Ateliers Expérimentaux – Présentation

Ateliers Expérimentaux – IMUalpha

Formation doctorale : D18

Programme des Ateliers Expérimentaux 2017 (4e saison)

Mondes Urbains : comment articuler les multiples disciplines scientifiques ?

 

Déroulement Type d’un Atelier Expérimental

=> Partie 1

– Présentation des Ateliers ;

– Introduction thématique de la séance ;

– Trois présentations jeunes chercheurs + Questions spécifiques ;

=> Partie 2

– Reprise du discutant : ouverture de la discussion ;

– Discussion sur la thématique générale ;

– Clôture.

1. Argument
Dans le cadre de la structure IMUalpha, les Ateliers Expérimentaux ont pour ambition de questionner l’urbain en mobilisant une pluralité d’approches scientifiques de manière transversale. Ils ont pour vocation de constituer un espace de réflexion et de discussion collective sur les questions urbaines en sciences humaines et sociales, en sciences exactes et sciences de l’ingénieur, afin de réfléchir aux conditions de la production de savoirs sur l’urbain.

Le constat que nous dressons de la recherche urbaine en Rhône-Alpes est paradoxal : alors que le LabEx IMU rassemble la plupart des disciplines manifestant un intérêt pour les mondes urbains, la recherche urbaine est traversée aujourd’hui par une tension forte entre segmentation disciplinaire et l’existence de points de contact particulièrement fructueux. Alors que la pluralité d’approche scientifique est jugée nécessaire dans les sciences urbaines, il manque encore un espace d’échanges permettant de faire dialoguer les différentes perspectives de recherche urbaine pour les jeunes chercheurs. Ce manque est d’autant plus ressenti par les jeunes chercheurs qui se forment dorénavant avec cette exigence d’une pluralité d’approche scientifique.

Les Ateliers Expérimentaux en Sciences Urbaines ont pour vocation de répondre à cette exigence en proposant un lieu d’échanges et de réflexion collective sur les questions urbaines, animés par de jeunes doctorants, docteurs et chercheurs en sciences urbaines. C’est un projet de réflexion collective des doctorants sur leurs méthodes et objets d’investigations. Il doit permettre aux jeunes chercheurs de se familiariser avec la pluralité d’approches scientifiques, qui est une condition de la production du savoir pour la nouvelle génération. L’objectif est de lutter contre l’éclatement des projets et des réflexions autour de l’analyse urbaine et de favoriser le dialogue entre les différentes perspectives disciplinaires. Il ne s’agira pas de produire une théorie totalisante de la ville et de la production urbaine, mais davantage d’essayer de comprendre quelles sont les conditions de la mobilisation de savoirs et de théories hétérogènes dans l’analyse et la compréhension des phénomènes urbains.

Il s’agit de se confronter directement aux difficultés de cette pluralité d’approches scientifiques par l’atelier-recherche, et de provoquer des débats. Le débat permet d’amener les participants à s’interroger sur leurs postures disciplinaires respectives tout en évitant de créer des compromis superficiels. .

Il est important de préciser que notre démarche est expérimentale, dans le sens où nous ne nous soucierons pas des résultats immédiats mais où le souci sera principalement réflexif. Nous tenons un carnet de recherche pour garder une trace des débats, récapituler nos réflexions et en tirer des conclusions quant à nos objets de recherche et méthodes d’investigation respectifs.

Ce projet scientifique comporte donc deux dimensions complémentaires:

  • les séances de l’atelier permettent la mise en place d’une arène de discussion et de débat permettant aux jeunes chercheurs de profiter d’une atmosphère intellectuelle constructive. Chaque séance se développe autour d’un thème abordé suivant plusieurs perspectives disciplinaires

  • la production de compte-rendu : permettant une démarche réflexive sur ces débats à partir de la synthèse des séances. Ce carnet de recherche se tiendra sur le blog d’IMUalpha : http://imualpha.hypotheses.org/

2. Les rôles

D’une durée d’au minimum 3h, chaque séance de l’atelier abordera un thème général (ex: la qualité urbaine ; la place des animaux ; l’usage de l’énergie ; etc.) qui constituera la trame de fond de l’Atelier.

=> Chaque séance nécessite ainsi différents rôles :

  • Un(e) organisateur(trice) de séance qui rassemble les trois jeunes chercheur(e)s (maximum) de disciplines les plus éloignées possibles autour d’un thème. Ces trois jeunes chercheurs sont invités à fournir un exemplaire écrit de leur présentation le jour de la séance aux organisateur(trice)s afin de nourrir le carnet de recherche (même s’il s’agit d’un travail en cours ou préparatoire). 

NB : l’un des jeunes chercheurs peut-être l’organisateur(trice)

  • Un discutant, qui aura avant tout le rôle de reprise des présentations précédentes, de croisement, de synthèse, mais également un rôle de modération ainsi que de relance des débats via une montée en généralité (du fait de son expérience scientifique) suite aux interventions des jeunes chercheurs. Le discutant peut-être un chercheur confirmé ou un praticien.
  • Un(e) secrétaire de séance qui prend en notes le débat pour le carnet de recherche.

  1. L’Atelier in situ :

=> Chaque séance se déroule en trois parties :

Partie 1 : Déroulement de l’Atelier

  • Une courte introduction formelle de la séance par l’un des responsables des Ateliers Expérimentaux et rappel formel du statut de formation, etc.

  • Une courte introduction scientifique (5 minutes maximum) : qui présente le thème, la raison d’être de l’atelier (le rôle de la pluralité scientifique pour l’objet discuté) et met en perspective les différentes approches ;

  • Les trois jeunes chercheur(e)s de disciplines différentes produisent une présentation courte (environ 20 minutes) sur le thème de la séance selon la perspective propre à leur discipline scientifique. Cet exposé sera réalisé de manière pédagogique, afin de présenter deux ou trois perspectives (en fonction des intervenants) sur une problématique liée au thème.

  • Chaque présentation est suivie de quelques questions, afin de permettre la précision de certains points spécifiques (5 minutes maximum). Le rôle des organisateurs de la séance sera d’éviter que des questions trop générales soient posées, et de les garder pour la seconde partie de l’atelier.

Partie 2 : Reprise et échanges

  • Cette partie est axée sur la discussion animée par le chercheur(e) ou praticien invité, dont le rôle est de confronter les approches présentées dans la première heure de l’atelier.

  • Elle est initiée par une reprise générale de la part du discutant. Il anime la discussion en fonction des éléments de la première heure. Il doit nous aider à élaborer des questionnements plus que de nous transmettre un contenu déjà élaboré. L’objectif est alors de discuter les apports des différentes approches disciplinaires, leurs différences et convergences, et plus généralement penser cet état de pluralité scientifique .

  • La discussion doit durer au moins autant de temps qu’il n’y en a eu pour les présentations (environ 1h30).

  • La séance est clôturée par l’un des responsables des Ateliers Expérimentaux, qui propose une courte synthèse, en tâchant de mettre en perspective l’Atelier tel qu’il vient de se dérouler, en le rattachant avec des séances passées et celles à venir.

Partie 3 : Le compte-rendu de l’Atelier

Le carnet de recherche est le rendu principal du séminaire : il sera inclus sur le blog d’IMUalpha. Il s’agit lors de chaque séance de rassembler les contributions et la synthèse du débat effectué par le secrétaire de séance qui identifie les questionnements principaux et restitue les débats. Cela permettra de mieux les formuler et de les discuter entre les séances de l’atelier.

Le compte-rendu devra comporter 

  1. Un résumé des présentations et de la reprise : que ce soit au travers de courtes synthèses ou en récupérant les documents visuels des intervenants.

  2. Un encart synthétisant les principaux points ou problématiques avancés au cours de la discussion : il ne s’agit pas d’indiquer seulement des résultats (mais s’il y en a, ils sont les bienvenus!), mais également des oppositions, des doutes, des problématiques, des questionnements, des thématiques associées, etc.

  3. Un compte-rendu des débats : (libre) : soit sous la forme d’une synthèse des différents points abordés (affirmations, oppositions, questionnements) ; soit comme restitution plus fidèle du court de la conversation ; sous une forme original, etc.

Les jeunes chercheurs interviennent en commentant le carnet de recherche et en engageant des réflexions : la séance continue ainsi après la séance. L’enjeu des comptes rendus est de mobiliser les jeunes chercheurs pour laisser advenir les questions qui constitueront la matière des séances suivantes. Il y a donc une souplesse dans l’organisation du séminaire qui peut évoluer à partir des enjeux identifiés dans le carnet. Le carnet est le fil directeur du cycle des ateliers qui permet de développer la réflexion dans la durée et la continuité, tout en gardant une trace écrite du cheminement du projet.

Responsables des Ateliers Expérimentaux pour IMUalpha
  • Octavie Paris, doctorante en Géographie à l’Université Lyon 3
  • Clémentine Périnaud, doctorante en Géographie à l’Université Jean-Monnet de Saint-Etienne.
  • Romain Sauzet, doctorant en Philosophie à l’Université Lyon 3

Contact : imualpha@gmail.com


Une réflexion au sujet de « Ateliers Expérimentaux – Présentation »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *