Archives de catégorie : Ateliers Expérimentaux

Les villes industrielles contemporaines : processus de transformation et nouveaux imaginaires urbains

Le quatrième atelier expérimental IMUalpha de l’année 2017 sera consacré aux villes industrielles contemporaines.


Présentation :

L’objet « ville industrielle » décrit une réalité absente des recherches actuelles : les villes ne seraient plus que postindustrielles ou plus sûrement hyper-industrielles, dans le sens décrit par Pierre Veltz (La société hyper- industrielle : le nouveau capitalisme productif, 2017). Aujourd’hui, les lieux et les manifestations de l’industrie sont plus diffus, recoupant à la fois les secteurs industriels traditionnels mais également des secteurs émergents pour lesquels la distinction entre production de biens et de services apparaît plus ténue.

Cet atelier souhaite rendre visible et interroger un processus d’urbanisation proprement industriel, dans le sens de la formation contemporaine de villes spécialisées dans les activités productives pour lesquelles le paysage urbain est dominé par l’espace des usines.

Autour de la présentation de trois études de cas, l’enjeu de cet atelier est de pouvoir croiser des regards différents sur ce processus, depuis les transformations de l’économie des villes industrielles jusqu’aux imaginaires urbains associés. Continuer la lecture de Les villes industrielles contemporaines : processus de transformation et nouveaux imaginaires urbains

La ville saturée et ses textes

Le troisième atelier expérimental IMUalpha de l’année 2017 sera consacré à « La ville saturée et ses textes ».

Il se déroule dans le cadre de la journée d’études organisé par le laboratoire junior Spatialittés. L’atelier expérimental sera suivi l’après-midi d’une rencontre avec l’écrivaine Anne Savelli, ouverte à tous les participants* (Programme détaillé de la journée – PDF).


Présentation :

Trafic saturé, saturation des quartiers centraux et même saturation de la banlieue… le terme saturation est omniprésent dans les discours sur la ville. Pourtant, c’est un terme qui n’est pas sans équivoque puisqu’il est emprunté à la chimie pour qualifier un état limite d’absorption ou de dissolution d’une substance dans une autre et impose ce faisant de penser un seuil d’urbanisation.

Dans le cadre des questionnements que nous développons au sein du laboratoire junior « SpatiaLittés » autour des rapports entre texte et espace, il nous a semblé intéressant d’interroger la pertinence du recours à ce terme de saturation à propos de la ville. Comme notion aux contours vagues, tout autant que comme objet de pensée complexe, il paraît se prêter idéalement au jeu de l’interdisciplinarité, questionnant à la fois l’expérience sensible à laquelle se livre le citadin, l’espace qu’il parcourt, et les différents textes qui en rendent compte. Cette journée d’études pluridisciplinaire se propose donc de considérer l’expérience sensible de la ville saturée en s’appuyant sur l’analyse des textes qui la décrivent et en interrogent ainsi les propriétés.

On se demandera entre autres quels dispositifs esthétiques la saturation urbaine permet d’explorer. Peut-on parler d’une stylistique ou d’une rhétorique de la saturation qui viendrait ainsi influencer la forme même des textes ? De façon plus générale, que disent ces textes de l’influence de cette saturation sur la relation que le citadin entretient avec son espace de vie ? L’enjeu d’une telle approche pourrait rejoindre in  ne celui d’une définition de la ville : la saturation comme trait caractéristique fait-elle rupture dans l’histoire des formes urbaines ? Entre-t-elle dans l’analyse de ce que Marc Augé appelle la « sur-modernité », à savoir une ère de la civilisation occidentale marquée par la « surabondance de causes » ?


Intervenantes :

  • Éliane de LARMINAT, Doctorante en anglais à l’Université Paris Diderot
    « Entre immersion et objectivation : rendre compte de la congestion urbaine dans un contexte de rénovation urbaine à Chicago »
  • Noémie BOEGLIN, Architecte et doctorante en histoire moderne et contemporaine à l’Université Jean Monnet Saint-Étienne
    « Villes parallèles, de l’espace saturé à l’espace vidé »
  • Constance BARBARESCO, Doctorante en littérature à l’EHESS
    « Les parisiens, à l’assaut du chemin de fer »

Discutante : Muriel ROSEMBERG, Maître de Conférences en géographie à l’Université de Picardie Jules Verne

L’atelier expérimental sera suivi l’après-midi (14h30-15h30) d’une rencontre avec Anne SAVELLI, Écrivaine et auteure de Franck (2010), de Fenêtres (2007)…


Informations pratiques :

Date et Horaire : mercredi 22 mars 2017, 9h30-16h (horaires de la journée d’études), atelier expérimental de 10h à 13h
Lieu : salle F 104, ENS de Lyon – site Descartes – 69007 Lyon
Contact organisation : Laboratoire junior Spatialittésspatialittes@gmx.fr

*Information aux doctorants inscrits à la formation doctorale : la présence valant validation pour la formation doctorale concerne uniquement le temps de la matinée. Les participants à l’AEX sont chaleureusement invités à participer à l’ensemble de la journée d’études.

Compte-rendu rédigé par Nicolas Murena

Accueil et introduction à la journée d’étude

Cette journée prend la suite d’une première journée d’étude organisée par le labo. Junior Spatialittés en novembre 2016 sur les « Phénomène d’hybridation ». Annonce d’une troisième journée d’étude en novembre 2017.

La notion de « saturation » résonne différemment en géographie et en littérature mais à chaque fois de manière péjorative : « trop-plein », « sur-stimulation », « amoncellement », sujet de l’expérience « blasé » (Georg Simmel) rejoignent en effet les termes de l’analyse géographique (« saturation de l’espace, des flux ») et permettent de créer un pont entre littérature et géographie. L’intérêt d’un passage par la littérature sur cette notion est de permettre un apport sur la dimension sensible de l’expérience de la saturation, dont le mot est emprunté au vocabulaire de la chimie pour désigner un « état limite d’absorption d’une substance dans une autre ».

La saturation, de la sorte, est le nom d’une rencontre, mais sous le signe de la tension, d’une impossible immersion ou fusion.

(Présentation des ateliers Imualpha)

Éliane de Larminat (doctorante en anglais à l’Université Paris Diderot) : « Entre immersion et objectivation : rendre compte de la congestion urbaine dans un contexte de rénovation urbaine à Chicago ».

             Éliane de Larminat [E.L.] s’intéresse ici à un cas de saturation à travers l’exemple précis de la rénovation urbaine de Chicago. Saturation, en l’occurrence, peut s’entendre comme ce dont on peut faire l’expérience à la fois directement dans la ville ou par procuration : au moyen de représentations. Comment les représentations, ainsi, construisent une expérience de la saturation ?

La question du zoning à Chicago

             Si la ville, en effet, est le lieu d’une pluralité de fonctions et d’individus, elle doit aussi les répartir (zoning). Chicago est l’exemple d’une ville où se massifie cette répartition des fonctions et des professions à l’échelle de la métropole. La croissance de la ville est chaotique à partir de 1830 et impose la nécessité de réaliser un plan de la ville au début du XXe siècle (Plan of Chicago, 1909). Après plusieurs moments de croissance désordonnée s’élaborent ainsi les termes d’une nouvelle collaboration entre secteur public et privé qui permet de réorganiser l’espace urbain dans le but de redistribuer spatialement les fonctions et de parvenir à un espace à la fois plus fonctionnel et plus vivable de la ville. Encore faut-il convaincre les habitants de la nécessité d’une telle reconstruction : c’est là, on le comprend, qu’un travail sur les représentations urbaines intervient.

Représentations de la ville à partir d’une campagne de reconstruction

             E.L. montre en effet combien toute une campagne de reconstruction, passant par des plans, des brochures, des tours dans la ville et des photographies, put construire une image de la ville congestionnée afin de créer un consensus civique autour de la nécessité de la reconstruire autrement, soit de manière à la fois plus aérée et mieux répartie. Le but de ces campagnes fut en effet de suggérer visuellement l’hétérogénéité et le surpeuplement de certains quartiers dont on souhaitait la reconstruction. Dans cette entreprise, cependant, on ne fit pas que dénoncer les travers d’une ville devenue à la fois trop éclectique et trop surpeuplée – avec les problèmes d’hygiène que cela suggère (cas de tuberculoses) – mais l’on tenta de vendre aussi les formes et le style des nouvelles constructions que l’on propose alors comme solution.

Cependant, qui fait l’expérience de quoi dans la rénovation urbaine ? Et qui est affecté par les bénéfices ?

Face à ces représentations, en effet, E.L. peut opposer en fin d’exposé le cas d’un texte comme celui de Gwendolyn Wright (« Kitchenette building », 1945), dont le point de vue n’est plus celui d’une concentration d’acteurs civiques ou privés de la ville, mais celui de l’intérieur des ghettos urbains que l’on souhaite reconstruire. Cette « poésie de la poubelle » – celle d’un écrivain du « nous » – montre que le point de vue sur la ville, vécue de l’intérieur des quartiers, fut quelque peu différent. Un tel poème pose ainsi en général la question d’un contraste entre deux constructions imaginaires d’un même lieu et d’un même état de congestion.

 Discussion :

Une personne dans l’assemblée évoque le cas de la « Hull House ».

E.L. : La solution, pour les habitants, n’est pas celle des réformistes : elle passe par la régulation du travail, la création de services sociaux et non à travers une solution de type architecturale. Ils ne voient pas la reconstruction comme une sorte de coup de baguette magique, comme on tente de le dire au public des années 1940 à travers les images que l’on donne de la rénovation. Ce n’est pas une solution car il y a des habitants sur place. Ce sont deux manières différentes d’aborder le problème de la congestion.

Assemblée : Le terme de congestion est-il utilisé à l’époque ?

E.L. : Oui, le mot de « congested » apparaît souvent, avec d’autres qu’on peut traduire par « fatras », « fouillis », avec même l’idée de « contamination ». Avec le mot de saturation, on emploie le vocabulaire de la chimie ; avec celui de congestion, on arrive du côté de la maladie. Le lien est fait avec la tuberculose. Il est question d’une société malade au sens propre et au sens figuré.

Assemblée : Les populations ne trouvaient pas que le problème en tant que tel était lié à la saturation mais à autre chose. Est-ce que cette description d’un état congestionné était donc une forme de recherche poétique ou littéraire des personnes qui, sur place, ont décrit leurs conditions de vie, ou était-ce une réaction à quelque chose qu’ils voyaient disparaître (avec, donc, une volonté de témoignage) ?

E.L. : Le surpeuplement, dans la zone du ghetto, est d’autant plus grand que, comme il n’y a pas d’investissement, il n’y a pas de constructions. On a en fait, dans le ghetto, une cohabitation entre des lieux surpeuplés et des espaces vides. On se dit donc qu’il vaut mieux un immeuble surpeuplé qu’un terrain vague.

Assemblée : Le trait nostalgique est donc peu présent ?

E.L. : Le côté urgent de la recherche d’un lieu où vivre est suffisamment fort pour qu’il n’y a pas de nostalgie à ce moment-là – mais maintenant il reste suffisamment peu de monde de cette époque pour qu’il y ait une nostalgie.

Assemblée : Original qu’il y ait comme un regret de ce passé.

E.L. Il y a eu une forte mobilisation pour dire qu’on est en train d’effacer une partie de ce paysage, qu’il s’agit d’un patrimoine, qu’il faudrait le laisser, au moins dans la mémoire, ce qui est allé de pair avec un refus de ces constructions modernes dans les années 1950-1960.

Noémie Bogelin (architecte et doctorante en histoire moderne et contemporaine à l’Université Jean Monnet Saint-Étienne) : « Villes parallèles, de l’espace saturé à l’espace vidé ».

Paris, au XIXe siècle, est la ville « lumière », la ville des « affaires » et de nombreux autres qualificatifs. Elle croit particulièrement à cette époque (on passe de 700 000 habitants en 1830 à plus de 2,7 million en 1901) tout en demeurant prise dans les limites de deux enceintes qui la contraignent. C’est dans cet espace étroit que doit en effet se développer la ville, qui accueille des populations venant des provinces rurales de la France. La ville, ainsi, grouille jour et nuit, traversée par des flux incessants, notamment avec l’arrivée des chemins de fer.

Malgré l’évocation de nombreux bruits urbains, par exemple chez Robida (Le Vingtième siècle) le bruit de la ville est cependant le plus souvent absent des romans. Une thématique qui revient souvent, tout au contraire, chez Maupassant ou Zola, par exemple, est celle du silence, observé notamment au moment de la déambulation de personnages dans des rues qui semblent vides. Ce silence ou ce vide sont des choses qui existent certes, à l’époque, dans les parcs ou les cimetières en marge de la ville, mais le phénomène est relativement absent, historiquement, au sein du centre bruyant.

La littérature peut ainsi être considérée comme un lieu d’expérimentation possible de la ville qui nous offre des représentations relativement différentes de celles de la réalité historique. Ce silence n’empêche certes pas les auteurs de décrire aussi, parfois, la présence massive de la foule, mais l’insistance du motif est néanmoins marquante. Comment peut-on l’expliquer ?

Comme le note Colette Pétonnet, dans « L’anonymat ou la pellicule protectrice » (in Le Temps de la réflexion, 1987), « l’anonymat est au cœur du phénomène urbain ». C’est peut-être ainsi à partir d’un tel anonymat que les auteurs évoquent une ville vide et silencieuse, en poussant même l’image encore plus loin : du côté d’une ville morte ou « décongestionnée », d’une ville « fantôme », comme chez Sue qui en fait un objet d’effroi supplémentaire dans ses descriptions.

Il y aurait donc, dans cette paradoxale « décongestion », une forme de rejet qui vide artificiellement les lieux. La littérature romanesque du XIXe siècle élabore ainsi un espace fictif dans lequel les corps sont absents. Ce qui nous reste, à travers elle, c’est dès lors la trace du durable, plutôt que les personnes qui ne sont que de passage.

Discussion :

Q  : On prend depuis le début le mot de « saturation » au sens de ce qui est « vivant », mais est-ce qu’il y aurait aussi, dans les textes, une saturation qui relèverait des objets ?

R : Oui. Zola, dans Le ventre de Paris, fait une description de la nourriture dans les halles, par exemple. Dans Pot-Bouille, c’est au niveau de l’architecture que cela se retrouverait : Zola décrit un immeuble de manière très lisse depuis l’extérieur mais aussi les courettes (cours d’aération) dans lesquelles les cuisines s’ouvrent les unes sur les autres, avec des échanges entre les habitants. C’est plutôt à travers ce genre de détail que la densité peut se ressentir. Chez Robida et Verne, ce sera encore du côté de la hauteur des immeubles ou de leur étalement qu’on va avoir l’idée de saturation.

Q : Est-ce que le discours romanesque, celui de Zola, par exemple, sur cette mise en scène fabriquée d’un Paris vidé, correspond à l’idéologie officielle de l’haussmannisation, ou est-il plutôt en décalage avec lui ?

R : Ce n’est pas tout à fait la même chose. Dans le discours officiel – sous Rambuteau, déjà –, l’idée est d’apporter de l’air et de la lumière aux Parisiens. C’est ce qui conduit à construire de plus en plus haut avec des voies proportionnelles à la hauteur des constructions. L’idée est donc celle d’une ville que l’on va ainsi embellir et assainir. Zola est plutôt critique de cela, dans La Curée, notamment, où il se fait le critique de la spéculation et décrit davantage les zones en marge des aménagements pour montrer qu’il y a, d’un côté, le discours officiel, et de l’autre tout le reste.

Q : Quels sont les liens entre espace vidé et point de vue utilisé dans les romans ? Quand il y a un espace vidé, est-ce à partir du point de vue d’un personnage (désorienté) ou celui du narrateur ? Y a-t-il des tensions entre ces deux regards possibles ?

R : Il s’agit plutôt du point de vue du narrateur. Les personnages ne semblent pas se rendre compte qu’ils déambulent dans des espaces vides. Après, on trouve aussi des exemples, chez Sue, où ce sont les personnages qui sont montrés comme ayant peur face aux espaces louches, suspects ou vides.

Q : Les espaces qui sont abordés ici sont des espaces publics ?

R : Oui.

Q : Qu’en-est-il des espaces privés ? Dans les pièces de théâtre de la même époque, il y a une grande densité de l’espace domestique, avec de nombreux passages, des portes qui claquent, etc.

R : Dans certains cas, non, l’espace domestique est simplement décrit comme l’espace quotidien ; dans d’autres passages, néanmoins, on trouve des descriptions de bals, de fêtes, etc. et donc on retrouve la foule, les portes qui claquent ou non (en fonction de l’intrigue). Mais en général, surtout chez Balzac, d’ailleurs, on a des espaces intérieurs un peu morts, en décrépitude, en décomposition.

Q : Est-ce que, du coup, entre deux genres littéraires, il y a un obstacle à la prise en compte de la saturation urbaine ?

R : Je ne pourrais pas dire, le roman est quelque chose d’assez fluctuant : ici, on trouve beaucoup de description urbaine, là, peu de description urbaine.

Remarque dans la salle : Si on fait une comparaison avec d’autres romans, en Allemagne (Alfred Döblin, Berlin Alexanderplatz) ou bien dans la littérature américaine (Dos Passos, Manhattan Transfer), on a des romans qui décrivent beaucoup la saturation urbaine : celle notamment des signes de la ville (enseignes, panneaux publicitaires, etc.) Dans les deux cas, d’ailleurs, Dos Passos et Döblin prennent pour titre des lieux de passage : l’Alexanderplatz est la grande place de la modernité marchande et des transports berlinois, Manhattan Transfer le nom d’une gare de triage, où s’échangent personnes et marchandises. Je ne pense donc pas que le genre du roman pose un problème.

Autre remarque : Mais ce sont des romans plus tardifs ?

Réponse : En effet, de la fin des années 1920.

Q : Et le genre poétique ? Baudelaire : qui évoque les foules, la ville etc. ? La passante, par exemple, est-ce qu’elle ne suppose pas tout de même, indirectement au moins, la saturation ?

R : Si, sûrement. Mais c’est un peu la même chose que pour Balzac : il y a une évocation de la saturation mais celle-ci est en fin de compte vidée au profit de la description de cette figure fugitive.

Constance Barbaresco (doctorante en littérature à l’EHESS) : « Les parisiens, à l’assaut du chemin de fer »

Pour Philippe Roussin ou J.P. Morel, la banlieue ne rentre dans le roman. Elle y entre, pourtant, dès le XIXe siècle, comme lieu de la « partie de campagne » des citoyens : pratique récréative de la banlieue, au printemps, le dimanche ou les jours de fête. Paradoxe, cependant : les Parisiens, qui cherchent ainsi le grand air, saturent de la sorte les gares et les lieux qu’ils cherchent à rejoindre.

  1. Ce motif est un objet récurent dans le roman à partir des années 1860, par exemple chez Zola, Maupassant (Le dimanche des bourgeois de Paris) ou chez les frères Goncourt. La partie de campagne représente alors une parenthèse de liberté pour les personnages qui vivent à Paris : le moyen d’une échappatoire et d’un délassement. Ainsi dans Au bonheur des dames (Zola), où les employés des grands magasins se rendent sur les bords de la Marne, en mai, et empruntent ainsi les moyens de transport.
  2. Ce motif apparaissait déjà, quelques années plus tôt, dans la production littéraire de la fin des années 1930 et du début des années 1940, comme chez Paul de Coq, dans les Parisiens au chemin de fer (1839) ou dans Les chemins de fer (1842-1843). Néanmoins, ici ou là, la reprise du motif n’est pas le support des mêmes effets et des mêmes intérêts au sein de la narration.

Ici, dans le roman naturaliste, le motif de la prise d’assaut du chemin de fer fonctionne davantage comme un passage obligé ou une étape attendue qui n’intéresse pas à proprement parler le romancier. En revanche, ce moment de la prise d’assaut est ensuite le support d’une description : celle de la nomenclature des mêmes lieux et des mêmes activités (guinguettes, bords de Marne, baignades, promenades à bicyclette, etc.) que fréquentent inlassablement les Parisiens pour se délasser. Là, dans le roman social, l’intérêt est renversé. Paul de Coq, par exemple, ne décrit pas la partie de campagne, qui est complètement éclipsée, et fait au contraire du moment de la prise d’assaut l’élément essentiel de ses romans. Dans le moment de confusion qu’elle provoque, en effet, la saturation du chemin de fer provoque le mélange de populations qui, le reste du temps, ne se rencontrent pas nécessairement, et donne ainsi à Paul de Coq l’occasion de mettre en scène la confrontation de différents types sociaux, telle qu’elle peut survenir au sein de la ville moderne qui, pour la première fois à cette époque, rassemble des individus qui ne rencontraient pas auparavant (paysans des campagnes, cols blancs, bourgeoisie, etc.). Cette dimension « sociologique » est une des caractéristiques de la littérature à cette époque, où se développe une littérature panoramique bien analysée par W. Benjamin (Paris, capitale du XIXe siècle) et dont un des buts consiste dans le fait de rendre la ville plus lisible en décryptant les nouveaux types qui la peuplent.

C.B. peut ainsi montrer combien, à partir d’un même motif de la saturation, deux esthétiques bien distinctes peuvent se dessiner d’une époque à l’autre.

Discussion :

Q : Quelles sont les fonctions de ce motif ? Celui d’une fonction comique (puisqu’on sature un espace pour fuir la saturation), d’une satire ?

R : Cette fonction ironique apparaît en effet dans les textes des années 1830 mais elle est moins forte que dans les romans naturalistes où l’on décrit par-là des lieux mal fréquentés et illisibles. Chez Paul de Coq, il s’agit notamment par la satire de montrer les travers de la bourgeoisie.

Q : Est-ce qu’il y a vraiment cette dimension ironique ? Ne serait-ce pas que c’est juste tellement original, tellement frappant, cette saturation du chemin de fer, qu’il faut en parler ? Et est-ce que le phénomène n’est pas rendu possible que parce qu’il y a sur-congestion ? Est-ce qu’elle n’est pas aussi valorisée, cette saturation ?

R : Les lieux saturés sont aussi des lieux où l’on va se laisser aller à des volontés très obscènes, dans le roman naturaliste (la saturation n’est donc pas valorisée). Chez Paul de Coq, la recherche d’isolement est également contrée par le fait qu’il y ait du monde, mais il y a un humour affiché, une volonté de rire de la classe bourgeoise qui souhaite imiter ainsi les mœurs de la classe élevée.

Q : Est-ce qu’il y a quelque chose dans ces romans qui évoque le point de vue inverse : celui des employés locaux dans les guinguettes, etc. par exemple ?

R : Pas dans les romans cités. De temps en temps, chez Paul de Coq, on peut avoir la présence de paysans dans les bals, mais pas souvent. Chez Alexandre Dumas, en revanche, dans Le père la ruine, on a par exemple le point de vue d’un pêcheur qui observe, en local, cette venue des parisiens qui transforment le paysage.

Q : La récupération du motif par le roman naturaliste rend-il simplement le cliché quelque peu usé, ou y a-t-il quand même une originalité, des fonctions spécifiques du roman naturaliste dans la reprise du motif ?

R : La reprise du motif répond essentiellement à une part d’attente des lecteurs, oui.

***

Discussion dirigée par Muriel Rosemberg

            Un fil relie la production littéraire et géographique dans ces différentes interventions : la question de l’hygiénisme, qui vient de bien avant la ville industrielle (elle se formule dès le 18e siècle) mais apparaît surtout avec l’industrialisation au cours du XIXe siècle.

Muriel Rosemberg évoque trois limites dans les différents exposés et leurs recoupements possibles sur ce thème de la saturation :

1° La question de la saturation, dans les interventions, semble globalement posée hors temps et hors espace, comme une question très générale On peut avoir ainsi la tentation de lisser les considérations spatiales et temporelles, de confondre les situations. Il faut éviter de décontextualiser les observations faites sur la saturation : parle-t-on du centre, des faubourgs, des périphéries ?

2° On a par ailleurs trois modalités d’écriture différentes qui ont été évoquées : la carte, le texte, la photographie. Il ne faut pas ignorer non plus les questions techniques liées à ces différentes représentations dans les manières de traiter la ville. Ce sont différentes représentations, différents moyens, qu’on ne doit pas nécessairement opposer mais voir en complémentarité pour dresser un portrait de la ville.

3° Une question est apparue au fil des exposés : celle des rythmes de la ville. L’espace vide ou l’espace saturé (pour reprendre l’exemple cité de Maupassant) ne sont pas liés au même moment. C’est donc souvent le moment de l’espace qui donne lieu à un espace saturé ou à un espace plein. À cet égard, je citerai un écrivain sensible au modèle de la ville européenne, concentrée et dense : Julien Gracq, qui définit la ville comme succession d’espaces de fortes polarisations ou de tensions et d’espaces quasi muets (ou bien parce que ces espaces ne l’intéressent pas, ou bien parce qu’ils sont frappés par la vacuité). C’est une telle alternance qui caractérise la ville européenne.

  1. R. rappelle aussi que la question de l’ordre ou du désordre social associé à la ville, en raison de la promiscuité des groupes sociaux, est apparue dans les interventions. On pourrait y ajouter celle de la sur-saturation de la ville par les signes, comme c’est le cas dans les romans de Dos Passos, bien que nous n’en ayons pas parlé aujourd’hui.

Eliane de Larminat (EL) : On retrouve même dans la campagne américaine, à partir de 1850-1860, des panneaux publicitaires qui vont de pair avec cette idée de sur-saturation des signes en bloquant le paysage et en donnant lieu, dans leur succession, à un texte complètement éclaté. La vitesse de lecture de ces signes qui s’enchaînent, dans l’oeuil du spectateur, a même un effet de saturation presque plus efficace qu’en ville.

  1. R. : Se pose aussi la question des croisements entre textes savants et représentations artistiques. Dans quelles mesures l’expérience de la ville nord-américaine (le choc de villes comme Chicago, New York) on pu marquer des écrivains français ?

Diverses réponses dans l’assemblée : on trouve la marque d’un tel choc chez des auteurs comme Koltès (Quai ouest, par exemple), Céline, Sartre ou même Cendrars.

Assemblée : on a associé la saturation à un espace, pas à des temps. Est-ce que, comme vous le remarquez, cette notion de saturation n’est pas liée en fait d’abord à un quand.

M.R. À un où et un quand, à travers différentes époques : on trouve déjà, chez Boileau, une description de l’encombrement de Paris [NDR : dans les Satires], mais aussi dans les textes de la rome antique, [NDR : cf. Sénèque, Horace], etc., sous la forme d’une association péjorative entre ville et saturation.

Mais la saturation n’est pas toujours négative, et pas toujours objet de critique.

Constance Barbaresco (CB) : la thématique de la « fuite » est marquée négativement chez Zola et chez les naturalistes, mais bien moins chez Paul de Coq : il n’y a pas de politisation de cette question et c’est un argument de rire.

M.R. Les guinguettes, les promenades, etc., sont liés aux plaisirs du loisir.

E.L. : De même, dans la littérature américaine, on décrit par exemple des embouteillages, mais c’est aussi le support de quelque chose de plaisant.

Assemblée : Le terme saturation est perçu de manière négative, aujourd’hui, à travers notre propre grille de lecture, mais qu’en est-il à l’époque ?

Assemblée : le mot apparaît au XIXe, mais on l’emploie comme une image.

Assemblée : Il y a un ensemble de connotations, mais domine l’idée d’un « plein ».

M.R. Oui, d’un trop-plein, mais ce n’est pas forcément négatif : le trop-plein est un point maximum quantifiable, il y a trop-plein quand ce point est atteint.

Assemblée : C’est comblé mais pas négatif en soi.

Assemblée : Néanmoins, si l’ordre ne peut plus être maîtrisé, à cause de ce trop-plein, il faut tout de même remettre de l’ordre.

  1. : Chez Céline, la banlieue, c’est le désordre, avant tout.

C.B. : Cela dépend aussi des lieux : les halles, les magasins, ont besoin d’être saturés, parce qu’ils vivent de cette saturation.

Assemblée : Cette question du plein associé à quelque chose de potentiellement positif peut faire écho à la géographie urbaine des États-Unis. Par exemple Détroits, qui est l’exemple d’une ville qui s’est vidée négativement, sans possibilité de prélever encore un impôt important, et donc sans vie possible ou sans dynamisme.

E.L : En anglais, on emploie le mot « vibrancy » pour dire le mouvement ou le dynamisme d’une ville – mais avec « vibrancy » on est pas encore dans la saturation, où l’on passe alors du côté d’une connotation négative. Dans le premier cas, il y a de la place pour que des choses se passent, pour qu’il y ait de l’interaction ; dans le second, la saturation est telle qu’il y a blocage.

  1. Dans le vocabulaire urbaine, aujourd’hui, on dit, une ville qui « bouge ».

C.B. Dans le cas du grand magasin – un autre motif romanesque qui traverse la littérature du XIXe siècle – : on tente d’attirer la masse, mais les auteurs décrivent les phénomènes négatifs associés à la pratique : hystérie, cleptomanie, attachés par ailleurs aux personnages de femmes dans les romans).

  1. Dans les romans !
  2. Oui, bien sûr !

Assemblée : On a pas beaucoup parlé du texte lui-même, comme si la description de la saturation dans les textes ne bougeait pas le texte lui-même, dans les romans de l’époque – alors que dans le texte contemporain, on a volontiers une prise en charge formelle de la saturation. Est-ce que la description de la saturation est donc tout de même à l’origine d’une stylistique ?

  1. Est-ce que dans la littérature contemporaine la ville est décrite comme un espace saturé ?

Assemblée. Oui. Exemple : François Bon, qui parle d’expérience-limite de la ville. Et Anne Savelli…

Assemblée : Un autre exemple : Guerre et guerre, de Krasznahorki, histoire d’un homme perdu à New York : le texte est marqué par la rareté de la ponctuations, des propositions assez courtes, rapides.

C.B. : Un autre phénomène intéressant à analyser est celui de l’espace qui est en train de se saturer ou de se vider. Je travaille sur cela : sur cette impression que les faubourgs se sont décongestionnés vers la banlieue, à travers un imaginaire aquatique.

  1. On retrouve cela dans tous les textes, l’image du « déferlement » géographique, de la vague humaine.

 

Assemblée : Autour de cette idée de passage à la limite : y-a-t-il des œuvres qui parleraient d’un changement d’état, ou l’effet de la saturation apparaît comme destructeur ?

E.L. : On a cela à travers le motif du flâneur, dans Job de Joseph Roth, où ce flâneur « tombe dans les pommes » parce qu’il ne parvient pas à gérer l’état de saturation autour de lui.

Assemblée : Oui, mais des évocations comme celle d’un bateau qui s’écoule ? d’un train qui déborde ? etc. etc.

C.B.. Il y avait cela dans les parties de campagne.

Assemblée. Néanmoins il n’y a pas un passage à autre chose : le train continue sa route malgré tout. Aujourd’hui, on penserait à un scénario catastrophique, à une destruction écologique…

E.L. : On trouve tout un imaginaire de la catastrophe lié au parc d’attraction dans le roman américain.

Assemblée : Il faudrait regarder du côté de la littérature de science fiction, d’imaginaire, chez J.G. Ballard, par exemple. Mais peut-être est-ce alors une saturation en termes de concentration de divertissements plutôt que comme densité humaine ou de lieu.

CB : Cette dimension de catastrophe est un peu évoqué chez Paul de Coq où il est fait écho à un incident ferroviaire dont la cause était liée à la surcharge du train, un dimanche, après une fête à Versailles.

Fin de la discussion

 

Les récits dans la cartographie sensible : Formes et enjeux épistémologiques face aux terrains des nouvelles technologies

Le deuxième atelier expérimental IMUalpha de l’année 2017 sera consacré aux récits dans la cartographie sensible.

 


Présentation :

Cette séance vise à questionner les récits urbains dans la « cartographie sensible » et la position du chercheur face aux terrains des nouvelles technologies. Trois projets de recherche – qui croisent pratiques et différents champs disciplinaires – seront présentés dans lesquels diverses formes de récits et de modalités d’expression cartographiques ont été créées pour rendre compte de la complexité des espaces-temps urbains. Ces espaces éphémères et mobiles sont vécus, perçus, traversés, imaginés et rêvés par leurs pratiquants. La séance abordera également d’autres notions telles que, l’identité plurielle et le pluralisme culturel, les glissements de la mémoire et la patrimonialisation.

Continuer la lecture de Les récits dans la cartographie sensible : Formes et enjeux épistémologiques face aux terrains des nouvelles technologies

Les enjeux économiques et juridiques de la rénovation urbaine

Le premier atelier expérimental IMUalpha de l’année 2017 sera consacré aux enjeux économiques et juridiques de la rénovation urbaine.

Présentation :

Dispositif  de  la  politique  de  la  ville,  la  rénovation  urbaine  est  mise  à  l’œuvre  en  France  dans  le  cadre  du Programme National pour la Rénovation Urbaine avec pour objectif de développer socio-économiquement les quartiers les plus défavorisés pour qu’ils soient mieux intégrés aux dynamiques urbaines dans leur ensemble.

Si  les  impacts  de  cet  ordre  sont  étudiés,  nous  souhaitons  dans  cet  atelier  interroger  les  enjeux  et  les mécanismes économiques et juridiques de la rénovation urbaine en lien avec les problématiques foncières et les marchés immobiliers.

Continuer la lecture de Les enjeux économiques et juridiques de la rénovation urbaine

Ateliers Expérimentaux – Programme Quatrième Saison – 2017

Voici le programme de la 4e saison des Ateliers Expérimentaux IMUalpha (2017) :

  • Troisième séance : 22 mars 2017 (matin, lieu à préciser) : La ville saturée et ses textes

Ateliers Expérimentaux – Présentation

Ateliers Expérimentaux – IMUalpha

Formation doctorale : D18

Programme des Ateliers Expérimentaux 2017 (4e saison)

Mondes Urbains : comment articuler les multiples disciplines scientifiques ?

 

Déroulement Type d’un Atelier Expérimental

=> Partie 1

– Présentation des Ateliers ;

– Introduction thématique de la séance ;

– Trois présentations jeunes chercheurs + Questions spécifiques ;

=> Partie 2

– Reprise du discutant : ouverture de la discussion ;

– Discussion sur la thématique générale ;

– Clôture.

Continuer la lecture de Ateliers Expérimentaux – Présentation

Atelier expérimental : Images et imaginaires des villes du futur

Images et imaginaires des villes du futur : penser la place du système productif

 

Le troisième atelier expérimental IMUalpha de l’année 2016 était consacré aux images et imaginaires des villes futures :

Affiche AEX_20_avril_2016

Présentation :

Séance organisée par Clémentine Périnaud et Damien Petermann

Intervenants :

  • Noémie Boeglin, doctorante en Histoire (EVS/UJM Saint-Étienne/ ENSASE)
  • Sylvaine Lobry, doctorante en Science politique (Triangle/IEP de Lyon)
  • Henry Dicks, post-doctorant en Philosophie (IRPHIL/Université de Lyon/IMU-VIBIOM)

Discutants : 

  • Kader Mokaddem, professeur de Philosophie et Esthétique, École d’art et design de Saint-Étienne
  • JeanClaude Paillasson, professeur de Graphisme, École d’art et design de Saint-Étienne

Compte-rendu :

Ce compte-rendu a été rédigé par Clémentine Périnaud et Damien Petermann.

Télécharger le compte-rendu au format PDF :   CR AEX 20.04.2016

Continuer la lecture de Atelier expérimental : Images et imaginaires des villes du futur

Atelier expérimental – Habiter : interroger les notions du bien-être et du buen-vivir en ville

Le dernier atelier expérimental IMUalpha de l’année 2016 sera consacré aux notions de bien-être/buen-vivir en ville :

Affiche_AEX_Imualpha_14juin_habiter


Présentation :

 

Cette séance vise à questionner les relations entre l’habiter et les notions de bien-être urbain et de buen-vivir.
Deux réalités urbaines latino-américaines distinctes seront présentées, l’une équatorienne, l’autre brésilienne permettant d’illustrer et d’interroger ces deux notions. La séance abordera également d’autres concepts tels que celui de l’habitabilité.
En partant d’une conception philosophique de l’habiter, comment peut-on interroger le bien-être en ville et l’institutionnalisation du buen-vivir dans des projets d’aménagements urbains ? Quelle place occupe le logement – tant le lieu que l’espace habité – dans les considérations de bien-être et de buen-vivir en ville ?

Continuer la lecture de Atelier expérimental – Habiter : interroger les notions du bien-être et du buen-vivir en ville

Atelier expérimental – Les échelles territoriales du tourisme et du patrimoine

Le prochain atelier expérimental IMUalpha sera consacré aux dimensions territoriales du tourisme et du patrimoine :

Affiche_AEX_IMUalpha_10juin


Présentation :

 

Cette séance vise à questionner les liens entre la mise en tourisme des territoires et les patrimoines en présence. Nous explorerons ce questionnement en présentant différents rapports au territoire, à travers trois cas concernant la région lyonnaise et la ville d’Albi. Nous viendrons ainsi faire dialoguer les questions de mises en tourisme porteur de logiques propres avec la dimension territoriale dont le patrimoine est l’un des éléments principaux. Continuer la lecture de Atelier expérimental – Les échelles territoriales du tourisme et du patrimoine

Compte rendu Atelier expérimental – Transports et infrastuctures

Transports et infrastructures.

Penser les infrastructures de transports entre jeux d’acteurs et conflits

 

Compte-rendu de l’Atelier Expérimental IMUalpha du 08/03/16

Télécharger ce compte rendu au format PDF :  pdf_icon

————-

PLAN du compte rendu :

  • PRÉSENTATION DE L’ATELIER
  • RÉSUMÉS DES PRÉSENTATIONS
  • 1 : Aéroport Notre-Dame-des-Landes : le rôle des mobilisations dans une situation de fortes tensions
  • 2 : Métropolisation des politiques des transports à Marseille et à Lyon : la puissance des coalitions
  • 3 : Stuttgart 21, un projet ferroviaire controversé au service de l’ambition métropolitaine européenne de la ville
  • DISCUSSION
  • Reprise de Caroline Gallez : Points communs aux trois interventions
  • Questions et éléments de réponse
  • CONCLUSION
  • THÉMATIQUES CENTRALES ABORDÉES

 

Continuer la lecture de Compte rendu Atelier expérimental – Transports et infrastuctures

Atelier expérimental : Imaginaires de villes postindustrielles. Formation, circulation, permanence

Atelier expérimental :

Imaginaires de villes postindustrielles. Formation, circulation, permanence

 

Le deuxième atelier expérimental IMUalpha de l’année 2016 sera consacré aux imaginaires de villes postindustrielles.

AEX_30_mars

Continuer la lecture de Atelier expérimental : Imaginaires de villes postindustrielles. Formation, circulation, permanence

Atelier expérimental : Transports et infrastructures. Penser les infrastructures de transports entre jeux d’acteurs et conflits

Atelier expérimental : Transports et infrastructures.

Penser les infrastructures de transports entre jeux d’acteurs et conflits

 

Le premier atelier expérimental IMUalpha de l’année 2016 sera consacré aux transports et infrastructures.

Affiche AEX Transports

Continuer la lecture de Atelier expérimental : Transports et infrastructures. Penser les infrastructures de transports entre jeux d’acteurs et conflits

Représenter l’expérience urbaine – retour sur la journée d’étude du 26 juin 2015

A l’occasion des deux ans d’IMUalpha, une journée d’étude sur le thème de la représentation de l’expérience sensible a eu lieu le 26 juin 2015 à Lyon.

La matinée s’est déroulée autour d’un atelier pratique dans le quartier Confluence.

Voir le compte-rendu de la matinée : ici

 

L’après-midi fut consacrée à des discussions mêlant approche théorique et retours d’expérience.

Voir le compte-rendu de l’après-midi :

DSC09719

Compte-rendu Atelier expérimental – Matérialité des déchets

Penser la matérialité des déchets

 

Compte-rendu de l’Atelier Expérimental IMUalpha du 13/05/15

Télécharger ce compte rendu au format PDF :  pdf_icon

PLAN du compte rendu : 

 

8 personnes dans le public

Organisation : Laetitia Mongeard, doctorante en géographie (EVS)

Intervenants :

Leïla Boudra, doctorante en ergonomie (Lyon 2, CREA-EVS) Jérémy Cavé, docteur en aménagement urbain (ENPC – LATTS) Fanny Verrax, philosophe, docteure en économie (EVS)

Discutante :

Nathalie Ortar (ENTPE), anthropologue, anime le séminaire, La Deuxième vie des objets avec Elisabeth Anstett.

Continuer la lecture de Compte-rendu Atelier expérimental – Matérialité des déchets

Atelier Expérimental – Faire Durer la ville – Le modèle de la ville intelligente – 11 Juin – 14h – TUBA

1705083-0

Faire Durer la ville – Le modèle de la ville intelligente

11 Juin 2015 – 14h -17h

TUBA – 1 Place Charle Berraduier

http://www.tuba-lyon.com/plan-acces/

Inscription nécessaire pour assister à l’Atelier : https://docs.google.com/forms/d/1CnpzjAg5-Jh2nyl3jUSjeWCiWEJzuwz1LCctP7oXMCc/viewform

 

Continuer la lecture de Atelier Expérimental – Faire Durer la ville – Le modèle de la ville intelligente – 11 Juin – 14h – TUBA