Le vécu de l’urbain – 3 octobre 2014 – 14h Salle CH 206 – 18 rue Chevreul 69007 Lyon (2ème étage)

Le vécu de l’urbain

Le 3 octobre 2014 – 14h

Salle CH 206 – 18 rue Chevreul 69007 Lyon (2ème étage)

http://www.univ-lyon3.fr/fr/presentation/localisations/site-des-quais/

41.jpg508513085

Programme

14h : Accueil et présentation des ateliers expérimentaux 

14h15 – 16h00 : Exposés des participants 

Anna Caterina Dalmasso – Doctorante en Philosophie (Lyon 3 et Università degli Studi di Milano)

Pascal Ferren – Chargé de Mission au pOlau (Pôle des Arts Urbains)

Aksel Kozan – Doctorant en Histoire  (Science-Po Paris).

16h00 – 17h30: Débat

Avec Florent Chevreau – Urbaniste à l’EPA de Saint Étienne

Argumentaire Général

La recherche à l’intérieur d’IMU a pour ambition de préciser selon l’excellence scientifique qui la caractérise des catégories rationnelles susceptibles de décrire et d’interagir avec ce qu’elle désigne comme les mondes urbains. A ce titre, les humains qui évoluent dans ces mondes urbains en constituent le sujet principal, et sont en tant que tels, décrits par un ensemble de catégories abstraites générales  : les usagers, les administrés, les consommateurs, les acteurs, les habitants…

On voit bien ce qu’il y a d’insatisfaisant dans ces catégories : si elles permettent de se représenter avec plus de simplicité de grands ensembles d’individus hétérogènes, étape que toute enquête rationnelle doit nécessairement affronter, elles ne peuvent décrire toute la réalité complexe de l’existence à l’intérieur d’un espace urbain.

C’est précisément sur les multiples dimensions de ces différentes existences que nous voudrions porter notre attention, afin de comprendre en quoi l’expérience humaine de ces mondes urbains traverse de part en part ces différentes catégories, alors même que ces dernières ont du mal à la saisir. L’expérience humaine n’est donc pas une réalité détachée de ces catégories à prétention objective, et il apparaît nécessaire de devoir la penser, dans sa spécificité.

Ce vécu de l’urbain nous semble particulièrement intéressant, notamment lorsqu’on tente de le confronter à l’évolution des mondes urbains et aux changements récents de conditions de vie : la densité de population (augmentation de le population), la coprésence de fonctions urbaines (la ville intelligente), la pression sanitaire (pollution, bruits,…), etc. Il importe d’envisager ces réalités non seulement comme des changements objectifs, mais également comme des situations créant, ou à tout le moins, faisant évoluer, les expériences individuelles.

Ces changements sont précisément ceux sur lesquels les praticiens de la ville travaillent. Les sciences urbaines sur lesquelles ces derniers s’appuient tendent à ne plus considérer l’expérience humaine comme une variable négligeable, en ce qu’elle serait susceptible de s’adapter à toute nouvelle situation bien pensée au préalable. Au contraire, elles essaient d’anticiper les conséquences des nouveaux projets urbains, en tentant de les faire s’accorder avec les dynamiques d’usages et les habitudes humaines, en tentant de produire des espaces qui au-delà de leur utilité fonctionnelle, soient à la mesure de ceux qui vont y vivre.

Pour autant, les conceptions pour saisir ce vécu sont hautement problématiques, puisqu’elles doivent éviter deux écueils. En premier lieu, ne pas tomber dans une tentative de catégorisation analytique et exhaustive des différents usages, qui finalement exclut le contenu de ces expériences au profit d’une description seulement externe. A l’inverse, il s’agit également de dépasser une analyse seulement contextuelle, dont la portée ne vaudrait que pour un ici et maintenant.

A partir de la question :  »qu’est-ce que cela fait de vivre dans de tels espaces urbains ? », nous voudrions donner la possibilité aux disciplines qui travaillent sur ce vécu de préciser leur vocabulaire et les concepts spécifique à leur tâche lorsqu’elles tentent se faisant de saisir la pleine subjectivité de ce type d’expérience. Que ce soit au niveau des émotions, de l’imaginaire, du sensible, ou à un niveau existentiel, il s’agit de prendre en compte dans ces changements urbains ce qu’ils impliquent au niveau du vécu humain individuel, afin d’éviter que des décisions sous prétexte d’objectivité n’entraînent de conséquences violentes et contraire à ce qu’on pourrait concevoir comme une bonne expérience de l’urbain.

Pour résumer ce court argumentaire, tout l’enjeu problématique de l’atelier proposé sera donc le suivant : comment une approche rationnelle peut-elle se saisir de cette expérience subjective qu’est le vécu de l’urbain, comment peut-elle dire quelque chose dessus ?

Au travers de cet atelier, nous espérons parvenir à clarifier les moyens par lesquels il est possible de saisir l’expérience subjective au sein des études urbaines, afin de mieux envisager, ou en tout cas mieux délimiter, la tâche et les prétentions de la recherche objective sur les mondes urbains.

Résumé des Présentations

Anna Caterina Dalmasso :

De plus en plus l’expérience de la ville se produit à travers les dispositifs optiques et mobiles, et notamment par le biais des écrans et des images que ceux-ci nous présentent, tant du côté des services et des modes de gestion que de la perception individuelle de l’environnement urbain.

Je me propose d’aborder le vécu de la ville à partir du contact avec les images qui nous la présentent ou qui prétendrait la représenter.

J’entends développer cette analyse en deux volets :

  • examiner le point de vue que l’on porte sur l’espace de la ville, notamment grâce aux applications et aux logiciels de géolocalisation, tout en repérant les racines d’une telle esthétique de l’espace dans la théorie de la perspective et de la représentation cartographique.

  • esquisser les changements en acte dans la temporalité propre à la médialité contemporaine (de la télévision au web social), en tant qu’elle constitue le principal filtre de notre perception de l’environnement urbain.

Pascal Ferren :

Zonant, classant, optimisant les espaces, d’abord pour une ville plus saine, puis pour une ville plus fonctionnelle, les urbanistes de la Charte d’Athènes ont pourtant, et ceci depuis des dizaines années, rencontrés l’objection que le réel oppose à leur « machine à habiter » : faillite des Grands Ensembles, désertification des Villes Nouvelles… Les êtres urbains semblent toujours plus imprévisibles. Les urbanistes s’intéressent alors aux alternatives méthodologiques possibles, et déplacent progressivement leur regard depuis les fonctions de l’urbain, vers les qualités de l’urbain, vers la manière dont on vit la ville. Cela pose pourtant des questions méthodologiques majeures : comment saisit-on le vécu de l’urbain ? Aux approches scientifiques, aussi humaines soient-elles, le vécu semble toujours échapper, juste devant la main.

Nous sommes parallèlement convaincu que les approches artistiques du territoire, assumant leur subjectivité, sont autant de pistes possibles pour redonner de l’allant à la discipline de l’aménagement. Approches sensibles, pluri-sensorielles, narratives, scénographies, expériences d’imagination, ateliers utopiques inventent des manières de comprendre et transmettre quelque chose comme le « vécu de l’urbain ». Il convient aujourd’hui de les crédibiliser, d’en montrer les formes de rationalité et d’opérationnalité, notamment par le travail sur la sensibilité et l’imaginaire, pour poursuivre efficacement leur intégration dans la boite à outils de l’aménageur.

Aksel Kozan :

L’expérience métropolitaine induit un rapport aux corps dont Georg Simmel ou Walter Benjamin ont très tôt pensé la nouveauté. Trajectoires discontinues, cadences synchronisées, proximité physique et dispositifs de gestion des masses témoignent entre autres de la métropole moderne comme « fabrique » du corps. Parallèlement, les aventures du rôle social et émancipateur de l’art en milieu urbain ont pu permettre un élargissement de la notion de paysage, susceptible de rapprocher celui-ci de ce que W. Benjamin appelait une « illumination profane ». Cette intervention s’attachera donc à étudier les chocs et les paysages en que figures de l’urbain, à partir d’exemples tirés de la géographie urbaine et de la littérature et en développant ces notions à la lumière de pratiques et d’appareils contemporains.

 

Contact des référents de séance : Romain Sauzet romainsauzet@gmail.com

Proposition – AE – Le vécu de la ville

 

http://www.univ-lyon3.fr/fr/presentation/localisations/site-des-quais/


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *