrielle, préféré à celui de ville post-industrielle. L’industrie 4.0 ou future s’impose en effet aujourd’hui comme un nouveau paradigme industriel dans lequel la digitalisation des outils de production apparaît essentielle. Pour Pierre Veltz, la société hyperindustrielle est « à la fois en rupture mais aussi en continuité profonde avec les mondes industriels du passé et se caractérise précisément par la convergence entre la production des biens et celle des services, profondément renouvelées l’une et l’autre par l’informatique ».

 

● Présentation 3 : Images et imaginaires de la ville durable : le modèle de l’écosystème forestier, par Henry Dicks [↵]

Le philosophe Jean-Philippe Pierron[1] établit que les images peuvent être le fondement politique de l’action. Bien que critiquée par d’autres philosophes, cette idée reste pertinente, d’où la volonté d’Henry Dicks d’appliquer ce cadre théorique aux images produites autour de la ville durable. Il faut d’abord constater que la ville durable est un concept théorique, souhaitant l’équilibre entre le social, l’écologique et l’économique. Ce concept trouve une importante déclinaison sémantique : système de drainage durable, développement sensible à l’eau, gestion intégrée… Mais finalement peu d’images lui sont associées. La ville biophile (T. Beatley), l’éco-ville ou la ville intelligente relèvent d’imaginaires des villes futures, mais il semble que les images jouent surtout un rôle très important en particulier avec le concept de ville biomimétique.  Le biomimétisme désigne le fait d’imiter ou de s’inspirer de la nature, de la feuille pour la production de panneaux solaires, du martin-pêcheur pour penser le TGV… Tous les objets peuvent être mobilisés mais un modèle apparait dominant : « imaginer un bâtiment comme un arbre, une ville comme une forêt » (M. Braungart et W. Mc Donough). Nous avons là un fondement poétique d’une certaine pratique de l’urbanisme, une source profonde de créativité et d’inspiration.

Dans les travaux de l’architecte Vincent Callebaut ou du dessinateur Luc Schuiten, la ville est ainsi pensée comme une nature, à l’image du récif de corail ou du lotus. Le dernier ouvrage de Vincent Callebaut, Paris 2050, est à ce titre intéressant, notamment parce qu’il propose une projection peu lointaine dans le futur : l’architecte y propose de « métamorphoser nos villes en écosystèmes, nos quartiers en forêts, nos buildings en arbres habités ». La forêt est particulièrement mobilisée pour trois raisons : elle est un biome pré-urbain, c’est-à-dire le lieu privilégié d’implantation des villes. Elle apparait également comme une échelle pertinente pour se projeter : la réalisation d’un biome forestier suppose logiquement que tous les objets verticaux d’un paysage urbain deviennent des arbres. Le modèle de la forêt assure enfin beaucoup d’applications potentielles, notamment dans le domaine de la production. La rhizosphère offre ainsi le modèle d’un réseau intelligent où la distribution a de multiples points d’origines. Les « living machines » de John Todd proposent des stations d’épuration qui s’inspirent du fonctionnement des zones humides. L’industrie doit se rapprocher de ce que fait la nature et de la triade eat-beat-treat.

Des limites à ce modèle peuvent être interrogées : une ville égale à une forêt serait-elle une ville ? Comment la ville peut-elle se transformer selon le modèle de la forêt mais aussi selon un autre modèle fondateur, qui est celui de l’agora ? L’agora est l’espace public où se trouvent les marchés (économie), le parlement (politique), les tribunaux (droit), la philosophie (science) et la poésie (art). Le problème principal n’apparait en effet pas être celui de créer de nouvelles villes ex nihilo, mais d’accompagner une transformation de l’existant, en respectant un développement soutenable. Aujourd’hui, la question principale semble être celle de l’articulation de l’écologie au champ du social et de l’économique.


Discussion  [↵]

 

● Synthèse de Kader Mokaddem :

Il aurait pu sembler que les problématiques industrielles soient dépassées, qu’il s’agisse d’un imaginaire propre au XIXe siècle, qui déterminait des modes d’être ensemble, de l’ordre du politique. Ces modes d’être ensemble passent par un rapport aux images, mais les présentations ont montré que ce rapport s’effectue sur un mode narratif : par un récit de science-fiction, par un programme prospectif ou par une analogie discursive. Les trois présentations ont mis en évidence d’autres éléments constitutifs du rapport aux images.

Distance au réel – Les œuvres de Robida montrent une production d’images qui fonctionnent comme des possibles, des déclinaisons de l’existant. La prospective propose une image d’abord brouillonne et foisonnante, puis une image de la vallée de la Chimie particulièrement soignée, qui n’est pas sans rappeler des modes de représentation de la nature antérieure au XIXe siècle et caractérisée par un imaginaire de la nature très idéalisé, presque cartésien (comme les paysages de Le Lorrain). Nous avons là une image prospective qui souhaite épuiser un possible, tout comme le corpus d’images associé à la ville biomimétique. Dans ce dernier cas, nous avons des images ayant vocation à s’auto-légitimer.

Représentation de la nature – La grande absente de ces images est la nature sauvage, les cafards ou les rats pourtant déjà présents dans la ville. Ces figures n’intéressent pas, ou uniquement en association avec une vision catastrophique de la ville. La nature présentée est toujours déjà totalement anthropique. Dans toutes les photographies concernant la ville biomimétique, on voit des images déjà humanisées, pas la jungle. Elles montrent une forêt typique de l’essartage, une forêt obtenue et entretenue par la récupération du bois par les hommes. Ce sont des images de forêts propres. Dès lors la question du biomimétisme est peut-être celle du rapport à la sauvagerie.

La ville, au-delà de l’environnement bâti – Les trois présentations montrent une ville toujours d’abord appréhendée en tant qu’armature urbaine. En déplaçant le point de vue vers celui de l’agora, on sort de cette définition de la ville comme armature. Or, cette question est sous-jacente à celle de la recomposition de l’industrie, telle qu’elle nous a été décrite : le modèle de l’industrie urbaine doit être pensé en se débarrassant de son armature bâtie et de la pensée de ses infrastructures.

 

Synthèse de Jean-Claude Paillasson [↵]

Les corpus d’images présentés ont une cohérence car ils mettent en évidence des représentations assez différentes de la ville. Il ressort quelque chose d’assez particulier des dessins du caricaturiste Robida, presque iconoclaste dans la façon de regarder la ville et très loin des approches techniques de Jules Verne. Robida propose une fausse idée de l’électricité, en dessinant des éléments très aériens et verticaux, mais aussi une organisation très encombrée et presque insupportable. C’est l’exact inverse du mouvement moderne qui le suit. Cette utopie négative évoque les Pieds nickelés, très anarchistes, dans des villes tourbillonnantes et épuisantes. La ville est une fiction en train de se fabriquer, à partir d’une société en train de se transformer, donc sans effet de tabula rasa, comme on peut le retrouver avec les images de la ville biomimétique.

Ce constat vaut également pour la description de la ville lyonnaise hyperindustrielle, qui propose une continuité intéressante car très localisée autour du Rhône, mais avec le désir évident d’aller vers une sorte d’invisibilité de la ville industrielle classique. Les images ont la forme d’organigrammes, ce qui apparait assez symptomatique : l’organigramme montre un processus et rien d’autre, ce qu’est devenue la représentation actuelle de l’industrie.  L’industrie du futur s’associe à l’image du réseau et non plus de la production : l’espace de la production demeure absent de la représentation.  Il faut enfin en passer par les photographies augmentées, mi-3D, mi-photoshopées, figurer un ciel bleu et sans nuage, s’assurer d’une omniprésence du vert, et dessiner une skyline très lisse, proposant une alternance de cheminées d’usines presque fondues dans le ciel. Ces images montrent une représentation de la ville industrielle que l’on ne souhaite plus voir, venue se substituer à la représentation de l’industrie ordinaire des entrepôts. Enfin, les représentations des projets de Vincent Callebaut proposent une 3D assez splendide, une sorte d’imaginaire de paradis,  une construction fantasmée du réel, qui peut pourtant déboucher sur une mise en œuvre réelle.

Toutes ces représentations interrogent par ce qu’elles n’illustrent pas :

  • Comment les gens vivent-ils à l’intérieur de ces utopies ? Il n’est jamais proposé une description de ce que pourrait être la vie dans ces villes futures.
  • Que pensait faire Robida ? Quelle était l’influence de ses caricatures ?
  • Comment industriels lyonnais et nationaux mobilisent-ils ces images prospectives ?
  •  En tant que chercheur, comment choisissons-nous et mobilisons-nous ces images ? Comment ces images sont-elles aujourd’hui diffusées dans la société et influent-elles sur les comportements ?
Réponses des intervenants [↵]

– Noémie Boeglin : Robida a aussi mis en scène ces thématiques dans un autre roman, La guerre au vingtième siècle, qui porte sur les guerres qui vont potentiellement avoir lieu dans l’avenir. Il y est question de combats aériens, de l’utilisation de gaz, de nouvelles machines… Robida a également imaginé des architectures métalliques, en verre, en carton. Les images montrées dans la présentation de Noémie Boeglin sont le résultat d’un choix qui se voulait représentatif et aussi de la qualité des images disponibles. Robida a réalisé plus de 60 000 dessins, dont nombre de dédicaces, et des séries pour toutes ses inventions, mais beaucoup de ces illustrations sont des inédits auxquels les chercheurs n’ont pas accès. D’autres dessins proposent une verticalité encore plus accentuée encore. La jeune chercheuse n’a pu déterminer l’influence de ces images sur leurs temps, sur les architectes par exemple. Robida a contribué à plusieurs journaux, en réalisant de nombreuses caricatures. Il semble cependant que ses dessins sont assez rapidement tombés dans l’oubli.

Sur la comparaison entre Albert Robida  et Jules Verne : les œuvres de Jules Verne ont connu un très grand succès, grâce à l’importance de leur diffusion, leur place dans la littérature jeunesse et la remise des livres comme prix dans les écoles. Pourtant, certains de ses romans dépeignent la folie, le suicide, tous ne relèvent pas d’un discours naïf sur le progrès. Les œuvres de Robida s’adressent quant à elles à un public plus spécialisé et ne font pas partie des lectures enfantines.

– Sylvaine Lobry : La science politique s’intéresse aux acteurs et aux discours : les images montrées ne sont pas au cœur de son travail de recherche. Cependant, les images sous forme d’organigrammes proposent une bonne traduction de l’industrie 4.0 telle qu’elle est pensée en Allemagne, où l’individu est placé au cœur d’un processus de production. C’est une vision théorique, car en pratique, la réalité est plus trouble. Quant aux images des projets d’architecture, elles s’associent à un discours très positif sur l’industrie du futur. Ce sont des images très propres, très policées. Ce type de visuels est mobilisé par les industriels et les acteurs publics pour insister sur le changement d’image de la vallée de la Chimie. Le discours promotionnel est surtout émis en direction d’investisseurs extra-régionaux et des ingénieurs de la région parisienne. Ces images sont aussi un élément de discours adressés aux riverains et à la population en général : le développement industriel ne peut plus être associé à la production de bâtiments polluants. Le schéma directeur est ainsi associé à une mise en art de la vallée de la Chimie : une réflexion a été menée en vue de l’installation d’œuvres, visibles depuis le fleuve ou l’autoroute. La collectivité communique de la même façon pour le projet Confluence que pour le projet de la vallée de la Chimie.

– Henry Dicks : Le travail philosophique s’appuie d’abord sur un matériau écrit. Montrer des images, c’est se décaler d’une posture philosophique pour insuffler une dimension plus poétique, mais également pousser à agir. Derrière l’intérêt pour le biomimétisme, il y a une forme d’engagement pour une problématique d’avenir qui ne peut être ignorée, l’écologie, le changement climatique. Il est vrai que l’on a alors des images qui se meuvent en récits, en épopées. Il est également possible de se demander quel était le modèle qui jouait ce rôle avant la nature. Il y a eu Dieu, puis à la Renaissance et aux Lumières, l’homme. Aujourd’hui toute chose semble pouvoir jouer ce rôle de modèle dans une époque postmoderne. À l’époque de la transition énergétique, c’est un nouveau modèle qui émerge : la nature. Chez les poètes au sens large, jusqu’aux architectes ou urbanistes, ce qui accompagne une nouvelle façon de pensée, c’est souvent une image-support. C’est bien en cela que l’on peut parler d’une épopée des images, qui accompagnent une pensée nouvelle. Y a-t-il un danger d’éco-centrisme, d’éco-fascisme et d’élimination de l’humain ? Vincent Callebaut s’interroge : est-ce qu’on va-t-on devenir des homo ecologicus, remonter dans l’arbre comme nos ancêtre primates ou des homo technologicus, avec un smartphone greffé au bout des doigts ? Il pense que ça va être un équilibre des deux.

● Discussion avec le public [↵]

Architecte suisse dans le public : L’économie numérique est au cœur d’une représentation future de l’industrie. Mais il n’est jamais question du travail ouvrier. Nous sommes entourés d’un environnement bâti très imposant, fait d’entrepôts de stockage immenses : ces descriptions ne peuvent être valides que si l’on questionne la figure de l’ouvrier qui semble n’appartenir qu’au XIXe siècle. Il y a une dureté du monde du travail qui ne semble pas inscrite dans les imaginaires de la ville industrielle du futur (pensons aux conditions de travail dans les entrepôts d’Amazon par exemple). Ces images s’associent très nettement à un retrait de l’humain, selon un procédé d’ailleurs assez pervers, car le vert s’impose en revanche comme une nécessité : les images formalisent une fiction qui nous arrange en évitant de parler de l’humain. Ce sont les interventions modestes des hommes et du vivant dans la ville qui apparaissent absentes.

Kader Mokaddem : Oui, on a vraiment l’impression que l’humain est en retrait dans ces images.

Claire Revol (docteure en Philosophie, IMUalpha) – Nous pouvons nous accorder sur le pouvoir d’agir des images. Mais ce qui revient de façon récurrente dans ces imageries contemporaines de l’industrie du futur, c’est leur dimension marketing et l’absence de contraste. Cette image de la nature comme bleue et verte est idéalisée : pourtant la matière organique, c’est aussi la boue, la mousse. Ces images ne pourraient-elles donc pas finir par agir comme des repoussoirs ? N’y a-t-il pas là une projection d’un seul pôle de valeur dans ces images du futur, qui peuvent les rendre moins opératoires ?

Architecte suisse dans le public : Les projections idéales de villes enlèvent le vivant, le sale.

Clémentine Périnaud (doctorante en géographie, IMUalpha) – Lors du premier atelier sur les images de la ville industrielle, nous avons largement abordé le besoin au détournement des images et la dimension positive du sale, du détritus. Les images s’associent à des imaginaires contemporains concurrents. Est-ce qu’il y a des discours, des projets qui sortent un peu de cette imagerie propre,  produite pour l’adhésion ?

Kader Mokaddem Si l’on regarde par exemple le film Blade Runner, l’esthétique formelle est très forte, très léchée : permet-elle une projection positive ? Les images d’architectes, de communication, proposent toujours quelque chose d’extrêmement construit, où clarté et ordre semblent permettre une appréhension plus aisée du contenu.

Architecte suisse dans le public : Nous pouvons également nous demander s’il est possible de projeter une ville entière dans un futur imaginé ? L’architecte Alexandre Chemetoff essaie de travailler à grande échelle mais avec des espaces laissés à l’imagination, au possible.

Questionnements des participants – La ville biomimétique ou hyperindustrielle laisse-t-elle encore une place pour l’expression culturelle ? Quelle vision du politique propose-t-elle ? La ville biomimétique s’associe à une certaine antimondialisation. Mais de façon générale, les discours de programmation laissent peu de place à une réflexion sur l’humain. Qui décide et dessine la ville ? La production d’images de la ville du futur pose la question de la nécessaire co-construction de telles images.


[1] Jean-Philippe Pierron, Les puissances de l’imagination : essai sur la fonction éthique de l’imagination, Paris : Cerf, 2012.


Une réflexion au sujet de « Atelier expérimental : Images et imaginaires des villes du futur »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *