CR – Agriculture urbaine et justice alimentaire : retours D’EXPÉRIENCES lyonnaises

Nous remercions le LabEx IMU et l’Ecole Urbaine de Lyon d’avoir soutenu financièrement cette journée, l’ENS de Lyon pour l’avoir accueillie et toutes nos intervenantes pour avoir accepté de venir partager leurs expériences et leurs recherches avec nous. Merci à Angélique Patole pour son appui technique efficace, à Ninon Briot pour la prise de notes et à Juliana de Noli pour les photos. Enfin, nous remercions les participant.es pour cette journée riche en échanges.

Présentation de la journée

MATIN

  • « Cultiver les friches à Detroit (Etats-Unis) » : un regard de géographe sur la justice alimentaire et l’agriculture urbaine à partir d’un exemple états-unien, par Flaminia Paddeu, maîtresse de conférences en géographie à l’université Paris 13
  • Présentation de l’association le Passe Jardins, par Sarah Mathé, coordinatrice de l’association, et Amélie, en service civique

APRÈS-MIDI

  • Présentation de l’association la Légumerie, par Françoise Marichy, co-présidente de l’association
  • Table-ronde
  • Visite de l’Oasis de Gerland, jardin partagé investi par  l’association la Légumerie

Animatrices et organisatrices : Amélie Deschamps (doctorante en géographie à Lyon 3 Jean Moulin, laboratoire Environnement Ville Société) et Alexandra Pech (doctorante en géographie et anthropologie à l’ENS de Lyon, laboratoire Environnement Ville Société)

Secrétaire de séance : Ninon Briot (doctorante en géographie à l’ENS de Lyon, laboratoire Environnement Ville Société)

  • Objectif de cette journée-atelier : réunir chercheur.ses et praticien.nes pour réfléchir ensemble au lien entre agriculture et justice alimentaire dans la région lyonnaise

Conformément à l’un des piliers de l’association de jeunes chercheur.ses IMUalpha qui consiste à faire dialoguer savoirs scientifiques et savoirs de l’action, cette journée s’articule autour d’une discussion entre praticien.nes de l’agriculture urbaine en région lyonnaise et chercheur.ses. En combinant éclairages théoriques, retours d’expérience et visite de terrain, cette journée-atelier contribue à éclairer un angle mort de la recherche française en étudiant différents projets d’agriculture urbaine de la région lyonnaise au prisme d’une notion encore émergente dans la recherche française, celle de justice alimentaire.

Croiser agriculture urbaine et justice alimentaire, c’est par exemple se poser les questions suivantes : Est-ce que l’agriculture urbaine peut contribuer à favoriser une alimentation de qualité pour tous.tes ? Si oui, comment ? Qui est potentiellement laissé de côté dans les projets d’agriculture urbaine existants ou en gestation ? En effet, on assiste dans les pays dits du Nord à un retour de l’agriculture en ville depuis le début des années 2000 environ, qui s’inscrit dans un contexte de remise en question du système agro-alimentaire dominant allant de pair avec la recherche d’une alimentation et d’une agriculture plus saine et plus respectueuse du vivant. Il s’agit d’interroger la dimension sociale de cet engouement pour l’agriculture urbaine, ou plutôt pour les agricultures urbaines, tant il en existe de formes différentes. Précisons à ce sujet que cette journée tourne principalement autour de la figure des jardins partagés en milieu associatif, ce qui est loin d’être représentatif de la diversité des formes d’agriculture urbaine. Cela s’explique par la difficulté que les organisatrices ont rencontrée pour mobiliser des acteur.rices du monde de l’entreprise et issues d’institutions, qui seraient venu.es enrichir la discussion.

  • « Cultiver les friches à Détroit» par Flaminia Paddeu (maîtresse de conférences en géographie à l’université Paris 13)

L’intervention de Flaminia Paddeu est revenue sur son enquête de terrain effectuée pendant son doctorat sur des mouvements pour la justice alimentaire dans des quartiers américains marqués par la crise urbaine. Détroit en particulier est marqué par un contexte de décroissance urbaine qui s’observe par une vacance foncière importante. Si ces lieux de la vacance ont le plus souvent été décriés comme faisant place à des activités indésirables, ce sont également des sources d’opportunités, notamment pour explorer des pratiques agricoles alternatives. Détroit compte ainsi 1600 jardins avec une production de 165 tonnes par an en 2009 (cela représente les besoins en fruits et légumes de 300 personnes pour un an). Ces jardins offrent une véritable opportunité pour des groupes d’habitant.e.s de lutter contre le désert alimentaire dans lequel il.elle.s se trouvent (quartier sans autre accès à des commerces alimentaires que les liquor store ou les supérettes des stations d’essence) et d’avoir accès à une alimentation d’une qualité nutritionnelle supérieure. La pratique de l’agriculture urbaine a également permis de reconfigurer l’environnement urbain local en agissant sur les mécanismes néfastes de la décroissance urbaine, notamment en recréant de la stabilité démographique, en luttant contre les pratiques illégales, en embellissant le quartier et en recréant des sociabilités de quartier. Ce mouvement pour la justice alimentaire a ainsi permis à des groupes d’habitant.e.s impliqué.e.s de se couper le plus possible du système alimentaire traditionnel et à valoriser des habitudes culinaires ethniques. Cependant, ces bénéfices socio-territoriaux de l’agriculture urbaine sont limités. Limités d’abord aux habitant.e.s effectivement touché.e.s, principalement ceux.elles impliqué.e.s dans les projets d’agriculture urbaine. De plus, ce mouvement n’agit qu’à une échelle très locale, ne remettant pas en cause les causes structurelles des injustices alimentaires. Enfin, l’accès au foncier et aux ressources reste marqué par des injustices avec l’accaparement des friches par une minorité, notamment par de nouv.eaux.elles arrivant.e.s mieux doté.e.s en ressources sociales, financières, culturelles…

  • Présentation de l’association le Passe Jardins, par Sarah Mathé, coordinatrice de l’association, et Amélie, en service civique

L’intervention du Passe Jardin a été l’occasion non seulement de présenter les différents projets de jardins partagés que mène l’association mais également de donner un aperçu de l’histoire des jardins partagés dans la région lyonnaise et de leur vocation sociale.

Le Passe Jardins est une association créée en 1998 avec pour vocation de soutenir l’émergence de jardins partagés de la région Auvergne-Rhône-Alpes portant explicitement les valeurs suivantes : mixité sociale et culturelle, appropriation de leur cadre de vie par les habitants, entraide, insertion sociale, respect du vivant et plaisir de faire.

En plus de soutenir des jardins partagés sur le plan logistique, le Passe Jardins possède aussi un centre de ressources à disposition des éventuel.les porteur.ses de projet.

Pour ce qui est de sa définition, un jardin partagé est créé et entretenu par les habitants d’un quartier. A la frontière entre jardin privé et public, il a le plus souvent une vocation multiple : production alimentaire (légumes, fruits, plantes aromatiques), création de lien social et d’un lieu de récréation. Les jardins partagés sont issus historiquement des jardins ouvriers, qu’on appelle aujourd’hui jardins familiaux, créés à la fin du XIXème par l’abbé Lemire afin de permettre aux ouvriers d’avoir accès à une production domestique en fruits et légumes. Plus tard, à la fin du XXème siècle, des jardiniers français s’inspirent du développement de jardins partagés à partir de friches aux Etats-Unis et créent de retour en France un réseau national de jardins partagés, le Jardin dans Tous ses États, qui revendique le « droit de tous à un jardin ».

Aujourd’hui, le Passe Jardins soutient différents types de jardins collectifs : jardins familiaux, jardins d’insertion, potagers scolaires, jardins éphémères ou encore jardins adaptés aux personnes à mobilité réduite.

  • Présentation de l’association La Légumerie, par Françoise Marichy, co-présidente de l’association

Toujours dans la sphère associative, la Légumerie se définit à la fois comme un projet d’agriculture urbaine et un projet d’économie sociale et solidaire axé autour du jardinage et de la cuisine collectifs. Créée depuis 2011, l’association a investi l’Oasis de Gerland, jardin partagé situé en face des bains-douche municipaux à Gerland (7ème arrondissement). Sur cette ancienne friche industrielle implantée à proximité directe de la Cité Jardin (cf. photos en fin de compte-rendu), la Légumerie a créé un jardin géré collectivement avec les habitants et en collaboration avec des structures locales telles que des collèges, des centres sociaux ou encore des EHPAD.

La participation des habitant.e.s est au cœur de ce projet qui met la convivialité au centre de ses priorités. L’association organise régulièrement des ateliers de cuisine participative dans différents quartiers de Lyon et en banlieue. Les repas partagés sont confectionnés à partir des récoltes du jardin et de produits issus de l’agriculture biologique et cultivés dans un rayon de 50 kilomètres autour de Lyon.

A noter la forte dimension pédagogique de ce projet qui permet aux habitant.es de (re)découvrir des connaissances et savoir-faire culinaires et agricoles. Ce lieu fait la part belle aux enfants, Françoise Marichy soutenant que l’accès au jardinage des très jeunes enfants est une clé pour favoriser l’envie d’une alimentation plus saine et durable, en favorisant l’apprentissage par les pairs et en évitant les injonctions.

  • Table-ronde

La journée-atelier s’est terminée par un temps de table-ronde qui a duré une bonne heure pendant laquelle participant.e.s et intervenant.e.s ont échangé sur les différentes présentations de la journée. Parmi les nombreux sujets de conversation qui ont été abordé, nous relevons un certain consensus en ce que l’agriculture urbaine ne nourrira pas les villes. Pour les participant.e.s, l’objectif est ailleurs : il s’agit de créer des zones de fraîcheur en ville, d’améliorer le bien-être des habitant.e.s par la végétalisation de la ville ou encore de participer à la préservation de la biodiversité. Un des thèmes centraux qui a été également abordés est la question du lien social, l’agriculture urbaine étant vue comme une opportunité pour recréer du lien entre les gens, mais aussi entre les gens et leur alimentation. Enfin, la conversation a pu bénéficier de regards étrangers avec un partage d’expérience sur le Brésil et un sur le Mexique.

  • Quelques pistes de réflexion

Le Passe Jardins et la Légumerie, deux acteurs associatifs centrés autour des jardins partagés, paraissent des outils intéressants pour développer davantage de justice alimentaire, en tentant de favoriser la mixité sociale, culturelle, générationnelle dans leurs projets. Cependant, selon les intervenantes de la journée, il existe une difficulté à fédérer durablement les habitant.es autour du projet, notamment dans les quartiers les plus défavorisés, pour des raisons qui restent à éclaircir (manque de temps, d’intérêt ?). De plus, les jardins restent inégalement distribués sur le territoire de la métropole lyonnaise : malgré l’impulsion donnée par certains bailleurs sociaux pour la création de jardins partagés, ceux-ci restent sous-représentés dans les quartiers au plus faible niveau de vie.

  • Retour en photos sur la visite de terrain (photos de Juliana de Noli)

La fin de journée a été consacrée à une visite du Jardin de l’Oasis de Gerland, situé dans le sud du 7ème arrondissement de Lyon.

Anciennement appelée « La Réserve » et gérée par l’Atelier des Friches, l’Oasis de Gerland est un espace jardiné de 1600m2 coordonné par la Légumerie. Dès qu’un jardinier est présent, le jardin est ouvert à tous.
Pour nous rendre au jardin en partant de l’ENS, nous avons traversé la Cité Jardin qu’on voit au deuxième plan sur la photo. Située au sud du quartier Gerland, elle se caractérise par de petits immeubles de logements sociaux aux loyers bas. Ce projet voit le jour en 1924 : les architectes se sont inspirés de principes hygiénistes pour créer des ensembles qui laissent une véritable place aux espaces verts et aux espaces ouverts. Le jardin est quant à lui installé sur une ancienne friche industrielle, c’est pourquoi les plantations à vocation alimentaire se trouvent dans des bacs surélevés qui ont été remplis de terre végétale afin que la pollution des sols ne contamine pas la production.
Le jardin de l’Oasis n’est pas uniquement un espace agricole urbain, il se présente aussi comme un tiers-lieu ayant vocation à accueillir d’autres activités ou expériences comme c’est le cas de la Tiny Box construite par l’association La Manufacturette et présente depuis quelques mois. C’est une micro-maison qui se présente comme un laboratoire de l’habitat durable. Un espace tipi est également en cours d’aménagement pour les enfants.
La visite du jardin a été guidée par Gilles, animateur en service civique de l’Oasis. Il nous a présenté l’histoire du jardin ainsi que ces différents espaces et les différentes plantations qu’on y trouve.
Le jardin est partagé en plusieurs espaces : un abri propose un lieu de convivialité, une zone de culture, un espace de plantes médicinales, et ici en photo, un espace de prairie sauvage avec des hôtels à insectes,… Le jardin combine ainsi plusieurs finalités : alimentaire, sociale, préservation de la biodiversité, etc…

Bibliographie complémentaire

Événement à venir autour de la justice alimentaire

Projet pédagogique axé autour de la justice alimentaire

Version PDF du CR : 

CR journée IMU alpha Agriculture urbaine et justice alimentaire – mai 2019 en PDF

Amélie DESCHAMPS & Alexandra PECH


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.