Compte-rendu – « La qualité urbaine en débat »

Dans le cadre du second Atelier Expérimental organisé par la coopérative de recherche IMUalpha, le thème proposé fut de celui de la Qualité Urbaine.

Ce compte rendu a été réalisé par Fabien Mazenod, Laëticia Mongeard et Romain Sauzet.

Conférence Alessandra Capanna

La  »Carta per la Qualità » du nouveau plan régulateur de Rome. Dépasser le concept de contrainte pour la qualité urbain

La  »Carta per la Qualità » – avec illustrations

La  »Carta per la Qualità » est un document cartographique pour la gestion du Nouveau Plan Régulateur de Rome.

Il ne s’agit pas d’un document strictement règlementaire et prescriptif (imposant des contraintes et des dispositions), mais d’un document qui fournit des critères, des indications et des règles de comportement pour la réalisation des projets de construction dans la ville. A partir de l’exigence de qualité de la part de la collectivité, la Carte a comme objectif le respect de la qualité diffuse, déjà présente sur le territoire, qu’il faut valoriser avec des projets urbains et architecturaux.

La Carte pour la Qualité (CpQ) est un guide, un instrument dynamique destiné à être mise à jour continuellement. Elle est construite comme un système d’information géographique (SIG) dans lequel confluent les nombreuses œuvres (objets) de qualité du territoire communal. Bâtiments historiques, zones archéologiques, architectures modernes et contemporaines composent une carte géo-référencée. Pour la ville contemporaine elle a été élaborée par un groupe d’architectes réunis dans le Laboratoire QART (acronyme pour : Qualité ARchitecture Territoire) : c’est un laboratoire de recherche de la Faculté d’Architecture de Rome « La Sapienza » pour l’étude de la Rome Contemporaine, qui traite des questions liées à la ville avec un attention particulière aux questions de maitrise d’œuvre.

Le nouveau plan régulateur de Rome adopte ce nouvel outil – le CpQ – afin de poursuivre l’objectif de qualité urbaine à partir de la connaissance de l’existant dont l’étude et le catalogage des édifices récents des tissus urbains périphériques, auxquels la loi de protection du patrimoine historique ne sera probablement jamais appliquée.

(pour accéder à une restitution des discussions, cliquez sur le lien suivant ) : Discussions autour de l’intervention d’Alessandra Capanna

 

Atelier Expérimental :  La qualité urbaine


Présentations


Après une introduction de la demi-journée par Claire Revol (IRPhil), co-organisatrice des Ateliers Expérimentaux, et le rappel des objectifs de cette modalité originale de recherche, l’après-midi de présentations et d’échanges a débuté.

(vous pouvez accéder au power point et texte des intervenants en cliquant sur le lien bleu. Vous pouvez également retrouver les résumés des présentations en cliquant sur le lien suivant : Résumé des Présentations)

 

Synthèse de la Discussion

  • La Qualité Urbaine est une notion piège, puisque comme l’a rappelé Claire Revol, personne ne voudrait s’opposer à la qualité. Pour autant, en étant introduite dans de nombreux documents d’urbanisme, la Qualité Urbaine induit une certaine compréhension du concept.

  • Derrière ce concept se cache une tentative d’objectiver la qualité, c’est-à-dire de réduire celle-ci à un ensemble de critères et de catégories sensés saisir l’existence humaine dans l’espace urbain. La tentative d’intégrer des dimensions sensibles passe par la mesure (lumières, sons, odeurs etc), en quantifiant la qualité, au détriment de ce qui en fait une qualité vécue propre à un investissement affectif de l’individu. 

  • Ce qui est frappant est l’utilisation de la Qualité Urbaine comme un outil marketing, susceptible de hiérarchiser les différentes villes qui tentent cette démarche à l’aide de critères communs. Paradoxalement l’effort de distinction revient à une homogénéisation de fait. Et ce faisant la ville se réduit à son image.

  • Il faudrait faire un inventaire de ces différents critères de la qualité urbaine et leurs évolutions (comme on évalue les tendances d’une mode), afin de voir en quoi ils manquent un certain nombre de réalités. Ce faisant, il sera possible de saisir à sa juste mesure la partialité et la limite de telles conceptions, et ne pas réduire la qualité aux images (œuvre d’art, esthétisation de la ville, mode de vie) qu’on peut en donner.

Discussions

L’intérêt des Ateliers Expérimentaux réside principalement dans les longues discussions que nous pouvons avoir à la suite des présentations. Nous nous sommes donc efforcés de restituer le plus fidèlement possible les interventions des différents participants.

Pierre Ageron propose une ouverture de la discussion en mettant en avant la proclamation de la qualité de vie par la production d’images.

On observe la diffusion de modèles stéréotypés dans les politiques urbaines tels que  »le rêve de la ville tram » (Jacques Donzelot). Le tram passe ainsi de l’utilité fonctionnelle à un reflet de la (post)modernité de la ville.

La qualité de vie semble donc correspondre à la diffusion d’un modèle mondialisé, qui se diffuse également en Amérique du Sud et en Asie. Ce n’est donc plus un effet de distinction, mais plutôt un signe d’appartenance à un club, ce qui renvoie à un « effet de club » (Eric Charmes). La ville est alors le fondement même d’un modèle de mondialisation très puissant.

Le discutant, Guillaume Faburel, propose de considérer une sorte d’impensé que seraient les différentes catégories mobilisées pour la qualité de vie. La question de la qualité urbaine relève de l’esthétique et de la poétique mais aussi du politique et cela renvoie aux catégories d’analyse. Il est important de savoir d’où partent les réflexions et où elles vont.

Le problème central est ici une question politique, et pas seulement descriptive. Politique, car la notion de qualité de vie relève d’un véritable choix, dont on prend conscience notamment dans les situations de conflits et de réactions infra-politiques (type réactions des habitants, à l’égard de l’homogénéisation). La qualité urbaine serait une construction du politique pour le politique et correspond à une standardisation généralisée de la ville elle-même.

Ce choix de politique publique s’inscrit dans une logique d’attractivité dans un contexte de mondialisation. La qualité de vie est un récit imposé, à distinguer du bien-être derrière lequel il y a un individu qui réarme sa capacité à agir. Tandis que la qualité de vie se voudrait plus objective, le bien-être renverrait à un rapport au monde.

La qualité de vie peut apparaître comme un outil néo-politique : il faut bien attirer, il faut bien se métropoliser (selon l’injonction mondialisée). La qualité urbaine serait une nouvelle prophétie déjà réalisée, prenant la suite de la doxa environnementale déjà présente dès les années 1960. Ceci renvoie à un autre champ d’impensé : quelle est la puissance généralisante, transnationale, de cette esthétique, de cette poétique, de cette politique? Quels sont les savoirs de gouvernements qui proposent d’interpréter la  »boîte à outils » par le biais de la qualité ? Une première réponse serait les savoirs logico-formels, l’image, c’est-à-dire une distance à l’égard de ce dont il est question. Le retour de ces modèles qui constituent une véritable épistémé : le retour de l’architecture dans les politiques urbaines.

On peut se demander ce qui est aujourd’hui légitime dans les discours sur l’urbain.

Pour finir, Guillaume Faburel propose aux trois intervenants de répondre à la question : d’où partez-vous, quelles sont les catégories d’analyse, les champs conceptuels propres à chaque travail ? Il ne s’agit donc pas de réfléchir sur la méthode mais sur ses présupposés théoriques, sur ce qui fait que leur sujet est déjà très orienté.

Nicolas Chausson met en avant l’intérêt des critères de qualité de vie qui permettent de réinterroger un certain nombre de présupposés, notamment la notion de conflits. On constate différentes vies la nuit, des possibilités de friction du fait d’usages opposés en un même espace. La qualité de vie permet de réinterroger la notion de conflit et de se demander quelle nuit on veut pour l’avenir. Un premier questionnaire avait été utilisé sur « qu’est-ce que la qualité de vie la nuit ?» pour observer les réactions face à la notion de « qualité de vie ».

Fabien Mazenod revient sur le contexte de sa réflexion. Partant de zéro sur la qualité urbaine, avec pour bagage une pratique de l’étude des formes urbaines, il a proposé un simple état des lieux en s’intéressant aux formes produites et aux textes-sources, tout en sachant que cela exclue beaucoup de choses. C’est donc un état des lieux du « commun » pour qualifier la notion de qualité urbaine qui fut présenté. Qui produit ces textes-références ? il s’agit de clarifier qui sont les différents acteurs de la qualité de vie à travers les chartes urbaines, le discours politique, etc.

Pour Claire Revol, la qualité de vie permet d’interroger le processus d’homogénéisation qui est véhiculé dans la politique urbaine. C’est une notion intéressante, puisqu’elle rassemble des choses contradictoires et pose le problème suivant : comment, à partir de la volonté de se distinguer, on aboutit à une homogénéisation ?

Selon Pierre Ageron, l’homogénéisation crée de la distinction par la marge, une marge limitée, qui s’inscrit dans un régime prédéfini de visibilité. Comment les acteurs peuvent-ils se singulariser, alors que la distinction se fait à l’intérieur de classement ? Ils souhaitent se singulariser afin d’être visibles.

Pour Guillaume Faburel, il s’agit d’un faux paradoxe. Un exemple en est le cas de l’authentique qui est devenu un objet de marché, comme pour le vin. Au début, la distinction se faisait par la marque de fabrique, les labels, les appellations. Puis, puisque tous les vins disposent d’une appellation, on voit arriver une nouvelle échelle de valeur, concentrée autour du goût  »fruité », c’est-à-dire autour de sensations gustatives qui sont suscitées par chaque vin individuellement. Ceci dans un cadre normé, à partir d’un ensemble de catégories déjà convoquées. Cela renvoie à la dialectique, à l’unité des contraires.

Comment penser alors une singularité qui ne soit pas seulement une valorisation marchande ? Le  »bien-être » permet peut-être de fournir une alternative, en se focalisant sur l’idée de corps situés dans un espace singulier. Il porte également la notion d’engagement dans le commun, dans l’entre-deux…

Romain Sauzet soulève alors une question : A force de produire des taxinomies de la qualité qui se veulent objectives et applicables dans tous les cas, en quantifiant de la sorte la qualité, en la cumulant, n’en perd-on pas la notion, au profit d’une catégorie descriptive classique ? On peut revenir à la notion de qualité en philosophie, notamment chez Aristote pour qui la qualité définit ce qu’est la chose, ce qu’on peut lui attribuer, ce qu’est cette chose précisément (et pas une autre chose). Parler de la qualité d’un lieu ou d’une situation ne revient donc pas à évoquer des critères objectifs mais plutôt à essayer de définir ce qui fait sa spécificité : en quoi cette place est une place particulière et unique plutôt que quels éléments la composent.

Claire Revol se demande si l’on n’assiste pas plutôt à un effet de pendule avec une 1ère phase d’homogénéisation, puis une phase de résistance, suivie d’une phase de singularité puis à nouveau une tendance à s’homogénéiser, etc.

Il est frappant de voir que les idées de la pensée urbaine des années 1960 sont toujours pertinentes, un exemple en est « l’espace abstrait » de Lefebvre. On retrouve dans l’Histoire ce même processus homogénéisation – fragmentation – distinction.

Guillaume Faburel souligne que l’on observe cette évolution depuis les années 1970. Elle repose sur la puissance du symbolique et la qualité intervient aujourd’hui dans la quête de cette puissance.

Comme le propose Fabien Mazenod, on peut se demander si cette homogénéisation est vraiment contemporaine. L’histoire nous montre d’autres globalisations des formes telles que le boulevard haussmanien ou le forum romain…

Pour Pierre Ageron, il ne s’agit pas de la même échelle, ni de la même économie de marché, selon Guillaume Faburel. La ville est devenue le dernier lieu de la production du capital. La ville permet la concentration d’un capital dématérialisé, qui change de fonction dans la politique urbaine. C’est la construction politique qui est différente.

Alessandra Capana précise que le bien-être renvoie à la satisfaction de l’esprit et en cela il ne semble pas permettre l’homogénéisation.

Pour Guillaume Faburel, c’est en fait l’homogénéisation des imaginaires, ainsi on ne rencontre jamais l’imaginaire de « quitter la ville » dans les grandes stratégies urbaines. Les catégories interviennent aussi autour de la question de l’imaginaire.

Claire Revol propose de s’interroger sur la capacité d’individus satisfaits par les modèles proposés à répondre. Où est la subjectivité ?

Selon Xun Yi, La qualité urbaine est à comprendre par l’analyse du phénomène de l’urbanisme. Par exemple, dans les années 70, on encourageait le développement routier alors que maintenant le développement durable incite à changer de modèle (Exemple de la destruction des quartiers populaires du fait de la gentrification à Paris).

Chacun a une expérience différente et une image différente de la ville selon son expérience. Chacun crée ainsi son espace individuel dans un espace public, tous produisent une image différente. Pour autant, c’est la somme de ces images qui constitue une image globale.

Guillaume Faburel propose alors de se demander quelle a été la place de la qualité urbaine dans les autres séquences de l’urbanisme.

Dans les années 1960, la qualité était d’abord la satisfaction des besoins premiers. Aujourd’hui, elle ferait commun face à la dislocation. Parlait-on de « qualité » à l’époque ?

Claire Revol interroge la place de la critique issue des années 1970, déjà intégrée dans les Chartes et documents, qui coupe ainsi l’herbe sous le pied à la critique actuelle. Comment critiquer ces documents aujourd’hui, avec quel matériel ? Quels sont les critères actuels ?

Tout dépend des catégories d’analyse de la critique, selon Guillaume Faburel. On peut prendre l’exemple de De Certeau et sa « critique de l’ordinaire ». Le monde a complétement évolué dans son rapport à la ville au cours des 30 dernières années. Il faut remettre en traces.

Pour Romain Sauzet, il faut défendre l’idée de qualités urbaines : dans le contexte d’urbain généralisé (50% de la population mondiale vit dans des ensembles urbains), il y a des besoins, des comportements, et donc des demandes similaires aux quatre coins du monde : des besoins de loisirs, de connexion internet, de transport, etc. La qualité de vie n’est-elle pas alors là pour sanctionner, positivement, une attitude mondiale, une véritable demande, et donc être le vecteur d’un besoin d’homogénéité. Les critères de la qualité de vie ne seraient plus alors des moyens de détruire la singularité des lieux, mais plutôt de répondre à un besoin de libéralisation (au sens existentiel) des comportements ?

Ceci renvoie à l’impact du politique sur les comportements.

Selon Pierre Ageron, la qualité de vie correspondrait alors à une certaine tyrannie de l’opérationnel, et de la nécessité de répondre avec une boîte-à-outil préconçue. Comment faire dans la pratique ? La réflexion implique une réflexion théorique mais une boîte à outils est utile aux praticiens de la ville.

Toutefois, comme le souligne Guillaume Faburel, cela oriente beaucoup les pratiques. Le projet urbain est aussi une construction du politique dans son rapport au politique. Ce qui résiste, c’est l’infrapolitique.

Romain Sauzet précise qu’il est impossible de saisir la qualité de vie de chacun, ce qui laisse autant de marge de progrès.

Guillaume Faburel revient sur le fait que l’on sache déjà améliorer la « qualité de vie », un exemple est celui du bruit en ville, pour lequel on sait étalonner la sensibilité phonique des personnes. On perçoit l’orientation cognitive du référentiel de l’action. Et la métrologie environnementale est une science de la maîtrise.

Il est nécessaire de compliquer les notions dont s’est déjà saisie la politique par d’autres notions.

Romain Sauzet souligne qu’il faut aussi faire acte d’humilité, on ne peut avoir accès qu’à certains phénomènes.

Nathalie Caritoux  évoque un colloque sur l’infra-politique dont il ressortait un dilemme : malgré l’utilité de l’infra-politique pour faire émerger des problématiques pertinentes, on s’attend à ce qu’il y ait passage au politique pour que la revendication devienne action publique et c’est précisément ce qui est difficile (sans parler de la récupération possible : est-ce souhaitable ?). Ce qui permet le passage au politique étant identifié comme la possibilité d’avoir une parole publique construite et portée par un « leader ». Il n’y a plus de leader..

Guillaume Faburel s’appuie alors sur l’expérience d’un travail mené sur les conflits liés aux grandes infrastructures ferroviaires, qui lui permit d’aborder le « bien-être » des territoires. En constituant des groupes de discussion, en entendant les mécontents, émergea le bien-être comme commun, lié à un sentiment affectif d’appropriation.

Claire Revol revient sur le fait que les communs surgissent à l’occasion de grands projets d’aménagement ou de tout ce qui peut être perçu comme une menace (ex: le gaz de schiste). La situation cristallise, les gens veulent alors prendre leur place, compter. Le paradoxe est alors de savoir comment s’investir autrement que lorsqu’il y a une menace. Comment faire pour que cette construction se fasse autrement que dans l’opposition ?

Nathalie Caritoux souligne alors que ce fut le même processus dans le Larzac, la menace fait apparaître les leaders, puis le mouvement s’institutionnalise ( c’est ce qui fait l’émergence d’un mouvement politique selon Claire Revol); Guillaume Faburel rappelle que ces mouvements citoyens émergent alors que nous avons derrière nous deux siècles de démocratie délégative, ce qui explique ces tâtonnements.

 

 


2 réflexions sur « Compte-rendu – « La qualité urbaine en débat » »

  1. J’attire votre attention sur la tenue prochaine d’un colloque international pluri-disciplinaire organisé par EVS « BIEN-ÊTRE EN VILLE. REGARDS CROISÉS NATURE-SANTÉ » les 12 et 13 juin à Lyon.

    Cela est dans la continuité de notre journée où nous avons abordé les notions de qualité urbaine et de qualité de vie en ville.

    Un appel à communication est lancé. Toutes les infos : https://sites.google.com/site/bienetreenville/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *