Retour sur les séances passées des séminaires critiques sur la smart city

2016 a été l’année de lancement des séminaires critiques sur la smart city, organisés par le smart city group. Avant de découvrir prochainement le programme de 2017, voici un résumé de nos activités passées : un « séminaire 0 » tourné vers l’échange entre les membres du réseau, et deux séminaires ouverts à un public plus large pour réfléchir sur l’intelligence de l’urbain et sur l’utopie et l’imaginaire.

 

Séance 0 du séminaire de recherche SMART

ENS de Lyon – lundi 23 novembre 2015 de 9h à 12h

Il s’agit de notre séminaire de lancement. Chaque participant, également membre du réseau jeunes chercheurs, a fait une présentation de 15 minutes sur sa perception de la « smart » city et des recherches qu’il mène autour de cet objet. Ce séminaire informel a été suivi des interventions de deux entreprises privées (ENGIE et IPI), puis d’une synthèse critique des présentations de la matinée par Arnaud SIMON, maître de conférence en économie à Paris Dauphine.

Programme de la journée

9h10-9h20 : présentation de la matinée – Raphaël Languillon-Aussel

9h20- 10h50 : présentations individuelles des travaux de recherche

  • 9h20-9h35 : « Etudier la ville intelligente par l’intermédiaire des data. Sociologie politique des données urbaines » par Antoine Courmont – doctorant CIFRE en science politique, au Grand Lyon et au centre d’études européennes de Sciences Po Paris
  • 9h35-9h50 : « La smart city comme instrument de gouvernementalisation des conduites : le cas des Smart Communities japonaises » par Benoit Garnier – doctorant en science politique à l’Université de Lyon, ATER à Sciences Po Lyon
  • 9h50-10h05 : Florence Jacquinod – Maître de conférence en géographie à l’EIVP
  • 10h05-10h20 : « Smart, capitalisme et aménagements urbains. Petite mise en perspective historique et changements d’échelles dans les logiques d’accumulation urbaine du capital » par Raphaël Languillon-Aussel – chercheur en post-doctorat en géographie à Chuo University (Tokyo)
  • 10h20-10h35 : « Quelles politiques publiques pour la mise en place des villes intelligentes ? L’exemple du Japon » par Nicolas Leprêtre – doctorant en science politique à l’ENS de Lyon
  • 10h35-10h50 : « Modèle d’Intelligence et Connaissance Collective : les projections de connaissance de la ville intelligente » par Romain Sauzet – doctorant en philosophie à Lyon 3

11h-11h45 : les orientations du groupe

  • 11h-11h20 : ENGIE et le CRIGEN par Jean Danielou – attentes, missions et externalisation de tâches pour un groupe de recherche indépendant
  • 11h20-11h35 : Initiatives Projets Industriels par David Bartet – de la structure académique à la structure privée, les différents statuts juridiques de l’entreprise
  • 11h35-11h45 : Arnaud Simon, MdC HDR à Paris Dauphine – Synthèse du grand témoin de la mâtinée: quelques pistes de réflexion et propositions économiques

 

Séance 1 : « Smart » et intelligence de l’urbain

Université Lumière Lyon 2 – salle de l’IRG (campus de Bron), Jeudi 17 mars 2016

Présentation générale de la séance :

S’agissant de la première séance du séminaire, l’objectif principal est de défricher la terminologie et l’épistémologie du « smart » et de « l’intelligence » par une double approche sémantique et historique. Il s’agit d’interroger les termes dans leur dimension polyphonique, afin d’en déterminer le sens en fonction des usages et des acteurs dans différents contextes et différentes périodes.

Deux axes sont ici mis en avant. Le premier se propose de retracer une épistémologie de l’expression « smart city » à travers l’analyse d’autres usages de l’adjectif « smart » aux Etats-Unis et en France. La discussion qui s’en suivra aura pour objectif d’élargir les réflexions et les analyses à d’autres espaces et à d’autres expressions ayant recours aux champs lexicaux du « smart » et de « l’intelligence », tout en revenant sur les deux présentations afin d’en apporter un regard critique et constructif. Le second axe se propose de creuser ce que l’on entend lorsque l’on fait porter un qualificatif anthropomorphique (celui de l’intelligence) à un espace. Il s’agira également de réfléchir à la pertinence même de recourir aux termes de « ville » ou de « city », lexique d’un autre temps qui peut paraître antinomique voire oxymorique avec la dimension innovante que l’on trouve dans l’image du « smart ».

Organisateur : Raphaël Languillon-Aussel

Programme de la journée

Présentation du groupe de recherche « SMART » et du séminaire

Thème 1.1 : Epistémologie du « smart »

Discutant : Emmanuel EVENO, professeur de géographie, Université Toulouse Jean Jaurès

Jean DANIELOU – chercheur en sociologie au CRIGEN, ENGIE – « Une histoire pour la ville intelligente »

Raphaël LANGUILLON-AUSSEL – chercheur postdoctoral en géographie à l’Université de Chuo (Tokyo, Japon) – « Du numérique au smart, le grand basculement »

Thème 1.2 : « Smart » et villes : de quelles intelligences parle-t-on ?

 Jacques LEVY – professeur de géographie à l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne – « C’est la ville qui est intelligente »

Romain SAUZET – Chercheur doctorant en philosophie à Lyon 3 – « La connaissance dans la ville intelligente »

Clio Hôte – Présentation du projet de recherches doctorales

Résumé des présentations :

  1. Jean DANIELOU – « Une histoire pour la ville intelligente »

Dans le cadre de cette intervention, je proposerai une histoire de la constitution de l’expression « ville intelligente/smart city », à l’aune des différents acteurs l’ayant mobilisé dans leurs discours (acteurs publics (institutionnels, collectivités) et privés (entreprises)). L’objectif sera de faire état des différents moments de concrétisation de cette notion, et des controverses suscitées.

  1. Raphaël LANGUILLON-AUSSEL – « Du numérique au smart, le grand basculement »

Ville numérique, ville intelligente, ville cyborg, « smart city », le vocable de l’urbain informatisé connaît une prolifération croissante au tournant des années 2010. Pourtant, la « smart city » n’est pas qu’un espace urbain dans lequel les technologies du numérique se seraient disséminées. Il s’agit surtout d’un terrain d’expérimentations pour de nouvelles coalitions de croissance. Cette intervention propose une explicitation terminologique de la « smart city » et de ses divers avatars.

  1. Jacques LEVY – « C’est la ville qui est intelligente »

« Smart city » est un slogan utilisé par des firmes de technologie, surtout informatique, pour démontrer que grâce à leurs services, la ville deviendrait intelligente ou astucieuse, notamment au regard des enjeux écologiques. Cela se révèle doublement contestable. D’abord, c’est l’urbanité elle-même qui rend la ville « intelligente » et en fait la composante spatiale du développement durable. Et, en conséquence, les technologies utiles doivent être celles qui permettent d’augmenter l’urbanité et non de lui ajouter quelque chose d’extérieur. Le « concept » de smart city opère en fait la rencontre discrète entre ceux qui ne comprennent pas ce qu’est une ville et ceux qui la rejettent.

  1. Romain SAUZET – « La connaissance dans la ville intelligente»

Dans cette présentation, nous souhaitons présenter deux problèmes conjoints :

– Est-ce que la possibilité des villes intelligentes repose sur la connaissance, ou seulement sur l’information?

– Quelles sont les risques et conséquences de cette mise en information des villes en matière d’action et de gestion?

Ainsi identifiée à partir de la question philosophique traditionnelle du statut de la connaissance, nous pourrons travailler l’idée problématique du « solutionnisme technologique », avec tous les espoirs et les craintes qu’il suscite.

Séance 2 : Utopies et imaginaires de la ville intelligente

Lundi 23 mai 2016, 14h-17h, 18 rue Chevreul, salle 205

Présentation du Second Séminaire – Smart City Group

Le retour aux projections théoriques globales, c’est-à-dire aux utopies, est une spécificité forte des villes intelligentes. De nombreux éléments s’y mêlent : des espoirs de fonctionnements technologiques optima, la crainte de domination et d’homogénéisation tant des personnes que des lieux, une possibilité d’interaction et de collaboration accrue, le développement de villes  »vibrantes », etc.

Au regard des réalisations actuelles de villes intelligentes, ces différentes projections sont toutes démesurées. A partir de quelques éléments réels, de l’utilisation ponctuelle d’un smart phone, jusqu’aux créations d’espaces urbains ex nihilo, les villes intelligentes apparaissent avant tout comme des imaginaires. Ainsi, les matériaux premiers des villes intelligentes sont des composants imaginaires, dont l’explicitation est souvent éclipsée par la volonté de ramener au réel.

L’objectif de cette séance est de permettre un chemin inverse. En retrouvant seulement les projections imaginaires qui anticipent, inventent et accompagnent les villes intelligentes, débarrassées des exigences de réalité, nous espérons pouvoir présenter la dimension proprement utopique, qu’elle soit pessimiste ou optimise, qui permettent aux villes intelligences qui ne sont pas encore, de structurer l’intelligence des mondes urbains.

Organisateurs :

Raphaël Languillon-Aussel,  chercheur post-doctoral en géographie à l’Université de Chuo (Tokyo, Japon)

Romain Sauzet, doctorant en philosophie à l’Université Jean Moulin Lyon 3

Intervenants :

 

  • Fr. Ménard (DGALMN/STRUCT/PUCA) « La smart city et les régimes de présence du futur dans le projet urbain »
  • L. Barbisan (Paris Sorbonne) « Ernst Bloch et Walter Benjamin. L’espace urbain, entre utopie et idéologie »
  • H. Dicks (Lyon 3 – IRPhil) « Smart et ville biomimétique »

 

 

Ateliers Expérimentaux – Présentation

Ateliers Expérimentaux – IMUalpha

Formation doctorale : D18

Mondes Urbains : comment articuler les multiples disciplines scientifiques ?

 

Déroulement Type d’un Atelier Expérimental

=> Partie 1

– Présentation des Ateliers ;

– Introduction thématique de la séance ;

– Trois présentations jeunes chercheurs + Questions spécifiques ;

=> Partie 2

– Reprise du discutant : ouverture de la discussion ;

– Discussion sur la thématique générale ;

– Clôture.

1. Argument
Dans le cadre de la structure IMUalpha, les Ateliers Expérimentaux ont pour ambition de questionner l’urbain en mobilisant une pluralité d’approches scientifiques de manière transversale. Ils ont pour vocation de constituer un espace de réflexion et de discussion collective sur les questions urbaines en sciences humaines et sociales, en sciences exactes et sciences de l’ingénieur, afin de réfléchir aux conditions de la production de savoirs sur l’urbain.

Le constat que nous dressons de la recherche urbaine en Rhône-Alpes est paradoxal : alors que le LabEx IMU rassemble la plupart des disciplines manifestant un intérêt pour les mondes urbains, la recherche urbaine est traversée aujourd’hui par une tension forte entre segmentation disciplinaire et l’existence de points de contact particulièrement fructueux. Alors que la pluralité d’approche scientifique est jugée nécessaire dans les sciences urbaines, il manque encore un espace d’échanges permettant de faire dialoguer les différentes perspectives de recherche urbaine pour les jeunes chercheurs. Ce manque est d’autant plus ressenti par les jeunes chercheurs qui se forment dorénavant avec cette exigence d’une pluralité d’approche scientifique.

Les Ateliers Expérimentaux en Sciences Urbaines ont pour vocation de répondre à cette exigence en proposant un lieu d’échanges et de réflexion collective sur les questions urbaines, animés par de jeunes doctorants, docteurs et chercheurs en sciences urbaines. C’est un projet de réflexion collective des doctorants sur leurs méthodes et objets d’investigations. Il doit permettre aux jeunes chercheurs de se familiariser avec la pluralité d’approches scientifiques, qui est une condition de la production du savoir pour la nouvelle génération. L’objectif est de lutter contre l’éclatement des projets et des réflexions autour de l’analyse urbaine et de favoriser le dialogue entre les différentes perspectives disciplinaires. Il ne s’agira pas de produire une théorie totalisante de la ville et de la production urbaine, mais davantage d’essayer de comprendre quelles sont les conditions de la mobilisation de savoirs et de théories hétérogènes dans l’analyse et la compréhension des phénomènes urbains.

Il s’agit de se confronter directement aux difficultés de cette pluralité d’approches scientifiques par l’atelier-recherche, et de provoquer des débats. Le débat permet d’amener les participants à s’interroger sur leurs postures disciplinaires respectives tout en évitant de créer des compromis superficiels. .

Il est important de préciser que notre démarche est expérimentale, dans le sens où nous ne nous soucierons pas des résultats immédiats mais où le souci sera principalement réflexif. Nous tenons un carnet de recherche pour garder une trace des débats, récapituler nos réflexions et en tirer des conclusions quant à nos objets de recherche et méthodes d’investigation respectifs.

Ce projet scientifique comporte donc deux dimensions complémentaires:

  • les séances de l’atelier permettent la mise en place d’une arène de discussion et de débat permettant aux jeunes chercheurs de profiter d’une atmosphère intellectuelle constructive. Chaque séance se développe autour d’un thème abordé suivant plusieurs perspectives disciplinaires

  • la production de compte-rendu : permettant une démarche réflexive sur ces débats à partir de la synthèse des séances. Ce carnet de recherche se tiendra sur le blog d’IMUalpha : http://imualpha.hypotheses.org/

2. Les rôles

D’une durée d’au minimum 3h, chaque séance de l’atelier abordera un thème général (ex: la qualité urbaine ; la place des animaux ; l’usage de l’énergie ; etc.) qui constituera la trame de fond de l’Atelier.

=> Chaque séance nécessite ainsi différents rôles :

  • Un(e) organisateur(trice) de séance qui rassemble les trois jeunes chercheur(e)s (maximum) de disciplines les plus éloignées possibles autour d’un thème. Ces trois jeunes chercheurs sont invités à fournir un exemplaire écrit de leur présentation le jour de la séance aux organisateur(trice)s afin de nourrir le carnet de recherche (même s’il s’agit d’un travail en cours ou préparatoire). 

NB : l’un des jeunes chercheurs peut-être l’organisateur(trice)

  • Un discutant, qui aura avant tout le rôle de reprise des présentations précédentes, de croisement, de synthèse, mais également un rôle de modération ainsi que de relance des débats via une montée en généralité (du fait de son expérience scientifique) suite aux interventions des jeunes chercheurs. Le discutant peut-être un chercheur confirmé ou un praticien.
  • Un(e) secrétaire de séance qui prend en notes le débat pour le carnet de recherche.

  1. L’Atelier in situ :

=> Chaque séance se déroule en trois parties :

Partie 1 : Déroulement de l’Atelier

  • Une courte introduction formelle de la séance par l’un des responsables des Ateliers Expérimentaux et rappel formel du statut de formation, etc.

  • Une courte introduction scientifique (5 minutes maximum) : qui présente le thème, la raison d’être de l’atelier (le rôle de la pluralité scientifique pour l’objet discuté) et met en perspective les différentes approches ;

  • Les trois jeunes chercheur(e)s de disciplines différentes produisent une présentation courte (environ 20 minutes) sur le thème de la séance selon la perspective propre à leur discipline scientifique. Cet exposé sera réalisé de manière pédagogique, afin de présenter deux ou trois perspectives (en fonction des intervenants) sur une problématique liée au thème.

  • Chaque présentation est suivie de quelques questions, afin de permettre la précision de certains points spécifiques (5 minutes maximum). Le rôle des organisateurs de la séance sera d’éviter que des questions trop générales soient posées, et de les garder pour la seconde partie de l’atelier.

Partie 2 : Reprise et échanges

  • Cette partie est axée sur la discussion animée par le chercheur(e) ou praticien invité, dont le rôle est de confronter les approches présentées dans la première heure de l’atelier.

  • Elle est initiée par une reprise générale de la part du discutant. Il anime la discussion en fonction des éléments de la première heure. Il doit nous aider à élaborer des questionnements plus que de nous transmettre un contenu déjà élaboré. L’objectif est alors de discuter les apports des différentes approches disciplinaires, leurs différences et convergences, et plus généralement penser cet état de pluralité scientifique .

  • La discussion doit durer au moins autant de temps qu’il n’y en a eu pour les présentations (environ 1h30).

  • La séance est clôturée par l’un des responsables des Ateliers Expérimentaux, qui propose une courte synthèse, en tâchant de mettre en perspective l’Atelier tel qu’il vient de se dérouler, en le rattachant avec des séances passées et celles à venir.

Partie 3 : Le compte-rendu de l’Atelier

Le carnet de recherche est le rendu principal du séminaire : il sera inclus sur le blog d’IMUalpha. Il s’agit lors de chaque séance de rassembler les contributions et la synthèse du débat effectué par le secrétaire de séance qui identifie les questionnements principaux et restitue les débats. Cela permettra de mieux les formuler et de les discuter entre les séances de l’atelier.

Le compte-rendu devra comporter 

  1. Un résumé des présentations et de la reprise : que ce soit au travers de courtes synthèses ou en récupérant les documents visuels des intervenants.

  2. Un encart synthétisant les principaux points ou problématiques avancés au cours de la discussion : il ne s’agit pas d’indiquer seulement des résultats (mais s’il y en a, ils sont les bienvenus!), mais également des oppositions, des doutes, des problématiques, des questionnements, des thématiques associées, etc.

  3. Un compte-rendu des débats : (libre) : soit sous la forme d’une synthèse des différents points abordés (affirmations, oppositions, questionnements) ; soit comme restitution plus fidèle du court de la conversation ; sous une forme original, etc.

Les jeunes chercheurs interviennent en commentant le carnet de recherche et en engageant des réflexions : la séance continue ainsi après la séance. L’enjeu des comptes rendus est de mobiliser les jeunes chercheurs pour laisser advenir les questions qui constitueront la matière des séances suivantes. Il y a donc une souplesse dans l’organisation du séminaire qui peut évoluer à partir des enjeux identifiés dans le carnet. Le carnet est le fil directeur du cycle des ateliers qui permet de développer la réflexion dans la durée et la continuité, tout en gardant une trace écrite du cheminement du projet.

Responsables des Ateliers Expérimentaux pour IMUalpha
  • Octavie Paris, doctorante en Géographie à l’Université Lyon 3
  • Clémentine Périnaud, doctorante en Géographie à l’Université Jean-Monnet de Saint-Etienne.
  • Romain Sauzet, doctorant en Philosophie à l’Université Lyon 3

Contact : imualpha@gmail.com

Atelier expérimental : Images et imaginaires des villes du futur

Images et imaginaires des villes du futur : penser la place du système productif

 

Le troisième atelier expérimental IMUalpha de l’année 2016 était consacré aux images et imaginaires des villes futures :

Affiche AEX_20_avril_2016

Présentation :

Séance organisée par Clémentine Périnaud et Damien Petermann

Intervenants :

  • Noémie Boeglin, doctorante en Histoire (EVS/UJM Saint-Étienne/ ENSASE)
  • Sylvaine Lobry, doctorante en Science politique (Triangle/IEP de Lyon)
  • Henry Dicks, post-doctorant en Philosophie (IRPHIL/Université de Lyon/IMU-VIBIOM)

Discutants : 

  • Kader Mokaddem, professeur de Philosophie et Esthétique, École d’art et design de Saint-Étienne
  • JeanClaude Paillasson, professeur de Graphisme, École d’art et design de Saint-Étienne

Compte-rendu :

Ce compte-rendu a été rédigé par Clémentine Périnaud et Damien Petermann.

Télécharger le compte-rendu au format PDF :   CR AEX 20.04.2016

Continuer la lecture de Atelier expérimental : Images et imaginaires des villes du futur

La rentrée d’IMUalpha – 3 novembre 2016

IMUalpha organise sa rentrée le jeudi 3 novembre 2016.
Une première partie sera consacrée à un retour réflexif sur les 3 premières saisons des Ateliers Expérimentaux* (AEX), suivi d’un moment de convivialité pour accueillir les nouveaux jeunes chercheurs.

Cette journée est ouverte à toutes et tous les doctorant-e-s et jeunes chercheur-e-s travaillant sur l’urbain.

Affiche rentrée IMUalpha


Informations pratiques : 

15h-17h30 : Quels outils pour se former à la pluralité scientifique ? Les Ateliers Expérimentaux* en débat
Avec Élisabeth Persoud, Service des Études Doctorales, Université de Lyon et Dominique Chevalier, géographe, École Supérieure du Professorat et de l’Éducation
Lieu : Salles 104-105, Université de Lyon, 92 rue Pasteur, 69007 LYON
18h-20h : Pot de rentrée et de bienvenue
Lieu : Bistrot Comoedia, 13 avenue Berthelot, 69007 LYON

Inscription :

Vous pouvez vous inscrire à un seul ou aux deux temps de cette journée, en nous envoyant un message à imualpha@gmail.com


* Les Ateliers Expérimentaux sont un dispositif d’auto-formation pour les doctorants et jeunes chercheurs d’IMUalpha, dans le contexte spécifique de la pluralité scientifique.

3 ans d’IMUalpha – La ville numérique : au croisement des disciplines

Présentation :

 

Les projets mobilisant de nouvelles technologies, dans les démarches d’aménagement ou de recherche sur l’urbain, illustrent les problèmes de médiation entre les disciplines, tout en démontrant une capacité à leur dépassement.

L’atelier  se  propose  de  croiser  différents  travaux  et  expériences,  à  même  d’interroger  la  façon dont  disciplines scientifiques  et  pratiques  en  aménagement  se  renouvellent  dans  la mobilisation  des  nouvelles  technologies.

Continuer la lecture de 3 ans d’IMUalpha – La ville numérique : au croisement des disciplines

Atelier expérimental – Habiter : interroger les notions du bien-être et du buen-vivir en ville

Le dernier atelier expérimental IMUalpha de l’année 2016 sera consacré aux notions de bien-être/buen-vivir en ville :

Affiche_AEX_Imualpha_14juin_habiter


Présentation :

 

Cette séance vise à questionner les relations entre l’habiter et les notions de bien-être urbain et de buen-vivir.
Deux réalités urbaines latino-américaines distinctes seront présentées, l’une équatorienne, l’autre brésilienne permettant d’illustrer et d’interroger ces deux notions. La séance abordera également d’autres concepts tels que celui de l’habitabilité.
En partant d’une conception philosophique de l’habiter, comment peut-on interroger le bien-être en ville et l’institutionnalisation du buen-vivir dans des projets d’aménagements urbains ? Quelle place occupe le logement – tant le lieu que l’espace habité – dans les considérations de bien-être et de buen-vivir en ville ?


Intervenants :

 

Julien Lamy, Docteur en Philosophie (Thèse soutenue en 2014, IRPhiL, Université Lyon 3 Jean Moulin) : « À quelles conditions peut-on se sentir chez soi ? Habiter, bien-être, bien-vivre. »

María Fernanda Viteri Palomeque, Doctorante en Géographie, Aménagement et Urbanisme (EVS / Institut National Sciences Appliquées INSA Lyon) : « Habitabilité basique de deux zones de Guayaquil – Équateur ; Réflexions autour des degrés de promotion des Droits du Buen-Vivir et de la Nature. »

Octavie Paris, Doctorante en Géographie (EVS/Université Lyon 3 Jean Moulin) : « Réinterroger les critères du bien-être en ville par le cas de l’habitat en cortiço, Brésil. »

Discutant : Silvia Rosales Montano, Directrice d’étude Prospective Territoriale, Agence d’Urbanisme de Lyon


Informations pratiques :

Date : 14 juin, 14h – 17h

Lieu : Ecole Normale Supérieure de Lyon, site Descartes, salle F004

 


Contact organisation :

Octavie Paris : octavie.paris[at]gmail.com

Rappel : Les ateliers expérimentaux IMUalpha sont reconnus comme formation doctorale Université de Lyon. Les doctorants peuvent avoir trois rôles différents dans les séances: organisateur et communicant, secrétaire et enfin participant. Plus d’informations : imualpha.hypotheses.org/519 

Atelier expérimental – Les échelles territoriales du tourisme et du patrimoine

Le prochain atelier expérimental IMUalpha sera consacré aux dimensions territoriales du tourisme et du patrimoine :

Affiche_AEX_IMUalpha_10juin


Présentation :

 

Cette séance vise à questionner les liens entre la mise en tourisme des territoires et les patrimoines en présence. Nous explorerons ce questionnement en présentant différents rapports au territoire, à travers trois cas concernant la région lyonnaise et la ville d’Albi. Nous viendrons ainsi faire dialoguer les questions de mises en tourisme porteur de logiques propres avec la dimension territoriale dont le patrimoine est l’un des éléments principaux.


Intervenants :

 

Damien Petermann, doctorant en géographie (UMR 5600 EVS/Université Jean Moulin Lyon 3) :
« Structuration et essor du tourisme dans la région lyonnaise (fin XIXe-début XXe siècle) »

Elsa Martin, docteure en sociologie (CERTOP/Université Toulouse 2 Jean Jaurès) :
« Patrimonialisation et mise en tourisme : émergence d’un territoire, pour quelle appropriation ? »

Maël Meralli-Ballou, docteur en géographie, aménagement et urbanisme (UMR 5206 TRIANGLE/Institut d’urbanisme de Lyon) :
« Le territoire métropolitain, nouvelle échelle du tourisme urbain ? »

Discutant :  Vincent Veschambre, directeur du Rize, professeur de géographie (UMR 5600 EVS/ENSAL)


Informations pratiques :

 

Date : Vendredi 10 juin 2016, 9h – 12h

Lieu : Rize, 23 Rue Valentin Hauy, 69100 Villeurbanne (accès par l’arrière du bâtiment)


Contact organisation :

 

Maël Meralli-Ballou : mael.meralli[at]gmail.com
Damien Petermann : damien.petermann[at]yahoo.fr

Rappel : Les ateliers expérimentaux IMUalpha sont reconnus comme formation doctorale Université de Lyon. Les doctorants peuvent avoir trois rôles différents dans les séances : organisateur et communicant, secrétaire et enfin participant.

Plus d’informations : imualpha.hypotheses.org/519 

Compte rendu Atelier expérimental – Transports et infrastuctures

Transports et infrastructures.

Penser les infrastructures de transports entre jeux d’acteurs et conflits

 

Compte-rendu de l’Atelier Expérimental IMUalpha du 08/03/16

Télécharger ce compte rendu au format PDF :  pdf_icon

————-

PLAN du compte rendu :

  • PRÉSENTATION DE L’ATELIER
  • RÉSUMÉS DES PRÉSENTATIONS
  • 1 : Aéroport Notre-Dame-des-Landes : le rôle des mobilisations dans une situation de fortes tensions
  • 2 : Métropolisation des politiques des transports à Marseille et à Lyon : la puissance des coalitions
  • 3 : Stuttgart 21, un projet ferroviaire controversé au service de l’ambition métropolitaine européenne de la ville
  • DISCUSSION
  • Reprise de Caroline Gallez : Points communs aux trois interventions
  • Questions et éléments de réponse
  • CONCLUSION
  • THÉMATIQUES CENTRALES ABORDÉES

 

Continuer la lecture de Compte rendu Atelier expérimental – Transports et infrastuctures

Atelier expérimental : Imaginaires de villes postindustrielles. Formation, circulation, permanence

Atelier expérimental :

Imaginaires de villes postindustrielles. Formation, circulation, permanence

 

Le deuxième atelier expérimental IMUalpha de l’année 2016 sera consacré aux imaginaires de villes postindustrielles.

AEX_30_mars

Continuer la lecture de Atelier expérimental : Imaginaires de villes postindustrielles. Formation, circulation, permanence

Séminaire SMART CITY – Séance 1

Séance 1 : « Smart » et intelligence de l’urbain

L’objectif principal de la première séance du séminaire est de défricher la terminologie et l’épistémologie du « smart » et de « l’intelligence » par une double approche sémantique et historique. Il s’agit d’interroger les termes dans leur dimension polyphonique, afin d’en déterminer le sens en fonction des usages et des acteurs dans différents contextes et différentes périodes.

Continuer la lecture de Séminaire SMART CITY – Séance 1

Séminaire du projet junior IMAGO – Image(s) de la ville : « Interroger l’image : approche de terrain, l’exemple de Kharkiv (Ukraine) »

Le séminaire du projet junior IMAGO – Image(s) de la ville intitulé « Interroger l’image : approche de terrain, l’exemple de Kharkiv (Ukraine) » sera basé sur une étude menée par les étudiants du Master franco – ukrainien « Tourisme, Loisirs, Patrimoine » (dirigé par Isabelle Lefort pour l’Université Lyon 2). Cette étude était concentrée autour des questionnements « Est-ce que la ville de Kharkiv est/ peut être une ville touristique ? » et « Quelle est l’image réelle de la ville auprès de ses habitants et de ses visiteurs ? ».

Continuer la lecture de Séminaire du projet junior IMAGO – Image(s) de la ville : « Interroger l’image : approche de terrain, l’exemple de Kharkiv (Ukraine) »

Atelier expérimental : Transports et infrastructures. Penser les infrastructures de transports entre jeux d’acteurs et conflits

Atelier expérimental : Transports et infrastructures.

Penser les infrastructures de transports entre jeux d’acteurs et conflits

 

Le premier atelier expérimental IMUalpha de l’année 2016 sera consacré aux transports et infrastructures.

Affiche AEX Transports

Continuer la lecture de Atelier expérimental : Transports et infrastructures. Penser les infrastructures de transports entre jeux d’acteurs et conflits

Rencontres Arts et Aménagement de Lyon – 02/03/2016

Bonjour,

Le pOlau-pôle des arts urbains, IMUalpha et l’agence d’urbanisme de l’aire métropolitaine lyonnaise ont le plaisir de vous inviter aux Rencontres Arts et Aménagement de Lyon.

Ces Rencontres auront lieu le Mercredi 2 mars, de 14h à 18h, à l’Université de Lyon (Ecole notariale, Amphithéâtre Doucet Bon, 18 rue Chevreul).

Voici le Programme de ces rencontres.

Ces rencontres sont une étape du tour de France de présentation du Plan-Guide « Arts et Aménagement des territoires », étude nationale réalisée en 2015 pour le ministère de la Culture et de la Communication – DGCA par le pOlau-pôle des arts urbains. Ce Plan-Guide analyse et repère plus de 300 initiatives en France et au-delà ainsi que des pistes de réflexion et d’actions en matière de ré-outillage artistique et culturel des territoires (plus d’informations dans le Dossier de Presse du Plan-Guide:  http://arteplan.org/wp-content/uploads/2016/01/plan.guide_.arts_.et_.amenagement.des_.territoires.dossier.presse.pdf). Il est actualisé et allimenté de manière collaborative sur la plateforme web : www.arteplan.org.

Au plaisir de vous accueillir,

Claire Revol et Pascal Ferren

Continuer la lecture de Rencontres Arts et Aménagement de Lyon – 02/03/2016