Archives de catégorie : Agenda

Atelier Danse(s) et mondes urbains – 24 janvier 2020

L’association de jeunes chercheurs IMUalpha organise un nouvel atelier le 24 janvier 2020 (14h-17h) sur le thème Danse(s) et mondes urbains (salle D8 009, bât. Buisson, ENS de Lyon, 15 parvis René Descartes, 69007 Lyon).

Cette séance vise à réfléchir à l’inscription dans l’espace urbain d’une pratique artistique, la danse. Que ce soit dans les pratiques individuelles, à l’échelle du corps ou au sein-même des chorégraphies, le fait de se rapporter à la ville crée un contexte particulier qui vient, nous en faisons l’hypothèse, influencer la pratique et la production artistique. Dans ces perspectives, la séance s’interrogera sur ce que la danse, sous toutes ses acceptions possibles, fait à la ville, elle aussi conçue comme un système complexe d’acteurs, de lieux, de pratiques et d’imaginaires. La danse peut aussi être étudiée aux marges de la ville comme participant à la définition de celle-ci.

Trois jeunes chercheuses viendront nous présenter leurs travaux puis s’en suivra une discussion autour du projet « Faire danser les murs » mené par la Compagnie du Subterfuge, projet chorégraphique et artistique.
 
Intervenant.e.s :
M. Chatelain, (EVS, Université Lyon 2) « Habiter la ville en danseur.se : quand l’intensité de la mobilité professionnelle impacte le rapport au territoire métropolitain des artistes de la danse lyonnais.es »
N. Gourland (Lab’Urba, Université Paris Est Créteil) « Ballerines de banlieue : la pratique de la danse classique dans les conservatoires de petite couronne parisienne »
M. Montagnat (Etudes rurales, Université Lyon 2) « Rural, urbain, porosités et circulations : la danse trad comme outil de réactualisation de catégories spatiales »
Compagnie du Subterfuge, « Faire danser les murs » : projet chorégraphique et photographique en milieu urbain invitant à la participation des habitants (http://ciedusubterfuge.fr/?page_id=1674)

Atelier expérimental – Réinvestissement des Marges – 19/06/2017 – Compte Rendu

Présentation de la séance

Concept à la croisée des sciences humaines, la marge nous apparaît d’abord dans le flou de sa définition : elle n’est en effet ni la périphérie ni la banlieue, ni l’arrière-pays ni la friche, tout en renvoyant pourtant à chacune de ces notions. Tout au plus peut-on dire, dans une première approximation, que la marge engage l’existence d’un système (spatial, moral, politique, économique) par rapport auquel elle diffère, rapprochant ainsi différents espaces à la fois au cœur et à l’extérieur de la ville. Comme le note Brigitte Prost (« Marge et dynamique territoriale », Géocarrefour, vol.79/2, 2004), la marge nous invite ainsi à une « géographie du négatif » dans laquelle l’analyse du système territorial passe moins par l’analyse de ses normes que par la prise en considération des « dysfonctionnements » que la marge trahit.