Archives de catégorie : Compte-rendu de séances

compte rendu des ateliers expérimentaux déjà passés, auxquels vous êtes invités à réagir pour poursuivre les échanges

Atelier expérimental – Réinvestissement des Marges – 19/06/2017 – Compte Rendu

Réinvestissement des marges –

Compte-rendu (CR AEX 19 juin 2017)

 

 


Atelier expérimental IMUalpha


« Réinvestissement des marges »
19 juin 2017

Présentation de la séance

Concept à la croisée des sciences humaines, la marge nous apparaît d’abord dans le flou de sa définition : elle n’est en effet ni la périphérie ni la banlieue, ni l’arrière-pays ni la friche, tout en renvoyant pourtant à chacune de ces notions. Tout au plus peut-on dire, dans une première approximation, que la marge engage l’existence d’un système (spatial, moral, politique, économique) par rapport auquel elle diffère, rapprochant ainsi différents espaces à la fois au cœur et à l’extérieur de la ville. Comme le note Brigitte Prost (« Marge et dynamique territoriale », Géocarrefour, vol.79/2, 2004), la marge nous invite ainsi à une « géographie du négatif » dans laquelle l’analyse du système territorial passe moins par l’analyse de ses normes que par la prise en considération des « dysfonctionnements » que la marge trahit.

La ville saturée et ses textes – Compte rendu

Le troisième atelier expérimental IMUalpha de l’année 2017 était consacré à « La ville saturée et ses textes ».

Il s’est déroulé dans le cadre de la journée d’études organisé par le laboratoire junior Spatialittés. L’atelier expérimental était suivi l’après-midi d’une rencontre avec l’écrivaine Anne Savelli, ouverte à tous les participants* (Programme détaillé de la journée – PDF).


Présentation :

Trafic saturé, saturation des quartiers centraux et même saturation de la banlieue… le terme saturation est omniprésent dans les discours sur la ville. Pourtant, c’est un terme qui n’est pas sans équivoque puisqu’il est emprunté à la chimie pour qualifier un état limite d’absorption ou de dissolution d’une substance dans une autre et impose ce faisant de penser un seuil d’urbanisation.

Dans le cadre des questionnements que nous développons au sein du laboratoire junior « SpatiaLittés » autour des rapports entre texte et espace, il nous a semblé intéressant d’interroger la pertinence du recours à ce terme de saturation à propos de la ville. Comme notion aux contours vagues, tout autant que comme objet de pensée complexe, il paraît se prêter idéalement au jeu de l’interdisciplinarité, questionnant à la fois l’expérience sensible à laquelle se livre le citadin, l’espace qu’il parcourt, et les différents textes qui en rendent compte. Cette journée d’études pluridisciplinaire se propose donc de considérer l’expérience sensible de la ville saturée en s’appuyant sur l’analyse des textes qui la décrivent et en interrogent ainsi les propriétés.

Continuer la lecture de La ville saturée et ses textes – Compte rendu

Atelier expérimental : Images et imaginaires des villes du futur

Images et imaginaires des villes du futur : penser la place du système productif

 

Le troisième atelier expérimental IMUalpha de l’année 2016 était consacré aux images et imaginaires des villes futures :

Affiche AEX_20_avril_2016

Présentation :

Séance organisée par Clémentine Périnaud et Damien Petermann

Intervenants :

  • Noémie Boeglin, doctorante en Histoire (EVS/UJM Saint-Étienne/ ENSASE)
  • Sylvaine Lobry, doctorante en Science politique (Triangle/IEP de Lyon)
  • Henry Dicks, post-doctorant en Philosophie (IRPHIL/Université de Lyon/IMU-VIBIOM)

Discutants : 

  • Kader Mokaddem, professeur de Philosophie et Esthétique, École d’art et design de Saint-Étienne
  • JeanClaude Paillasson, professeur de Graphisme, École d’art et design de Saint-Étienne

Compte-rendu :

Ce compte-rendu a été rédigé par Clémentine Périnaud et Damien Petermann.

Télécharger le compte-rendu au format PDF :   CR AEX 20.04.2016

Continuer la lecture de Atelier expérimental : Images et imaginaires des villes du futur

Compte rendu Atelier expérimental – Transports et infrastuctures

Transports et infrastructures.

Penser les infrastructures de transports entre jeux d’acteurs et conflits

 

Compte-rendu de l’Atelier Expérimental IMUalpha du 08/03/16

Télécharger ce compte rendu au format PDF :  pdf_icon

————-

PLAN du compte rendu :

  • PRÉSENTATION DE L’ATELIER
  • RÉSUMÉS DES PRÉSENTATIONS
  • 1 : Aéroport Notre-Dame-des-Landes : le rôle des mobilisations dans une situation de fortes tensions
  • 2 : Métropolisation des politiques des transports à Marseille et à Lyon : la puissance des coalitions
  • 3 : Stuttgart 21, un projet ferroviaire controversé au service de l’ambition métropolitaine européenne de la ville
  • DISCUSSION
  • Reprise de Caroline Gallez : Points communs aux trois interventions
  • Questions et éléments de réponse
  • CONCLUSION
  • THÉMATIQUES CENTRALES ABORDÉES

 

Continuer la lecture de Compte rendu Atelier expérimental – Transports et infrastuctures

Compte-rendu Atelier expérimental – Matérialité des déchets

Penser la matérialité des déchets

 

Compte-rendu de l’Atelier Expérimental IMUalpha du 13/05/15

Télécharger ce compte rendu au format PDF :  pdf_icon

PLAN du compte rendu : 

 

8 personnes dans le public

Organisation : Laetitia Mongeard, doctorante en géographie (EVS)

Intervenants :

Leïla Boudra, doctorante en ergonomie (Lyon 2, CREA-EVS) Jérémy Cavé, docteur en aménagement urbain (ENPC – LATTS) Fanny Verrax, philosophe, docteure en économie (EVS)

Discutante :

Nathalie Ortar (ENTPE), anthropologue, anime le séminaire, La Deuxième vie des objets avec Elisabeth Anstett.

Continuer la lecture de Compte-rendu Atelier expérimental – Matérialité des déchets

Compte Rendu Atelier Expérimental – Interdisciplinarité et Usages de l’Energie

Compte-Rendu de séance

Atelier Expérimental IMUalpha – Second Cycle

Interdisciplinarité et usages de l’énergie

Retours critiques sur quelques modes de régulation des pratiques de consommation énergétique dans le secteur résidentiel

29 Avril 2015 – 14h-17h

ENS – Salle F113 – Site Descartes

15 Parvis René Descartes – Lyon

Séance proposée par :

ARIK Elvan, Urbanisme, Environnement-Ville-Société (UMR EVS 5600)

GRANIER Benoit, Science Politique, Institut d’Asie Orientale (UMR IAO 5062)

LEPRETRE Nicolas, Science Politique, Institut d’Asie Orientale (UMR IAO 5062)

NAVEROS MESA Ibán, Science de l’Ingénieur, Centre d’Energétique et de Thermique de Lyon (UMR CETHIL 5008)

Continuer la lecture de Compte Rendu Atelier Expérimental – Interdisciplinarité et Usages de l’Energie

Compte-rendu Atelier Expérimental IMUalpha REHAL – 27 mars 2015

Affiche AEX MODELE 27 mars 2 copy

Compte-rendu  Atelier Expérimental IMUalpha

Offre et demande de logement, quels ajustements?

Organisé en collaboration avec le REHAL, le 27 mars 2015

Plus d’information sur le Réseau Français « Recherche Habitat Logement » : http://rehal.fr/?q=node/23

Parler d’offre et de demande de logement suggère que le rapprochement entre les deux s’analyse en termes d’équilibre de marché, de quantités échangées et de prix (loyer ou prix de vente). Or les mécanismes en jeu ne se réduisent pas à cette logique. La multiplicité des déterminants et des arbitrages qui conduisent à la construction des choix résidentiels rend caduque toute tentative de description mécanique des ajustements. Par ailleurs, l’offre et la demande se forment le plus souvent en référence l’une à l’autre, que ce soit par la délimitation du champ des possibles (et du souhaitable) du côté de ceux qui recherchent un logement, ou par la façon dont les pratiques des concepteurs, des constructeurs ou des simples vendeurs tentent d’anticiper et d’appréhender la demande. Enfin, le marché du logement est marqué par un manque de transparence et des incertitudes qui soulèvent la question des conditions de possibilité de l’échange et des dispositifs visant à assurer la rencontre entre l’offre et la demande. Se situant du côté des offreurs, des demandeurs ou à l’articulation entre les deux, les communications à cette séance de séminaire visent à explorer les modalités de rencontre entre l’offre et la demande.

Vous trouverez dans le lien suivant un Compte-Rendu de l’Atelier.

CR-AE27mars_REHAL

Les intervenants :

Lina Raad (Géographie Cités) « Choix résidentiels des classes moyennes en banlieue rouge. »

Anne-Laure Jourdheuil (CRH-LAVUE) « La présentation de la mixité sociale d’une opération immobilière dans les bulles de vente »

Thomas Sigaud (Centre d’études sur l’emploi) « Les mobilités résidentielles à l’épreuve du marché: dispositifs et intermédiaires »

Discutant : Loïc Bonneval

Contact-organisation : loic.bonneval@univ-lyon2.fr

 

 

Compte-rendu – Penser les circulations animales en milieu urbain

Compte-rendu  Atelier Expérimental IMUalpha

« Penser les circulations animales en milieu urbain »

13 février 2015

14 h – 17 h – ENS

De plus en plus de travaux abordent la thématique de la nature en ville. Mais moins prennent pour objet la question de l’animal en ville, et moins encore l’abordent sous l’angle de la mobilité. L’objectif de cet atelier est de penser la question des circulations animales en ville ; il s’agira de lister et de discuter les problèmes posés par la mobilité des animaux, en termes sanitaires, scientifiques et politiques. D’un point de vue sanitaire, on évoquera les pathogènes associés à la présence animale ; d’un point de vue scientifique, on questionnera les manières de rendre compte de la circulation animale ; d’un point de vue politique, on discutera les difficultés et problèmes liés à la gestion des circulations animales.

Vous trouverez dans le lien suivant un Compte-Rendu de l’Atelier.

Compte Rendu rédigé par Clémentine Périnaud – Circulations animales

Les intervenants :

Romain Marti (Microbiologie, LEM) : « Animaux en ville, quel impact sanitaire pour l’écosystème urbain ? »

Emilie Edelblutte (Géographie, EVS) : « Les léopards du parc National Sanjay Gandhi et leur relation spatiale à la mégapole de Mumbai en Inde »

Coralie Mounet (Géographie/Sociologie, PACTE) : « Animaux sauvages en ville »

Discussion : Nathalie Blanc (Géographie – LADYSS – CNRS)

Contact organisation : Jérôme Michalon (Centre Max Weber) jerome.michalon@gmail.com

Le vécu de l’urbain – Compte-rendu de l’Atelier expérimental

Dans le cadre du quatrième Atelier Expérimental organisé par la  coopérative de recherche IMUalpha, le thème proposé fut de celui du Vécu de l’Urbain.

Ce compte rendu a été réalisé par Romain Sauzet.

PLAN du compte rendu :


Les présentations

Vous trouverez davantage d’éléments sur  les différentes présentations en cliquant sur le titre de chacune d’entre elles.

Après une ouverture générale de l’après-midi et une présentation ses objectifs par Romain Sauzet, Aksel Kozan amorça l’Atelier Expérimental par une communication intitulée :  « La ville entre « fabrique du corps » et « illumination profane », en proposant, à partir des travaux de Georg Simmel et de Walter Benjamin, une étude historique de la manière dont les corps vivent l’urbain à partir de la fin du XIXème siècle. Pour ce faire, il a évoqué la ville comme le lieu de la synchronisation et de la rationalisation des usages corporels (notamment via la généralisation d’un temps homogénéisé), et celui de l’expérience du choc et des stimuli. Face à cette intensité qui soumet en saturant les corps dans l’espace urbain, l’humain peut cependant travailler ce vécu, via différentes réactions, minoritaires, mais possibles : « l’illumination profane » de Benjamin, afin de retrouver de l’étrangeté dans l’urbain, que ce soit par la flânerie ou de manière plus active, par la psycho-géographie (Debord).

Continuer la lecture de Le vécu de l’urbain – Compte-rendu de l’Atelier expérimental

Compte-rendu atelier expérimental : Villes attractive, villes compétitive

Dans le cadre du troisième Atelier Expérimental organisé par la coopérative de recherche IMU alpha, le thème proposé fut de celui de l’attractivité et de la compétitivités de villes.

Ce compte rendu a été réalisé par Romain Sauzet, Claire Revol et Fabien Mazenod.

Conférence de Patrizia Ingallina (Professeur – Université de Lille) : Attractivité, consommation, marketing territorial :

 

Patrizia Ingallina est professeur en urbanisme à Paris IV, spécialiste du projet urbain. Elle travaille sur l’attractivité des territoires en contexte de métropolisation. Ses domaines de recherches actuels sont au croisement de l’économie, de la géographie et de l’urbanisme, et se préoccupent de la territorialisation de l’économie de la connaissance.

Continuer la lecture de Compte-rendu atelier expérimental : Villes attractive, villes compétitive

Compte-rendu – « La qualité urbaine en débat »

Dans le cadre du second Atelier Expérimental organisé par la coopérative de recherche IMUalpha, le thème proposé fut de celui de la Qualité Urbaine.

Ce compte rendu a été réalisé par Fabien Mazenod, Laëticia Mongeard et Romain Sauzet.

Conférence Alessandra Capanna

La  »Carta per la Qualità » du nouveau plan régulateur de Rome. Dépasser le concept de contrainte pour la qualité urbain

La  »Carta per la Qualità » – avec illustrations

La  »Carta per la Qualità » est un document cartographique pour la gestion du Nouveau Plan Régulateur de Rome.

Il ne s’agit pas d’un document strictement règlementaire et prescriptif (imposant des contraintes et des dispositions), mais d’un document qui fournit des critères, des indications et des règles de comportement pour la réalisation des projets de construction dans la ville. A partir de l’exigence de qualité de la part de la collectivité, la Carte a comme objectif le respect de la qualité diffuse, déjà présente sur le territoire, qu’il faut valoriser avec des projets urbains et architecturaux.

La Carte pour la Qualité (CpQ) est un guide, un instrument dynamique destiné à être mise à jour continuellement. Elle est construite comme un système d’information géographique (SIG) dans lequel confluent les nombreuses œuvres (objets) de qualité du territoire communal. Bâtiments historiques, zones archéologiques, architectures modernes et contemporaines composent une carte géo-référencée. Pour la ville contemporaine elle a été élaborée par un groupe d’architectes réunis dans le Laboratoire QART (acronyme pour : Qualité ARchitecture Territoire) : c’est un laboratoire de recherche de la Faculté d’Architecture de Rome « La Sapienza » pour l’étude de la Rome Contemporaine, qui traite des questions liées à la ville avec un attention particulière aux questions de maitrise d’œuvre.

Le nouveau plan régulateur de Rome adopte ce nouvel outil – le CpQ – afin de poursuivre l’objectif de qualité urbaine à partir de la connaissance de l’existant dont l’étude et le catalogage des édifices récents des tissus urbains périphériques, auxquels la loi de protection du patrimoine historique ne sera probablement jamais appliquée.

(pour accéder à une restitution des discussions, cliquez sur le lien suivant ) : Discussions autour de l’intervention d’Alessandra Capanna

 

Atelier Expérimental :  La qualité urbaine


Présentations


Après une introduction de la demi-journée par Claire Revol (IRPhil), co-organisatrice des Ateliers Expérimentaux, et le rappel des objectifs de cette modalité originale de recherche, l’après-midi de présentations et d’échanges a débuté.

(vous pouvez accéder au power point et texte des intervenants en cliquant sur le lien bleu. Vous pouvez également retrouver les résumés des présentations en cliquant sur le lien suivant : Résumé des Présentations)

 

Synthèse de la Discussion

  • La Qualité Urbaine est une notion piège, puisque comme l’a rappelé Claire Revol, personne ne voudrait s’opposer à la qualité. Pour autant, en étant introduite dans de nombreux documents d’urbanisme, la Qualité Urbaine induit une certaine compréhension du concept.

  • Derrière ce concept se cache une tentative d’objectiver la qualité, c’est-à-dire de réduire celle-ci à un ensemble de critères et de catégories sensés saisir l’existence humaine dans l’espace urbain. La tentative d’intégrer des dimensions sensibles passe par la mesure (lumières, sons, odeurs etc), en quantifiant la qualité, au détriment de ce qui en fait une qualité vécue propre à un investissement affectif de l’individu. 

  • Ce qui est frappant est l’utilisation de la Qualité Urbaine comme un outil marketing, susceptible de hiérarchiser les différentes villes qui tentent cette démarche à l’aide de critères communs. Paradoxalement l’effort de distinction revient à une homogénéisation de fait. Et ce faisant la ville se réduit à son image.

  • Il faudrait faire un inventaire de ces différents critères de la qualité urbaine et leurs évolutions (comme on évalue les tendances d’une mode), afin de voir en quoi ils manquent un certain nombre de réalités. Ce faisant, il sera possible de saisir à sa juste mesure la partialité et la limite de telles conceptions, et ne pas réduire la qualité aux images (œuvre d’art, esthétisation de la ville, mode de vie) qu’on peut en donner.

Discussions

L’intérêt des Ateliers Expérimentaux réside principalement dans les longues discussions que nous pouvons avoir à la suite des présentations. Nous nous sommes donc efforcés de restituer le plus fidèlement possible les interventions des différents participants.

Pierre Ageron propose une ouverture de la discussion en mettant en avant la proclamation de la qualité de vie par la production d’images.

On observe la diffusion de modèles stéréotypés dans les politiques urbaines tels que  »le rêve de la ville tram » (Jacques Donzelot). Le tram passe ainsi de l’utilité fonctionnelle à un reflet de la (post)modernité de la ville.

La qualité de vie semble donc correspondre à la diffusion d’un modèle mondialisé, qui se diffuse également en Amérique du Sud et en Asie. Ce n’est donc plus un effet de distinction, mais plutôt un signe d’appartenance à un club, ce qui renvoie à un « effet de club » (Eric Charmes). La ville est alors le fondement même d’un modèle de mondialisation très puissant.

Le discutant, Guillaume Faburel, propose de considérer une sorte d’impensé que seraient les différentes catégories mobilisées pour la qualité de vie. La question de la qualité urbaine relève de l’esthétique et de la poétique mais aussi du politique et cela renvoie aux catégories d’analyse. Il est important de savoir d’où partent les réflexions et où elles vont.

Le problème central est ici une question politique, et pas seulement descriptive. Politique, car la notion de qualité de vie relève d’un véritable choix, dont on prend conscience notamment dans les situations de conflits et de réactions infra-politiques (type réactions des habitants, à l’égard de l’homogénéisation). La qualité urbaine serait une construction du politique pour le politique et correspond à une standardisation généralisée de la ville elle-même.

Ce choix de politique publique s’inscrit dans une logique d’attractivité dans un contexte de mondialisation. La qualité de vie est un récit imposé, à distinguer du bien-être derrière lequel il y a un individu qui réarme sa capacité à agir. Tandis que la qualité de vie se voudrait plus objective, le bien-être renverrait à un rapport au monde.

La qualité de vie peut apparaître comme un outil néo-politique : il faut bien attirer, il faut bien se métropoliser (selon l’injonction mondialisée). La qualité urbaine serait une nouvelle prophétie déjà réalisée, prenant la suite de la doxa environnementale déjà présente dès les années 1960. Ceci renvoie à un autre champ d’impensé : quelle est la puissance généralisante, transnationale, de cette esthétique, de cette poétique, de cette politique? Quels sont les savoirs de gouvernements qui proposent d’interpréter la  »boîte à outils » par le biais de la qualité ? Une première réponse serait les savoirs logico-formels, l’image, c’est-à-dire une distance à l’égard de ce dont il est question. Le retour de ces modèles qui constituent une véritable épistémé : le retour de l’architecture dans les politiques urbaines.

On peut se demander ce qui est aujourd’hui légitime dans les discours sur l’urbain.

Pour finir, Guillaume Faburel propose aux trois intervenants de répondre à la question : d’où partez-vous, quelles sont les catégories d’analyse, les champs conceptuels propres à chaque travail ? Il ne s’agit donc pas de réfléchir sur la méthode mais sur ses présupposés théoriques, sur ce qui fait que leur sujet est déjà très orienté.

Nicolas Chausson met en avant l’intérêt des critères de qualité de vie qui permettent de réinterroger un certain nombre de présupposés, notamment la notion de conflits. On constate différentes vies la nuit, des possibilités de friction du fait d’usages opposés en un même espace. La qualité de vie permet de réinterroger la notion de conflit et de se demander quelle nuit on veut pour l’avenir. Un premier questionnaire avait été utilisé sur « qu’est-ce que la qualité de vie la nuit ?» pour observer les réactions face à la notion de « qualité de vie ».

Fabien Mazenod revient sur le contexte de sa réflexion. Partant de zéro sur la qualité urbaine, avec pour bagage une pratique de l’étude des formes urbaines, il a proposé un simple état des lieux en s’intéressant aux formes produites et aux textes-sources, tout en sachant que cela exclue beaucoup de choses. C’est donc un état des lieux du « commun » pour qualifier la notion de qualité urbaine qui fut présenté. Qui produit ces textes-références ? il s’agit de clarifier qui sont les différents acteurs de la qualité de vie à travers les chartes urbaines, le discours politique, etc.

Pour Claire Revol, la qualité de vie permet d’interroger le processus d’homogénéisation qui est véhiculé dans la politique urbaine. C’est une notion intéressante, puisqu’elle rassemble des choses contradictoires et pose le problème suivant : comment, à partir de la volonté de se distinguer, on aboutit à une homogénéisation ?

Selon Pierre Ageron, l’homogénéisation crée de la distinction par la marge, une marge limitée, qui s’inscrit dans un régime prédéfini de visibilité. Comment les acteurs peuvent-ils se singulariser, alors que la distinction se fait à l’intérieur de classement ? Ils souhaitent se singulariser afin d’être visibles.

Pour Guillaume Faburel, il s’agit d’un faux paradoxe. Un exemple en est le cas de l’authentique qui est devenu un objet de marché, comme pour le vin. Au début, la distinction se faisait par la marque de fabrique, les labels, les appellations. Puis, puisque tous les vins disposent d’une appellation, on voit arriver une nouvelle échelle de valeur, concentrée autour du goût  »fruité », c’est-à-dire autour de sensations gustatives qui sont suscitées par chaque vin individuellement. Ceci dans un cadre normé, à partir d’un ensemble de catégories déjà convoquées. Cela renvoie à la dialectique, à l’unité des contraires.

Comment penser alors une singularité qui ne soit pas seulement une valorisation marchande ? Le  »bien-être » permet peut-être de fournir une alternative, en se focalisant sur l’idée de corps situés dans un espace singulier. Il porte également la notion d’engagement dans le commun, dans l’entre-deux…

Romain Sauzet soulève alors une question : A force de produire des taxinomies de la qualité qui se veulent objectives et applicables dans tous les cas, en quantifiant de la sorte la qualité, en la cumulant, n’en perd-on pas la notion, au profit d’une catégorie descriptive classique ? On peut revenir à la notion de qualité en philosophie, notamment chez Aristote pour qui la qualité définit ce qu’est la chose, ce qu’on peut lui attribuer, ce qu’est cette chose précisément (et pas une autre chose). Parler de la qualité d’un lieu ou d’une situation ne revient donc pas à évoquer des critères objectifs mais plutôt à essayer de définir ce qui fait sa spécificité : en quoi cette place est une place particulière et unique plutôt que quels éléments la composent.

Claire Revol se demande si l’on n’assiste pas plutôt à un effet de pendule avec une 1ère phase d’homogénéisation, puis une phase de résistance, suivie d’une phase de singularité puis à nouveau une tendance à s’homogénéiser, etc.

Il est frappant de voir que les idées de la pensée urbaine des années 1960 sont toujours pertinentes, un exemple en est « l’espace abstrait » de Lefebvre. On retrouve dans l’Histoire ce même processus homogénéisation – fragmentation – distinction.

Guillaume Faburel souligne que l’on observe cette évolution depuis les années 1970. Elle repose sur la puissance du symbolique et la qualité intervient aujourd’hui dans la quête de cette puissance.

Comme le propose Fabien Mazenod, on peut se demander si cette homogénéisation est vraiment contemporaine. L’histoire nous montre d’autres globalisations des formes telles que le boulevard haussmanien ou le forum romain…

Pour Pierre Ageron, il ne s’agit pas de la même échelle, ni de la même économie de marché, selon Guillaume Faburel. La ville est devenue le dernier lieu de la production du capital. La ville permet la concentration d’un capital dématérialisé, qui change de fonction dans la politique urbaine. C’est la construction politique qui est différente.

Alessandra Capana précise que le bien-être renvoie à la satisfaction de l’esprit et en cela il ne semble pas permettre l’homogénéisation.

Pour Guillaume Faburel, c’est en fait l’homogénéisation des imaginaires, ainsi on ne rencontre jamais l’imaginaire de « quitter la ville » dans les grandes stratégies urbaines. Les catégories interviennent aussi autour de la question de l’imaginaire.

Claire Revol propose de s’interroger sur la capacité d’individus satisfaits par les modèles proposés à répondre. Où est la subjectivité ?

Selon Xun Yi, La qualité urbaine est à comprendre par l’analyse du phénomène de l’urbanisme. Par exemple, dans les années 70, on encourageait le développement routier alors que maintenant le développement durable incite à changer de modèle (Exemple de la destruction des quartiers populaires du fait de la gentrification à Paris).

Chacun a une expérience différente et une image différente de la ville selon son expérience. Chacun crée ainsi son espace individuel dans un espace public, tous produisent une image différente. Pour autant, c’est la somme de ces images qui constitue une image globale.

Guillaume Faburel propose alors de se demander quelle a été la place de la qualité urbaine dans les autres séquences de l’urbanisme.

Dans les années 1960, la qualité était d’abord la satisfaction des besoins premiers. Aujourd’hui, elle ferait commun face à la dislocation. Parlait-on de « qualité » à l’époque ?

Claire Revol interroge la place de la critique issue des années 1970, déjà intégrée dans les Chartes et documents, qui coupe ainsi l’herbe sous le pied à la critique actuelle. Comment critiquer ces documents aujourd’hui, avec quel matériel ? Quels sont les critères actuels ?

Tout dépend des catégories d’analyse de la critique, selon Guillaume Faburel. On peut prendre l’exemple de De Certeau et sa « critique de l’ordinaire ». Le monde a complétement évolué dans son rapport à la ville au cours des 30 dernières années. Il faut remettre en traces.

Pour Romain Sauzet, il faut défendre l’idée de qualités urbaines : dans le contexte d’urbain généralisé (50% de la population mondiale vit dans des ensembles urbains), il y a des besoins, des comportements, et donc des demandes similaires aux quatre coins du monde : des besoins de loisirs, de connexion internet, de transport, etc. La qualité de vie n’est-elle pas alors là pour sanctionner, positivement, une attitude mondiale, une véritable demande, et donc être le vecteur d’un besoin d’homogénéité. Les critères de la qualité de vie ne seraient plus alors des moyens de détruire la singularité des lieux, mais plutôt de répondre à un besoin de libéralisation (au sens existentiel) des comportements ?

Ceci renvoie à l’impact du politique sur les comportements.

Selon Pierre Ageron, la qualité de vie correspondrait alors à une certaine tyrannie de l’opérationnel, et de la nécessité de répondre avec une boîte-à-outil préconçue. Comment faire dans la pratique ? La réflexion implique une réflexion théorique mais une boîte à outils est utile aux praticiens de la ville.

Toutefois, comme le souligne Guillaume Faburel, cela oriente beaucoup les pratiques. Le projet urbain est aussi une construction du politique dans son rapport au politique. Ce qui résiste, c’est l’infrapolitique.

Romain Sauzet précise qu’il est impossible de saisir la qualité de vie de chacun, ce qui laisse autant de marge de progrès.

Guillaume Faburel revient sur le fait que l’on sache déjà améliorer la « qualité de vie », un exemple est celui du bruit en ville, pour lequel on sait étalonner la sensibilité phonique des personnes. On perçoit l’orientation cognitive du référentiel de l’action. Et la métrologie environnementale est une science de la maîtrise.

Il est nécessaire de compliquer les notions dont s’est déjà saisie la politique par d’autres notions.

Romain Sauzet souligne qu’il faut aussi faire acte d’humilité, on ne peut avoir accès qu’à certains phénomènes.

Nathalie Caritoux  évoque un colloque sur l’infra-politique dont il ressortait un dilemme : malgré l’utilité de l’infra-politique pour faire émerger des problématiques pertinentes, on s’attend à ce qu’il y ait passage au politique pour que la revendication devienne action publique et c’est précisément ce qui est difficile (sans parler de la récupération possible : est-ce souhaitable ?). Ce qui permet le passage au politique étant identifié comme la possibilité d’avoir une parole publique construite et portée par un « leader ». Il n’y a plus de leader..

Guillaume Faburel s’appuie alors sur l’expérience d’un travail mené sur les conflits liés aux grandes infrastructures ferroviaires, qui lui permit d’aborder le « bien-être » des territoires. En constituant des groupes de discussion, en entendant les mécontents, émergea le bien-être comme commun, lié à un sentiment affectif d’appropriation.

Claire Revol revient sur le fait que les communs surgissent à l’occasion de grands projets d’aménagement ou de tout ce qui peut être perçu comme une menace (ex: le gaz de schiste). La situation cristallise, les gens veulent alors prendre leur place, compter. Le paradoxe est alors de savoir comment s’investir autrement que lorsqu’il y a une menace. Comment faire pour que cette construction se fasse autrement que dans l’opposition ?

Nathalie Caritoux souligne alors que ce fut le même processus dans le Larzac, la menace fait apparaître les leaders, puis le mouvement s’institutionnalise ( c’est ce qui fait l’émergence d’un mouvement politique selon Claire Revol); Guillaume Faburel rappelle que ces mouvements citoyens émergent alors que nous avons derrière nous deux siècles de démocratie délégative, ce qui explique ces tâtonnements.

 

 

Compte Rendu – Visibilité et Reconnaissance de la Ressource, des Techniques, et des Métiers de l’Eau

 

Atelier-Expérimental-23-10-2013

(cliquer sur l’image pour l’agrandir).

 

Dans le cadre du premier Atelier Expérimental organisé par la coopérative de recherche IMUalpha, le thème proposé fut de celui de la visibilité et reconnaissance de la ressource, des techniques, et des métiers de l’eau.

Après une introduction de la demi-journée par Claire Revol (IRPhil), co-organisatrice des Ateliers Expérimentaux, et le rappel des objectifs de cette modalité originale de recherche, la journée a débuté.

Ce compte rendu a été réalisé par Romain Sauzet et Claire Revol

 

 

Présentations

 

 I. La première présentation proposée, par Sébastien Ah Leung, a eu pour objet de montrer la pertinence du concept de visibilité à travers une approche technique de l’urbain.

Voici une synthèse des différents problèmes soulevés à la suite de cette première présentation :

1. Comment le concept de visibilité permet-il d’articuler la notion d’objet de nature et la microsociologie des pratiques, à partir de l’exemple du parc Kaplan (Lyon) ?

  • Le concept de visibilité permet de décrire la manière dont les personnes se croisent dans un même lieu, c’est-à-dire de préciser ce qu’on peut désigner en langage technique comme la coordination des publics différents, et en cela, l’ajustement réciproque de leurs actes. A ce titre, la visibilité concerne à la fois le rapport entre les publics eux-mêmes, mais également entre le rapport entre une personne et l’espace public.
  • Le champ de visibilité est ce qui se perçoit d’un coup d’œil et ce qui induit l’ajustement des pratiques.
  • Il permet d’articuler un objet de nature et l’observation des pratiques par des techniques empruntées à la microsociologie. En effet, l’exemple présenté, le parc Kaplan, est un objet de nature qui fonctionne comme un parc classique, associant des usages ludiques (jeux pour enfants, lieux de promenade, etc.) et des fonctions techniques (gestion des eaux de pluie). Pour autant, les douves qui bordent le parc, dont la vocation première est celle de collecte des eaux de pluie, peuvent être soit considérées par les différents publics comme une aménité (certaines personnes y déjeunent  l’été, les enfants en font leur terrain de jeu, etc.), soit il est considéré comme une bordure moins visible, car il y a des haies et des barrières qui constituent des obstacles pour y accéder, et donc un espace pour les déjections canines (surtout en hiver). Les personnes n’ajustent pas leur pratiques de la même manière car elles n’ont pas la même visibilité de l’espace. 

2. Par ailleurs, ce statut d’objet naturel n’est pas sans poser un certaine nombres de problèmes :

  • La question de la place accordée à la nature dans un espace urbain est récurrente, notamment dans la manière dont on va pouvoir qualifier la part naturelle de cet objet. Est-ce que cette dimension naturelle est seulement l’identification et l’utilisation d’une fonction particulière d’un élément considéré comme vivant (par opposition aux matériaux inertes, comme le fer, le béton, la pierre, et dans une certaine mesure l’eau elle-même) ? Quelle place laisse-t-on à cette part vivante, qu’on peut qualifier de la sorte notamment par sa propension à évoluer, se transformer, disparaître, etc.?

  • On voit bien ici la difficulté qu’il y a à préserver un élément naturel utile au sein d’un dispositif technique et lui laisser une véritable place. Déterminer ce qu’ici  »véritable » veut dire est ce qui pose problème.

 

II. La seconde présentation, développé par Cécile Nou (doctorante à l’IRPhil, dans le cadre de la chaire industrielle de l’université Lyon 3 :  »Rationalités, Usages et Imaginaire de l’Eau ») porta sur le défaut de reconnaissance et et l’invisibilité des métiers de l’eau

Le problème posé est celui de savoir en quoi les différentes techniques de traitement de l’eau ont progressivement éloigné les praticiens de l’eau de la ressource sur laquelle porte leur travaille. Il s’agit également d’analyser les propriétés propres à la ressource  »eau » qui se transmettent aux métiers de l’eau eux-mêmes : l’eau des nappes souterraines cachées, comme les canalisations, les égouts, etc.

La discussion qui s’ensuivit de cette deuxième présentation s’est concentrée autour de ces différents points :

1. Elisabeth Sibeud (Responsable du service études de la direction de l’eau – Grand Lyon) a souligné le fait que l’on retrouve des problèmes similaires dans les métiers portant sur d’autres ressources, l’électricité ou les déchets.

  • Ce sont des métiers qui appartiennent à des systèmes centralisés dont les techniciens sont valorisés pour leur aptitude technique.

  • Aujourd’hui, à l’inverse, le mouvement d’ensemble de l’utilisation des ressources, soutenu par la logique du développement durable, mais aussi par le principe de responsabilisation des consommateurs, consiste à individualiser le rapport aux différentes ressources. On insiste aujourd’hui sur des initiatives citoyennes pour le retraitement de sa propre eau, ou la production individuelle de l’électricité.

  • Les techniciens qui y sont largement défavorables : les systèmes centralisés ont peur de systèmes techniques qu’ils maîtriseraient plus tout, ils se sentent en danger,notamment par l’inutilité de leurs pratiques, ou ont peur des nouveaux problèmes générés par l’incompétence des usagers.

  • Cependant l’appropriation des ces techniques de gestion de ressource n’ont pas besoin de beaucoup de technologie (quelques plantes, etc.) et donc pas de nombreuses compétences. Qui plus est, cela pourrait participer à la visibilité des métiers de l’eau, car le contact technique à la ressource eau serait un moyen pour les citoyens de se la réapproprier, et donc d’accroître sa visible. Peut-être a-t-on trop valorisé les agents par la technique plutôt que par leur service rendu à la communauté. Avec un système décentralisé, ils seraient plus valorisé pour leur service, rendue visible à tous.

2. Une autre piste a été développée au cours de l’échange pour accroitre l’idée de visibilité les problèmes de la recherche: donner aux travailleurs leur parole d’usager.  En mettant au coeur de leur métier leur relation individuelle à l’égard de l’eau, plutôt que seulement celle de technicien, ils pourraient plus facilement chercher à remettre en question leur pratique.

3. Aujourd’hui, avoir de l’eau au robinet chez soi, c’est normal et banal : les agents de l’eau sont visibles uniquement lorsqu’il y a un problème (plus d’eau ou trop d’eau…). C’est en dehors de ces conditions normales, que le travail se voit.

4. La discussion a également souligné le problème du service publique et de la continuité territoriale : la logique de centralisation de la gestion de la ressource eau a été dirigée notamment par la principe de l’égalité d’accès à la ressource. Une des difficultés de la décentralisation du réseau sera de préserver cette égalité d’accès.

 

III. La présentation de Henry Dicks, post-doctorant IRPhil dans le cadre de la chaire industrielle de l’université Lyon3 :  »Rationalités, Usages et Imaginaire de l’Eau », s’est intitulée  »L’avenir de l’eau urbaine : vers un 5ème paradigme ».

L’objectif de son intervention a consisté à proposer un nouveau cadre d’analyse permettant de mieux concevoir le rapport de l’homme à son environnement, notamment par la création de systèmes décentralisés (des living machines), qui pourraient permettre aux gens de prendre conscience des ressources en eau et leur permettre de les protéger.

 

L’intervention de Henry Dicks a directement lancé les débats de la seconde partie de la séance.

 

Discussions

 

L’objet de l’atelier est d’amener une discussion : nous présentons ici les différents problèmes et questionnements soulevés autour desquelles la discussion s’est animée.

1. Les réactions de Elisabeth Sibeud ont initié la discussion autour des critiques portées à l’encontre des systèmes centralisés de traitement et de gestion des ressources.

  • L’utilisation de systèmes décentralisés est consommatrice de temps. Certes, il faut faire évoluer les techniques, mais les systèmes centralisés ont contribué à donner du temps aux gens par la division du travail. A l’inverse, les systèmes décentralisés demandent un investissement et une compétences qui n’est pas forcément présente. La nécessité de cet investissement semble pour autant répondre aux problèmes d’environnement en proposant de fournir des réponses.

  • Une des manières contemporaines de responsabiliser les consommateurs consiste à attiser leur égoïsme financier pour changer de mentalités. Le risque d’intéresser financièrement les gens à la gestion de leur consommation demeure une menace pour l’ équité du service. Le risque d’accroître les inégalités est important : la possibilité d’investir dans des panneaux solaires, que ce soit par capacité financière ou par un avantage de localisation géographique, et de revendre de l’électricité va à l’encontre des principes défendues par les systèmes centralisés, défendant une notion de service public et un accès égal aux ressources.

2. Ces différents questionnements relatif au principe d’égalité permettent d’interroger la pertinence de la notion de smart city, opposé dans la littérature à la logique de centralisation.

  • Elle désigne une situation urbaine où toujours plus de technologies sont utilisées pour médiatiser le rapport aux ressources (compteurs en temps réel de la consommation d’eau, d’électricité, etc.).  Elles impliquent un risque négatif de culpabilisation, pouvant à terme aboutir à un rejet complet de l’écologie par les différents publics (notamment parmi les plus pauvres).

  • Est-ce qu’une plus grande visibilité de la ressource (à travers des outils technologiques) entraîne-t-elle nécessairement une responsabilisation des usagers ?

3. Dans les différents projets abordés au cours de la discussion, le principe commun est celui d’une réappropriation de l’eau, pouvant passer par plusieurs types de dispositifs urbains.

  • Depuis plusieurs années, on rouvre la place de l’eau dans la ville (les quais et les berges du Rhône, projet de réouverture de ruisseaux qui étaient couverts pendant les années 1960s, etc). Ce type de projets se heurte à la fragmentation des métiers de la ville. Dans le cas de réaménagement du ruisseau des « vosges », le souci de préserver des espaces à l’eau apparente doit être central, au risque de trouver facilement d’autres utilités à l’espace utilisé (pistes cyclables, etc). Plus généralement, les aménagements liés à l’eau ne sont pas respectés car ils ne sont pas bâtis  »en dure ». Par exemple, un revêtement sera considéré comme plus technique que l’utilisation de galets pour une même surface. On retrouve là-encore le souci technique chez les praticiens, qui passe non seulement par des dispositifs, mais également par une certaine considération esthétique et imaginaire de ceux-ci.

4. Le questionnement du concept objet de nature a été récurrent au cours de la discussion. Est-ce que ce terme est bien choisi pour parler des différents dispositifs qui ont été évoqués?

  •  La définition d’un objet de nature

    La question demeure donc : peut-on formaliser un concept s’il est indéterminé ? Comment envisager son utilisation dans des méthodes de gestion et d’action qui demeurent définies par ce rapport du sujet à l’objet ?

    • Le concept d’objet de nature semble être un bon moyen de dépasser le clivage habituel entre le naturel et l’artificiel : en associant la capacité formelle de la science à des potentiels d’éléments naturels, il devient possible, au moins sur le plan conceptuel, d’envisager un rapport étroit entre l’homme et son environnement. Pour autant, un des problèmes d’un tel concept, déjà esquissé plus haut, est celui d’associer à la fois une principe déterminé, la fonction normale de l’objet (c’est-à-dire son attente) et la potentialité propre aux éléments naturels.

    • C’est dans cet esprit qu’Henry Dicks a souligné l’importance de changer non seulement de concept descriptif pour mieux envisager les ressources environnementales, mais bel et bien de changer d’attitude épistémologique. Il ne faut pas comprendre l’objet de nature dans la distinction traditionnelle, héritée de la naissance de la science moderne, sujet/objet, car il faut garder la possibilité d’émergence, de création, la participation des deux termes à une relation qui inclue nécessairement ces derniers. L’objet est qualifié par un champ de visibilité active. Il ne faut pas en-cloisonner le monde mais toujours en donner une esquisse ouverte, plus générale.

    • Cécile Nou a également souligné le fait que l’objet participe toujours à l’action par des médiations symboliques, des schèmes, dont l’impact ne peut se réduire à une simple opposition.

  • Sur la question du rapport entre la technique et la nature dans objet de nature : La réflexion s’est poursuivit autour du rapport entre nature et mondes urbains.

    • Une analyse philosophique du concept de nature a été rappelé. La nature est une phusis, c’est-à-dire ce qui se produit par soi-même, sans intervention de l’homme. Cette distinction entre nature et technique remonte à Aristote, où la technê est considérée comme n’ayant pas son principe dynamique en elle-même,  et nécessite l’intervention continuelle de l’homme.

    • Cette analyse permet de mieux préciser le problème de la conception moderne de la nature : une nature totalement domestiquée et contrôlée (dans le cas d’un parc) où l’on ne considère plus que c’est de la nature, ou bien une nature sans intervention de l’homme, protégée et sacralisée. Comment alors continuer à parler de cette nature sacralisée et étrangère à toute activité humaine, alors qu’elle n’existe plus ou peu?

    • Dans le cas des objet de nature, on parle d’objet car il sont les objets d’une technique, fabriqués par l’homme : il y a une médiation entre un sujet et un objet. Il faut cependant prendre le terme objet de nature dans son ensemble, et là on change l’habitude de la pensée technique (intervention sur un objet statique) car il faut penser un objet qui évolue en dynamique, les possibilités d’interaction évoluent, on laisse une place à une certaine indétermination. Les objets naturels évoluent et changent constamment. En évoquant cela, on peut imaginer des systèmes plus complexes à l’avenir.
  • Cela soulève deux questions non encore résolues :

    • Comment gérer les risquesface à cette notion d »indéterminé? Dans le cas de projets urbains, la responsabilité des collectivités est engagée. La responsabilité des agents fait qu’ils veulent une technique qui maîtrise l’ensemble des phénomènes. La notion de responsabilité à travailler si on veut développer ces systèmes.

    • On ne construit plus pour l’éternité différentes structures : il y a un besoin d’adaptation régulier. De la sorte, il semble important d’accepter le temporaire dans les techniques. La distinction développée par Hannah Arendt entre travail et œuvre est éclairante sur ce point : la dynamique de production contemporaine ne tend plus vers une œuvre intemporelle, mais vers le continuum d’un travail permanent. Cette seconde alternative permet alors d’intégrer l’idée d’objet technique en changement constant.

5. Les travailleurs de l’eau

  • Proximité avec les usagers : Comment les techniciens pourraient être en rapport avec les publics et devenir des pédagogues de la technique de gestion des ressources? Aujourd’hui les techniciens sont à la recherche de règlements à seulement appliquer.

  • Ambiguïté chez les travailleurs de l’eau : les services techniques ont l’habitude de demander la concertation de public et mais qu’il y a une demande de co-construction, ils se raidissent. Une des raisons avancées est que la maîtrise technique et les compétences qu’elle implique sont constitutives de l’identité des techniciens. Laisser du pouvoir aux usages revient donc à remettre en cause leurs compétences.

  • Analyse des métiers à faire : s’ils ont un rôle technique, leur rôle social demeure particulièrement absent, notamment par le fait que l’organisation technique les a coupés des publics. Personne ne fait attention à eux, on leur empêche d’avoir un rôle social en leur donnant les moyen que d’un simple rôle technique.

6. Difficulté et appel à de nouvelles recherches sur les modalités de mise en œuvre pratiques des points abordés

  • Au terme de la discussion, on disposer aisément d’un bon diagnostic des problèmes récurrents. Pour autant dans la pratique, il est difficile de retraduire ces problèmes dans le langage des techniciens. Plus difficile encore est le fait de trouver des moyens pour arriver à sauter le pas : cela signifie qu’on a pas encore trouvé les bonnes pistes de changement. Il faut sans doute analyser les organisations et leur fonctionnement de manière plus fine.

 

 

Récapitulatif des différents points abordés 

  • Bien que le thème de l’Atelier soit l’eau, nous avons été confronté systématiquement des questionnements plus larges qui rejoignent les problèmes posés par la gestion des ressources environnementales dans leur globalité.

 

  1. Le problème de la centralisation et de la responsabilité de la consommation (des ressources, mais également utilisation des espaces publics , etc.)

  2. Le problème des objets techniques :

    1. L’opposition formel/indétermination

    2. Le rapport des hommes à de tels objets : la seule manière d’intégrer réellement la part naturelle de ces objets est d’envisager leur fonctionnement ainsi que leurs concepteurs comme une partie intégrante de cette nature.

  3. Le problème de la mise en œuvre pratique des réflexions apportées par les scientifiques

 

 

Poursuites possibles

 

  1. L’anticipation des objets techniques

  2. Les spécificités de la ressource eau