Tous les articles par imualpha

Cinquième saison des Ateliers Expérimentaux (2017-2018)

La cinquième saison des Ateliers Expérimentaux (2017-2018) s’amorce :

Dans le cadre de la structure IMUalpha, les Ateliers Expérimentaux ont pour ambition de questionner l’urbain en mobilisant une pluralité d’approches scientifiques de manière transversale. Ils ont pour vocation de constituer un espace de réflexion et de discussion collective sur les questions urbaines en sciences humaines et sociales, en sciences exactes et sciences de l’ingénieur, afin de réfléchir aux conditions de la production de savoirs sur l’urbain.

  • Proposer une séance : Le programme commence à se finaliser (le vélo en ville, la métropolisation, l’agriculture urbaine ; le tourisme urbain, etc.), mais il reste toujours des possibilités d’organiser des séances supplémentaire. Si vous avez une petite idée, n’hésitez pas à nous contacter !
  • Assister/participer aux séances : Par ailleurs, les Ateliers Expérimentaux sont (aussi !) une formation doctorale reconnue par l’université de Lyon : vous trouverez ci-dessous les modalités de validation et d’inscription.

Au plaisir de vous y retrouver pour cette cinquième année,

L’équipe d’IMUalpha

Assemblée générale d’IMUalpha – 26 septembre 2017

Après un an d’existence officielle en tant qu’association, nous organisons notre assemblée générale le mardi 26 septembre 2017 de 17h à 19h à l’Institut d’Urbanisme de Lyon (14 Avenue Berthelot, 69007 Lyon), salle 103 (1er étage).

Nous vous rappelons que l’association IMUalpha est ouverte aux doctorants et jeunes chercheurs travaillant sur l’urbain et membres ou affiliés au Laboratoire d’Excellence IMU. Les doctorants financés par le LabEx IMU sont évidemment présents dans la structure mais n’en constituent qu’une partie.

Continuer la lecture de Assemblée générale d’IMUalpha – 26 septembre 2017

Atelier expérimental – Réinvestissement des Marges – 19/06/2017 – Compte Rendu

Présentation de la séance

Concept à la croisée des sciences humaines, la marge nous apparaît d’abord dans le flou de sa définition : elle n’est en effet ni la périphérie ni la banlieue, ni l’arrière-pays ni la friche, tout en renvoyant pourtant à chacune de ces notions. Tout au plus peut-on dire, dans une première approximation, que la marge engage l’existence d’un système (spatial, moral, politique, économique) par rapport auquel elle diffère, rapprochant ainsi différents espaces à la fois au cœur et à l’extérieur de la ville. Comme le note Brigitte Prost (« Marge et dynamique territoriale », Géocarrefour, vol.79/2, 2004), la marge nous invite ainsi à une « géographie du négatif » dans laquelle l’analyse du système territorial passe moins par l’analyse de ses normes que par la prise en considération des « dysfonctionnements » que la marge trahit.