Archives de catégorie : Evénements Passés

Atelier expérimental – Réinvestissement des Marges – 19/06/2017 – Compte Rendu

Présentation de la séance

Concept à la croisée des sciences humaines, la marge nous apparaît d’abord dans le flou de sa définition : elle n’est en effet ni la périphérie ni la banlieue, ni l’arrière-pays ni la friche, tout en renvoyant pourtant à chacune de ces notions. Tout au plus peut-on dire, dans une première approximation, que la marge engage l’existence d’un système (spatial, moral, politique, économique) par rapport auquel elle diffère, rapprochant ainsi différents espaces à la fois au cœur et à l’extérieur de la ville. Comme le note Brigitte Prost (« Marge et dynamique territoriale », Géocarrefour, vol.79/2, 2004), la marge nous invite ainsi à une « géographie du négatif » dans laquelle l’analyse du système territorial passe moins par l’analyse de ses normes que par la prise en considération des « dysfonctionnements » que la marge trahit.

La ville saturée et ses textes – Compte rendu

Le troisième atelier expérimental IMUalpha de l’année 2017 était consacré à « La ville saturée et ses textes ».

Il s’est déroulé dans le cadre de la journée d’études organisé par le laboratoire junior Spatialittés. L’atelier expérimental était suivi l’après-midi d’une rencontre avec l’écrivaine Anne Savelli, ouverte à tous les participants* (Programme détaillé de la journée – PDF).


Présentation :

Trafic saturé, saturation des quartiers centraux et même saturation de la banlieue… le terme saturation est omniprésent dans les discours sur la ville. Pourtant, c’est un terme qui n’est pas sans équivoque puisqu’il est emprunté à la chimie pour qualifier un état limite d’absorption ou de dissolution d’une substance dans une autre et impose ce faisant de penser un seuil d’urbanisation.

Dans le cadre des questionnements que nous développons au sein du laboratoire junior « SpatiaLittés » autour des rapports entre texte et espace, il nous a semblé intéressant d’interroger la pertinence du recours à ce terme de saturation à propos de la ville. Comme notion aux contours vagues, tout autant que comme objet de pensée complexe, il paraît se prêter idéalement au jeu de l’interdisciplinarité, questionnant à la fois l’expérience sensible à laquelle se livre le citadin, l’espace qu’il parcourt, et les différents textes qui en rendent compte. Cette journée d’études pluridisciplinaire se propose donc de considérer l’expérience sensible de la ville saturée en s’appuyant sur l’analyse des textes qui la décrivent et en interrogent ainsi les propriétés.

Continuer la lecture de La ville saturée et ses textes – Compte rendu

Les récits dans la cartographie sensible : Formes et enjeux épistémologiques face aux terrains des nouvelles technologies

Le deuxième atelier expérimental IMUalpha de l’année 2017 sera consacré aux récits dans la cartographie sensible.

 


Présentation :

Cette séance vise à questionner les récits urbains dans la « cartographie sensible » et la position du chercheur face aux terrains des nouvelles technologies. Trois projets de recherche – qui croisent pratiques et différents champs disciplinaires – seront présentés dans lesquels diverses formes de récits et de modalités d’expression cartographiques ont été créées pour rendre compte de la complexité des espaces-temps urbains. Ces espaces éphémères et mobiles sont vécus, perçus, traversés, imaginés et rêvés par leurs pratiquants. La séance abordera également d’autres notions telles que, l’identité plurielle et le pluralisme culturel, les glissements de la mémoire et la patrimonialisation.

Continuer la lecture de Les récits dans la cartographie sensible : Formes et enjeux épistémologiques face aux terrains des nouvelles technologies