Archives de catégorie : Evénements Passés

Atelier expérimental – Réinvestissement des Marges – 19/06/2017 – Compte Rendu

Réinvestissement des marges –

Compte-rendu (CR AEX 19 juin 2017)

 

 


Atelier expérimental IMUalpha


« Réinvestissement des marges »
19 juin 2017

Présentation de la séance

Concept à la croisée des sciences humaines, la marge nous apparaît d’abord dans le flou de sa définition : elle n’est en effet ni la périphérie ni la banlieue, ni l’arrière-pays ni la friche, tout en renvoyant pourtant à chacune de ces notions. Tout au plus peut-on dire, dans une première approximation, que la marge engage l’existence d’un système (spatial, moral, politique, économique) par rapport auquel elle diffère, rapprochant ainsi différents espaces à la fois au cœur et à l’extérieur de la ville. Comme le note Brigitte Prost (« Marge et dynamique territoriale », Géocarrefour, vol.79/2, 2004), la marge nous invite ainsi à une « géographie du négatif » dans laquelle l’analyse du système territorial passe moins par l’analyse de ses normes que par la prise en considération des « dysfonctionnements » que la marge trahit.

Il serait pourtant réducteur de considérer la marge comme une pure négativité indicatrice d’une faille à résoudre. Si la marge rompt, en effet, avec le système auquel elle se rapporte, cette rupture (brutale ou progressive) est aussi – peut-être –, le point de départ d’une remise en cause et d’une nouvelle dynamique qui donne à cette dernière un rôle moteur

Évoquer ainsi l’idée d’un « réinvestissement des marges » suppose de prendre en considération ce potentiel de création-décréation. Réinvestir, en effet, ne consiste pas seulement à « reconquérir » le terrain perdu ou à « requalifier » ce qui a été « disqualifié » – il est vrai que cela peut aussi l’être, assurément –, mais à investir autrement.

  • Intervenants

Nicolas Murena, doctorant en littérature (CERCC/ENS de Lyon) : « De l’espace géographique et théâtral à l’espace symbolique : la marge comme « arche » et « jardin clos » dans Quai ouest de Koltès »

Oriane Piquer-Louis, doctorante en sciences de l’information et de la communication (Elico/Université Lyon 2) : « Réseaux et espace public : centralités et marges de la ville au prisme des infrastructures »

Ludovic Lepeltier, doctorant en géographie (UMR 7324 CITERES/Université François-Rabelais, Tours) : « La « marge urbaine », une construction politique ? Sortir de la réification par l’exemple : le faubourg de Józsefváros à Budapest »

Discutante : Charline Sowa, architecte, docteure en architecture (MHAevt/Université Grenoble Alpes)

Compte-rendu de séance : Jean-François PERRAT (ENSL) : jeanfrancois.perrat@ens-lyon.fr

 

Intervention de Nicolas Murena : De l’espace géographique et théâtral à l’espace symbolique : la marge comme « arche » et « jardin clos » dans Quai ouest de Koltès

  • La marge, définition

Dans les textes littéraires du XIXe, l’urbain devient une problématique de premier plan, quantitativement et qualitativement. Dans le contexte de l’industrialisation, la littérature se concentre souvent sur l’envers des mondes urbains, « univers fantasmatique » du crime, de l’effroi, des prostituées et des vagabonds. La marge est révélatrice de regards politiques, de conceptions, de valeurs. Pour reprendre Brigitte Prost, la marge est une limite, une faille, une fracture avec le monde habituel.

« La marge serait l’écart (…) entre un ‘plus’, c’est-à-dire un territoire organisé, fonctionnant suivant des règles mises en place progressivement, et un ‘moins’ qui, pour un espace, une époque, une forme d’activité donnés, ne répond plus aux normex du système, du territoire auquel il se rattache, que cette non-réponse soit brutale (rupture) ou progressive (modification). »

Depuis l’Antiquité, l’urbain est un creuset de valeurs en Occident, une avant-garde de la civilisation : Cité / civitas / ordre / civilisation s’opposent à sauvage / silva / ruralité / sauvage. Deux postures en littérature prévalent par rapport à la marge urbaine :

1) celle de la critique moraliste / moralisante (cf la Cousine Bette de Balzac),

2) l’idée qu’il s’agit du creuset d’un nouveau monde en gestation (cf Quai ouest de Koltès).

  • L’exemple de la Cousine Bette de Balzac

La cousine Bette est une rurale mal dégrossie, à la limite de la sauvagerie qui cherche à se venger par jalousie de sa cousine la baronne Hulot, figure de pureté à la peau très blanche, et très catholique. L’homme « sauvage » rural est explicitement opposé chez Balzac à l’homme « civilisé » : le premier n’a qu’une pensée, qu’une émotion à la fois, il ne mentalise pas son action, contrairement au deuxième, doué de réflexivité et maître de ses instincts.

Au sein même de la ville, Balzac associe le quartier du Caroussel de Paris à la cousine Bette, qui en est issue, de même que le quartier de la Petite Pologne, aujourd’hui disparu. Ce sont des marges internes à la ville, réputées mal famées et abritant une population dangereuse :

« Une des premières tentatives de la baronne en ce genre eut lieu dans le quartier sinistre nommé autrefois la Petite Pologne, et que circonscrivent la rue du Rocher, la rue de la Pépinière et la rue de Miroménil. Il existe là comme une succursale du faubourg Saint-Marceau. Pour peindre ce quartier, il suffira de dire que les propriétaires de certaines maisons habitées par des industriels, sans industries, par de dangereux ferrailleurs, par des indigents livrés à des métiers périlleux, n’osent pas y réclamer leurs loyers, et ne trouvent pas d’huissiers qui veuillent expulser des locataires insolvables. En ce moment, la Spéculation, qui tend à changer la face de ce coin de Paris et à bâtir l’espace en friche qui sépare la rue d’Amsterdam de la rue du Faubourg-du-Roule, en modifiera sans doute la population, car la truelle est, à Paris, plus civilisatrice qu’on ne le pense ! En bâtissant de belles et d’élégantes maisons à concierges, les bordant de trottoirs et y pratiquant des boutiques, la Spéculation écarte, par le prix des loyers, les gens sans aveu, les ménages sans mobilier et les mauvais locataires. Ainsi les quartiers se débarrassent de ces populations sinistres et de ces bouges où la police ne met le pied que quand la justice l’ordonne.

En juin 1844, l’aspect de la place Delaborde et de ses environs était encore peu rassurant. Le fantassin élégant qui, de la rue de la Pépinière, remontait par hasard dans ces rues épouvantables, s’étonnait de voir l’aristocratie coudoyée là par une infâme Bohême. Dans ces quartiers, où végètent l’indigence ignorante et la misère aux abois, florissent les derniers écrivains publics qui se voient dans Paris. Là où vous voyez écrit ces deux mots : Ecrivain public, en grosse coulée, sur un papier blanc affiché à la vitre de quelque entresol ou d’un fangeux rez-de-chaussée, vous pouvez hardiment penser que le quartier recèle beaucoup de gens ignares, et partant des malheurs, des vices et des criminels. L’ignorance est la mère de tous les crimes. Un crime est, avant tout, un manque de raisonnement. » (Balzac, La cousine Bette, p.491-492, Ed. Le livre de poche, 2013, [1972]).

S’ajoute à cela une perspective religieuse, articulant évangélisation et civilisation. Le fait que la cousine Hulot soit une catholique pieuse n’est d’ailleurs pas la moindre de ses qualités. L’idéologie hygiéniste voire le mépris de classe de Balzac transparaissent nettement dans son traitement des marges urbaines.

  • L’exemple de Quai ouest, de Koltès

Une part non-négligeable de l’œuvre de Koltès s’intéresse à des espaces de marge. Il rédige d’ailleurs en partie la pièce dans un entrepôt abandonné des quais ouest de New York, qui fait écho à celui de la pièce.Dans les deux cas, la marginalité de ces espaces est valorisée :

« En ce moment, j’écris une pièce dont le point de départ est aussi un lieu. À l’ouest de New York, à Manhattan, dans un coin du West End, là où se trouve l’ancien port, il y a des docks ; il y a en particulier un dock désaffecté, un grand hangar vide, dans lequel j’ai passé quelques nuits, caché. C’est un endroit extrêmement bizarre – un abri pour les clochards, les pédés, les trafics et les règlements de comptes, un endroit pourtant où les flics ne vont jamais pour des raisons obscures. Dès que l’on y pénètre, on se rend compte que l’on se trouve dans un coin privilégié du monde, comme un carré mystérieusement laissé à l’abandon au milieu d’un jardin, où les plantes se seraient développés différemment ; un lieu où l’ordre normal n’existe pas, mais où un autre ordre, très curieux, s’est créé. » (Entretien avec Jean-Pierre Han, Europe, 1er trimestre 1983 – dans Une part de ma vie, p.12-13.)

L’entrepôt est comme un jardin idyllique permettant, par l’absence de la norme habituelle, la création d’un monde nouveau – dans la pièce même, l’arche de Noé est même évoquée en didascalie, figurée par le quai, emporté par un Déluge de neige plutôt que de pluie.

Là encore, le traitement de la marge est révélateur des valeurs de l’auteur, même s’il s’agit d’un renversement de valeur total par rapport à Balzac, Koltès ayant même été un communiste convaincu.

  • Conclusion

Au-delà du seul intérêt en termes d’histoire littéraire de cette approche des marges, le propos garde une véritable actualité : aujourd’hui encore, les représentations balzaciennes semblent imprégner une bonne partie des discours politiques et médiatiques.

  • Échanges avec la salle
  • Octavie Paris

Octavie Paris apprécie la définition de la marge par Brigitte Prost en cela qu’elle inclut tant la marginalité temporelle (par exemple, de la nuit par rapport au jour, comme dans la pièce de Koltès) que spatiale.

  • Charline Sowa

Comment s’est fait ce choix de textes ?

  • Nicolas Murena

Ce n’est pas son travail de thèse directement, qui traite plutôt de Friedrich Hölderlin et Philippe Lacoue-Labarthe. Mais il y a une proximité thématique autour des notions de marginalité, des études postcoloniales ou même des études de genre. Il faudrait, de ce point de vue, faire évoluer nos représentations de Balzac, qu’on présente sans doute de façon un peu trop méliorative en classe.

  • Romain Sauzet

Même si ce n’est pas le cas chez Balzac, il y a une logique plus dialectique aujourd’hui : marge et normalité.

 

Intervention d’Oriane Piquer-Louis – La « marge urbaine », une construction politique ? Sortir de la réification par l’exemple : le faubourg de Józsefváros à Budapest

Oriane Piquer-Louis se présente aujourd’hui comme présidente de l’association FFDN ET doctorante en sciences de l’information et de la communication. Son intervention interrogera la façon dont « l’information du territoire par les réseaux de communication reconfigure les marges des territoires ».

Les réseaux sont ici à entendre exclusivement comme les réseaux de télécommunication, fixe et mobile. L’infrastructure réseau est souvent perçue comme « virtuelle », « matérielle », légère, éthérée, imperceptible. Or, il s’agit vraiment d’un « composé », d’un « dispositif » au sens foucaldien, mais aussi de dispositifs techniques lourds s’appuyant sur du génie civil (ex : pour tirer de la fibre), des serveurs très bruyants, des antennes… De fait, on ne « perçoit » guère le réseau que lorsqu’il est en construction. Dans les centres urbains, l’accès au réseau est ordinaire, banal, indispensable, presque naturel, mais il ne va pas de soi dans les espaces périurbains et ruraux.

Au delà de l’enjeu d’égalité dans l’aménagement du territoire, se pose la question de l’accès à l’information comme moyen de construction de soi, comme citoyen et comme individu. Le réseau permet l’extension de l’espace [note JFP :ou plutôt de la sphère] public.

  • Le plan France Très Haut Débit (FTHD)

Il s’agit du plan national en cours pour la connexion à Internet THD des territoires français à l’horizon 2020. La loi qui l’encadre acte la dualité ville-campagne : les espaces denses et « civilisés » sont prioritaires, et l’exigence est beaucoup moins forte « chez les ploucs ». Pourtant, il est devenu normal, voire nécessaire d’utiliser Internet (ex: pour déclarer ses impôts). Or, on continue encore aujourd’hui à installer de la 4G et de la fibre (THD) dans des espaces disposant déjà d’un ADSL performant et de la 3G+ (haut débit), mais pas dans les zones blanches.

François Huguet est l’auteur d’une thèse récente sur Détroit, shrinking city bien connue au sein même de laquelle les opérateurs n’apportent plus les télécoms. Les habitants se se sont donc organisés pour installer un réseau maillé autonome sur la base d’antennes Wi-Fi. Un exemple français approchant pourrait être le réseau associatif coopératif Scani dans l’Yonne, lié à la FFDN, dans des espaces qui n’ont jamais été reliés à Internet en haut débit. Très efficaces, ils grignotent aujourd’hui les zones blanches.

Dans les deux cas, dans ces marges, la connexion se fait toujours de façon « a-centrée », ce qui reflète d’ailleurs la structure fondamentalement décentralisés d’Internet. La logique est horizontale (auto-organisation, gestion en commun du réseau) et pas verticale (un FAI s’installe selon son propre agenda et gère le réseau pour ses clients, simples consommateurs).

  • Échanges avec la salle
  • Ludovic Lepeltier-Kutasi

On peut désenclaver des espaces par Internet : Internet « lisse » l’hétérogénéité entre espaces.

  • Oriane Piquer-Louis

Pas d’accord avec l’idée de lissage. C’était vrai avec le déploiement du téléphone ou même le Minitel, mais plus avec le plan FTHD. L’aménagement du territoire est aujourd’hui défini comme inégalitaire. Et même sur Internet, on recrée de la centralité sur les plate-formes comme Facebook, aujourd’hui incontournables.

  • Charline Sowa

Charline Sowa évoque le télétravail et l’urbanisation des modes de vie, qui passe par l’usage d’Internet y compris dans les zones rurales : nous sommes presque tous urbains.

  • Oriane Piquer Louis

Ce n’est pas du tout le cas, y compris dans le mode opératoire des FAI associatifs comme Scani. Ils relient moins des particuliers que des écoles ou des mairies, des espaces communs.

  • Jean-François Perrat

Il s’agit d’un problème classique d’aménagement du territoire. Vaut-il mieux privilégier un aménagement juste pour les individus, et privilégier les zones densément habitées, ou juste pour les territoires, et accepter les surcoûts financiers et temporels de l’aménagement d’espaces peu denses ?

  • Oriane Piquer-Louis

On observe au contraire que les zones peu denses ont des taux de pénétration beaucoup plus intéressants pour les FAI en termes d’abonnées, notamment pour les nouvelles technologies comme la fibre. Un urbain déjà connecté via un ADSL de qualité ne voit pas forcément l’intérêt de passer à la fibre, contrairement à un rural qui n’a qu’un vieux modem 56k.

 

Intervention de Ludovic Lepeltier-Kutasi – La « marge urbaine », une construction politique ? Sortir de la réification par l’exemple : le faubourg de Józsefváros à Budapest

Il existe tout un vocabulaire autour des « quartiers sensibles », anciens faubourgs en déclin dans le premier monde, mais aussi parfois des bidonvilles ou des interstices urbains dégradés au cœur de métropoles, plus souvent dans les Suds. En somme, une marge n’est pas forcément périphérique. Ce qu’on retrouve toujours en revanche, c’est une « stigmatisation socio-spatiale » de ces espaces.

Son terrain depuis 2012 est le 8e arrondissement de Budapest, faubourg de Magdolna. S’y illustre la difficulté du passage de la ville socialiste à la ville néolibérale, ce qui est l’objectif actuel de la municipalité. Son travail est à forte dimension ethnographique (observation, entretiens). La marge sera ici prise comme une « catégorie descriptive en suspens ».

  • « Rompre la spirale descendante » de la « taudification » et de la « ghettoïsation »

Ce quartier péricentral émerge fin XIXe : liaisons ferroviaires, ateliers de plain-pied, grands immeubles de rapport, casernes… Beaucoup de migrants désargentés s’y installent : Tziganes, Juifs… Après la Seconde guerre mondiale, ces faubourgs échappent plus ou moins aux transformations urbaines socialistes (qui s’occupent plus de villes nouvelles extérieures… ou de la création de villas périurbaines pour les cadres du parti!). Mais un discours politique sur leur ghettoïsation s’en empare dans les années 1990, à propos des anciens immeubles ayant échappé à la privatisation promue sur le territoire national. Le parc locatif dégradé est géré sur un mode minimal par la municipalité, à côté de projets ambitieux et riches, souvent en partenariat public-privé. Il faut attendre les aspirations  à l’intégration dans l’UE pour que ces espaces soient pris en compte dans une perspective égalitaire.

  • Le « ghettoïsation ethnique » : mises en récit et en scène d’un péril urbain

Au début des années 2000, on vise donc l’intégration sociale et communautaire. On craint la ghettoïsation de populations pauvres, notamment tziganes. Cela passe notamment par des « forums de riverains » qui font remonter des problèmes : où se fait le petit trafic de drogue, quels sont les défauts de la desserte en bus… Des dispositifs qui permettent une « certification par le bas » des problèmes urbains. Un parallèle est faisable avec Norbert Elias : plus les membres du groupe se sentent légitimes et forts, plus ils s’expriment librement. Le groupe dominant dans ces dispositifs est issu de classes moyennes plutôt conservatrices. Les marginaux sont plus ou moins exclus du fait de leur non-maîtrise des codes : parler fort, comportements a-normaux… Paradoxe : il y a dans le même temps valorisation forte de l’identité tzigane, et notamment de la musique populaire.

  • Les identités assignées à l’épreuve

Les autorités sont engagées dans une logique d’exclusion : menaces d’expulsions, mises à la rue… Cela passe notamment par l’augmentation des charges locales pour pousser les habitants à partir. En réaction est né un fort mouvement associatif revendiquant le « droit à la ville », non violent, avec des actions symboliques (manifestations, etc.) pour publiciser les inégalités.

On retiendra un exemple de 2016 sur le scandale des factures de gaz. Les rénovation d’appartement et de leur réseau d’électricité et de gaz fait que les propriétaires installent de nouveaux compteurs… calibrés pour des besoins industriels : la consommation mesurée explose. Des habitants épuisent toutes les voies de l’interpellation institutionnelle, y compris les forums d’habitants. Ces actions sont menées par le « haut du panier » des résidents marginalisé : la petite classe moyenne communiste en déclin, qui vit son déclassement comme un déshonneur. Ils sont dominants au sein des marginaux, mais eux-mêmes dominés par la classe moyenne néolibérale conservatrice.

  • Conclusion

L’espace est aujourd’hui de plus en plus mis au service d’une mythologie urbaine néolibérale, valorisable comme un actif. À l’opposé, certaines personnes s’inscrivent dans une « lutte des places », et s’attachent à leur espace comme ressource pour actualiser leur droit à la ville.

  • Échanges avec la salle
  • Octavie Paris

La part de propriétaires est plus importante au Brésil. Les logements sociaux sont davantage basés sur le principe de l’accession à la propriété – et dans les favelas le modèle est celui d’une occupation en vue de l’accession à la propriété – alors que dans les centres villes existent des logements populaires collectifs et locatifs beaucoup moins étudiés appelés cortiços. Est-ce aussi le cas à Budapest qu’être locataire revienne à être à la marge de l’idéal d’habitat de ses concitoyens ?

  • Ludovic Lepeltier-Kutasi

Oui : les 5 % de locataires en Hongrie vivent quasiment tous dans ces vieux faubourgs dégradés.

  • Oriane Piquer-Louis

Y a-t-il une rotation dans l’occupation des appartements ?

  • Ludovic Lepeltier-Kutasi

Non, parce qu’il s’agit d’un système résiduel du communisme où les locations sont mêmes transmissibles… La municipalité fait d’ailleurs tout pour éviter de ré-attribuer ces logements.

 

Reprise générale par Charline Sowa

Charline Sowa a travaillé sur la fabrique urbaine au XXe siècle dans des villes en décroissante : Saint-Étienne, Détroit, Halle-Neustadt, et plutôt en parlant de « délaissés urbains » que de « friche » urbaine, terme assez réducteur. La marge est une notion prégnante dans ces délaissés urbains, d’un point de vue spatial comme d’un point de vue social.

La construction de la notion de marge a bien été traitée par Nicolas Murena, ainsi que les thèmes liés : la marge comme opportunité ou comme espace à résorber, effacer ? D’autres dualités ont été présentées :

  • ville-campagne, chez Oriane Piquer-Louis. Il s’agissait de s’interroger sur l’accessibilité à des réseaux de télécoms, mais pas seulement. Cette infrastructure est en effet centrale dans la construction urbaine, et son absence facteur de marginalité.
  • Intégration ou non des populations à la ville, chez Ludovic Lepeltier-Kutasi, avec l’enjeu sous-jacent du renouvellement urbain. Le cas hongrois pose cette question : quand la marge existe, comment on intervient ? Quel choix politique fait-on ? De fait, la marginalisation peut résulter de l’abandon d’un territoire au cours du temps, d’une inaction sur l’espace, ou encore d’une assignation d’un espace à la marginalité dans la sphère publique (pour justifier son renouvellement).

En travaillant sur des espaces délaissés de villes décroissantes, on s’aperçoit que la friche ou la jachère est temporaire : au bout du compte, ces délaissés deviennent constitutifs de la ville. Finalement, le terme « friche » a-t-il encore du sens une fois la ville recomposée en fonction d’elle ? Charline Sowa préfère donc parler « d’espace relâché », qui peut devenir une entité à part entière du tissu urbain, un élément d’un nouvel écosystème urbain.

Les politiques tendent à dramatiser la dualité marge-centre, mais l’opposition est-elle si marquée ? L’urban designer Brett Ryan préfère par exemple parler de « ville-patchwork ». En Allemagne notamment, les espaces délaissés sont devenus des espaces de respiration, voire ont été rendus à la nature. Cela transforme la fabrique de la ville contemporaine.

 

Discussion

  • Nicolas Murena

Revenons à la notion de dualité. Balzac est toujours très manichéen, dualiste : la marge est forcément négative, vue depuis la norme qu’il connaît. Koltès est beaucoup moins essentialiste : la marge est appréhendée en tant que telle, pas par opposition à une norme.

  • Charline Sowa

La norme est un diktat, on n’a plus de marge de manœuvre pour fabriquer des espaces. On cherche toujours à les ré-intégrer à ce qu’on conçoit

  • Nicolas Murena

On pourrait faire le parallèle avec le « refoulé » en psychanalyse : la marge est refoulée, pour éviter l’effondrement du moi et de la norme. Et en même temps, il / elle nous revient sous forme inconsciente à travers la littérature, l’art, les représentation.

  • Oriane Piquer Louis

Sur la norme, plusieurs positions.

Le discours de l’aménagement « classique » est celui de la conquête. On amène la civilisation / norme dans des espaces. Or, la FFDN répond juste à la demande d’acteurs locaux eux-mêmes. D’où sa gêne avec le « tous urbains » de Charline Sowa. D’où aussi une certaine dichotomie : la FFDN fait d’une certaine manière de l’aménagement, mais ne se reconnaît pas dans ses discours.

Oriane Piquer-Louis recommande de penser l’opposition stratégie/tactique chez De Certeau. Réfléchir sur le mode de l’opportunité tactique : on n’a pas peut-être pas les moyens d’amener la fibre dans tout le village, mais ça vaut quand même le coup de connecter en Wi-Fi l’école et l’église du village.

  • Romain Sauzet

Les chercheurs ont tendance à valoriser la marge en tant qu’espace alternatif. Pourtant, la marginalité est souvent mal vécue par ceux qui la vivent. Ludovic Lepeltier-Kutasi présente ainsi des populations en voie de marginalisation subie, d’autres pour qui la marge est une ressource.

  • Ludovic Lepeltier-Kutasi

La marge est à définir dans un contexte. L’école de Chicago a par exemple parlé de marges comme marchepieds vers l’emploi pour des populations qui sans elle n’auraient pas eu accès à la ville, et ces marges ont d’ailleurs fini par être normalisées.

Et même, à une échelle mondiale, la pensée sur la marge fait émerger une communauté de réflexion sur des notions comme la marge en soi, ou encore le droit à la ville.

  • Oriane Piquer Louis

Ce n’est pas évident, mais il faut toujours faire varier les échelles pour comprendre la marginalité.

  • Nicolas Murena

Ne vaut-il pas mieux entrer par une logique dialectique ? Par exemple, voir la marge comme défaut d’ordre chez Balzac. Ou une approche relativiste, à la Koltès. Est marge ce qui est décrété comme marge. Alors même qu’il y a « un autre ordre » dans l’entrepôt de Koltès, selon ses propres termes. On peut voir la marge comme une ressource, comme « espace relâché », comme soupape, etc.

  • Romain Sauzet

Romain Sauzet propose une typologie de la marge :

  1. la marge comme négatif d’une norme (loi, règle, essence présupposée de l’homme ou définition de la civilisation) – cas de Balzac ;
  2. la marge comme point de départ alternatif, sans référence à une norme ;
  3. la marge comme espace de « soupape », de relâchement, au sein du système normé.

 

  • Nicolas Murena

Nicolas Murena estime que les marges comme « soupapes » ne sont qu’une sous-espèce des marges comme « négatifs d’une norme ». Certes, dans le premier cas, la marge est purement et simplement à éliminer, alors que dans le second elle est une sorte de zone de tolérance. Mais la différence ne va pas plus loin : le temps et l’espace de la « soupape » restent un négatif de la norme, et elle n’est tolérée que comme relâchement ponctuel de l’ordre normatif (éventuellement pour mieux maintenir l’ordre globalement, d’ailleurs). Elle n’existe que par rapport à cet ordre.

Il relève au passage la proximité des mots « soupape » et aufheben, le « dépassement dialectique » chez Hegel, soit la relève du négatif dans une intégration plus grande vers l’Idée, qui tous deux peuvent en fait traduire catharsis (littéralement : « la purgation », voire « l’épuration »).

Parler de soupape serait donc continuer de voir la marge comme un négatif, et retomber dans le travers de l’anthropocentrisme (malgré un lexique plus « correct »). Mais c’est certes sans doute ainsi qu’on la considère aujourd’hui.

  • Charline Sowa

Il y a là un véritable enjeu de vocabulaire. Dans les années 1980, cela valait pour le terme périurbain. Aujourd’hui, si la marge n’a plus de sens avec l’émergence de nouveaux modèles de fabrique urbaine, notamment décroissante, il faudrait peut-être faire naître une nouvelle terminologie.

  • Ludovic Lepeltier-Kutasi

Il y a aussi un enjeu éthique dans ce travail. Attention à ne pas valider, par exemple, des discours municipaux inégalitaires en corroborant la stigmatisation des marges.

  • Nicolas Murena

La notion de soupape semble au cœur du concept. Chez Hegel, le dépassement dialectique passe par une catharsis.

  • Romain Sauzet

Certaines marges sont sans ordre, comme la forêt : prégnance du non-humain. Mais même dans les squats les plus libertaires, il y a un ordre, ne serait-ce que d’emploi du temps.

  • Oriane Piquer-Louis

Elle évoque le texte de Joreen Freeman, « La tyrannie de l’absence de structure », sur les anarchistes des années 1970 : paradoxalement, la structure est très présente dans ces groupes-là aussi. Le pouvoir y est juste distribué différemment, il n’y a pas anomie.

Par ailleurs, on n’a sans doute pas évoqué assez la notion d’inconnu. Typiquement, le barbare est incompréhensible pour le latin, cela ne veut pas dire qu’il ne connaît pas de norme ni d’ordre.

  • Ludovic Lepeltier-Kutasi

Le contrôle social est en effet très fort (par commérage, etc.) dans les marges étudiées à Budapest. Ou encore : dans le discours des gentrifieurs revient souvent l’idée « on va refaire vivre le quartier », « amener de la couleur ». La logique est conquérante, comme si l’espace était mort avant leur arrivée, alors qu’il était simplement régi par un ordre social alternatif.

  • Charline Sowa

A Détroit, ils se voient aussi comme des « pionniers », revivifiant le mythe de la Frontière.

  • Maryame Amarouche

Comme urbaniste, il y aussi une simple logique d’opportunité foncière. Ce qui disait Ludovic était intéressant : la marge peut résister à la ville néolibérale. Se constituer en groupe, lutter contre les gentrifieurs… La marge peut-elle aller jusqu’à orienter l’action publique par le bas ?

  • Ludovic Lepeltier-Kutasi

Sylvie Tissot en parle très bien dans « Le bon voisin » : celui qui assume la mission de civilisation urbaine, et celui qui ne le fait pas tout en en profitant indirectement. En France, beaucoup sont en effet des « cailloux dans la chaussure ». Mais attention à ne pas les romantiser non plus.

  • Nicolas Murena

Oui, car la marge est aussi un produit du système.

  • Charline Sowa

On parle chez David Mangin ou Rem Koolhas et d’autres de junk space. Des espaces dont on ne sait juste pas quoi faire.

  • Romain Sauzet

La marge peut même être un espace parasite de la norme, de façon bien peu romanesque : en vidant les pulsions libidinales (espaces de la prostitution), en recyclant les déchets, etc.

  • Oriane Piquer-Louis

Oriane Piquer-Louis donne l’exemple d’une zone blanche, un tout petit village des Pyrénées-Atlantiques connecté à Internet par un FAI associatif. Quand le VRP d’Orange est arrivé avec l’ADSL, les gens lui ont dit que ce n’était pas la peine, qu’ils étaient déjà connectés. S’agissait-il d’une « victoire » ou d’un simple état de fait ? La tactique ne doit pas devenir une catégorie analytique tout le temps : sinon, on finit par voir des résistances ou des batailles gagnées partout.

  • Romain Sauzet

Peut-on encore parler de marge à ce stade ?

  • Maryame Amarouche

La ville néolibérale a déjà gagné globalement. Et quand elle investit une marge, elle a déjà gagné.

  • Ludovic Lepeltier-Kutasi

Ambivalence très visible parmi les habitants issus des anciennes classes moyennes, ou ceux qui sont plus militants et défendent le territoire comme territoire d’action urbanistique. D’une certaine manière, ces derniers instrumentalisent un peu la marge : des jeunes chercheurs etc qui s’installent sur place et sont, de fait, eux-mêmes des gentrifieurs.

  • Maryame Amarouche

« La marginalité n’est pas [toujours] celle qu’on croit ». Par exemple, à Rabat, Salé, Casablanca, les habitants de bidonvilles préfèrent vivre là que dans une ville nouvelle à 50 km du centre.

  • Personne du public

Comment on se met d’accord en termes de vocabulaire, par-delà les disciplines et surtout par-delà les langues ?

  • Ludovic Lepeltier-Kutasi

Ce n’est pas évident. La langue hongroise ne connaît pas la notion de quartier sensible, par exemple. Les contextes spatiaux ont chacun leur lot de termes associés.

  • Romain Sauzet

Les AEX pointent encore et toujours que les termes, en géographie, semblent de plus en plus flous.

  • Ludovic Lepeltier-Kutasi

Il y a d’ailleurs beaucoup plus de variété et de subtilité dans les approches des géographes travaillant sur les Suds que dans nos catégories trop habituelles dans les études sur les Nords.


Informations pratiques :

Date/horaires : 19 juin 2017, 14h-17h
Lieu : salle 203 – Université Jean Moulin Lyon 3 – 18 rue Chevreul, 69007 Lyon

 

Contact organisation : imualpha@gmail.com

La ville saturée et ses textes

Le troisième atelier expérimental IMUalpha de l’année 2017 sera consacré à « La ville saturée et ses textes ».

Il se déroule dans le cadre de la journée d’études organisé par le laboratoire junior Spatialittés. L’atelier expérimental sera suivi l’après-midi d’une rencontre avec l’écrivaine Anne Savelli, ouverte à tous les participants* (Programme détaillé de la journée – PDF).


Présentation :

Trafic saturé, saturation des quartiers centraux et même saturation de la banlieue… le terme saturation est omniprésent dans les discours sur la ville. Pourtant, c’est un terme qui n’est pas sans équivoque puisqu’il est emprunté à la chimie pour qualifier un état limite d’absorption ou de dissolution d’une substance dans une autre et impose ce faisant de penser un seuil d’urbanisation.

Dans le cadre des questionnements que nous développons au sein du laboratoire junior « SpatiaLittés » autour des rapports entre texte et espace, il nous a semblé intéressant d’interroger la pertinence du recours à ce terme de saturation à propos de la ville. Comme notion aux contours vagues, tout autant que comme objet de pensée complexe, il paraît se prêter idéalement au jeu de l’interdisciplinarité, questionnant à la fois l’expérience sensible à laquelle se livre le citadin, l’espace qu’il parcourt, et les différents textes qui en rendent compte. Cette journée d’études pluridisciplinaire se propose donc de considérer l’expérience sensible de la ville saturée en s’appuyant sur l’analyse des textes qui la décrivent et en interrogent ainsi les propriétés.

On se demandera entre autres quels dispositifs esthétiques la saturation urbaine permet d’explorer. Peut-on parler d’une stylistique ou d’une rhétorique de la saturation qui viendrait ainsi influencer la forme même des textes ? De façon plus générale, que disent ces textes de l’influence de cette saturation sur la relation que le citadin entretient avec son espace de vie ? L’enjeu d’une telle approche pourrait rejoindre in  ne celui d’une définition de la ville : la saturation comme trait caractéristique fait-elle rupture dans l’histoire des formes urbaines ? Entre-t-elle dans l’analyse de ce que Marc Augé appelle la « sur-modernité », à savoir une ère de la civilisation occidentale marquée par la « surabondance de causes » ?


Intervenantes :

  • Éliane de LARMINAT, Doctorante en anglais à l’Université Paris Diderot
    « Entre immersion et objectivation : rendre compte de la congestion urbaine dans un contexte de rénovation urbaine à Chicago »
  • Noémie BOEGLIN, Architecte et doctorante en histoire moderne et contemporaine à l’Université Jean Monnet Saint-Étienne
    « Villes parallèles, de l’espace saturé à l’espace vidé »
  • Constance BARBARESCO, Doctorante en littérature à l’EHESS
    « Les parisiens, à l’assaut du chemin de fer »

Discutante : Muriel ROSEMBERG, Maître de Conférences en géographie à l’Université de Picardie Jules Verne

L’atelier expérimental sera suivi l’après-midi (14h30-15h30) d’une rencontre avec Anne SAVELLI, Écrivaine et auteure de Franck (2010), de Fenêtres (2007)…


Informations pratiques :

Date et Horaire : mercredi 22 mars 2017, 9h30-16h (horaires de la journée d’études), atelier expérimental de 10h à 13h
Lieu : salle F 104, ENS de Lyon – site Descartes – 69007 Lyon
Contact organisation : Laboratoire junior Spatialittésspatialittes@gmx.fr

*Information aux doctorants inscrits à la formation doctorale : la présence valant validation pour la formation doctorale concerne uniquement le temps de la matinée. Les participants à l’AEX sont chaleureusement invités à participer à l’ensemble de la journée d’études.

Compte-rendu rédigé par Nicolas Murena

Accueil et introduction à la journée d’étude

Cette journée prend la suite d’une première journée d’étude organisée par le labo. Junior Spatialittés en novembre 2016 sur les « Phénomène d’hybridation ». Annonce d’une troisième journée d’étude en novembre 2017.

La notion de « saturation » résonne différemment en géographie et en littérature mais à chaque fois de manière péjorative : « trop-plein », « sur-stimulation », « amoncellement », sujet de l’expérience « blasé » (Georg Simmel) rejoignent en effet les termes de l’analyse géographique (« saturation de l’espace, des flux ») et permettent de créer un pont entre littérature et géographie. L’intérêt d’un passage par la littérature sur cette notion est de permettre un apport sur la dimension sensible de l’expérience de la saturation, dont le mot est emprunté au vocabulaire de la chimie pour désigner un « état limite d’absorption d’une substance dans une autre ».

La saturation, de la sorte, est le nom d’une rencontre, mais sous le signe de la tension, d’une impossible immersion ou fusion.

(Présentation des ateliers Imualpha)

Éliane de Larminat (doctorante en anglais à l’Université Paris Diderot) : « Entre immersion et objectivation : rendre compte de la congestion urbaine dans un contexte de rénovation urbaine à Chicago ».

             Éliane de Larminat [E.L.] s’intéresse ici à un cas de saturation à travers l’exemple précis de la rénovation urbaine de Chicago. Saturation, en l’occurrence, peut s’entendre comme ce dont on peut faire l’expérience à la fois directement dans la ville ou par procuration : au moyen de représentations. Comment les représentations, ainsi, construisent une expérience de la saturation ?

La question du zoning à Chicago

             Si la ville, en effet, est le lieu d’une pluralité de fonctions et d’individus, elle doit aussi les répartir (zoning). Chicago est l’exemple d’une ville où se massifie cette répartition des fonctions et des professions à l’échelle de la métropole. La croissance de la ville est chaotique à partir de 1830 et impose la nécessité de réaliser un plan de la ville au début du XXe siècle (Plan of Chicago, 1909). Après plusieurs moments de croissance désordonnée s’élaborent ainsi les termes d’une nouvelle collaboration entre secteur public et privé qui permet de réorganiser l’espace urbain dans le but de redistribuer spatialement les fonctions et de parvenir à un espace à la fois plus fonctionnel et plus vivable de la ville. Encore faut-il convaincre les habitants de la nécessité d’une telle reconstruction : c’est là, on le comprend, qu’un travail sur les représentations urbaines intervient.

Représentations de la ville à partir d’une campagne de reconstruction

             E.L. montre en effet combien toute une campagne de reconstruction, passant par des plans, des brochures, des tours dans la ville et des photographies, put construire une image de la ville congestionnée afin de créer un consensus civique autour de la nécessité de la reconstruire autrement, soit de manière à la fois plus aérée et mieux répartie. Le but de ces campagnes fut en effet de suggérer visuellement l’hétérogénéité et le surpeuplement de certains quartiers dont on souhaitait la reconstruction. Dans cette entreprise, cependant, on ne fit pas que dénoncer les travers d’une ville devenue à la fois trop éclectique et trop surpeuplée – avec les problèmes d’hygiène que cela suggère (cas de tuberculoses) – mais l’on tenta de vendre aussi les formes et le style des nouvelles constructions que l’on propose alors comme solution.

Cependant, qui fait l’expérience de quoi dans la rénovation urbaine ? Et qui est affecté par les bénéfices ?

Face à ces représentations, en effet, E.L. peut opposer en fin d’exposé le cas d’un texte comme celui de Gwendolyn Wright (« Kitchenette building », 1945), dont le point de vue n’est plus celui d’une concentration d’acteurs civiques ou privés de la ville, mais celui de l’intérieur des ghettos urbains que l’on souhaite reconstruire. Cette « poésie de la poubelle » – celle d’un écrivain du « nous » – montre que le point de vue sur la ville, vécue de l’intérieur des quartiers, fut quelque peu différent. Un tel poème pose ainsi en général la question d’un contraste entre deux constructions imaginaires d’un même lieu et d’un même état de congestion.

 Discussion :

Une personne dans l’assemblée évoque le cas de la « Hull House ».

E.L. : La solution, pour les habitants, n’est pas celle des réformistes : elle passe par la régulation du travail, la création de services sociaux et non à travers une solution de type architecturale. Ils ne voient pas la reconstruction comme une sorte de coup de baguette magique, comme on tente de le dire au public des années 1940 à travers les images que l’on donne de la rénovation. Ce n’est pas une solution car il y a des habitants sur place. Ce sont deux manières différentes d’aborder le problème de la congestion.

Assemblée : Le terme de congestion est-il utilisé à l’époque ?

E.L. : Oui, le mot de « congested » apparaît souvent, avec d’autres qu’on peut traduire par « fatras », « fouillis », avec même l’idée de « contamination ». Avec le mot de saturation, on emploie le vocabulaire de la chimie ; avec celui de congestion, on arrive du côté de la maladie. Le lien est fait avec la tuberculose. Il est question d’une société malade au sens propre et au sens figuré.

Assemblée : Les populations ne trouvaient pas que le problème en tant que tel était lié à la saturation mais à autre chose. Est-ce que cette description d’un état congestionné était donc une forme de recherche poétique ou littéraire des personnes qui, sur place, ont décrit leurs conditions de vie, ou était-ce une réaction à quelque chose qu’ils voyaient disparaître (avec, donc, une volonté de témoignage) ?

E.L. : Le surpeuplement, dans la zone du ghetto, est d’autant plus grand que, comme il n’y a pas d’investissement, il n’y a pas de constructions. On a en fait, dans le ghetto, une cohabitation entre des lieux surpeuplés et des espaces vides. On se dit donc qu’il vaut mieux un immeuble surpeuplé qu’un terrain vague.

Assemblée : Le trait nostalgique est donc peu présent ?

E.L. : Le côté urgent de la recherche d’un lieu où vivre est suffisamment fort pour qu’il n’y a pas de nostalgie à ce moment-là – mais maintenant il reste suffisamment peu de monde de cette époque pour qu’il y ait une nostalgie.

Assemblée : Original qu’il y ait comme un regret de ce passé.

E.L. Il y a eu une forte mobilisation pour dire qu’on est en train d’effacer une partie de ce paysage, qu’il s’agit d’un patrimoine, qu’il faudrait le laisser, au moins dans la mémoire, ce qui est allé de pair avec un refus de ces constructions modernes dans les années 1950-1960.

Noémie Bogelin (architecte et doctorante en histoire moderne et contemporaine à l’Université Jean Monnet Saint-Étienne) : « Villes parallèles, de l’espace saturé à l’espace vidé ».

Paris, au XIXe siècle, est la ville « lumière », la ville des « affaires » et de nombreux autres qualificatifs. Elle croit particulièrement à cette époque (on passe de 700 000 habitants en 1830 à plus de 2,7 million en 1901) tout en demeurant prise dans les limites de deux enceintes qui la contraignent. C’est dans cet espace étroit que doit en effet se développer la ville, qui accueille des populations venant des provinces rurales de la France. La ville, ainsi, grouille jour et nuit, traversée par des flux incessants, notamment avec l’arrivée des chemins de fer.

Malgré l’évocation de nombreux bruits urbains, par exemple chez Robida (Le Vingtième siècle) le bruit de la ville est cependant le plus souvent absent des romans. Une thématique qui revient souvent, tout au contraire, chez Maupassant ou Zola, par exemple, est celle du silence, observé notamment au moment de la déambulation de personnages dans des rues qui semblent vides. Ce silence ou ce vide sont des choses qui existent certes, à l’époque, dans les parcs ou les cimetières en marge de la ville, mais le phénomène est relativement absent, historiquement, au sein du centre bruyant.

La littérature peut ainsi être considérée comme un lieu d’expérimentation possible de la ville qui nous offre des représentations relativement différentes de celles de la réalité historique. Ce silence n’empêche certes pas les auteurs de décrire aussi, parfois, la présence massive de la foule, mais l’insistance du motif est néanmoins marquante. Comment peut-on l’expliquer ?

Comme le note Colette Pétonnet, dans « L’anonymat ou la pellicule protectrice » (in Le Temps de la réflexion, 1987), « l’anonymat est au cœur du phénomène urbain ». C’est peut-être ainsi à partir d’un tel anonymat que les auteurs évoquent une ville vide et silencieuse, en poussant même l’image encore plus loin : du côté d’une ville morte ou « décongestionnée », d’une ville « fantôme », comme chez Sue qui en fait un objet d’effroi supplémentaire dans ses descriptions.

Il y aurait donc, dans cette paradoxale « décongestion », une forme de rejet qui vide artificiellement les lieux. La littérature romanesque du XIXe siècle élabore ainsi un espace fictif dans lequel les corps sont absents. Ce qui nous reste, à travers elle, c’est dès lors la trace du durable, plutôt que les personnes qui ne sont que de passage.

Discussion :

Q  : On prend depuis le début le mot de « saturation » au sens de ce qui est « vivant », mais est-ce qu’il y aurait aussi, dans les textes, une saturation qui relèverait des objets ?

R : Oui. Zola, dans Le ventre de Paris, fait une description de la nourriture dans les halles, par exemple. Dans Pot-Bouille, c’est au niveau de l’architecture que cela se retrouverait : Zola décrit un immeuble de manière très lisse depuis l’extérieur mais aussi les courettes (cours d’aération) dans lesquelles les cuisines s’ouvrent les unes sur les autres, avec des échanges entre les habitants. C’est plutôt à travers ce genre de détail que la densité peut se ressentir. Chez Robida et Verne, ce sera encore du côté de la hauteur des immeubles ou de leur étalement qu’on va avoir l’idée de saturation.

Q : Est-ce que le discours romanesque, celui de Zola, par exemple, sur cette mise en scène fabriquée d’un Paris vidé, correspond à l’idéologie officielle de l’haussmannisation, ou est-il plutôt en décalage avec lui ?

R : Ce n’est pas tout à fait la même chose. Dans le discours officiel – sous Rambuteau, déjà –, l’idée est d’apporter de l’air et de la lumière aux Parisiens. C’est ce qui conduit à construire de plus en plus haut avec des voies proportionnelles à la hauteur des constructions. L’idée est donc celle d’une ville que l’on va ainsi embellir et assainir. Zola est plutôt critique de cela, dans La Curée, notamment, où il se fait le critique de la spéculation et décrit davantage les zones en marge des aménagements pour montrer qu’il y a, d’un côté, le discours officiel, et de l’autre tout le reste.

Q : Quels sont les liens entre espace vidé et point de vue utilisé dans les romans ? Quand il y a un espace vidé, est-ce à partir du point de vue d’un personnage (désorienté) ou celui du narrateur ? Y a-t-il des tensions entre ces deux regards possibles ?

R : Il s’agit plutôt du point de vue du narrateur. Les personnages ne semblent pas se rendre compte qu’ils déambulent dans des espaces vides. Après, on trouve aussi des exemples, chez Sue, où ce sont les personnages qui sont montrés comme ayant peur face aux espaces louches, suspects ou vides.

Q : Les espaces qui sont abordés ici sont des espaces publics ?

R : Oui.

Q : Qu’en-est-il des espaces privés ? Dans les pièces de théâtre de la même époque, il y a une grande densité de l’espace domestique, avec de nombreux passages, des portes qui claquent, etc.

R : Dans certains cas, non, l’espace domestique est simplement décrit comme l’espace quotidien ; dans d’autres passages, néanmoins, on trouve des descriptions de bals, de fêtes, etc. et donc on retrouve la foule, les portes qui claquent ou non (en fonction de l’intrigue). Mais en général, surtout chez Balzac, d’ailleurs, on a des espaces intérieurs un peu morts, en décrépitude, en décomposition.

Q : Est-ce que, du coup, entre deux genres littéraires, il y a un obstacle à la prise en compte de la saturation urbaine ?

R : Je ne pourrais pas dire, le roman est quelque chose d’assez fluctuant : ici, on trouve beaucoup de description urbaine, là, peu de description urbaine.

Remarque dans la salle : Si on fait une comparaison avec d’autres romans, en Allemagne (Alfred Döblin, Berlin Alexanderplatz) ou bien dans la littérature américaine (Dos Passos, Manhattan Transfer), on a des romans qui décrivent beaucoup la saturation urbaine : celle notamment des signes de la ville (enseignes, panneaux publicitaires, etc.) Dans les deux cas, d’ailleurs, Dos Passos et Döblin prennent pour titre des lieux de passage : l’Alexanderplatz est la grande place de la modernité marchande et des transports berlinois, Manhattan Transfer le nom d’une gare de triage, où s’échangent personnes et marchandises. Je ne pense donc pas que le genre du roman pose un problème.

Autre remarque : Mais ce sont des romans plus tardifs ?

Réponse : En effet, de la fin des années 1920.

Q : Et le genre poétique ? Baudelaire : qui évoque les foules, la ville etc. ? La passante, par exemple, est-ce qu’elle ne suppose pas tout de même, indirectement au moins, la saturation ?

R : Si, sûrement. Mais c’est un peu la même chose que pour Balzac : il y a une évocation de la saturation mais celle-ci est en fin de compte vidée au profit de la description de cette figure fugitive.

Constance Barbaresco (doctorante en littérature à l’EHESS) : « Les parisiens, à l’assaut du chemin de fer »

Pour Philippe Roussin ou J.P. Morel, la banlieue ne rentre dans le roman. Elle y entre, pourtant, dès le XIXe siècle, comme lieu de la « partie de campagne » des citoyens : pratique récréative de la banlieue, au printemps, le dimanche ou les jours de fête. Paradoxe, cependant : les Parisiens, qui cherchent ainsi le grand air, saturent de la sorte les gares et les lieux qu’ils cherchent à rejoindre.

  1. Ce motif est un objet récurent dans le roman à partir des années 1860, par exemple chez Zola, Maupassant (Le dimanche des bourgeois de Paris) ou chez les frères Goncourt. La partie de campagne représente alors une parenthèse de liberté pour les personnages qui vivent à Paris : le moyen d’une échappatoire et d’un délassement. Ainsi dans Au bonheur des dames (Zola), où les employés des grands magasins se rendent sur les bords de la Marne, en mai, et empruntent ainsi les moyens de transport.
  2. Ce motif apparaissait déjà, quelques années plus tôt, dans la production littéraire de la fin des années 1930 et du début des années 1940, comme chez Paul de Coq, dans les Parisiens au chemin de fer (1839) ou dans Les chemins de fer (1842-1843). Néanmoins, ici ou là, la reprise du motif n’est pas le support des mêmes effets et des mêmes intérêts au sein de la narration.

Ici, dans le roman naturaliste, le motif de la prise d’assaut du chemin de fer fonctionne davantage comme un passage obligé ou une étape attendue qui n’intéresse pas à proprement parler le romancier. En revanche, ce moment de la prise d’assaut est ensuite le support d’une description : celle de la nomenclature des mêmes lieux et des mêmes activités (guinguettes, bords de Marne, baignades, promenades à bicyclette, etc.) que fréquentent inlassablement les Parisiens pour se délasser. Là, dans le roman social, l’intérêt est renversé. Paul de Coq, par exemple, ne décrit pas la partie de campagne, qui est complètement éclipsée, et fait au contraire du moment de la prise d’assaut l’élément essentiel de ses romans. Dans le moment de confusion qu’elle provoque, en effet, la saturation du chemin de fer provoque le mélange de populations qui, le reste du temps, ne se rencontrent pas nécessairement, et donne ainsi à Paul de Coq l’occasion de mettre en scène la confrontation de différents types sociaux, telle qu’elle peut survenir au sein de la ville moderne qui, pour la première fois à cette époque, rassemble des individus qui ne rencontraient pas auparavant (paysans des campagnes, cols blancs, bourgeoisie, etc.). Cette dimension « sociologique » est une des caractéristiques de la littérature à cette époque, où se développe une littérature panoramique bien analysée par W. Benjamin (Paris, capitale du XIXe siècle) et dont un des buts consiste dans le fait de rendre la ville plus lisible en décryptant les nouveaux types qui la peuplent.

C.B. peut ainsi montrer combien, à partir d’un même motif de la saturation, deux esthétiques bien distinctes peuvent se dessiner d’une époque à l’autre.

Discussion :

Q : Quelles sont les fonctions de ce motif ? Celui d’une fonction comique (puisqu’on sature un espace pour fuir la saturation), d’une satire ?

R : Cette fonction ironique apparaît en effet dans les textes des années 1830 mais elle est moins forte que dans les romans naturalistes où l’on décrit par-là des lieux mal fréquentés et illisibles. Chez Paul de Coq, il s’agit notamment par la satire de montrer les travers de la bourgeoisie.

Q : Est-ce qu’il y a vraiment cette dimension ironique ? Ne serait-ce pas que c’est juste tellement original, tellement frappant, cette saturation du chemin de fer, qu’il faut en parler ? Et est-ce que le phénomène n’est pas rendu possible que parce qu’il y a sur-congestion ? Est-ce qu’elle n’est pas aussi valorisée, cette saturation ?

R : Les lieux saturés sont aussi des lieux où l’on va se laisser aller à des volontés très obscènes, dans le roman naturaliste (la saturation n’est donc pas valorisée). Chez Paul de Coq, la recherche d’isolement est également contrée par le fait qu’il y ait du monde, mais il y a un humour affiché, une volonté de rire de la classe bourgeoise qui souhaite imiter ainsi les mœurs de la classe élevée.

Q : Est-ce qu’il y a quelque chose dans ces romans qui évoque le point de vue inverse : celui des employés locaux dans les guinguettes, etc. par exemple ?

R : Pas dans les romans cités. De temps en temps, chez Paul de Coq, on peut avoir la présence de paysans dans les bals, mais pas souvent. Chez Alexandre Dumas, en revanche, dans Le père la ruine, on a par exemple le point de vue d’un pêcheur qui observe, en local, cette venue des parisiens qui transforment le paysage.

Q : La récupération du motif par le roman naturaliste rend-il simplement le cliché quelque peu usé, ou y a-t-il quand même une originalité, des fonctions spécifiques du roman naturaliste dans la reprise du motif ?

R : La reprise du motif répond essentiellement à une part d’attente des lecteurs, oui.

***

Discussion dirigée par Muriel Rosemberg

            Un fil relie la production littéraire et géographique dans ces différentes interventions : la question de l’hygiénisme, qui vient de bien avant la ville industrielle (elle se formule dès le 18e siècle) mais apparaît surtout avec l’industrialisation au cours du XIXe siècle.

Muriel Rosemberg évoque trois limites dans les différents exposés et leurs recoupements possibles sur ce thème de la saturation :

1° La question de la saturation, dans les interventions, semble globalement posée hors temps et hors espace, comme une question très générale On peut avoir ainsi la tentation de lisser les considérations spatiales et temporelles, de confondre les situations. Il faut éviter de décontextualiser les observations faites sur la saturation : parle-t-on du centre, des faubourgs, des périphéries ?

2° On a par ailleurs trois modalités d’écriture différentes qui ont été évoquées : la carte, le texte, la photographie. Il ne faut pas ignorer non plus les questions techniques liées à ces différentes représentations dans les manières de traiter la ville. Ce sont différentes représentations, différents moyens, qu’on ne doit pas nécessairement opposer mais voir en complémentarité pour dresser un portrait de la ville.

3° Une question est apparue au fil des exposés : celle des rythmes de la ville. L’espace vide ou l’espace saturé (pour reprendre l’exemple cité de Maupassant) ne sont pas liés au même moment. C’est donc souvent le moment de l’espace qui donne lieu à un espace saturé ou à un espace plein. À cet égard, je citerai un écrivain sensible au modèle de la ville européenne, concentrée et dense : Julien Gracq, qui définit la ville comme succession d’espaces de fortes polarisations ou de tensions et d’espaces quasi muets (ou bien parce que ces espaces ne l’intéressent pas, ou bien parce qu’ils sont frappés par la vacuité). C’est une telle alternance qui caractérise la ville européenne.

  1. R. rappelle aussi que la question de l’ordre ou du désordre social associé à la ville, en raison de la promiscuité des groupes sociaux, est apparue dans les interventions. On pourrait y ajouter celle de la sur-saturation de la ville par les signes, comme c’est le cas dans les romans de Dos Passos, bien que nous n’en ayons pas parlé aujourd’hui.

Eliane de Larminat (EL) : On retrouve même dans la campagne américaine, à partir de 1850-1860, des panneaux publicitaires qui vont de pair avec cette idée de sur-saturation des signes en bloquant le paysage et en donnant lieu, dans leur succession, à un texte complètement éclaté. La vitesse de lecture de ces signes qui s’enchaînent, dans l’oeuil du spectateur, a même un effet de saturation presque plus efficace qu’en ville.

  1. R. : Se pose aussi la question des croisements entre textes savants et représentations artistiques. Dans quelles mesures l’expérience de la ville nord-américaine (le choc de villes comme Chicago, New York) on pu marquer des écrivains français ?

Diverses réponses dans l’assemblée : on trouve la marque d’un tel choc chez des auteurs comme Koltès (Quai ouest, par exemple), Céline, Sartre ou même Cendrars.

Assemblée : on a associé la saturation à un espace, pas à des temps. Est-ce que, comme vous le remarquez, cette notion de saturation n’est pas liée en fait d’abord à un quand.

M.R. À un où et un quand, à travers différentes époques : on trouve déjà, chez Boileau, une description de l’encombrement de Paris [NDR : dans les Satires], mais aussi dans les textes de la rome antique, [NDR : cf. Sénèque, Horace], etc., sous la forme d’une association péjorative entre ville et saturation.

Mais la saturation n’est pas toujours négative, et pas toujours objet de critique.

Constance Barbaresco (CB) : la thématique de la « fuite » est marquée négativement chez Zola et chez les naturalistes, mais bien moins chez Paul de Coq : il n’y a pas de politisation de cette question et c’est un argument de rire.

M.R. Les guinguettes, les promenades, etc., sont liés aux plaisirs du loisir.

E.L. : De même, dans la littérature américaine, on décrit par exemple des embouteillages, mais c’est aussi le support de quelque chose de plaisant.

Assemblée : Le terme saturation est perçu de manière négative, aujourd’hui, à travers notre propre grille de lecture, mais qu’en est-il à l’époque ?

Assemblée : le mot apparaît au XIXe, mais on l’emploie comme une image.

Assemblée : Il y a un ensemble de connotations, mais domine l’idée d’un « plein ».

M.R. Oui, d’un trop-plein, mais ce n’est pas forcément négatif : le trop-plein est un point maximum quantifiable, il y a trop-plein quand ce point est atteint.

Assemblée : C’est comblé mais pas négatif en soi.

Assemblée : Néanmoins, si l’ordre ne peut plus être maîtrisé, à cause de ce trop-plein, il faut tout de même remettre de l’ordre.

  1. : Chez Céline, la banlieue, c’est le désordre, avant tout.

C.B. : Cela dépend aussi des lieux : les halles, les magasins, ont besoin d’être saturés, parce qu’ils vivent de cette saturation.

Assemblée : Cette question du plein associé à quelque chose de potentiellement positif peut faire écho à la géographie urbaine des États-Unis. Par exemple Détroits, qui est l’exemple d’une ville qui s’est vidée négativement, sans possibilité de prélever encore un impôt important, et donc sans vie possible ou sans dynamisme.

E.L : En anglais, on emploie le mot « vibrancy » pour dire le mouvement ou le dynamisme d’une ville – mais avec « vibrancy » on est pas encore dans la saturation, où l’on passe alors du côté d’une connotation négative. Dans le premier cas, il y a de la place pour que des choses se passent, pour qu’il y ait de l’interaction ; dans le second, la saturation est telle qu’il y a blocage.

  1. Dans le vocabulaire urbaine, aujourd’hui, on dit, une ville qui « bouge ».

C.B. Dans le cas du grand magasin – un autre motif romanesque qui traverse la littérature du XIXe siècle – : on tente d’attirer la masse, mais les auteurs décrivent les phénomènes négatifs associés à la pratique : hystérie, cleptomanie, attachés par ailleurs aux personnages de femmes dans les romans).

  1. Dans les romans !
  2. Oui, bien sûr !

Assemblée : On a pas beaucoup parlé du texte lui-même, comme si la description de la saturation dans les textes ne bougeait pas le texte lui-même, dans les romans de l’époque – alors que dans le texte contemporain, on a volontiers une prise en charge formelle de la saturation. Est-ce que la description de la saturation est donc tout de même à l’origine d’une stylistique ?

  1. Est-ce que dans la littérature contemporaine la ville est décrite comme un espace saturé ?

Assemblée. Oui. Exemple : François Bon, qui parle d’expérience-limite de la ville. Et Anne Savelli…

Assemblée : Un autre exemple : Guerre et guerre, de Krasznahorki, histoire d’un homme perdu à New York : le texte est marqué par la rareté de la ponctuations, des propositions assez courtes, rapides.

C.B. : Un autre phénomène intéressant à analyser est celui de l’espace qui est en train de se saturer ou de se vider. Je travaille sur cela : sur cette impression que les faubourgs se sont décongestionnés vers la banlieue, à travers un imaginaire aquatique.

  1. On retrouve cela dans tous les textes, l’image du « déferlement » géographique, de la vague humaine.

 

Assemblée : Autour de cette idée de passage à la limite : y-a-t-il des œuvres qui parleraient d’un changement d’état, ou l’effet de la saturation apparaît comme destructeur ?

E.L. : On a cela à travers le motif du flâneur, dans Job de Joseph Roth, où ce flâneur « tombe dans les pommes » parce qu’il ne parvient pas à gérer l’état de saturation autour de lui.

Assemblée : Oui, mais des évocations comme celle d’un bateau qui s’écoule ? d’un train qui déborde ? etc. etc.

C.B.. Il y avait cela dans les parties de campagne.

Assemblée. Néanmoins il n’y a pas un passage à autre chose : le train continue sa route malgré tout. Aujourd’hui, on penserait à un scénario catastrophique, à une destruction écologique…

E.L. : On trouve tout un imaginaire de la catastrophe lié au parc d’attraction dans le roman américain.

Assemblée : Il faudrait regarder du côté de la littérature de science fiction, d’imaginaire, chez J.G. Ballard, par exemple. Mais peut-être est-ce alors une saturation en termes de concentration de divertissements plutôt que comme densité humaine ou de lieu.

CB : Cette dimension de catastrophe est un peu évoqué chez Paul de Coq où il est fait écho à un incident ferroviaire dont la cause était liée à la surcharge du train, un dimanche, après une fête à Versailles.

Fin de la discussion

 

Les récits dans la cartographie sensible : Formes et enjeux épistémologiques face aux terrains des nouvelles technologies

Le deuxième atelier expérimental IMUalpha de l’année 2017 sera consacré aux récits dans la cartographie sensible.

 


Présentation :

Cette séance vise à questionner les récits urbains dans la « cartographie sensible » et la position du chercheur face aux terrains des nouvelles technologies. Trois projets de recherche – qui croisent pratiques et différents champs disciplinaires – seront présentés dans lesquels diverses formes de récits et de modalités d’expression cartographiques ont été créées pour rendre compte de la complexité des espaces-temps urbains. Ces espaces éphémères et mobiles sont vécus, perçus, traversés, imaginés et rêvés par leurs pratiquants. La séance abordera également d’autres notions telles que, l’identité plurielle et le pluralisme culturel, les glissements de la mémoire et la patrimonialisation.

Continuer la lecture de Les récits dans la cartographie sensible : Formes et enjeux épistémologiques face aux terrains des nouvelles technologies

Les enjeux économiques et juridiques de la rénovation urbaine

Le premier atelier expérimental IMUalpha de l’année 2017 sera consacré aux enjeux économiques et juridiques de la rénovation urbaine.

Présentation :

Dispositif  de  la  politique  de  la  ville,  la  rénovation  urbaine  est  mise  à  l’œuvre  en  France  dans  le  cadre  du Programme National pour la Rénovation Urbaine avec pour objectif de développer socio-économiquement les quartiers les plus défavorisés pour qu’ils soient mieux intégrés aux dynamiques urbaines dans leur ensemble.

Si  les  impacts  de  cet  ordre  sont  étudiés,  nous  souhaitons  dans  cet  atelier  interroger  les  enjeux  et  les mécanismes économiques et juridiques de la rénovation urbaine en lien avec les problématiques foncières et les marchés immobiliers.

Continuer la lecture de Les enjeux économiques et juridiques de la rénovation urbaine

Séance 3 du cycle de séminaire sur les smart cities – « La gouvernance des smart cities : nouveaux acteurs, nouveaux enjeux ? »

Le prochain séminaire sur les « smart cities », organisé par le smart city group, se déroulera le jeudi 16 février 2017, de 14h à 17h30 à l’Ecole Normale Supérieure de Lyon, site Descartes, salle F004. Il portera sur la gouvernances des smart cities. Nous aurons à cette occasion le plaisir d’accueillir Stève Bernardin, Nicolas Phillibert, Laurence Rocher, Jérôme Rollin et Félix Talvard. Vous trouverez le détail du programme du séminaire ci-dessous.

Continuer la lecture de Séance 3 du cycle de séminaire sur les smart cities – « La gouvernance des smart cities : nouveaux acteurs, nouveaux enjeux ? »

Atelier expérimental : Images et imaginaires des villes du futur

Images et imaginaires des villes du futur : penser la place du système productif

 

Le troisième atelier expérimental IMUalpha de l’année 2016 était consacré aux images et imaginaires des villes futures :

Affiche AEX_20_avril_2016

Présentation :

Séance organisée par Clémentine Périnaud et Damien Petermann

Intervenants :

  • Noémie Boeglin, doctorante en Histoire (EVS/UJM Saint-Étienne/ ENSASE)
  • Sylvaine Lobry, doctorante en Science politique (Triangle/IEP de Lyon)
  • Henry Dicks, post-doctorant en Philosophie (IRPHIL/Université de Lyon/IMU-VIBIOM)

Discutants : 

  • Kader Mokaddem, professeur de Philosophie et Esthétique, École d’art et design de Saint-Étienne
  • JeanClaude Paillasson, professeur de Graphisme, École d’art et design de Saint-Étienne

Compte-rendu :

Ce compte-rendu a été rédigé par Clémentine Périnaud et Damien Petermann.

Télécharger le compte-rendu au format PDF :   CR AEX 20.04.2016

Continuer la lecture de Atelier expérimental : Images et imaginaires des villes du futur

3 ans d’IMUalpha – La ville numérique : au croisement des disciplines

Présentation :

 

Les projets mobilisant de nouvelles technologies, dans les démarches d’aménagement ou de recherche sur l’urbain, illustrent les problèmes de médiation entre les disciplines, tout en démontrant une capacité à leur dépassement.

L’atelier  se  propose  de  croiser  différents  travaux  et  expériences,  à  même  d’interroger  la  façon dont  disciplines scientifiques  et  pratiques  en  aménagement  se  renouvellent  dans  la mobilisation  des  nouvelles  technologies.

Continuer la lecture de 3 ans d’IMUalpha – La ville numérique : au croisement des disciplines

Atelier expérimental – Habiter : interroger les notions du bien-être et du buen-vivir en ville

Le dernier atelier expérimental IMUalpha de l’année 2016 sera consacré aux notions de bien-être/buen-vivir en ville :

Affiche_AEX_Imualpha_14juin_habiter


Présentation :

 

Cette séance vise à questionner les relations entre l’habiter et les notions de bien-être urbain et de buen-vivir.
Deux réalités urbaines latino-américaines distinctes seront présentées, l’une équatorienne, l’autre brésilienne permettant d’illustrer et d’interroger ces deux notions. La séance abordera également d’autres concepts tels que celui de l’habitabilité.
En partant d’une conception philosophique de l’habiter, comment peut-on interroger le bien-être en ville et l’institutionnalisation du buen-vivir dans des projets d’aménagements urbains ? Quelle place occupe le logement – tant le lieu que l’espace habité – dans les considérations de bien-être et de buen-vivir en ville ?

Continuer la lecture de Atelier expérimental – Habiter : interroger les notions du bien-être et du buen-vivir en ville

Atelier expérimental – Les échelles territoriales du tourisme et du patrimoine

Le prochain atelier expérimental IMUalpha sera consacré aux dimensions territoriales du tourisme et du patrimoine :

Affiche_AEX_IMUalpha_10juin


Présentation :

 

Cette séance vise à questionner les liens entre la mise en tourisme des territoires et les patrimoines en présence. Nous explorerons ce questionnement en présentant différents rapports au territoire, à travers trois cas concernant la région lyonnaise et la ville d’Albi. Nous viendrons ainsi faire dialoguer les questions de mises en tourisme porteur de logiques propres avec la dimension territoriale dont le patrimoine est l’un des éléments principaux. Continuer la lecture de Atelier expérimental – Les échelles territoriales du tourisme et du patrimoine

Atelier expérimental : Imaginaires de villes postindustrielles. Formation, circulation, permanence

Atelier expérimental :

Imaginaires de villes postindustrielles. Formation, circulation, permanence

 

Le deuxième atelier expérimental IMUalpha de l’année 2016 sera consacré aux imaginaires de villes postindustrielles.

AEX_30_mars

Continuer la lecture de Atelier expérimental : Imaginaires de villes postindustrielles. Formation, circulation, permanence

Séminaire SMART CITY – Séance 1

Séance 1 : « Smart » et intelligence de l’urbain

L’objectif principal de la première séance du séminaire est de défricher la terminologie et l’épistémologie du « smart » et de « l’intelligence » par une double approche sémantique et historique. Il s’agit d’interroger les termes dans leur dimension polyphonique, afin d’en déterminer le sens en fonction des usages et des acteurs dans différents contextes et différentes périodes.

Continuer la lecture de Séminaire SMART CITY – Séance 1

Séminaire du projet junior IMAGO – Image(s) de la ville : « Interroger l’image : approche de terrain, l’exemple de Kharkiv (Ukraine) »

Le séminaire du projet junior IMAGO – Image(s) de la ville intitulé « Interroger l’image : approche de terrain, l’exemple de Kharkiv (Ukraine) » sera basé sur une étude menée par les étudiants du Master franco – ukrainien « Tourisme, Loisirs, Patrimoine » (dirigé par Isabelle Lefort pour l’Université Lyon 2). Cette étude était concentrée autour des questionnements « Est-ce que la ville de Kharkiv est/ peut être une ville touristique ? » et « Quelle est l’image réelle de la ville auprès de ses habitants et de ses visiteurs ? ».

Continuer la lecture de Séminaire du projet junior IMAGO – Image(s) de la ville : « Interroger l’image : approche de terrain, l’exemple de Kharkiv (Ukraine) »

Atelier expérimental : Transports et infrastructures. Penser les infrastructures de transports entre jeux d’acteurs et conflits

Atelier expérimental : Transports et infrastructures.

Penser les infrastructures de transports entre jeux d’acteurs et conflits

 

Le premier atelier expérimental IMUalpha de l’année 2016 sera consacré aux transports et infrastructures.

Affiche AEX Transports

Continuer la lecture de Atelier expérimental : Transports et infrastructures. Penser les infrastructures de transports entre jeux d’acteurs et conflits

Rencontres Arts et Aménagement de Lyon – 02/03/2016

Bonjour,

Le pOlau-pôle des arts urbains, IMUalpha et l’agence d’urbanisme de l’aire métropolitaine lyonnaise ont le plaisir de vous inviter aux Rencontres Arts et Aménagement de Lyon.

Ces Rencontres auront lieu le Mercredi 2 mars, de 14h à 18h, à l’Université de Lyon (Ecole notariale, Amphithéâtre Doucet Bon, 18 rue Chevreul).

Voici le Programme de ces rencontres.

Ces rencontres sont une étape du tour de France de présentation du Plan-Guide « Arts et Aménagement des territoires », étude nationale réalisée en 2015 pour le ministère de la Culture et de la Communication – DGCA par le pOlau-pôle des arts urbains. Ce Plan-Guide analyse et repère plus de 300 initiatives en France et au-delà ainsi que des pistes de réflexion et d’actions en matière de ré-outillage artistique et culturel des territoires (plus d’informations dans le Dossier de Presse du Plan-Guide:  http://arteplan.org/wp-content/uploads/2016/01/plan.guide_.arts_.et_.amenagement.des_.territoires.dossier.presse.pdf). Il est actualisé et allimenté de manière collaborative sur la plateforme web : www.arteplan.org.

Au plaisir de vous accueillir,

Claire Revol et Pascal Ferren

Continuer la lecture de Rencontres Arts et Aménagement de Lyon – 02/03/2016