Tous les articles par imualpha

Le vécu de l’urbain – Compte-rendu de l’Atelier expérimental

Dans le cadre du quatrième Atelier Expérimental organisé par la  coopérative de recherche IMUalpha, le thème proposé fut de celui du Vécu de l’Urbain.

Ce compte rendu a été réalisé par Romain Sauzet.

PLAN du compte rendu :


Les présentations

Vous trouverez davantage d’éléments sur  les différentes présentations en cliquant sur le titre de chacune d’entre elles.

Après une ouverture générale de l’après-midi et une présentation ses objectifs par Romain Sauzet, Aksel Kozan amorça l’Atelier Expérimental par une communication intitulée :  « La ville entre « fabrique du corps » et « illumination profane », en proposant, à partir des travaux de Georg Simmel et de Walter Benjamin, une étude historique de la manière dont les corps vivent l’urbain à partir de la fin du XIXème siècle. Pour ce faire, il a évoqué la ville comme le lieu de la synchronisation et de la rationalisation des usages corporels (notamment via la généralisation d’un temps homogénéisé), et celui de l’expérience du choc et des stimuli. Face à cette intensité qui soumet en saturant les corps dans l’espace urbain, l’humain peut cependant travailler ce vécu, via différentes réactions, minoritaires, mais possibles : « l’illumination profane » de Benjamin, afin de retrouver de l’étrangeté dans l’urbain, que ce soit par la flânerie ou de manière plus active, par la psycho-géographie (Debord).

Continuer la lecture de Le vécu de l’urbain – Compte-rendu de l’Atelier expérimental

Les membres d’IMUalpha

Matthieu Adam

Laboratoire : Environnement Ville Société UMR 5600

Sujets d’étude : Production de l’urbain ; représentations de l’espace ; développement durable ; urbanisation néolibérale ; liens entre idéologie, conception, organisation et réception de l’espace urbain ; rapport affectif aux lieux

Compétences scientifiques : Sociologie urbaine, Géographie sociale, Psychologie sociale, Sociologie des représentations, Études urbaines critiques, Méthodes d’enquêtes (notamment in situ), Analyse de discours

Contact : matthieu.adam@insa-lyon.fr

Sébastien Ah-Leung

Laboratoire : Environnement Ville Société UMR 5600

Sujets d’étude : La nature en ville ; l’utilisation de l’image en SHS ; pratiques et usages

Compétences scientifiques : Aménagement du territoire, Géographie, Méthodes d’enquête

Contact : sebastien.ah-leung@insa-lyon.fr

Hind Aissaoui

Laboratoire : Laboratoire d’Économie des Transports

Sujets d’étude : déterminants de choix de localisation ; modèles de choix discrets en présence d’un nombre élevé d’alternatives

Compétences scientifiques : Microéconomie et Economie urbaine,  Econométrie, Mathématiques et statistiques appliquées à l’économie

Contact : aissaoui.hind@gmail.com

Obab Aldbiyat

Laboratoires : Archéorient – GREMMO – LIRIS (GEOMOD) – IRAA

Sujets d’étude : La modélisation 3D comme outil heuristique dans la reconstitution du bâti ancien : approche ethnoarchéologique et expérimentation technique

Compétences scientifiques : Archéologie, Informatique,  Ethnographie, Architecture

Contact : obab500@hotmail.com

Elvan Arik

Laboratoire : Environnement Ville Société UMR 5600

Sujets d’étude : Transition énergétique ; transformations urbaines

Compétences scientifiques : Pratiques sociales de consommation énergétique, Politiques urbaines, Géographie, SIG

Contact : arik.elvan@gmail.com

Grégory Bahde

Laboratoire : Environnement Ville Société UMR 5600

Sujets d’étude : Géographie matérielle des réseaux ; acteurs de la Géographie par et/ou sur internet

Compétences scientifiques : Sciences de l’information, Géographie, Ingénierie électrique/électronique/réseau

Contact : gregory.bahde@laposte.net

Arnaud Bellec

Laboratoire : Environnement Ville Société UMR 5600

Sujet d’étude : Végétation urbaine

Compétences scientifiques : Géomatique, Aménagement du territoire

Contact : arnaud.bellec@universite-lyon.fr

Bilal Berjawi

Laboratoire : LIRIS

Sujet d’étude : Intégration des services de géo-localisation

Compétences scientifiques : Informatique

Contact : bilal.berjawi@liris.cnrs.fr

Claire Bernardin

Laboratoire : Laboratoire d’écologie microbienne UMR5557

Sujet d’étude : Analyse microbiologique du bassin de rétention de Django Reihnardt (Chassieu)

Compétences scientifiques : Analyses en biologie moléculaire, Techniques classique de microbiologie, Concepts d’écologie microbienne

Contact : c.bernardin.38@gmail.com

Emilie Bonnard

Laboratoire : Centre Interdisciplinaire d’Etudes et de Recherches sur l’Expression Contemporaine (C.I.E.R.E.C.)

Sujets d’étude : odeur(s) des villes ; logos olfactifs ; signalétiques olfactives urbaines ; handicap

Compétences scientifiques : Relevés olfactifs (avec des mots et des images), Conception de logos olfactifs et de signalétiques olfactives

Contact : emilie.bonnard@orange.fr

Ahmed Boubrima

Laboratoire : CITI

Sujets d’étude : pollution de l’air ; réseaux de capteurs

Compétences scientifiques : : Réseaux informatiques, Optimisation mathématique, Analyse de données, Dispersion atmosphérique

Contact : ahmed.boubrima@insa-lyon.fr

Mohamed Amine Boukerb

Laboratoire : Laboratoire d’écologie microbienne UMR5557

Sujets d’étude : Écologie Microbienne ; impact des rejets urbains par temps de pluie sur la dégradation de l’état écologique des milieux aquatiques – exposition et risque sanitaire pour l’homme

Compétences scientifiques : Écologie et génétique des bactéries pathogènes opportunistes de l’homme

Contact : amine.boukerb@gmail.com

Caroline Bouloc

Laboratoires : Environnement Ville Société UMR 5600

Sujets d’étude : Ségrégation résidentielles, espaces urbains, renouvellement urbain, élites internationales, migrations/mobilités, habitat, Europe centrale

Compétences scientifiques : Géographie

Contact : caroline.bouloc@gmail.com

Hugo Carré

Laboratoire : Environnement Ville Société UMR 5600

Sujets d’étude : Les mobilités en milieu rural

Compétences scientifiques : Méthode quantitative, géomatique

Contact : hugo1carre@gmail.com

Marion Cordonnier

Laboratoire : UMR 5023 LEHNA

Sujets d’étude : Génétique du paysage, urbanisation, changement climatique.

Compétences scientifiques : SIG, outils moléculaires, écologie et génétique du paysage, bibliographie, statistiques appliquées à la biologie.

Contact : marion.cordonnier@univ-lyon1.fr

Ana Caterina Dalmasso

Laboratoire : IRPhil

Sujet d’étude : Merleau-Ponty et le visuel

 Compétences scientifiques : Esthétique, Phénoménologie, Cinéma, Médias

Contact : annacate.dalmasso@gmail.com

Maria Eulaidia De Araujo

Laboratoire : EVS

Sujet d’étude : Comportement humain et aménagement urbain, psychologie environnementale, déchets urbains ménagers.

 Compétences scientifiques : Psychologie sociale et environnementale

Contact : eulaidia@gmail.com

Henry Dicks

Laboratoire : IRPhil

Sujets d’étude : Philosophie environnementale ; eau ; hydrologie urbaine ; biomimétisme ; villes biomimétiques ; développement durable

Contact : henryjdicks@gmail.com

Emmanuelle Dumas

Laboratoire : IRAA

Sujets d’étude : l’occupation de la périphérie de la ville de Lyon dans l’Antiquité

Contact : emmanuelle.dumas@hotmail.fr

Louise Dorignon

Laboratoire : Environnement Ville Société UMR 5600

Sujet d’étude : Ses recherches de thèse portent sur la verticalisation résidentielle des espaces périurbains à Melbourne et ses implications sur la cohésion sociale des territoires, les modes de vie des résidents et la fabrique d’une ville juste.

 Compétences scientifiques : géographie des villes australiennes, Melbourne, rythmes urbains, temporalités, densification, verticalisation des quartiers périurbains, justice spatiale, modes de vie, pratiques, négociation des normes sociales.

Contact : l.dorignon@univ-lyon2.fr

Valentyna Dymytrova

Laboratoire : EA 4147 ELICO

Sujet d’étude : Dans le cadre de son post-doc rattaché au projet ANR-14-CE24-0029 OpenSensingCity, elle analyse les stratégies des acteurs de l’Open Data au prisme de leurs discours et les besoins des utilisateurs de données ouvertes, professionnels et intermédiaires, afin d’en préconiser les structurations et les services qui leurs seraient associées

 Compétences scientifiques : Analyse des stratégies des acteurs de l’Open Data, analyse sémio-discursive des dispositifs de communication, sémiotique de l’image, analyse du discours, conduite des entretiens

Contact : valentyna.dymytrova@sciencespo-lyon.fr

Émilie Edelblutte

Laboratoire : Environnement Ville Société UMR 5600

Sujet d’étude : Territoires de l’homme, territoires du léopard : Ecologie politique d’une aire naturelle protégée dans la mégapole de Mumbai, Inde

 Compétences scientifiques : Géographie

Contact : emilie.edelblutte@univ-lyon2.fr

Athmane Fouil

Laboratoire : Centre Max Weber

Sujet d’étude : Les espaces publics entre dispositions sociales et dispositifs spatiaux

 Compétences scientifiques : Sociologie urbaine, Enseignement

Contact : athmane.fouil@univ-st-etienne.fr

Jérôme Gippet

Laboratoire : UMR 5023 LEHNA

Sujets d’étude : Impact de l’urbanisation sur les Formicidae.

Compétences scientifiques : Écologie du paysage, SIG, modélisation.

Contact : jgippet@gmail.com

Mathilde Girault

Laboratoire : Triangle UMR 5206

Sujets d’étude : Formes de construction de savoirs et modalités d’action sur et dans la ville ; place de l’expertise territoriale dans la production et la fabrique de la ville ; recomposition des rapports entre savoirs et pouvoirs dans les métiers sur et dans la ville

 Compétences scientifiques : Méthodes d’enquête, Observation et analyse, Organisation

Contact : mathildegirault@hotmail.fr

Benoît Granier

Laboratoire : Institut d’Asie Orientale UMR 5062

Sujets d’étude : Transition énergétique ; réseaux électriques intelligents ; changement de comportement ; Japon

 Compétences scientifiques : Politiques publiques, Participation, Pratiques de consommation énergétique, Enquêtes qualitatives

Contact : benoit.granier@ens-lyon.fr

Clio Hôte

Laboratoire : Lab’Urba

Sujet d’étude : Territoire intelligent, services urbains numériques, habitants/usagers

 Compétences scientifiques : Urbanisme

Contact : cliohote@outlook.fr

Hind Khedira

Laboratoire : Laboratoire d’Economie des Transports

Sujets d’étude : politiques d’information voyageurs ; intermodalité ; mobilité urbaine ; pratiques d’information ; inégalités socio-spatiales

 Compétences scientifiques : Economie des transports, Méthodes d’enquête, Analyse de données statistiques, Cartographie, Analyse des politiques publiques

Contact : hind.drissi-kherida@entpe.fr

Raphaël Languillon

Laboratoire : Environnement Ville Société UMR 5600

Sujet d’étude : Global Tokyo : ville mature, métropole soutenable ?

 Compétences scientifiques : Géographie et aménagement, Économie urbaine

Contact : rlanguillon@gmail.com

Nicolas Leprêtre

Laboratoire : Institut d’Asie Orientale UMR 5062

Sujet d’étude : Global Tokyo : Politiques environnementales et énergétiques ; villes intelligentes / smart cities ; expérimentations urbaines ; politique japonaise

 Compétences scientifiques : Sociologie de l’action publique ; sociologie de l’énergie et de l’environnement ; analyse des politiques publiques ; méthodes d’enquêtes.

Contact : rlanguillon@gmail.com

Patrick Llored

Laboratoire : IRPhil

Sujet d’étude : Philosophie animale ; éthique animale ; philosophie du Care ; ontologie sociale et politique ; phénoménologie animale et anthropologie de la nature

 Compétences scientifiques : Enquêtes de terrain, Éthique appliquée, Phénoménologie sociale appliquée, Ethologie politique

Contact : lloredpatrick@neuf.fr

Claire Mandon

Laboratoire : Environnement Ville Société UMR 5600

Sujet d’étude : : Activités sociales ; espace public urbain ; pratiques et sciences participatives ; circulation des savoirs ; les pollutions, leur gestion, leur représentation etc.

 Compétences scientifiques :  Méthodologie qualitative, Sociologie, Posture d’ouverture disciplinaire, Médiation interdisciplinaire-gestionnaires-société civile

Contact : claire.mandon@insa-lyon.fr

Marine Maurin

Laboratoire : Centre Max Weber UMR 5283

Sujets d’étude : La place des femmes sans domicile dans l’espace urbain ; expérience du système de l’assistance

 Compétences scientifiques : Ethnographie, Sociologie du sans-abrisme, Sociologie du travail social, Sociologie urbaine

Contact : marinemaurin@hotmail.fr

Maël Meralli-Ballou

Laboratoire : Triangle UMR 5206

Sujets d’étude : Territoire métropolitain ; représentations des territoires ; politiques métropolitaines ; médiations

 Compétences scientifiques : Planification et organisation publique locale, Dynamiques territoriales, Sensibilisation et médiation scientifique

Contact : mael.meralli@gmail.com

Jérôme Michalon*

Laboratoire : Environnement Ville Société UMR 5600

Sujets d’étude : Pratiques sociales et contamination des eaux en milieu urbain ; relations humains/animaux ; animal en ville

Compétences scientifiques : Sociologie des sciences et des techniques, Sociologie de l’environnement, Sociologie de la santé, Sociologie des professions, Ethnographie, Analyse de réseaux, Bibliométrie

Contact : jerome.michalon@gmail.com

Mélanie Meynier-Philip

Laboratoire : Environnement Ville Société UMR 5600

Sujets d’étude : La patrimonialisation des églises par le biais de la reconversion.

Compétences scientifiques : Architecture, urbanisme, histoire, histoire de l’architecture, histoire de l’art, géographie, sociologie…

Contact : melanie.meynier@lyon.archi.fr

Diego Miralles Buil

Laboratoire : Environnement Ville Société UMR 5600

Sujets d’étude : Géographie sociale et politique du logement ; participation habitante ; habitat participatif ; terrains : Espagne, France

Compétences scientifiques : Géographie humaine/sociale/politique/urbaine/critique, Méthodes d’enquête (entretien, questionnaire) ; SIG

Contact : diego.miralles@univ-lyon2.fr

Carolina Moretti Fonseca

Laboratoire : Environnement Ville Société UMR 5600

Sujets d’étude : Opérations d’urbanisme ; plus-value foncière ; droit de l’urbanisme

Compétences scientifiques : Formation pluridisciplinaire géographie et aménagement, Approche internationale

Contact : morettifonseca@uol.com.br

Laëtitia Mongeard*

Laboratoire : Environnement Ville Société UMR 5600

Sujets d’étude : Place de la démolition dans la fabrique de la ville ; recyclage des déchets inertes de démolition

Compétences scientifiques : Géographie, Méthodes d’enquête, SIG

Contact : laetitia.mongeard@gmail.com

Maïmouna Ndong-Etroit

Laboratoire : Laboratoire d’Économie des Transports

Sujets d’étude : Les politiques de transport dans le processus de métropolisation à Lyon et à Marseille

 Compétences scientifiques : Politiques publiques, Analyse discursive, Etudes comparatives, Méthodes d’enquêtes

Contact : mymounas@hotmail.com

Octavie Paris

Laboratoire : Environnement Ville Société UMR 5600

Sujets d’étude : Habitat populaire ; centre-ville ; Brésil ; bien-être en ville

Compétences scientifiques : Géographie sociale/culturelle/urbaine, Méthodes d’enquête (entretien, questionnaire), Traitement textométrique, SIG

Contact : octavie.paris@gmail.com

Frédéric Pedrinis

Laboratoire : LIRIS

Sujets d’étude : Génération de modèles virtuels de la ville adaptés aux besoins à partir des existants ; développement d’une plateforme logicielle permettant de regrouper divers modèles représentant la ville ; mise en place d’une visualisation temporelle de la ville à travers un modèle 3D

Compétences scientifiques : Informatique, Synthèse d’images

Contact : frederic.pedrinis@liris.cnrs.fr

Clémentine Périnaud

Laboratoire : Environnement Ville Société UMR 5600

Sujets d’étude : Transformation des petites villes industrielles (XIX et XXe siècle) ; évolution des systèmes de production de la ville et des imaginaires urbains

Compétences scientifiques : Aménagement urbain, Devenir des espaces industriels, Représentation cartographique

Contact : clementine.perinaud@gmail.com

Damien Petermann

Laboratoire : Environnement Ville Société UMR 5600

Sujets d’étude : Image (s) de la ville (XVIe-XXe siècles) ; patrimoine urbain ; évolution de l’espace urbain (XVIIe-XXe siècles) ; guides touristiques ; musées

Compétences scientifiques : Géographie urbaine, Géomatique, Histoire du tourisme, Représentation de l’espace, Valorisation numérique du Patrimoine, Critique des images, Cartographie historique, Recherches historiques et iconographiques,  Géomarketing

Contact : damien.petermann@yahoo.fr

Vincent Primault

Laboratoire : LIRIS

Sujets d’étude : Collecte et publication de traces de mobilité ; accès aux services géolocalisés ; respect de la vie privée

Compétences scientifiques : Mécanismes de protection de la vie privée, Manipulation de données spatio-temporelles

Contact : vincent.primault@insa-lyon.fr

Claire Revol*

Laboratoire : IRPhil

Sujets d’étude : Rythmanalyse et temps urbains ; Henri Lefebvre ; théorie critique et urban studies anglo-saxonnes ; techniques d’expérimentations sensibles

Compétences scientifiques : Philosophie urbaine, Esthétique et poétique urbaine, Aménagement

Contact : clairerevol@hotmail.fr

Julien Salotti

Laboratoire : LIRIS et LICIT

Sujets d’étude : étude des dynamiques spatiale et temporelles du trafic urbain ; prévision à court-terme (moins d’une heure) des conditions de trafic sur la ville de Lyon

Compétences scientifiques : Analyse de données, Méthodes d’apprentissage automatique (machine learning), Programmation dans de nombreux langages

Contact : julien.salotti@insa-lyon.fr

Romain Sauzet*

Laboratoire : IRPhil

Sujets d’étude : La pluralité scientifique ; la relation entre les disciplines ; interdisciplinarité

Compétences scientifiques : Philosophie des sciences, Philosophie de la technologie, Ethique environnementale, etc.

Contact : romainsauzet@gmail.com

Isabella Tomassi

Laboratoire : Triangle UMR 5206

Sujets d’étude : Aménagement post catastrophique ; gestion des corps ; production de nouvelles communautés de pratique ; enjeux épistémologiques de savoirs socio-matériels générés par la catastrophe

Compétences scientifiques : Philosophie politique, Philosophie du risque, Enquête sur le terrain, Médiation culturelle

Contact : isabella.tomassi@ens-lyon.fr

Sandra Trigano

Laboratoire : Centre Max Weber

Sujets d’étude : Imaginaires des villes postindustrielles ; exploration urbaine ; esthétique des ruines industrielles ; patrimoine/héritage ; attachements territoriaux/filiation inversée ; histoire des représentations des ouvriers et des villes industrielles ; détournements des emblèmes urbains/retournement des stigmates ; résistances ordinaires

Compétences scientifiques : Ethnologie, Sociologie

Contact : sandratrigano@gmail.com

Anaïs Volin

Laboratoire : Environnement Ville Société UMR 5600

Sujets d’étude : transports ; infrastructures ;  aménagements ferroviaires ; conflit d’aménagement en ville ; quartiers de gare ; Europe ; Allemagne

Compétences scientifiques : Méthodes d’enquêtes, Géographie humaine et sociale, Géographie de l’Europe (Europe centrale)

Contact : anais.volin@univ-lyon2.fr

 

Le vécu de l’urbain – 3 octobre 2014 – 14h Salle CH 206 – 18 rue Chevreul 69007 Lyon (2ème étage)

Le vécu de l’urbain

Le 3 octobre 2014 – 14h

Salle CH 206 – 18 rue Chevreul 69007 Lyon (2ème étage)

http://www.univ-lyon3.fr/fr/presentation/localisations/site-des-quais/

41.jpg508513085

Programme

14h : Accueil et présentation des ateliers expérimentaux 

14h15 – 16h00 : Exposés des participants 

Anna Caterina Dalmasso – Doctorante en Philosophie (Lyon 3 et Università degli Studi di Milano)

Pascal Ferren – Chargé de Mission au pOlau (Pôle des Arts Urbains)

Aksel Kozan – Doctorant en Histoire  (Science-Po Paris).

16h00 – 17h30: Débat

Avec Florent Chevreau – Urbaniste à l’EPA de Saint Étienne

Continuer la lecture de Le vécu de l’urbain – 3 octobre 2014 – 14h Salle CH 206 – 18 rue Chevreul 69007 Lyon (2ème étage)

10 Juin 2014 – Big Data et analyse des structures socio-spatiales – ENS


Séminaire

« Big data et analyse des structures socio-spatiales urbaines »

Le 10 juin 2014 de 14h à 18h

ENS de Lyon – Site Descartes (1er étage, salle F120)

Programme

14h00-14h15

Accueil des participants

14h15-14h30 Présentation de la journée Eric Verdeil – Elvan Arik
14h30-15h45

« Annuaires, Histoire sociale, Spatial Humanities » Jean-Luc Pinol (ENS Lyon)

« Les bottins comme source d’histoire pour Istanbul : enjeux matériels, de méthode et de traitement ». Murat Güvenç (Sehir University Istanbul, prof. Invité INSA de Lyon/ EVS)

Discussion : Stéphane Frioux (Lahra)

15h45-17h00

L’intégration de sources historiques hétérogènes à un modèle de reconstitution d’anciens territoires industriels : enjeux et problèmes méthodologiques » – discussion dans le cadre du projet ALARIC (Clémentine Périnaud)

17h00-17h30

Enquête ménage, consommation énergétique et structuration urbaine. Présentation d’un aspect du projet POUDEV (E. Arik / M. Güvenç

Discussion : Thierry Joliveau/Hélène Matthian (UMR 5600)


Continuer la lecture de 10 Juin 2014 – Big Data et analyse des structures socio-spatiales – ENS

Les mondes urbains et les philosophes en action

  • Organisateur Romain Sauzet (philosophie – Irphil)
  • Chercheur invités: (non déterminé)

Contact: romainsauzet@gmail.com

  • Compétences et Disciplines demandées : les philosophes qui travaillent sur les mondes urbains, de près ou de loin ; les disciplines qui intègrent dans leur travail des conceptions philosophiques, ou qui ont à l’égard de la philosophie certaines demandes.

Proposition Détaillée – AE – Les mondes urbains et les philosophes en action

Continuer la lecture de Les mondes urbains et les philosophes en action

Compte-rendu – « La qualité urbaine en débat »

Dans le cadre du second Atelier Expérimental organisé par la coopérative de recherche IMUalpha, le thème proposé fut de celui de la Qualité Urbaine.

Ce compte rendu a été réalisé par Fabien Mazenod, Laëticia Mongeard et Romain Sauzet.

Conférence Alessandra Capanna

La  »Carta per la Qualità » du nouveau plan régulateur de Rome. Dépasser le concept de contrainte pour la qualité urbain

La  »Carta per la Qualità » – avec illustrations

La  »Carta per la Qualità » est un document cartographique pour la gestion du Nouveau Plan Régulateur de Rome.

Il ne s’agit pas d’un document strictement règlementaire et prescriptif (imposant des contraintes et des dispositions), mais d’un document qui fournit des critères, des indications et des règles de comportement pour la réalisation des projets de construction dans la ville. A partir de l’exigence de qualité de la part de la collectivité, la Carte a comme objectif le respect de la qualité diffuse, déjà présente sur le territoire, qu’il faut valoriser avec des projets urbains et architecturaux.

La Carte pour la Qualité (CpQ) est un guide, un instrument dynamique destiné à être mise à jour continuellement. Elle est construite comme un système d’information géographique (SIG) dans lequel confluent les nombreuses œuvres (objets) de qualité du territoire communal. Bâtiments historiques, zones archéologiques, architectures modernes et contemporaines composent une carte géo-référencée. Pour la ville contemporaine elle a été élaborée par un groupe d’architectes réunis dans le Laboratoire QART (acronyme pour : Qualité ARchitecture Territoire) : c’est un laboratoire de recherche de la Faculté d’Architecture de Rome « La Sapienza » pour l’étude de la Rome Contemporaine, qui traite des questions liées à la ville avec un attention particulière aux questions de maitrise d’œuvre.

Le nouveau plan régulateur de Rome adopte ce nouvel outil – le CpQ – afin de poursuivre l’objectif de qualité urbaine à partir de la connaissance de l’existant dont l’étude et le catalogage des édifices récents des tissus urbains périphériques, auxquels la loi de protection du patrimoine historique ne sera probablement jamais appliquée.

(pour accéder à une restitution des discussions, cliquez sur le lien suivant ) : Discussions autour de l’intervention d’Alessandra Capanna

 

Atelier Expérimental :  La qualité urbaine


Présentations


Après une introduction de la demi-journée par Claire Revol (IRPhil), co-organisatrice des Ateliers Expérimentaux, et le rappel des objectifs de cette modalité originale de recherche, l’après-midi de présentations et d’échanges a débuté.

(vous pouvez accéder au power point et texte des intervenants en cliquant sur le lien bleu. Vous pouvez également retrouver les résumés des présentations en cliquant sur le lien suivant : Résumé des Présentations)

 

Synthèse de la Discussion

  • La Qualité Urbaine est une notion piège, puisque comme l’a rappelé Claire Revol, personne ne voudrait s’opposer à la qualité. Pour autant, en étant introduite dans de nombreux documents d’urbanisme, la Qualité Urbaine induit une certaine compréhension du concept.

  • Derrière ce concept se cache une tentative d’objectiver la qualité, c’est-à-dire de réduire celle-ci à un ensemble de critères et de catégories sensés saisir l’existence humaine dans l’espace urbain. La tentative d’intégrer des dimensions sensibles passe par la mesure (lumières, sons, odeurs etc), en quantifiant la qualité, au détriment de ce qui en fait une qualité vécue propre à un investissement affectif de l’individu. 

  • Ce qui est frappant est l’utilisation de la Qualité Urbaine comme un outil marketing, susceptible de hiérarchiser les différentes villes qui tentent cette démarche à l’aide de critères communs. Paradoxalement l’effort de distinction revient à une homogénéisation de fait. Et ce faisant la ville se réduit à son image.

  • Il faudrait faire un inventaire de ces différents critères de la qualité urbaine et leurs évolutions (comme on évalue les tendances d’une mode), afin de voir en quoi ils manquent un certain nombre de réalités. Ce faisant, il sera possible de saisir à sa juste mesure la partialité et la limite de telles conceptions, et ne pas réduire la qualité aux images (œuvre d’art, esthétisation de la ville, mode de vie) qu’on peut en donner.

Discussions

L’intérêt des Ateliers Expérimentaux réside principalement dans les longues discussions que nous pouvons avoir à la suite des présentations. Nous nous sommes donc efforcés de restituer le plus fidèlement possible les interventions des différents participants.

Pierre Ageron propose une ouverture de la discussion en mettant en avant la proclamation de la qualité de vie par la production d’images.

On observe la diffusion de modèles stéréotypés dans les politiques urbaines tels que  »le rêve de la ville tram » (Jacques Donzelot). Le tram passe ainsi de l’utilité fonctionnelle à un reflet de la (post)modernité de la ville.

La qualité de vie semble donc correspondre à la diffusion d’un modèle mondialisé, qui se diffuse également en Amérique du Sud et en Asie. Ce n’est donc plus un effet de distinction, mais plutôt un signe d’appartenance à un club, ce qui renvoie à un « effet de club » (Eric Charmes). La ville est alors le fondement même d’un modèle de mondialisation très puissant.

Le discutant, Guillaume Faburel, propose de considérer une sorte d’impensé que seraient les différentes catégories mobilisées pour la qualité de vie. La question de la qualité urbaine relève de l’esthétique et de la poétique mais aussi du politique et cela renvoie aux catégories d’analyse. Il est important de savoir d’où partent les réflexions et où elles vont.

Le problème central est ici une question politique, et pas seulement descriptive. Politique, car la notion de qualité de vie relève d’un véritable choix, dont on prend conscience notamment dans les situations de conflits et de réactions infra-politiques (type réactions des habitants, à l’égard de l’homogénéisation). La qualité urbaine serait une construction du politique pour le politique et correspond à une standardisation généralisée de la ville elle-même.

Ce choix de politique publique s’inscrit dans une logique d’attractivité dans un contexte de mondialisation. La qualité de vie est un récit imposé, à distinguer du bien-être derrière lequel il y a un individu qui réarme sa capacité à agir. Tandis que la qualité de vie se voudrait plus objective, le bien-être renverrait à un rapport au monde.

La qualité de vie peut apparaître comme un outil néo-politique : il faut bien attirer, il faut bien se métropoliser (selon l’injonction mondialisée). La qualité urbaine serait une nouvelle prophétie déjà réalisée, prenant la suite de la doxa environnementale déjà présente dès les années 1960. Ceci renvoie à un autre champ d’impensé : quelle est la puissance généralisante, transnationale, de cette esthétique, de cette poétique, de cette politique? Quels sont les savoirs de gouvernements qui proposent d’interpréter la  »boîte à outils » par le biais de la qualité ? Une première réponse serait les savoirs logico-formels, l’image, c’est-à-dire une distance à l’égard de ce dont il est question. Le retour de ces modèles qui constituent une véritable épistémé : le retour de l’architecture dans les politiques urbaines.

On peut se demander ce qui est aujourd’hui légitime dans les discours sur l’urbain.

Pour finir, Guillaume Faburel propose aux trois intervenants de répondre à la question : d’où partez-vous, quelles sont les catégories d’analyse, les champs conceptuels propres à chaque travail ? Il ne s’agit donc pas de réfléchir sur la méthode mais sur ses présupposés théoriques, sur ce qui fait que leur sujet est déjà très orienté.

Nicolas Chausson met en avant l’intérêt des critères de qualité de vie qui permettent de réinterroger un certain nombre de présupposés, notamment la notion de conflits. On constate différentes vies la nuit, des possibilités de friction du fait d’usages opposés en un même espace. La qualité de vie permet de réinterroger la notion de conflit et de se demander quelle nuit on veut pour l’avenir. Un premier questionnaire avait été utilisé sur « qu’est-ce que la qualité de vie la nuit ?» pour observer les réactions face à la notion de « qualité de vie ».

Fabien Mazenod revient sur le contexte de sa réflexion. Partant de zéro sur la qualité urbaine, avec pour bagage une pratique de l’étude des formes urbaines, il a proposé un simple état des lieux en s’intéressant aux formes produites et aux textes-sources, tout en sachant que cela exclue beaucoup de choses. C’est donc un état des lieux du « commun » pour qualifier la notion de qualité urbaine qui fut présenté. Qui produit ces textes-références ? il s’agit de clarifier qui sont les différents acteurs de la qualité de vie à travers les chartes urbaines, le discours politique, etc.

Pour Claire Revol, la qualité de vie permet d’interroger le processus d’homogénéisation qui est véhiculé dans la politique urbaine. C’est une notion intéressante, puisqu’elle rassemble des choses contradictoires et pose le problème suivant : comment, à partir de la volonté de se distinguer, on aboutit à une homogénéisation ?

Selon Pierre Ageron, l’homogénéisation crée de la distinction par la marge, une marge limitée, qui s’inscrit dans un régime prédéfini de visibilité. Comment les acteurs peuvent-ils se singulariser, alors que la distinction se fait à l’intérieur de classement ? Ils souhaitent se singulariser afin d’être visibles.

Pour Guillaume Faburel, il s’agit d’un faux paradoxe. Un exemple en est le cas de l’authentique qui est devenu un objet de marché, comme pour le vin. Au début, la distinction se faisait par la marque de fabrique, les labels, les appellations. Puis, puisque tous les vins disposent d’une appellation, on voit arriver une nouvelle échelle de valeur, concentrée autour du goût  »fruité », c’est-à-dire autour de sensations gustatives qui sont suscitées par chaque vin individuellement. Ceci dans un cadre normé, à partir d’un ensemble de catégories déjà convoquées. Cela renvoie à la dialectique, à l’unité des contraires.

Comment penser alors une singularité qui ne soit pas seulement une valorisation marchande ? Le  »bien-être » permet peut-être de fournir une alternative, en se focalisant sur l’idée de corps situés dans un espace singulier. Il porte également la notion d’engagement dans le commun, dans l’entre-deux…

Romain Sauzet soulève alors une question : A force de produire des taxinomies de la qualité qui se veulent objectives et applicables dans tous les cas, en quantifiant de la sorte la qualité, en la cumulant, n’en perd-on pas la notion, au profit d’une catégorie descriptive classique ? On peut revenir à la notion de qualité en philosophie, notamment chez Aristote pour qui la qualité définit ce qu’est la chose, ce qu’on peut lui attribuer, ce qu’est cette chose précisément (et pas une autre chose). Parler de la qualité d’un lieu ou d’une situation ne revient donc pas à évoquer des critères objectifs mais plutôt à essayer de définir ce qui fait sa spécificité : en quoi cette place est une place particulière et unique plutôt que quels éléments la composent.

Claire Revol se demande si l’on n’assiste pas plutôt à un effet de pendule avec une 1ère phase d’homogénéisation, puis une phase de résistance, suivie d’une phase de singularité puis à nouveau une tendance à s’homogénéiser, etc.

Il est frappant de voir que les idées de la pensée urbaine des années 1960 sont toujours pertinentes, un exemple en est « l’espace abstrait » de Lefebvre. On retrouve dans l’Histoire ce même processus homogénéisation – fragmentation – distinction.

Guillaume Faburel souligne que l’on observe cette évolution depuis les années 1970. Elle repose sur la puissance du symbolique et la qualité intervient aujourd’hui dans la quête de cette puissance.

Comme le propose Fabien Mazenod, on peut se demander si cette homogénéisation est vraiment contemporaine. L’histoire nous montre d’autres globalisations des formes telles que le boulevard haussmanien ou le forum romain…

Pour Pierre Ageron, il ne s’agit pas de la même échelle, ni de la même économie de marché, selon Guillaume Faburel. La ville est devenue le dernier lieu de la production du capital. La ville permet la concentration d’un capital dématérialisé, qui change de fonction dans la politique urbaine. C’est la construction politique qui est différente.

Alessandra Capana précise que le bien-être renvoie à la satisfaction de l’esprit et en cela il ne semble pas permettre l’homogénéisation.

Pour Guillaume Faburel, c’est en fait l’homogénéisation des imaginaires, ainsi on ne rencontre jamais l’imaginaire de « quitter la ville » dans les grandes stratégies urbaines. Les catégories interviennent aussi autour de la question de l’imaginaire.

Claire Revol propose de s’interroger sur la capacité d’individus satisfaits par les modèles proposés à répondre. Où est la subjectivité ?

Selon Xun Yi, La qualité urbaine est à comprendre par l’analyse du phénomène de l’urbanisme. Par exemple, dans les années 70, on encourageait le développement routier alors que maintenant le développement durable incite à changer de modèle (Exemple de la destruction des quartiers populaires du fait de la gentrification à Paris).

Chacun a une expérience différente et une image différente de la ville selon son expérience. Chacun crée ainsi son espace individuel dans un espace public, tous produisent une image différente. Pour autant, c’est la somme de ces images qui constitue une image globale.

Guillaume Faburel propose alors de se demander quelle a été la place de la qualité urbaine dans les autres séquences de l’urbanisme.

Dans les années 1960, la qualité était d’abord la satisfaction des besoins premiers. Aujourd’hui, elle ferait commun face à la dislocation. Parlait-on de « qualité » à l’époque ?

Claire Revol interroge la place de la critique issue des années 1970, déjà intégrée dans les Chartes et documents, qui coupe ainsi l’herbe sous le pied à la critique actuelle. Comment critiquer ces documents aujourd’hui, avec quel matériel ? Quels sont les critères actuels ?

Tout dépend des catégories d’analyse de la critique, selon Guillaume Faburel. On peut prendre l’exemple de De Certeau et sa « critique de l’ordinaire ». Le monde a complétement évolué dans son rapport à la ville au cours des 30 dernières années. Il faut remettre en traces.

Pour Romain Sauzet, il faut défendre l’idée de qualités urbaines : dans le contexte d’urbain généralisé (50% de la population mondiale vit dans des ensembles urbains), il y a des besoins, des comportements, et donc des demandes similaires aux quatre coins du monde : des besoins de loisirs, de connexion internet, de transport, etc. La qualité de vie n’est-elle pas alors là pour sanctionner, positivement, une attitude mondiale, une véritable demande, et donc être le vecteur d’un besoin d’homogénéité. Les critères de la qualité de vie ne seraient plus alors des moyens de détruire la singularité des lieux, mais plutôt de répondre à un besoin de libéralisation (au sens existentiel) des comportements ?

Ceci renvoie à l’impact du politique sur les comportements.

Selon Pierre Ageron, la qualité de vie correspondrait alors à une certaine tyrannie de l’opérationnel, et de la nécessité de répondre avec une boîte-à-outil préconçue. Comment faire dans la pratique ? La réflexion implique une réflexion théorique mais une boîte à outils est utile aux praticiens de la ville.

Toutefois, comme le souligne Guillaume Faburel, cela oriente beaucoup les pratiques. Le projet urbain est aussi une construction du politique dans son rapport au politique. Ce qui résiste, c’est l’infrapolitique.

Romain Sauzet précise qu’il est impossible de saisir la qualité de vie de chacun, ce qui laisse autant de marge de progrès.

Guillaume Faburel revient sur le fait que l’on sache déjà améliorer la « qualité de vie », un exemple est celui du bruit en ville, pour lequel on sait étalonner la sensibilité phonique des personnes. On perçoit l’orientation cognitive du référentiel de l’action. Et la métrologie environnementale est une science de la maîtrise.

Il est nécessaire de compliquer les notions dont s’est déjà saisie la politique par d’autres notions.

Romain Sauzet souligne qu’il faut aussi faire acte d’humilité, on ne peut avoir accès qu’à certains phénomènes.

Nathalie Caritoux  évoque un colloque sur l’infra-politique dont il ressortait un dilemme : malgré l’utilité de l’infra-politique pour faire émerger des problématiques pertinentes, on s’attend à ce qu’il y ait passage au politique pour que la revendication devienne action publique et c’est précisément ce qui est difficile (sans parler de la récupération possible : est-ce souhaitable ?). Ce qui permet le passage au politique étant identifié comme la possibilité d’avoir une parole publique construite et portée par un « leader ». Il n’y a plus de leader..

Guillaume Faburel s’appuie alors sur l’expérience d’un travail mené sur les conflits liés aux grandes infrastructures ferroviaires, qui lui permit d’aborder le « bien-être » des territoires. En constituant des groupes de discussion, en entendant les mécontents, émergea le bien-être comme commun, lié à un sentiment affectif d’appropriation.

Claire Revol revient sur le fait que les communs surgissent à l’occasion de grands projets d’aménagement ou de tout ce qui peut être perçu comme une menace (ex: le gaz de schiste). La situation cristallise, les gens veulent alors prendre leur place, compter. Le paradoxe est alors de savoir comment s’investir autrement que lorsqu’il y a une menace. Comment faire pour que cette construction se fasse autrement que dans l’opposition ?

Nathalie Caritoux souligne alors que ce fut le même processus dans le Larzac, la menace fait apparaître les leaders, puis le mouvement s’institutionnalise ( c’est ce qui fait l’émergence d’un mouvement politique selon Claire Revol); Guillaume Faburel rappelle que ces mouvements citoyens émergent alors que nous avons derrière nous deux siècles de démocratie délégative, ce qui explique ces tâtonnements.

 

 

Procédures pour monter un projet IMUalpha

Voici la procédure et les documents permettant de mettre en place des projets scientifiques labellisés IMUalpha, quels qu’ils soient (séminaires, conférences, ateliers expérimentaux, etc). Pour ce faire, le document central est  intitulé :  »1. Comment monter un projet labellisé IMUalpha? ». Il sert de guide permettant de vous aider dans le cheminement scientifique, administratif et organisationnel de votre projet. Bien évidemment, il est illusoire de croire que ce genre de document sera susceptible de répondre à vos questionnements pratiques, alors n’hésitez pas à nous contacter en cas de problème ou de question : imualpha@gmail.com

Notez bien que la discussion avec le comité de coordination d’IMUalpha est le premier pas à faire avant de monter quoi que ce soit!

 

1. Procédures

1. Comment monter un projet labellisé IMUalpha?

2. Notre de cadrage – Projet Scientifique

3. Note de cadrage – Budget Prévisionnel

2. Documents Formels

État_des_frais_FRANCE

Ordre_de_mission

Fiche missionnaire

 

 

Compte Rendu – Journée de Lancement – Outils et Instruments de la recherche

 

« Outils et modèles : les techniques de la recherche urbaine « 

Journée de lancement IMUalpha

29 mai 2013 

Amphithéâtre de la bibliothèque Marie Curie – INSA de Lyon

Afin d’officialiser la création de la coopérative de jeunes chercheurs IMUalpha, qui a eu lieu le 15 juin 2012,  le comité de coordination avait décidé d’organiser sa journée de lancement autour du thème suivant : ‘’Outils et méthodes de la recherche urbaine’’. Le choix de ce thème transversal a été de regrouper l’ensemble des doctorants et des jeunes chercheurs autour d’un sujet commun. Dans cet objectif, les techniques scientifiques qui permettent la production du savoir sur les mondes urbains ont fournit un axe pertinent pour permettre à des disciplines radicalement différentes de se retrouver autour d’un sujet commun.

Avant de produire le compte-rendu concret de cette journée, nous voudrions remercier les différents communicants d’avoir présenté et discuté leurs différents projets de recherche. Il n’est pas toujours aisé d’intervenir dans une journée comme celle-là, lorsque le sujet travaillé ne porte pas directement sur un contenu particulier. Aussi, il faut souligner l’implication avec laquelle les différents intervenants ont exposé leur compréhension des enjeux de cette journée, notamment au cours de temps  d’échanges  aménagés pour poursuivre et approfondir les points de questionnement soulevés par les présentations.

Par ailleurs, nous tenions à remercier Jean-Yves Toussaint et Gilles Pinson, membres du COPIL IMU, pour leur participation à cette journée. Enfin, nous remercions la vingtaine de participants qui a eu la curiosité de s’intéresser à cette coopérative de recherche originale, qui,  nous l’espérons,  souhaitera s’impliquer dans ce projet et ainsi bénéficier des possibilités novatrices qu’il offre.

  • Liste des participants :

Organisateurs : Raphaël Frétigny (Triangle), Sébastien Ah-Leung (EVS), Romain Sauzet (IRPhil), Henri Briche (Triangle) et Claire Révol (IRPhil)

Communicants : Pascale Nédélec (IRG), Athmane Fouil (Centre Max Weber), Bilal Berjawi (LIRIS), Yi Xun  (CIEREC).

  • Présentation du labex IMU (Jean-Yves Toussaint, responsable scientifique et technique d’IMU)

Le premier de temps de cette journée a été consacré à la présentation du Labex IMU (Intelligence des Mondes Urbains) par son responsable scientifique et technique, Jean-Yves Toussaint. Ce dernier a rappelé l’originalité d’IMU, de par la taille (plus de 440 chercheurs impliqués) et la diversité (29 disciplines différentes) qui le fonde, mais également par le projet scientifique qu’il propose : la pluralité scientifique, c’est-à-dire la confrontation et la collaboration des différentes disciplines travaillant sur l’objet urbain, afin de saisir aux mieux toute la complexité de ce dernier. C’est dans ce souci de chercher à faciliter la rencontre entre les différentes disciplines que Jean-Yves Toussaint a rappelé un des objectifs d’IMU, disposer d’une résidence, objectif qui devrait être satisfait courant septembre 2013.

  • Présentation de la coopérative IMUalpha – jeune recherche urbaine (Raphaël Frétigny, Triangle – IEP Lyon)

Cette perspective de rencontre entre les disciplines est celle proposée par IMUalpha. A la suite de cette première intervention, Raphaël Frétigny a présenté l’originalité de cette coopérative de recherche, en précisant les différentes modalités par lesquelles elle espère devenir une véritable plateforme d’échange, de production et de diffusion des savoirs sur les mondes urbains. En décrivant les différents moyens mis en œuvre pour ce faire (séminaire transversaux, ateliers expérimentaux, films-débat, etc.), il a insisté sur le fait que cette coopérative est une possibilité pour les jeunes chercheurs de trouver un appui tant administratif que financier et organisationnel pour monter leurs différents projets collectifs. En n’imposant pas un modèle déterminé au préalable, si ce n’est la recherche urbaine dans une logique de pluralité scientifique, IMUalpha va chercher à être le lieu de développement de projets de recherche novateurs et ambitieux.

  • Présentation de la journée d’études (Romain Sauzet, IRPhil – Lyon 3)

Une introduction des enjeux et intérêt de cette journée a été faite par Romain Sauzet. L’objectif principal de celle-ci a été de souligner l’intérêt que présente pour les chercheurs le fait de rentrer dans le cœur de la machine scientifique et de présenter les rouages pratiques qu’ils mettent en œuvre dans la production de leurs savoirs. C’est en fournissant ce genre d’effort réflexif, sur ses propres pratiques scientifique, que tout chercheur pourra ouvrir son travail à la discussion et à l’échange avec d’autres chercheurs, notamment ceux issus de disciplines différentes. Cet effort favorise par ailleurs l’accès à de nouvelles sources de développement et à des occasions de collaboration et de complémentarité.

  • L’urbanité et la citadinité des outils conceptuels pertinents pour la recherche urbaine ? (Pascale Nédélec, IRG – Lyon 2)

Pascale Nédélec, s’est interrogé sur la manière de caractériser la nouvelle norme que semble être devenu le phénomène urbain. Le problème principal soulevé est celui des difficultés définitionnelles posées par ce terme. En effet, la généralité de ce concept ne satisfait pas les projets de recherche qui tentent de saisir les spécificités ou les similitudes de différents projets urbains. Afin d’apporter des éléments de solution à cette situation problématique, Pascale Nédélec a présenté une distinction conceptuelle fructueuse : la différence entre l’urbanité et la citadinité. Après avoir clarifié les définitions de ces deux notions au sein des différentes écoles de géographie française, elle en a proposé une acception simplifiée, mais qui permettrait de distinguer facilement les différentes manières d’envisager la ville. L’urbanité correspond alors à la dimension spatiale des phénomènes de ville, là où la citadinité en permet une description sociale. L’apparente facilité de cette distinction fournit une grille de lecture des différents textes portant sur la ville, et permet de décrire les différents enchevêtrements étudiés, en concevant ces derniers à la manière d’une poupée russe.

Les discussions faisant suite à cette présentation ont insisté sur les difficultés – non définitives – à rendre compte de ces conceptions dans les urban studies et plus largement dans la recherche mondiale, ainsi que de généraliser l’utilisation de ces concepts à d’autres disciplines. Pour autant, plusieurs participants ont montré leur intérêt pour les concepts d’urbanité et de citadinité, voyant en eux une grille de lecture à la fois simple et consistante pour leurs propres perspectives de recherche.

  • Les exigences du terrain : étapes, questionnements et évolutions d’une enquête ethnographique (Athmane Fouil, Centre Max Weber)

Athmane Fouil a exposé son travail de thèse en ethno-sociologie, afin d’insister sur la remise en cause progressive de l’univers de subjectivité inhérente à tout type de recherche. Etudiant une population d’immigrés provenant tous du même village du sud de l’Algérie et qui se sont installés dans le même quartier de Pierre Bénite, dans la banlieue de Lyon,, il a présenté les différentes étapes et revirements, tant intellectuels que méthodologiques, par lesquels son effort de recherche est passé. La première étape, relevant d’une enquête de terrain classique (observations, photographies, entretiens, etc.), ne lui a pas fournis beaucoup d’informations sur le groupe étudié. Dans un second temps, il a alors décidé de réaliser une étude ethnographique, fondée sur une immersion de dix mois, et sur  l’étude de l’usage des espaces du quartier étudié, notamment au travers de l’étude des sociabilités autour de la construction d’une mosquée. Cherchant à comprendre comment un groupe d’individu pouvait répéter des liens de sociabilité singuliers et des habitudes de vie similaires à leur lieu d’origine, là où d’autres groupes adoptent d’autres modes de vie, la troisième étape de sa recherche a consisté à s’intéresser au village d’origine, afin d’y « faire parler les pierres », via l’analyse des relations à l’espace des usagers. C’est alors qu’il a pu saisir, à l’aide d’une quatrième étape centrée sur une documentation historique la spécificité de cette population, qui met en œuvre facilement sa propre mémoire, précisément parce que celle-ci ne s’inscrit pas dans un sentiment de nostalgie.

  • Présentation Ateliers expérimentaux IMUalpha : Henri Briche (Triangle – IEP Lyon) et Claire Révol (IRPhil – Lyon 3)

Henri Briche et Claire Révol ont présenté les Ateliers Expérimentaux, qui vont se mettre en place en septembre 2013. Après avoir montré l’originalité de ce projet, qui propose aux jeunes chercheurs d’inventer eux-mêmes des situations de recherche, ils ont évoqué les thématiques possibles, ainsi que leurs différents développements concrets (la place de la nature en ville, via une réflexion sur l’eau, les déchets… ; l’argent et la ville…). La présentation du blog Hypothèse (http://imualpha.hypotheses.org/) acheva cette intervention, en précisant en quoi il servirait d’interface entre les jeunes chercheurs et les ateliers, que ce soit en offrant une vitrine aux différentes propositions de projet en cours de constitution, ou à terme, en permettant un lieu de suivi et d’échange autour des problématiques récurrentes qui ne manqueront pas d’être soulevées lors des ateliers.

  • Detection, Integration and Correction Methods for Homologous – Bilal Berjawi, (LIRIS)

Bilal Berjawi, présenta le projet UNIMAP, financé par IMU, autour de son travail de thèse intitulé ‘’Détection, intégration et correction des méthodes pour des objets géographiques homologues’’. L’objectif d’UNIMAP est d’élaborer une base de données unifiée des services de géo-localisation. Il s’agit d’associer les différentes bases de données (bing, Googlemap), qui présentent de manière distinctes, et parfois imprécises, les points d’intérêts (POI) : restaurants, hôtels, monuments… Le but de cette présentation est d’insister sur les relations nécessaires qui doivent exister entre des disciplines différentes afin qu’un tel projet puisse voir le jour. Ainsi, en plus de sciences informatiques auxquelles Bilal Berjawi est rattaché, la géographie est également sollicitée pour permettre la cartographie des lieux étudiés, ainsi que les différentes sciences humaines, dont le but est préciser les données et problèmes sémiologiques intéressant les utilisateurs (qui sont-ils ? quelles sont leurs habitudes de consommation ? Comment présenter l’incertitude propre à toute interface de géo-localisation ?)

À cette diversité des disciplines s’ajoute une pluralité de méthodes pour effectuer ces agrégations d’informations. Les experts peuvent vérifier les POI sur les terrains. Les données sont alors précises et efficaces dans une région limitée, mais difficiles à étendre, et qui plus est coûteuses. La seconde alternative est d’utiliser les données des autres fournisseurs pour confirmer l’homologie avec celles déjà détenues. Moins chère et de grande ampleur, cette méthode marche pour la détection du type d’objets (restaurants, monuments, etc.), mais elle est peut adaptée pour délivrer les coordonnées spatiales précises. Enfin, la dernière méthode possible est collaborative, dans une logique d’Openstreetmap. Les avantages de cette méthode, la gratuité ainsi que son efficacité dans les régions urbaines, sont cependant contrebalancés par l’incohérence potentielle des données. Le projet UNIMAP, qui n’a débuté que depuis quelques mois, propose pour satisfaire ses objectifs d’associer ces trois méthodes.

  • Le concept TOD et l’espace urbain – Yi Xun (CIEREC)

La dernière présentation a été celle de Yi Xun  (CIEREC). L’objet de sa participation a été de montrer l’intérêt du concept T.O.D. (Transit Oriented Development) dans la rénovation et la création d’espaces publics. Créé par Calthorpe, ce concept audacieux affirme l’intérêt d’organiser l’espace urbain autour de la mobilité urbaine, afin de favoriser le développement régional. Yi Xun a présenté l’importance d’une telle conception dans les efforts de réaménagements des villes chinoises, dont les réseaux de transports automobiles sont saturés par l’augmentation exponentielle de la densité humaine et de l’activité économique. Dans un contexte d’une telle densité multiforme, le concept TOD affirme que le développement de l’espace urbain doit se poursuivre à partir de stations de transport en commun, afin de faire émerger au sein d’un même espace urbain plusieurs pôles de densités à usage mixte (résidentiel, commercial, services, institutionnel, ect.), reliés entre eux par des moyens de transport rapides.  En optimisant les espaces urbains déjà présents, la densité urbaine décroîtrait à mesure que l’on s’éloigne de ces pôles, et éviterait de la sorte les effets de saturation des réseaux à une trop grande échelle.

Les discussions faisant suite à cette dernière présentation ont porté sur l’intérêt d’un tel concept dans le cadre des villes dites ‘’déprimées’’ (fort taux de chômage, dont le nombre d’habitants diminue…). Yi Xun a insisté sur l’efficacité d’un tel concept pour raviver l’activité économique de pareille ville, tant dans la dynamique économique que le concept TOD prétend mettre en place, que par l’entretien de cette dynamique, par le fait de faciliter la circulation des individus et les échanges entre eux.

  • Conclusion

A l’issue de cette journée, plusieurs participants sont se retrouvés autour d’un verre, afin de poursuivre les discussions entamées lors de cette journée et d’envisager les pistes futures pour le développement de la coopérative IMUalpha.

 

Mise en place des projets IMUalpha

Bonjour à tous,

IMUalpha est aujourd’hui lancé, avec un prochain rendez-vous aujourd’hui 24 juin sur les grands ensembles. Pour pérenniser la dynamique, il faut désormais fixer les prochains rendez-vous des projets itératifs :

–          Le séminaire transversal : qui doit nous permettre d’inviter les chercheurs dont les travaux nous intéressent, dans un souci de pluralité scientifique (par exemple un discutant d’une autre discipline)

–          Les ateliers expérimentaux (http://imualpha.hypotheses.org/44)

–          Le séminaire grands ensembles (http://imualpha.hypotheses.org/71)

–          Le ciné urbain : une projection de film suivie d’une discussion. L’idéal serait que ces séances soient reliées aux autres séminaires (comme on l’a fait sur les grands ensembles).

 

L’idée est que chaque personne intéressée propose une ou plusieurs séances, dont elle prenne en charge ensuite l’organisation, en lien avec les responsables du séminaire.

Nous vous proposons donc nous faire parvenir vos propositions à imualpha@gmail.com. Les propositions n’ont bien entendu pas valeur d’engagement, mais d’idées de départ.

Nous vous invitons à nous réunir ce jeudi 27 juin, à 18h à l’ENS, salle R253. Il s’agira de fixer les premières séances pour la rentrée 2013.

En vous remerciant par avance pour votre implication.

A bientôt

Le comité de coordination

IMUalpha – coopérative de jeune recherche urbaine

http://imualpha.hypotheses.org/

imualpha@gmail.com

Le programme de la journée du 29 Mai 2013

 »Outils et Méthodes de la recherche »

 

Journée de lancement IMUalpha

29 mai 2013

Amphithéâtre de la bibliothèque Marie Curie – INSA de Lyon

 

Programme

– 13h30 : Accueil

– 14h : Présentation IMU : Jean-Yves Toussaint

– 14h15 :  Raphaël Frétigny – Présentation IMUalpha – Triangle

– 14h30 : Introduction de la journée : Romain Sauzet – IRPhil

– 14h45 :  Pascale Nédélec – L’urbanité et la citadinité des outils conceptuels pertinents pour la recherche urbaine ?é  – Laboratoire IRG

– 15 h 25 : Athmane Fouil – Les exigences du terrain : étapes, questionnements et évolutions d’une enquête ethnographique – Centre Max Weber
– 16h00 : Pause 

– 16h15 : Présentation Ateliers expérimentaux IMUalpha : Henri Briche Triangle et Claire Révol – IRPhil

– 16h30 : Bilal Berjawi – UNIMAP – Detection, Integration and Correction Methods for Homologous – LIRIS

– 17h10 :  Yi Xun – Le concept TOD et l’espace urbain – CIEREC
– 18h00 : Conclusion

Journée de lancement – Objets et Méthodes de la recherche

Journée de lancement :

 

« Les techniques de la recherche urbaine : outils et modèles »

 

 

  1. 1.    IMU alpha : coopérative de la jeune recherche urbaine

IMU alpha est la structure du laboratoire d’Excellence IMU – Intelligences des Mondes Urbains[1] dédiée aux doctorants et jeunes chercheurs de la métropole Lyon Saint-Etienne. IMU alpha a pour vocation de constituer une coopérative, selon une dynamique s’inscrivant dans la pluralité scientifique, afin de permettre une production et une diffusion de savoirs urbains, qui puisse irriguer et nourrir la réflexion des scientifiques et des praticiens.

 

Ses objectifs sont les suivants :

–          Constituer un environnement de recherche urbaine mettant en œuvre la pluralité scientifique, en assurant notamment la diffusion et la discussion de travaux et d’expériences.

–          Permettre aux doctorants et jeunes chercheurs de conduire des projets de recherche de façon collective.

–          Favoriser des démarches innovantes et / ou expérimentales (participatives, etc.) de recherche, d’étude, permettant d’associer et d’impliquer les usagers, les professionnels, et, plus largement l’ensemble des acteurs du développement urbain (contribuer à la création de collectifs de recherche élargis associant jeunes chercheurs et acteurs extra-académiques, dans un souci de démocratisation de la production des savoirs).

En somme, la vocation d’IMU alpha est de permettre aux doctorants et jeunes chercheurs de mener et de participer à des projets collectifs.

Plusieurs projets sont déjà en cours de développement, ouverts à la participation de l’ensemble des doctorants et jeunes docteurs de la communauté IMU[2].

 

  1. 2.    Journée de lancement IMU alpha sur le thème :

« Les techniques de la recherche urbaine : outils et modèles »

 

Cette journée de lancement est programmée le 29 mai 2013 (le lieu sera précisé ultérieurement).

 

Ce rendez-vous sera consacré aux outils et modèles de la recherche urbaine. La présentation et la discussion de nos instruments de recherche aura pour vocation de partager nos expériences et d’interroger nos pratiques de chercheurs au-delà – et avec l’aide – des différentes perspectives disciplinaires, et, plus largement, d’alimenter les débats et de faire progresser la réflexion sur l’urbain.

 

Cette journée sera ainsi l’occasion de présenter la structure IMU alpha, les différents projets qui y sont développés ou qui pourraient l’être, mais aussi de faire se rencontrer et discuter doctorants, jeunes chercheurs, scientifiques et praticiens fédérés par le labex IMU.

 

2.1.              Appel à communication

 

« Quand il s’agit de ville, on croit toujours savoir de quoi l’on parle, mais c’est rarement de la même chose. »[3]

 

Aujourd’hui la forte diversité et la difficile articulation des approches disciplinaires de l’objet ville pose de nombreuses questions. La recherche urbaine semble aujourd’hui caractérisée par un éclatement de démarches scientifiques, qui rend difficile un dialogue commun. De fait, les différentes disciplines qui se saisissent de la ville ont développé des techniques de recherche spécifiques : instruments, méthodes, modèles, concepts… Il peut s’agir d’outils mathématiques, de réglementations juridiques et administratives, de logiciels statistiques ou cartographiques, mais également de méthodologies, ou même d’outils conceptuels, qui sont le plus souvent circonscrits à des cadres disciplinaires distincts.

 

Pourtant, si chaque champ disciplinaire a peu à peu constitué une approche originale et spécifique de l’urbain, ils se sont tous enrichis par l’utilisation ou, mieux, l’importation d’outils forgés au sein d’autres traditions disciplinaires[4].

 

L’objectif central de cette journée sera de créer le dialogue et de favoriser la confrontation disciplinaire à partir de la présentation et la discussion des outils par lesquels les chercheurs appréhendent l’urbain. La clarification des instruments de recherche, dont les contours sont trop souvent sous-entendus, vise à constituer le support d’un véritable dialogue, à même d’assurer la progression de chaque champ disciplinaire. La connaissance générale des principes fondamentaux, des hypothèses centrales, des possibilités et des limites des modèles et des outils d’autres champs disciplinaires, devrait alimenter la réflexion de chaque chercheur, que ce soit quant au positionnement de sa démarche et à la pertinence de ses résultats, qu’à la formulation de ses propres problématiques et questionnements.

 

Cette journée d’étude est ainsi pensée comme un espace où « les savants vont à l’école les uns des autres »[5], apprennent, traduisent et importent des méthodes et des prismes d’analyse. Dès lors, c’est tout particulièrement le rôle des jeunes chercheurs et des doctorants, encore à « l’école de la science », de développer ces rencontres.

 

Des contributions présentant et discutant l’utilisation d’un ou de plusieurs instruments de recherche pour appréhender le fait urbain seront bienvenues. Toutes les méthodologies et toutes les échelles d’analyse seront également considérées. Le champ ouvert est ainsi suffisamment large pour que des rencontres se produisent autour de thématiques variées.

 

Les propositions de communications provenant des doctorants et jeunes chercheurs dont les laboratoires sont affiliés à l’IMU seront privilégiées. Elles ne devront pas excéder 5000 caractères.

 

2.2.              Organisation de la journée

 

La journée sera organisée en deux temps :

 

–          Présentation du labex IMU et IMU alpha

–          Interventions d’environ 30 minutes (20 min de présentation, 10 min de questions / réponses), organisées en sessions.

 

L’entrée est libre et gratuite sous réserve d’inscription.

 

2.3.  Calendrier

 

Lundi 29 avril : date limite d’envoi d’une proposition de 5 000 caractères maximum à l’adresse suivante : imualpha@gmail.com

 

Jeudi 2 mai : réponse pour acceptation.

 

Vendredi 3 mai : envoi du texte ou du support de la communication, qui sera diffusé auprès des participants, sauf avis contraire du communicant. Ces documents pourront ensuite être valorisés dans une publication internet ou papier.

 

 

  1. Coordination IMU alpha

 

Mail central : imualpha@gmail.com

Sébastien Ah-Leung (EVS-ITUS) – sebastien.ah-leung@insa-lyon.fr

Raphaël Frétigny (Triangle) – raphael.fretigny@hotmail.fr

Romain Sauzet (IRPHiL) – romainsauzet@yahoo.fr

Chloë Vidal (EVS-IRPhiL) – chloe.vidal@logmail.net


[1]              Le labex IMU (http://imu.universite-lyon.fr/) est un dispositif de recherche et d’expérimentation centré sur la ville, l’urbain, la métropolisation et l’urbanisation. Regroupant un panel important de laboratoires spécialisés, aussi bien en sciences sociales qu’en sciences exactes, il a pour vocation à stimuler et développer des projets de recherche urbaine au sein de la métropole Lyon Saint-Étienne.

[2]       Parmi les projets en cours :

  •    La tenue d’une journée d’étude réunissant jeunes chercheurs et praticiens de l’urbain autour du thème du risque et de la connaissance, rentrée 2013
  •    La mise en œuvre d‘une série d’ateliers visant à croiser et confronter les perspectives disciplinaires autour d’un thème ou d’un concept, à partir de la rentrée 2013.
  •    L’organisation d’un séminaire transversal permettant aux doctorants et jeunes docteurs d’inviter des chercheurs à présenter un papier ou bien de faire discuter leurs papiers par des chercheurs confirmés.
  •    La mise en place d’un site internet servant de plateforme d’information et d’échanges.

 

Ces premiers projets n’excluent en rien de nouvelles  initiatives.

En outre, compte tenu de l’existence d’une demande d’expertise de la part de nombreuses institutions et entreprises, et de la            recherche de financements de thèse du côté des doctorants, il est envisageable qu’à moyen terme, IMU alpha puisse se développer     dans le sens d’une coopérative de recherche permettant la rencontre et le travail collaboratif entre ces deux communautés. Le               labex IMU, régulièrement sollicité pour réaliser des missions d’études ponctuelles, pourrait tenir un rôle de médiation important, en                 transmettant notamment des offres.

[3]                B. Lepetit, C. Topalov (dir), La ville des sciences sociales, Paris, Belin, 2001.

[4]                Les exemples abondent : l’économie hétérodoxe pour la science politique urbaine, la sociologie critique de Lefebvre pour les géographes, les outils cartographiques développés en géographie et mobilisés par les historiens…

[5]                G. Bachelard, Le rationalisme appliqué, Paris, PUF, 1970 (1949), p.23.