Archives de catégorie : Objets et Méthodes de la recherche urbaine

Ouvrir la machine scientifique est un des objectifs d’IMUalpha : par la précision des outils et des méthodes qui structurent et limitent la recherche urbaine. Ce thème a été choisi pour associer l’ensemble des doctorants et jeunes chercheurs potentiellement impliqués dans IMUalpha, en ce qu’il est, en tant que structure de la pratique quotidienne de la recherche, commun à tous.

Représenter l’expérience urbaine : retours d’expérience et discussions

L’après-midi de la journée d’étude du 26 juin 2015 fut consacrée aux interventions :

– des participants de la matinée pour un retour sur l’atelier de la matinée,

– aux architectes Sébastien Fabiani et Mehtab Sheick de NA architecture pour une présentation du projet de reconversion industrielle de Grrrnd Zero Bohlen réalisé à partir de la compréhension du lieu par l’approche sensible,

– de Pascale Simard, directrice Stratégie et méthodes à l’Agence d’Urbanisme de Lyon pour un retour d’expérience sur le recours à l’approche sensible dans une démarche opérationnelle

– et enfin de Frédéric Barbe, géographe au CRENAU  pour la présentation du Guide indigène de détourisme de Nantes.

Voir les vidéos :

partie 1

partie 2

Compte Rendu – Journée de Lancement – Outils et Instruments de la recherche

 

« Outils et modèles : les techniques de la recherche urbaine « 

Journée de lancement IMUalpha

29 mai 2013 

Amphithéâtre de la bibliothèque Marie Curie – INSA de Lyon

Afin d’officialiser la création de la coopérative de jeunes chercheurs IMUalpha, qui a eu lieu le 15 juin 2012,  le comité de coordination avait décidé d’organiser sa journée de lancement autour du thème suivant : ‘’Outils et méthodes de la recherche urbaine’’. Le choix de ce thème transversal a été de regrouper l’ensemble des doctorants et des jeunes chercheurs autour d’un sujet commun. Dans cet objectif, les techniques scientifiques qui permettent la production du savoir sur les mondes urbains ont fournit un axe pertinent pour permettre à des disciplines radicalement différentes de se retrouver autour d’un sujet commun.

Avant de produire le compte-rendu concret de cette journée, nous voudrions remercier les différents communicants d’avoir présenté et discuté leurs différents projets de recherche. Il n’est pas toujours aisé d’intervenir dans une journée comme celle-là, lorsque le sujet travaillé ne porte pas directement sur un contenu particulier. Aussi, il faut souligner l’implication avec laquelle les différents intervenants ont exposé leur compréhension des enjeux de cette journée, notamment au cours de temps  d’échanges  aménagés pour poursuivre et approfondir les points de questionnement soulevés par les présentations.

Par ailleurs, nous tenions à remercier Jean-Yves Toussaint et Gilles Pinson, membres du COPIL IMU, pour leur participation à cette journée. Enfin, nous remercions la vingtaine de participants qui a eu la curiosité de s’intéresser à cette coopérative de recherche originale, qui,  nous l’espérons,  souhaitera s’impliquer dans ce projet et ainsi bénéficier des possibilités novatrices qu’il offre.

  • Liste des participants :

Organisateurs : Raphaël Frétigny (Triangle), Sébastien Ah-Leung (EVS), Romain Sauzet (IRPhil), Henri Briche (Triangle) et Claire Révol (IRPhil)

Communicants : Pascale Nédélec (IRG), Athmane Fouil (Centre Max Weber), Bilal Berjawi (LIRIS), Yi Xun  (CIEREC).

  • Présentation du labex IMU (Jean-Yves Toussaint, responsable scientifique et technique d’IMU)

Le premier de temps de cette journée a été consacré à la présentation du Labex IMU (Intelligence des Mondes Urbains) par son responsable scientifique et technique, Jean-Yves Toussaint. Ce dernier a rappelé l’originalité d’IMU, de par la taille (plus de 440 chercheurs impliqués) et la diversité (29 disciplines différentes) qui le fonde, mais également par le projet scientifique qu’il propose : la pluralité scientifique, c’est-à-dire la confrontation et la collaboration des différentes disciplines travaillant sur l’objet urbain, afin de saisir aux mieux toute la complexité de ce dernier. C’est dans ce souci de chercher à faciliter la rencontre entre les différentes disciplines que Jean-Yves Toussaint a rappelé un des objectifs d’IMU, disposer d’une résidence, objectif qui devrait être satisfait courant septembre 2013.

  • Présentation de la coopérative IMUalpha – jeune recherche urbaine (Raphaël Frétigny, Triangle – IEP Lyon)

Cette perspective de rencontre entre les disciplines est celle proposée par IMUalpha. A la suite de cette première intervention, Raphaël Frétigny a présenté l’originalité de cette coopérative de recherche, en précisant les différentes modalités par lesquelles elle espère devenir une véritable plateforme d’échange, de production et de diffusion des savoirs sur les mondes urbains. En décrivant les différents moyens mis en œuvre pour ce faire (séminaire transversaux, ateliers expérimentaux, films-débat, etc.), il a insisté sur le fait que cette coopérative est une possibilité pour les jeunes chercheurs de trouver un appui tant administratif que financier et organisationnel pour monter leurs différents projets collectifs. En n’imposant pas un modèle déterminé au préalable, si ce n’est la recherche urbaine dans une logique de pluralité scientifique, IMUalpha va chercher à être le lieu de développement de projets de recherche novateurs et ambitieux.

  • Présentation de la journée d’études (Romain Sauzet, IRPhil – Lyon 3)

Une introduction des enjeux et intérêt de cette journée a été faite par Romain Sauzet. L’objectif principal de celle-ci a été de souligner l’intérêt que présente pour les chercheurs le fait de rentrer dans le cœur de la machine scientifique et de présenter les rouages pratiques qu’ils mettent en œuvre dans la production de leurs savoirs. C’est en fournissant ce genre d’effort réflexif, sur ses propres pratiques scientifique, que tout chercheur pourra ouvrir son travail à la discussion et à l’échange avec d’autres chercheurs, notamment ceux issus de disciplines différentes. Cet effort favorise par ailleurs l’accès à de nouvelles sources de développement et à des occasions de collaboration et de complémentarité.

  • L’urbanité et la citadinité des outils conceptuels pertinents pour la recherche urbaine ? (Pascale Nédélec, IRG – Lyon 2)

Pascale Nédélec, s’est interrogé sur la manière de caractériser la nouvelle norme que semble être devenu le phénomène urbain. Le problème principal soulevé est celui des difficultés définitionnelles posées par ce terme. En effet, la généralité de ce concept ne satisfait pas les projets de recherche qui tentent de saisir les spécificités ou les similitudes de différents projets urbains. Afin d’apporter des éléments de solution à cette situation problématique, Pascale Nédélec a présenté une distinction conceptuelle fructueuse : la différence entre l’urbanité et la citadinité. Après avoir clarifié les définitions de ces deux notions au sein des différentes écoles de géographie française, elle en a proposé une acception simplifiée, mais qui permettrait de distinguer facilement les différentes manières d’envisager la ville. L’urbanité correspond alors à la dimension spatiale des phénomènes de ville, là où la citadinité en permet une description sociale. L’apparente facilité de cette distinction fournit une grille de lecture des différents textes portant sur la ville, et permet de décrire les différents enchevêtrements étudiés, en concevant ces derniers à la manière d’une poupée russe.

Les discussions faisant suite à cette présentation ont insisté sur les difficultés – non définitives – à rendre compte de ces conceptions dans les urban studies et plus largement dans la recherche mondiale, ainsi que de généraliser l’utilisation de ces concepts à d’autres disciplines. Pour autant, plusieurs participants ont montré leur intérêt pour les concepts d’urbanité et de citadinité, voyant en eux une grille de lecture à la fois simple et consistante pour leurs propres perspectives de recherche.

  • Les exigences du terrain : étapes, questionnements et évolutions d’une enquête ethnographique (Athmane Fouil, Centre Max Weber)

Athmane Fouil a exposé son travail de thèse en ethno-sociologie, afin d’insister sur la remise en cause progressive de l’univers de subjectivité inhérente à tout type de recherche. Etudiant une population d’immigrés provenant tous du même village du sud de l’Algérie et qui se sont installés dans le même quartier de Pierre Bénite, dans la banlieue de Lyon,, il a présenté les différentes étapes et revirements, tant intellectuels que méthodologiques, par lesquels son effort de recherche est passé. La première étape, relevant d’une enquête de terrain classique (observations, photographies, entretiens, etc.), ne lui a pas fournis beaucoup d’informations sur le groupe étudié. Dans un second temps, il a alors décidé de réaliser une étude ethnographique, fondée sur une immersion de dix mois, et sur  l’étude de l’usage des espaces du quartier étudié, notamment au travers de l’étude des sociabilités autour de la construction d’une mosquée. Cherchant à comprendre comment un groupe d’individu pouvait répéter des liens de sociabilité singuliers et des habitudes de vie similaires à leur lieu d’origine, là où d’autres groupes adoptent d’autres modes de vie, la troisième étape de sa recherche a consisté à s’intéresser au village d’origine, afin d’y « faire parler les pierres », via l’analyse des relations à l’espace des usagers. C’est alors qu’il a pu saisir, à l’aide d’une quatrième étape centrée sur une documentation historique la spécificité de cette population, qui met en œuvre facilement sa propre mémoire, précisément parce que celle-ci ne s’inscrit pas dans un sentiment de nostalgie.

  • Présentation Ateliers expérimentaux IMUalpha : Henri Briche (Triangle – IEP Lyon) et Claire Révol (IRPhil – Lyon 3)

Henri Briche et Claire Révol ont présenté les Ateliers Expérimentaux, qui vont se mettre en place en septembre 2013. Après avoir montré l’originalité de ce projet, qui propose aux jeunes chercheurs d’inventer eux-mêmes des situations de recherche, ils ont évoqué les thématiques possibles, ainsi que leurs différents développements concrets (la place de la nature en ville, via une réflexion sur l’eau, les déchets… ; l’argent et la ville…). La présentation du blog Hypothèse (http://imualpha.hypotheses.org/) acheva cette intervention, en précisant en quoi il servirait d’interface entre les jeunes chercheurs et les ateliers, que ce soit en offrant une vitrine aux différentes propositions de projet en cours de constitution, ou à terme, en permettant un lieu de suivi et d’échange autour des problématiques récurrentes qui ne manqueront pas d’être soulevées lors des ateliers.

  • Detection, Integration and Correction Methods for Homologous – Bilal Berjawi, (LIRIS)

Bilal Berjawi, présenta le projet UNIMAP, financé par IMU, autour de son travail de thèse intitulé ‘’Détection, intégration et correction des méthodes pour des objets géographiques homologues’’. L’objectif d’UNIMAP est d’élaborer une base de données unifiée des services de géo-localisation. Il s’agit d’associer les différentes bases de données (bing, Googlemap), qui présentent de manière distinctes, et parfois imprécises, les points d’intérêts (POI) : restaurants, hôtels, monuments… Le but de cette présentation est d’insister sur les relations nécessaires qui doivent exister entre des disciplines différentes afin qu’un tel projet puisse voir le jour. Ainsi, en plus de sciences informatiques auxquelles Bilal Berjawi est rattaché, la géographie est également sollicitée pour permettre la cartographie des lieux étudiés, ainsi que les différentes sciences humaines, dont le but est préciser les données et problèmes sémiologiques intéressant les utilisateurs (qui sont-ils ? quelles sont leurs habitudes de consommation ? Comment présenter l’incertitude propre à toute interface de géo-localisation ?)

À cette diversité des disciplines s’ajoute une pluralité de méthodes pour effectuer ces agrégations d’informations. Les experts peuvent vérifier les POI sur les terrains. Les données sont alors précises et efficaces dans une région limitée, mais difficiles à étendre, et qui plus est coûteuses. La seconde alternative est d’utiliser les données des autres fournisseurs pour confirmer l’homologie avec celles déjà détenues. Moins chère et de grande ampleur, cette méthode marche pour la détection du type d’objets (restaurants, monuments, etc.), mais elle est peut adaptée pour délivrer les coordonnées spatiales précises. Enfin, la dernière méthode possible est collaborative, dans une logique d’Openstreetmap. Les avantages de cette méthode, la gratuité ainsi que son efficacité dans les régions urbaines, sont cependant contrebalancés par l’incohérence potentielle des données. Le projet UNIMAP, qui n’a débuté que depuis quelques mois, propose pour satisfaire ses objectifs d’associer ces trois méthodes.

  • Le concept TOD et l’espace urbain – Yi Xun (CIEREC)

La dernière présentation a été celle de Yi Xun  (CIEREC). L’objet de sa participation a été de montrer l’intérêt du concept T.O.D. (Transit Oriented Development) dans la rénovation et la création d’espaces publics. Créé par Calthorpe, ce concept audacieux affirme l’intérêt d’organiser l’espace urbain autour de la mobilité urbaine, afin de favoriser le développement régional. Yi Xun a présenté l’importance d’une telle conception dans les efforts de réaménagements des villes chinoises, dont les réseaux de transports automobiles sont saturés par l’augmentation exponentielle de la densité humaine et de l’activité économique. Dans un contexte d’une telle densité multiforme, le concept TOD affirme que le développement de l’espace urbain doit se poursuivre à partir de stations de transport en commun, afin de faire émerger au sein d’un même espace urbain plusieurs pôles de densités à usage mixte (résidentiel, commercial, services, institutionnel, ect.), reliés entre eux par des moyens de transport rapides.  En optimisant les espaces urbains déjà présents, la densité urbaine décroîtrait à mesure que l’on s’éloigne de ces pôles, et éviterait de la sorte les effets de saturation des réseaux à une trop grande échelle.

Les discussions faisant suite à cette dernière présentation ont porté sur l’intérêt d’un tel concept dans le cadre des villes dites ‘’déprimées’’ (fort taux de chômage, dont le nombre d’habitants diminue…). Yi Xun a insisté sur l’efficacité d’un tel concept pour raviver l’activité économique de pareille ville, tant dans la dynamique économique que le concept TOD prétend mettre en place, que par l’entretien de cette dynamique, par le fait de faciliter la circulation des individus et les échanges entre eux.

  • Conclusion

A l’issue de cette journée, plusieurs participants sont se retrouvés autour d’un verre, afin de poursuivre les discussions entamées lors de cette journée et d’envisager les pistes futures pour le développement de la coopérative IMUalpha.

 

Le programme de la journée du 29 Mai 2013

 »Outils et Méthodes de la recherche »

 

Journée de lancement IMUalpha

29 mai 2013

Amphithéâtre de la bibliothèque Marie Curie – INSA de Lyon

 

Programme

– 13h30 : Accueil

– 14h : Présentation IMU : Jean-Yves Toussaint

– 14h15 :  Raphaël Frétigny – Présentation IMUalpha – Triangle

– 14h30 : Introduction de la journée : Romain Sauzet – IRPhil

– 14h45 :  Pascale Nédélec – L’urbanité et la citadinité des outils conceptuels pertinents pour la recherche urbaine ?é  – Laboratoire IRG

– 15 h 25 : Athmane Fouil – Les exigences du terrain : étapes, questionnements et évolutions d’une enquête ethnographique – Centre Max Weber
– 16h00 : Pause 

– 16h15 : Présentation Ateliers expérimentaux IMUalpha : Henri Briche Triangle et Claire Révol – IRPhil

– 16h30 : Bilal Berjawi – UNIMAP – Detection, Integration and Correction Methods for Homologous – LIRIS

– 17h10 :  Yi Xun – Le concept TOD et l’espace urbain – CIEREC
– 18h00 : Conclusion