24 juin 2013 – intervention de R. Epstein + projection du film « 2 ou 3 choses que je sais d’elle » de J-L Godard (1966)

Construits à partir du milieu des années 1950 jusqu’aux années 1970, les grands ensembles sont aujourd’hui en chantier. Le programme national de rénovation urbaine y a engagé depuis 2003 des opérations de démolition-reconstruction pour remodeler l’urbanisme de tours et de barres qui caractérise ces quartiers. L’objectif du programme est double : il s’agit de détruire des formes urbaines jugées obsolètes et stigmatisantes, ainsi que d’en faire des lieux de mixité sociale.

L’objectif de la séance sera de revenir sur le destin de ces quartiers, afin de remettre en perspective les politiques de rénovation urbaine qui s’y déroulent et l’injonction à la mixité sociale.

 Le premier temps de ce séminaire sera ainsi consacré à l’intervention de Renaud Epstein qui présentera son ouvrage récemment publié sur La rénovation urbaine. Il sera discuté par Valérie Sala Pala, politiste spécialiste des politiques de peuplement.

Le second temps de ce séminaire verra la diffusion du film de Jean-Luc Godard, 2 ou 3 choses que je sais d’elle (1966). Ce film dresse le portrait d’une jeune mère de famille, habitant dans un grand ensemble de la région parisienne tout juste construit. Il sera présenté et discuté par Romain Sauzet, doctorant en philosophie.

3908443-0

Le programme de la journée du 29 Mai 2013

 »Outils et Méthodes de la recherche »

 

Journée de lancement IMUalpha

29 mai 2013

Amphithéâtre de la bibliothèque Marie Curie – INSA de Lyon

 

Programme

– 13h30 : Accueil

– 14h : Présentation IMU : Jean-Yves Toussaint

– 14h15 :  Raphaël Frétigny – Présentation IMUalpha – Triangle

– 14h30 : Introduction de la journée : Romain Sauzet – IRPhil

– 14h45 :  Pascale Nédélec – L’urbanité et la citadinité des outils conceptuels pertinents pour la recherche urbaine ?é  – Laboratoire IRG

– 15 h 25 : Athmane Fouil – Les exigences du terrain : étapes, questionnements et évolutions d’une enquête ethnographique – Centre Max Weber
– 16h00 : Pause 

– 16h15 : Présentation Ateliers expérimentaux IMUalpha : Henri Briche Triangle et Claire Révol – IRPhil

– 16h30 : Bilal Berjawi – UNIMAP – Detection, Integration and Correction Methods for Homologous – LIRIS

– 17h10 :  Yi Xun – Le concept TOD et l’espace urbain – CIEREC
– 18h00 : Conclusion

Journée de lancement – Objets et Méthodes de la recherche

Journée de lancement :

 

« Les techniques de la recherche urbaine : outils et modèles »

 

 

  1. 1.    IMU alpha : coopérative de la jeune recherche urbaine

IMU alpha est la structure du laboratoire d’Excellence IMU – Intelligences des Mondes Urbains[1] dédiée aux doctorants et jeunes chercheurs de la métropole Lyon Saint-Etienne. IMU alpha a pour vocation de constituer une coopérative, selon une dynamique s’inscrivant dans la pluralité scientifique, afin de permettre une production et une diffusion de savoirs urbains, qui puisse irriguer et nourrir la réflexion des scientifiques et des praticiens.

 

Ses objectifs sont les suivants :

–          Constituer un environnement de recherche urbaine mettant en œuvre la pluralité scientifique, en assurant notamment la diffusion et la discussion de travaux et d’expériences.

–          Permettre aux doctorants et jeunes chercheurs de conduire des projets de recherche de façon collective.

–          Favoriser des démarches innovantes et / ou expérimentales (participatives, etc.) de recherche, d’étude, permettant d’associer et d’impliquer les usagers, les professionnels, et, plus largement l’ensemble des acteurs du développement urbain (contribuer à la création de collectifs de recherche élargis associant jeunes chercheurs et acteurs extra-académiques, dans un souci de démocratisation de la production des savoirs).

En somme, la vocation d’IMU alpha est de permettre aux doctorants et jeunes chercheurs de mener et de participer à des projets collectifs.

Plusieurs projets sont déjà en cours de développement, ouverts à la participation de l’ensemble des doctorants et jeunes docteurs de la communauté IMU[2].

 

  1. 2.    Journée de lancement IMU alpha sur le thème :

« Les techniques de la recherche urbaine : outils et modèles »

 

Cette journée de lancement est programmée le 29 mai 2013 (le lieu sera précisé ultérieurement).

 

Ce rendez-vous sera consacré aux outils et modèles de la recherche urbaine. La présentation et la discussion de nos instruments de recherche aura pour vocation de partager nos expériences et d’interroger nos pratiques de chercheurs au-delà – et avec l’aide – des différentes perspectives disciplinaires, et, plus largement, d’alimenter les débats et de faire progresser la réflexion sur l’urbain.

 

Cette journée sera ainsi l’occasion de présenter la structure IMU alpha, les différents projets qui y sont développés ou qui pourraient l’être, mais aussi de faire se rencontrer et discuter doctorants, jeunes chercheurs, scientifiques et praticiens fédérés par le labex IMU.

 

2.1.              Appel à communication

 

« Quand il s’agit de ville, on croit toujours savoir de quoi l’on parle, mais c’est rarement de la même chose. »[3]

 

Aujourd’hui la forte diversité et la difficile articulation des approches disciplinaires de l’objet ville pose de nombreuses questions. La recherche urbaine semble aujourd’hui caractérisée par un éclatement de démarches scientifiques, qui rend difficile un dialogue commun. De fait, les différentes disciplines qui se saisissent de la ville ont développé des techniques de recherche spécifiques : instruments, méthodes, modèles, concepts… Il peut s’agir d’outils mathématiques, de réglementations juridiques et administratives, de logiciels statistiques ou cartographiques, mais également de méthodologies, ou même d’outils conceptuels, qui sont le plus souvent circonscrits à des cadres disciplinaires distincts.

 

Pourtant, si chaque champ disciplinaire a peu à peu constitué une approche originale et spécifique de l’urbain, ils se sont tous enrichis par l’utilisation ou, mieux, l’importation d’outils forgés au sein d’autres traditions disciplinaires[4].

 

L’objectif central de cette journée sera de créer le dialogue et de favoriser la confrontation disciplinaire à partir de la présentation et la discussion des outils par lesquels les chercheurs appréhendent l’urbain. La clarification des instruments de recherche, dont les contours sont trop souvent sous-entendus, vise à constituer le support d’un véritable dialogue, à même d’assurer la progression de chaque champ disciplinaire. La connaissance générale des principes fondamentaux, des hypothèses centrales, des possibilités et des limites des modèles et des outils d’autres champs disciplinaires, devrait alimenter la réflexion de chaque chercheur, que ce soit quant au positionnement de sa démarche et à la pertinence de ses résultats, qu’à la formulation de ses propres problématiques et questionnements.

 

Cette journée d’étude est ainsi pensée comme un espace où « les savants vont à l’école les uns des autres »[5], apprennent, traduisent et importent des méthodes et des prismes d’analyse. Dès lors, c’est tout particulièrement le rôle des jeunes chercheurs et des doctorants, encore à « l’école de la science », de développer ces rencontres.

 

Des contributions présentant et discutant l’utilisation d’un ou de plusieurs instruments de recherche pour appréhender le fait urbain seront bienvenues. Toutes les méthodologies et toutes les échelles d’analyse seront également considérées. Le champ ouvert est ainsi suffisamment large pour que des rencontres se produisent autour de thématiques variées.

 

Les propositions de communications provenant des doctorants et jeunes chercheurs dont les laboratoires sont affiliés à l’IMU seront privilégiées. Elles ne devront pas excéder 5000 caractères.

 

2.2.              Organisation de la journée

 

La journée sera organisée en deux temps :

 

–          Présentation du labex IMU et IMU alpha

–          Interventions d’environ 30 minutes (20 min de présentation, 10 min de questions / réponses), organisées en sessions.

 

L’entrée est libre et gratuite sous réserve d’inscription.

 

2.3.  Calendrier

 

Lundi 29 avril : date limite d’envoi d’une proposition de 5 000 caractères maximum à l’adresse suivante : imualpha@gmail.com

 

Jeudi 2 mai : réponse pour acceptation.

 

Vendredi 3 mai : envoi du texte ou du support de la communication, qui sera diffusé auprès des participants, sauf avis contraire du communicant. Ces documents pourront ensuite être valorisés dans une publication internet ou papier.

 

 

  1. Coordination IMU alpha

 

Mail central : imualpha@gmail.com

Sébastien Ah-Leung (EVS-ITUS) – sebastien.ah-leung@insa-lyon.fr

Raphaël Frétigny (Triangle) – raphael.fretigny@hotmail.fr

Romain Sauzet (IRPHiL) – romainsauzet@yahoo.fr

Chloë Vidal (EVS-IRPhiL) – chloe.vidal@logmail.net


[1]              Le labex IMU (http://imu.universite-lyon.fr/) est un dispositif de recherche et d’expérimentation centré sur la ville, l’urbain, la métropolisation et l’urbanisation. Regroupant un panel important de laboratoires spécialisés, aussi bien en sciences sociales qu’en sciences exactes, il a pour vocation à stimuler et développer des projets de recherche urbaine au sein de la métropole Lyon Saint-Étienne.

[2]       Parmi les projets en cours :

  •    La tenue d’une journée d’étude réunissant jeunes chercheurs et praticiens de l’urbain autour du thème du risque et de la connaissance, rentrée 2013
  •    La mise en œuvre d‘une série d’ateliers visant à croiser et confronter les perspectives disciplinaires autour d’un thème ou d’un concept, à partir de la rentrée 2013.
  •    L’organisation d’un séminaire transversal permettant aux doctorants et jeunes docteurs d’inviter des chercheurs à présenter un papier ou bien de faire discuter leurs papiers par des chercheurs confirmés.
  •    La mise en place d’un site internet servant de plateforme d’information et d’échanges.

 

Ces premiers projets n’excluent en rien de nouvelles  initiatives.

En outre, compte tenu de l’existence d’une demande d’expertise de la part de nombreuses institutions et entreprises, et de la            recherche de financements de thèse du côté des doctorants, il est envisageable qu’à moyen terme, IMU alpha puisse se développer     dans le sens d’une coopérative de recherche permettant la rencontre et le travail collaboratif entre ces deux communautés. Le               labex IMU, régulièrement sollicité pour réaliser des missions d’études ponctuelles, pourrait tenir un rôle de médiation important, en                 transmettant notamment des offres.

[3]                B. Lepetit, C. Topalov (dir), La ville des sciences sociales, Paris, Belin, 2001.

[4]                Les exemples abondent : l’économie hétérodoxe pour la science politique urbaine, la sociologie critique de Lefebvre pour les géographes, les outils cartographiques développés en géographie et mobilisés par les historiens…

[5]                G. Bachelard, Le rationalisme appliqué, Paris, PUF, 1970 (1949), p.23.

IMU alpha

Pour la mise en oeuvre de la pluralité scientifique autour de l’objet urbain :

– Présentation et clarification des apports par les différentes disciplines impliquées : concepts, instruments, données, indicateurs, critères…

– Favoriser l’émergence de projets communs : séminaires transversaux, ateliers de recherche…